A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Polski_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021 | of 2022 | of 2023

(fr) Courant Alternatif #335 (OCL) - Argentine: Pourquoi Javier Milei a remporté les élections, et que faire?

Date Fri, 8 Dec 2023 09:16:11 +0000


Voir en ligne: Texte original en anglais sur "crimethinc"[https://fr.crimethinc.com/2023/11/26/back-to-the-future-the-return-of-the-ultraliberal-right-in-argentina]---- Dans la réflexion suivante, un anarchiste argentin explore pourquoi Javier Milei a remporté les élections et situe sa politique dans un contexte historique. Même si la rhétorique «anarcho-capitaliste» de Milei peut sembler nouvelle, ce n'est que le dernier chapitre d'une histoire très ancienne en Argentine: la combinaison d'un capitalisme acharné et d'une violence d'État impitoyable. ---- Nous publions à sa suite une traduction du texte «Et maintenant, que se passe-t-il?» Une déclaration commune publiée le 21 novembre 2023 par 4 organisations anarchistes d'Argentine ---- Retour vers le futur ---- Le retour de la droite ultra-libérale en Argentine

Javier Milei, le président nouvellement élu de l'Argentine, a mené une campagne présidentielle au cours de laquelle il a proposé d'abolir le peso argentin et d'adopter le dollar américain comme monnaie nationale, d'éliminer la banque centrale, de privatiser les soins de santé et l'éducation, de privatiser ou de fermer tous les médias publics, et privatiser la plupart des infrastructures économiques et stratégiques du pays.

Le caractère et la politique de Milei le rendraient parfait pour le rôle de super-vilain dans une fiction anarchiste dramatique. Jusqu'à récemment, il courait partout dans un costume de super-héros noir et jaune sous le nom de «Capitaine Ancap»[1]. On pouvait le voir pontifier calmement sur la façon dont le marché libre devrait réguler tous les aspects de la société - y compris la vente d'enfants et d'organes, ou la liberté de vendre une arme pour survivre - et déclarer qu'une personne obligée de choisir entre mourir de faim ou travailler 18 heures par jour fait «bien sur» un choix libre, puisque ce serait son choix. Lorsqu'il ne s'adonnait pas à de tels délices philosophiques, il apparaissait dans des talk-shows, écumant à la bouche et criant à propos des «gauchistes de merde», du «marxisme culturel», du canular du réchauffement climatique, etc.

La vice-présidente de Milei, Victoria Villaruel, est connue uniquement pour sa défense virulente des chefs de la dictature militaire emprisonnés pour leur rôle dans la torture et la disparition de milliers de personnes dans les années 1970. Elle et Milei contestent le chiffre établi de longue date de 30 000 morts ou disparus. Milei nie publiquement que la dictature ait commis un génocide systématique, qualifiant les actes de la dictature de simples «excès». Ces «excès» comprenaient un réseau de centaines de centres de détention clandestins, le balancement par hélicoptère de victimes droguées mais encore vivantes dans le Rio de La Plata et l'octroi à des familles de militaires de plusieurs centaines de nouveau-nés enlevés à des prisonniers "subversifs."

Son entourage n'est guère mieux. Il comprend des «militants des droits des hommes», des habitants de la Terre plate, un soi-disant philosophe qui appelait à la privatisation des océans, etc.

Sa politique est donc un cauchemar pour les anarchistes, mais aussi pour une grande partie de la population argentine. Nous parlons d'une société dotée d'un fort sentiment de justice sociale, dans laquelle le courant politique dominant des deux dernières décennies a été le kirchnérisme, une sorte de tendance péroniste progressiste de centre-gauche issue du soulèvement de 2001. À l'exception de la présidence de Mauricio Macri de 2015 à 2019, les gouvernements kirchnéristes ont gouverné l'Argentine sans interruption de 2003 jusqu'à la victoire de Milei. La première décennie du régime kirchnériste a apporté des améliorations significatives à la qualité de vie de nombreux Argentins, réduisant à la fois les taux de chômage et de pauvreté et maîtrisant l'inflation (du moins selon les normes argentines). Cela représentait un virage vers la gauche à la fois dans le discours public et dans la politique gouvernementale, un changement significatif par rapport à l'hégémonie néolibérale des années 1990.

Mais la deuxième décennie du gouvernement kirchnériste a été moins fructueuse, en proie à des scandales de corruption ainsi qu'à l'un des confinements les plus longs au monde suite au COVID-19. Malgré une batterie de mesures économiquement protectionnistes - limitation des importations, taxation des exportations et mise en place de contrôles des changes et d'une multitude de taux de change différents pour le peso argentin - la dernière décennie a été marquée par une dévaluation continue du peso. Cela a conduit à une forte augmentation de l'inflation - plus de 100 % au cours des douze derniers mois - qui a plongé des millions de personnes sous le seuil de pauvreté. Au moment des élections, plus de 55 % des mineurs et 40 % de tous les Argentins vivaient officiellement dans la pauvreté.

Dans ce contexte, Milei a recueilli près de 56 % des voix au second tour, après avoir obtenu seulement 30 % au premier tour le 22 octobre.

Comment est-ce qu'on est arrivés ici? Où allons-nous? Et que faut-il faire?

«Viva la Libertad!» - Liberté de travailler ou de mourir de faim, de se soumettre ou d'être abattu

Au début, la plupart des gens voyaient Milei comme une nouveauté exotique - un obscur économiste devenu un invité régulier des talk-shows politiques et des chaînes d'information, augmentant les audiences en divaguant contre la «caste politique», criant à propos de «drainer le marais», devenant rouge sang alors qu'il s'exprimait sur «l'idéologie du genre».

Ses apparitions à la télévision lui ont valu une base de fans composée de jeunes hommes de la classe moyenne politiquement aliénés. Pour eux, il offrait un moyen de canaliser leur ressentiment contre l'État-providence, qu'ils considéraient comme un moyen de soutenir des hordes de clochards paresseux avec l'argent des impôts des Argentins qui travaillent dur. Contre les immigrés, qu'ils imaginaient venus en Argentine pour profiter de la gratuité de l'éducation et des soins de santé publics. Contre le politiquement correct, l'agenda mondialiste, le vaccin COVID-19 et les quarantaines. Incroyablement, contre le «régime socialiste» en Argentine, bien que l'Argentine soit un pays capitaliste avec un gouvernement qui était au mieux légèrement à gauche.

Regroupés en ligne, en grande partie grâce aux clips TikTok de Javier Milei et à l'influence de la droite alternative du Brésil et des États-Unis, ces jeunes hommes sont devenus l'aile militante du parti naissant «La Libertad Avanza» lorsque Javier Milei a annoncé son intention de se présenter au congrès en 2021. Des drapeaux jaunes de Gadsden[2]et des casquettes «Make Argentina Great Again»[3]ont commencé à apparaître lors de ses rassemblements électoraux.

Milei a été élu au Congrès en exploitant un fleuve latent de ressentiment qui coule à travers un secteur spécifique de la population argentine: les hommes jeunes, urbains, de classe moyenne et descendants. Mais à mesure que leur écosystème, leur influence et leur portée grandissaient, ces jeunes hommes sont devenus déterminants dans la capacité de l'extrême droite à canaliser le mécontentement populaire face à la crise économique et politique argentine.

Cela a réussi parce que, alors même que la vie est misérable, la logique d'entrepreneur et d'arnaqueur s'insinue de plus en plus dans la société, en particulier parmi les jeunes. La logique du capitalisme est de plus en plus largement considérée comme relevant du bon sens. Si vous êtes pauvre, il n'y a aucune raison systémique à cela: vous ne travaillez tout simplement pas assez dur. Si vous ne gagnez pas assez d'argent, ce n'est pas que votre salaire soit trop bas: vous devez simplement travailler davantage. Si vous voulez changer votre situation, si vous voulez être «libre», vous ne devriez pas vous joindre aux autres ni vous organiser; vous devriez créer votre propre entreprise, en vendant une marchandise, dans le but non seulement d'échapper à l'esclavage salarié, mais aussi d'acquérir des biens, et un jour, vos propres esclaves salariés. La liberté est comprise comme une quête exclusivement individuelle, un jeu à somme nulle dans lequel vous devez exploiter les autres si vous souhaitez être libre.

À mesure que l'hégémonie capitaliste progresse, «le collectivisme et le socialisme» sont blâmés pour les échecs du capitalisme. Idéologiquement sinon pratiquement, le "capitalisme arc-en-ciel progressiste" s'attaque aux luttes de certains secteurs opprimés de la société tout en réduisant un grand nombre de personnes à une pauvreté extrême. Cela permet de canaliser facilement la rage des chômeurs et des travailleurs pauvres loin de la classe capitaliste vers le ressentiment contre les boucs émissaires désignés par l'extrême droite libertarienne.

Il y a de fortes chances que vous pensiez avoir déjà vu ce film. Il n'est pas nécessaire d'analyser les événements mondiaux avec beaucoup d'acuité pour établir des parallèles avec Trump aux États-Unis ou Bolsonaro au Brésil. Les similitudes sont toutes tirées directement du manuel de la nouvelle droite fasciste. La politique des griefs, les guerres culturelles, les sifflets racistes, l'obsession typiquement fasciste d'une nation humiliée ayant besoin d'un homme fort pour la diriger contre ses nombreux ennemis, tant étrangers que nationaux. Il y a aussi l'hallucination du socialisme partout, même parmi les acteurs politiques les plus éloignés des socialistes. En Argentine, la gauche actuelle, dominée par le Frente de Izquierda («Front de gauche», une alliance électorale de quatre organisations trotskystes ), a recueilli moins de 3 % des voix lors de ces élections. Cela montre à quel point la gauche n'a pas réussi à se positionner comme une alternative viable, même dans un contexte de mécontentement populaire massif et de méfiance à l'égard de la classe politique.

Milei et ses «libertaires» ont réussi à présenter les mouvements sociaux de gauche radicale et le gouvernement kirchnériste de centre-gauche comme une seule entité, tout comme Trump a réussi à confondre «antifa» et démocrates aux yeux de ses partisans. À partir de là, la propagande de guerre culturelle était simple. Les socialistes veulent un État grand frère pour contrôler et opprimer les bons travailleurs honnêtes du pays; des hordes paresseuses et violentes vivent des programmes sociaux tandis que les bons travailleurs luttent sous le fardeau des impôts; et tout cela sert une classe politique retranchée et corrompue.

Cette couche de la société représentait à elle seule 30 % des voix au premier tour des élections en octobre. C'était nettement plus que les 15 % donnés comme estimation supérieure dans les sondages, mais cela reste encore loin d'être suffisant pour lui permettre d'accéder au pouvoir. C'est là que nous rencontrons une autre similitude frappante avec le trumpisme américain. L'ancien président Mauricio Macri et son ancienne ministre de la Défense, Patricia Bullrich (qui est arrivée troisième aux élections avec 23% des voix), ont immédiatement déclaré leur soutien à Javier Milei lors du second tour. Les raisons de leur ralliement n'étaient pas le vote des jeunes, ni les électeurs cherchant à changer radicalement le système, mais plutôt le vote anti-péroniste et anti-kirchnériste classique de la classe moyenne supérieure et de l'oligarchie argentines. Tout comme les républicains conservateurs traditionnels l'ont fait aux États-Unis en réponse au succès électoral de Trump, ils ont immédiatement abandonné leurs critiques cinglantes à l'égard de Javier Milei et ont saisi l'opportunité d'exercer le pouvoir avec et derrière lui.

Alors que des gens comme Mauricio Macri et Patricia Bullrich pourraient désapprouver l'extravagance de Milei qui courait dans les meeting avec une tronçonneuse pour illustrer son intention de réduire les dépenses gouvernementales, la politique de Milei représente sans aucun doute leurs rêves les plus fous. Cette partie de l'électorat a toujours rêvé de privatiser l'industrie, de rationaliser l'État pour servir les intérêts du capital, le réduisant à des fonctions purement répressives pour discipliner la société. Il leur manquait simplement le capital politique nécessaire pour insinuer qu'ils avaient ces intentions sans se condamner à l'inutilité politique.

Aujourd'hui, immédiatement après les élections, les postes clés de la prochaine administration Milei ont été attribués aux anciens ministres et économistes du gouvernement désastreux de Macri. Après que Nestor Kirchner ait finalement libéré l'Argentine du poids de la dette envers le Fonds monétaire international, Macri a contracté le prêt le plus important de l'histoire du FMI en 2018, dont une grande partie n'a pas été utilisée pour financer des projets d'infrastructure ou renforcer l'économie, mais pour distribuer des paiements, pour financer les capitalistes. Une partie a été illégalement siphonnée hors du pays.

Les promesses de campagne visant à assécher le marais ont déjà été oubliées avant même que Milei ne prête serment. Les noms des ministres et consultants nouvellement nommés sont le who's who d'un quart de siècle de politiciens de droite discrédités.

Il existe des différences entre le trumpisme et le phénomène ultralibéral en Argentine. Trump était quelque peu protectionniste sur le plan économique, tandis que Milei est un fervent et dogmatique adepte du libre marché. Trump est clairement un opportuniste, une sorte de vase vide. Milei croit sincèrement au modèle de capitalisme le plus réactionnaire, le plus ignoble et le plus illimité qu'on puisse imaginer aujourd'hui. Cette idéologie l'a amené à déclarer - ouvertement, clairement et à plusieurs reprises - qu'il n'y a pas de droit à l'éducation ou à la santé, que si quelque chose n'est pas rentable sur le marché, cela n'est pas nécessaire et ne devrait pas exister. Les routes devraient être privatisées et les organes devraient être une marchandise. Malgré tous les discours de Milei sur «l'anarchisme», son commandant en second est un ardent défenseur de l'armée argentine et de son passé criminel, dont le plan pour faire réponre aux mouvements sociaux est la violence pure.

La principale différence entre le Trumpisme et le phénomène Milei réside dans l'âge de leurs partisans. Tout en promouvant un modèle économique qui ramènerait l'Argentine au XIXe siècle, Milei a réussi d'une manière ou d'une autre à se positionner, ainsi que ses idées, comme étant nouveaux et rebelles. À l'exception de petites poches de jeunes radicalisés, la base de Trump est généralement plus âgée, rurale et isolée, tandis que la majorité des personnes de moins de 30 ans s'opposent fermement à lui. En revanche, avec sa maitrise de TikTok et des nouvelles plateformes de médias sociaux, Javier Milei a fait des percées significatives dans les quartiers populaires et parmi les travailleurs pauvres. Il a constitué une base dans la jeunesse grâce à ses discours virulents, promettant que ses partisans étaient «non pas des moutons à rassembler, mais des lions à réveiller»,

En conséquence, l'interprétation la plus répandue de la liberté et de la rébellion parmi les adolescents et les jeunes d'une vingtaine d'années en Argentine aujourd'hui est non seulement diamétralement opposée à nos valeurs de solidarité et d'entraide, mais elle coopte même notre langage, s'appropriant ouvertement les termes «anarchiste» et «libertaire.» Ce qu'ils entendent par ces mots est une copie conforme des éléments les plus rances du «libertarisme» et du capitalisme ultralibéral. C'est la vision de la société de l'entrepreneur influenceur TikTok.

Malgré leurs différences, Bolsonaro, Trump et Milei sont de fidèles alliés. Bolsonaro devrait assister à l'investiture de Milei et Trump a récemment annoncé son intention de lui rendre visite en Argentine. Ensemble, les trois constituent l'avant-garde d'une internationale proto-fasciste naissante. Bien qu'elle propose le vieux modèle fatigué de xénophobie, de répression et d'austérité capitaliste, cette résurgence de droite s'est positionnée avec succès comme une nouvelle alternative à la politique habituelle, du moins en Argentine. Grâce à l'échec du centre-gauche à améliorer la vie quotidienne des citoyens et à la manière dont de nombreux acteurs du mouvement social de la période post-2001 ont été progressivement intégrés dans l'appareil d'État, l'alternative ultralibérale a réussi à se positionner comme la représentation de rébellion juvénile.

Selon les termes d'une déclaration post-électorale publiée par des organisations anarchistes spécifiques en Argentine:

« Pour qu'une option politique d'extrême droite se développe de cette manière, la défaite est culturelle et idéologique et dure depuis de nombreuses années - à commencer principalement par le «retrait» de nombreux projets émancipateurs, sans parler des projets progressistes, de la part de la majorité des quartiers populaires et des syndicats; l'absence d'une vision concrète sur la manière d'affronter ce système capitaliste et d'un projet révolutionnaire qui s'oppose sans faille à la machine d'appauvrissement de la société qu'est le néolibéralisme. Un processus dans lequel l'État a progressivement incorporé et institutionnalisé de nombreux outils et pratiques du peuple, prenant toute l'action politique dans son camp et transformant les urnes en seul horizon possible de l'action politique. Ce vide de rébellion, de présence contestataire, de lutte sociale, a été rempli par la rhétorique pseudo-fasciste et ultralibérale d'une poignée d'économistes et d'éléments réactionnaires.»

L'histoire se répète encore une fois

Bien que reconditionnées et dotées d'un marketing amélioré, les idées de Milei ne sont guère plus que la formule classique de l'ultra-libéralisme. Ironiquement, s'il n'y avait qu'un seul endroit au monde où de telles expériences d'ultralibéralisme ont déjà été tentées, ce serait bien l'Argentine.

Le mouvement péroniste a émergé dans les années 1940 autour du général Juan Domingo Peron, combinant un projet capitaliste économiquement protectionniste avec un État-providence fort et une rhétorique sur la «justice sociale». Des décennies d'antagonisme entre le péronisme, souvent allié aux forces de gauche, et l'oligarchie et l'armée argentines ont finalement abouti au coup d'État militaire de 1976. Il s'agissait du sixième coup d'État en Argentine au XXe siècle.

La junte militaire a lancé la tristement célèbre guerre sale contre les restes des organisations de guérilla armée du pays - les péronistes de gauche «Montoneros» et l'«Armée populaire révolutionnaire» trotskiste, qui avaient toutes deux été largement vaincues et démantelées à la fin de 1975, avec toute autre personne considérée comme un tant soit peu «subversive». Main dans la main avec le FMI, qui accordait à l'époque le prêt le plus important jamais accordé à un pays d'Amérique latine et exigeait en échange une série de réformes de marché, la junte a imposé au pays la première vague de réformes économiques néolibérales. Ils ont démantelé les politiques protectionnistes du péronisme, éliminant les droits de douane sur les importations et décimant l'industrie nationale, tout en éliminant simultanément toutes les taxes ou restrictions sur les exportations. Dans le même temps, ils ont éliminé le contrôle des loyers, supprimé toutes les subventions aux transports publics et attaqué les syndicats et les droits de négociation collective.

Les résultats furent désastreux pour la majorité de la société argentine. Les travailleurs ont subi le poids d'années d'inflation annuelle à trois chiffres déclenchée par la dette extérieure toujours croissante du pays. En 1982, une junte militaire impopulaire a poussé le pays dans une guerre avec la Grande-Bretagne à propos des îles Malouines dans une tentative désespérée de détourner l'attention de ses problèmes intérieurs, emportant avec elle environ un millier de vies supplémentaires avant le retour à la démocratie capitaliste en 1983.

Mais il s'est avéré impossible de se débarrasser du fardeau de la dette écrasante envers le FMI. Les années 1980 ont été marquées par des taux d'inflation annuels astronomiques, oscillant régulièrement entre 400 et 600 %. En 1989, l'inflation avait placé 47 % du pays sous le seuil de pauvreté. Puis une vague d'hyperinflation (200 % en un mois) a entraîné des pillages et des affrontements généralisés qui ont fait plus de quarante morts.

Début 1991, juste après la chute du mur de Berlin et l'effondrement du bloc de l'Est. Francis Fukuyama a proclamé «la fin de l'histoire», le triomphe du capitalisme néolibéral comme le meilleur et le seul monde possible. L'Argentine a mis fin à l'inflation grâce à la «convertibilité», qui a artificiellement lié le peso argentin au dollar américain à un taux de change de un pour un. Cela a été financé par un autre prêt du FMI, cette fois à hauteur d'un milliard de dollars américains - l'un des nombreux prêts du FMI accordés à l'Argentine au cours des années 1990. Dans le même temps, le président nouvellement élu Carlos Menem a lancé une nouvelle vague de réformes néolibérales sans précédent centrées sur la privatisation de l'industrie, l'assouplissement ou l'élimination des contrôles à l'importation, la restructuration de l'État et la déréglementation économique. L'entreprise privée et les forces du marché étaient à l'ordre du jour - et en effet, les premières années ont été marquées par une stabilité et une prospérité relatives. Pour la première fois depuis des décennies, l'inflation a été maîtrisée, l'afflux de liquidités fraîches dans les caisses de l'État a permis certains allègements fiscaux, et les premières améliorations du commerce et des infrastructures grâce aux investissements étrangers, associées à l'absence de droits d'importation, ont créé des emplois et une croissance des salaires, et des produits bon marché pour le pays.

Mais c'était une bulle. Incapables de rivaliser avec la concurrence internationale, les petites entreprises et les usines ont commencé à fermer leurs portes. Les investisseurs étrangers qui avaient absorbé les infrastructures publiques ont commencé à chercher à sécuriser leurs profits et n'ont pas réussi à réinvestir. Sans surprise, cela a entraîné une détérioration rapide des services publics, notamment des transports. Le déséquilibre commercial, dans lequel plus de dollars sortaient du pays que n'y entraient, rendait le taux de change un pour un de plus en plus insoutenable. Alors que de plus en plus de personnes perdaient leur emploi, une résistance ouverte aux fermetures d'usines a commencé à émerger entre le milieu et la fin des années 1990, donnant naissance au mouvement des chômeurs, connu sous le nom de "Piqueteros" , célèbres pour utiliser les barrages routiers militants comme un moyen de pression. Une démonstration de force pratique et un outil symbolique pour attirer l'attention sur leur lutte.

Tout cela a atteint son paroxysme en décembre 2001. À la suite d'une ruée bancaire motivée par des rumeurs d'une dévaluation imminente du peso argentin, le ministre de l'Économie de l'époque, Domingo Cavallo, a imposé ce qu'on appellera le corralito, limitant les retraits d'espèces des banques à 200 $ par semaine. Cela a créé une crise au sein de la classe moyenne, qui a convergé avec la vague de mécontentement des classes populaires argentines, les plus durement touchées par un taux de chômage de plus de 20 % et un taux de pauvreté de plus de 40 %. Le 19 décembre 2001, des pillages généralisés ont éclaté dans plusieurs villes du pays, notamment dans la grande région de Buenos Aires. En réponse, cette nuit-là, le président De la Rua a déclaré l'état d'urgence, le premier dans le pays depuis 1989. Des dizaines de milliers de personnes ont immédiatement convergé vers la Plaza de Mayo, devant le palais présidentiel, tandis que des centaines de milliers d'autres se sont rassemblées. balcons solidaires pour cogner des pots dans une cacophonie sans fin de rébellion. La police a déclenché une violente vague de répression; après des heures de combats rangées, ils ont réussi à dégager la place et à disperser les manifestants.

Cela aurait pu s'arrêter là, si la nuit de l'état d'urgence n'était pas tombée un mercredi. Comme l'a dit un témoin[4]

«Le destin sourit aux audacieux. Comment expliquer autrement que le lendemain de la violente répression tombe un jeudi? Jeudi. Le seul jour de la semaine où, depuis les moments les plus sombres de la dictature de 1977, les mères et grands-mères des personnes enlevées et disparues par la junte militaire se réunissent pour veiller et réclamer justice pour leurs enfants. Chaque. Célibataire. Jeudi. À ma connaissance, sans exception, beau temps, mauvais temps, ils sont là avec leur emblématique foulard blanc, marchant dans un silence digne et provocateur devant le palais présidentiel, sur la Plaza de Mayo.

C'est ainsi que le jeudi matin 20 décembre, peu après 10 heures du matin, les Mères de la Place de Mai sont arrivées sur la place. C'était environ cinq heures après qu'un calme tendu soit finalement revenu dans le centre-ville de Buenos Aires, après que la police ait finalement réussi à disperser les dizaines de milliers de personnes dans les rues - mais pas avant que la foule n'ait apparemment réussi plusieurs tentatives pour prendre d'assaut le congrès. . Cette nuit aurait pu être le début et la fin de la «bataille de Buenos Aires».

Mais à mesure que la matinée avançait, des tentatives éparses avaient déjà été faites par les gens pour commencer à reprendre la place, ou au moins à se rassembler à nouveau face à l'interdiction des rassemblements publics. On pouvait voir à la télévision un jeune homme implorant les gens de descendre, de ne pas aller travailler, de prendre une journée, une heure, un moment pour contribuer à changer le cours de l'histoire. Mais à l'arrivée des Mères, il n'y avait probablement pas plus de une ou deux cents personnes.

Peu après leur arrivée, la police a reçu l'ordre de disperser la ou les douzaines de Mères et la centaine de sympathisants présents. De vieilles dames, dont beaucoup avaient entre 70 et 80 ans, ont résisté courageusement aux accusations et aux coups de fouet de la police montée. Des petites vieilles dames, apparemment fragiles de l'extérieur mais portant avec elles des décennies de courage et de conviction inébranlables, confrontées à la violence déchaînée d'un gouvernement mourant. Armés de rien d'autre que leur dignité. Le pays a suivi tout cela en direct à la télévision.

Je ne sais pas si le soulèvement argentin avait besoin d'une autre étincelle, ou si le feu était déjà devenu incontrôlable à ce moment-là. Nous ne saurons jamais. Mais je sais que l'impact de ces scènes a été incommensurable. S'il manquait une dernière étincelle, ces scènes l'ont fournie. Ce sont aussi - et je suis sur que des milliers de personnes ont partagé précisément cette expérience avec moi - les dernières images que j'ai vues avant de me diriger moi-même vers le centre-ville.»

Ce jour-là, le 20 décembre 2001, la jeunesse, la classe ouvrière et les chômeurs d'Argentine ont assiégé le palais présidentiel avec des dizaines de milliers de personnes «jeunes et vieux, se jetant droit dans le gaz et les balles, ne sachant pas si ce serait du caoutchouc ou du plomb.[5]

En fin de compte, malgré une répression meurtrière qui a fait 39 morts au cours de ces deux jours, nous avons contraint le président à la démission et l'avons vu fuir le palais présidentiel en hélicoptère. Il semblait, à l'époque, que c'était la fin définitive de l'expérience néolibérale en Argentine et une leçon sur la relation intrinsèque entre politique ultralibérale et répression, illustrant le cout énorme en vies humaines des deux expériences néolibérales.

Nous pensions que cela servirait à vacciner l'Argentine contre le retour du néolibéralisme pendant des générations. Le temps qui passe nous a prouvé le contraire.

Ultralibéraux, militaires et répression: une histoire d'amour

La présidence de Milei ne commence que le 10 décembre, mais l'appât et le changement de la campagne de Milei sont déjà évidents. La promesse selon laquelle l'austérité et les coupes budgétaires seront payées «par la classe politique» s'est déjà transformée en «six mois incroyablement difficiles pour tout le monde». Il a déjà annoncé la possibilité de ne pas verser de primes de fin d'année aux fonctionnaires. Ses assurances quant à une solution immédiate à l'inflation ont cédé la place à «Cela prendra 18 à 24 mois». Enfin, en clin d'oeil à la promesse de Trump de «drainer le marais», la caste politique contre laquelle il s'est élevé l'entoure désormais et occupe des postes gouvernementaux, y compris de nombreuses personnes responsables des désastres économiques et sociaux des années 1990 et autres membres du gouvernement Macri.

Cependant, sur d'autres aspects, Milei a clairement indiqué qu'il gouvernerait aussi près de son idéologie que l'équilibre des pouvoirs dans les branches du gouvernement et dans la rue le lui permettait. Le premier jour après son élection, il a annoncé son intention de procéder à la vente ou à la fermeture de tous les médias publics et à l'arrêt de tous les projets d'infrastructures publiques. Sans surprise, nous assistons déjà à une campagne de propagande dans les médias d'entreprise visant à opposer les travailleurs du secteur privé et la société dans son ensemble aux employés de l'État et à ceux qui travaillent pour les médias publics. Les grands médias ont publié des chiffres de salaires faux et gonflés et ont présenté les employés de l'État comme voulant préserver «leurs privilèges aux dépens de la société». Non contents des affrontements entre pauvres que nous connaissons dans nos quartiers, ces réactionnaires tentent désormais de provoquer un cannibalisme social dans lequel les travailleurs qui ont encore accès à la sécurité de l'emploi et aux avantages sociaux sont présentés comme des privilégiés au niveau mondial aux dépens de tous les autres.

Alors que la résistance s'élève déjà contre les licenciements, les privatisations et l'austérité à venir - avec les travailleurs, les syndicats et les organisations sociales appelant à des assemblées ouvertes pour discuter de la situation et commencer à organiser leur résistance - la relation symbiotique entre les réformes ultralibérales, les médias d'entreprise et les forces répressives de l'appareil d'État apparaît. De nombreux médias mettent en garde contre le danger d'un «coup d'État» en référence à d'éventuels troubles qui pourraient éventuellement renverser le gouvernement Milei. Cette rhétorique vise à confondre la révolte populaire avec une prise de pouvoir militaire.

Au même moment, l'ancien président Mauricio Macri est allé à la télévision pour encourager les jeunes partisans de Milei à attaquer ceux qui pourraient descendre dans la rue pour s'opposer aux licenciements et aux coupes budgétaires. Débordant de racisme et de classisme, il a suggéré que «les orcs», comme il fait référence aux chômeurs et autres piqueteros, «devraient réfléchir très attentivement à ce qu'ils font dans la rue, car les jeunes ne supporteront pas qu'ils les volent. de l'opportunité de changer le pays. Le langage, dans lequel Macri nous traite d'«orcs» et Milei de «connards de gauche» qui font obstacle au changement et à un «avenir meilleur pour les Argentins honnêtes», n'est pas seulement le reflet du classisme et du racisme de la classe moyenne supérieure et de l'oligarchie argentines. Il s'agit d'un outil consciemment conçu et utilisé pour commencer à stigmatiser et à ostraciser la résistance populaire afin d'immuniser une partie aussi large que possible de la société contre la solidarité avec les mouvements sociaux lorsque les affrontements commencent inévitablement.

Moins d'une semaine après le jour des élections, la première apparition publique de la vice-présidente de Milei, Victoria Villaruel, a été une visite dans un commissariat de police, où elle est apparue entourée d'officiers alors qu'elle expliquait la nécessité de leur accorder davantage de fonds et d'équipements. Simultanément, le camp de Milei annonce déjà qu'il tentera de modifier la loi sur la défense nationale afin de permettre à nouveau le recours à l'armée à des fins de sécurité intérieure, y compris contre les «terroristes». Le message est clair pour les anarchistes, la gauche et tous ceux qui envisagent de descendre dans la rue pour s'opposer à ce nouveau gouvernement: nous serons qualifiés de terroristes. À partir de là, il ne reste qu'un pas avant que la tristement célèbre armée argentine ne se déchaîne à nouveau contre quoi que ce soit et contre quiconque sera considéré comme «subversif».

Ce n'est pas une coïncidence si la vice-présidente de Milei est Victoria Villaruel, une fervente défenseure des militaires reconnus coupables de crimes contre l'humanité sous la dernière dictature. L'armée et l'appareil répressif de l'État dans son ensemble sont des éléments essentiels du projet ultralibéral, en particulier dans les pays dotés de réseaux de résistance bien développés comme l'Argentine. Malgré tous leurs discours sur «l'anarcho-capitalisme», un oxymore ridicule, l'ultralibéralisme représente une rationalisation de l'État pour lui permettre de mieux défendre les intérêts de la propriété et de la classe capitaliste. C'est l'État qui se débarrasse du bagage du système de protection sociale, des programmes sociaux et de toute responsabilité envers la masse de la société. Il s'agit de la transformation de l'État capitaliste dans sa forme la plus grossière et la plus brute: un instrument pour préserver la société de classes et discipliner tous ceux qui s'y opposent.

Ce n'est pas une coïncidence si Milei a refusé de répondre lorsqu'un intervieweur lui a demandé clairement s'il croyait en la démocratie. Le projet ultralibéral place le marché au-dessus de tout, considérant les droits à la propriété, au capital et à l'exploitation comme les seuls droits inaliénables. De ce point de vue, «l'immaturité» et les «caprices» de la société - même quelque chose d'aussi directement inscrit dans le cadre de la démocratie représentative capitaliste que le fait de rejeter des politiciens du pouvoir ou de rejeter leurs politiques au Parlement - ​​ne sont qu'un obstacle à surmonter. Cet état d'esprit est parfaitement résumé dans la déclaration d'Henry Kissinger à propos du Chili dans les années 1970: «Les questions sont bien trop importantes pour que les électeurs chiliens puissent décider par eux-mêmes.»

Ce n'est pas non plus un hasard si c'est précisément au Chili, main dans la main avec la dictature de Pinochet et avec le soutien matériel des États-Unis, qu'a eu lieu l'autre grande expérience ultralibérale en Amérique latine. Au Chili, les «Chicago Boys», un groupe d'économistes chiliens formés à l'Université de Chicago et adhérant aux idées de Milton Friedman (que Javier Milei vénère), ont réussi à mettre en oeuvre une batterie de réformes néolibérales. La condition préalable nécessaire à la mise en oeuvre de ces réformes était une junte militaire qui tuait et faisait disparaître des dissidents par milliers, tout comme en Argentine. Les conséquences durables de plusieurs de ces réformes (telles que la privatisation des régimes de retraite, des systèmes de chèques scolaires et universitaires et la privatisation des transports publics) ont été les catalyseurs du soulèvement chilien de 2019.

La liberté du marché signifie nécessairement exploitation pour les travailleurs et misère pour la majorité de la société. L'histoire de ce pays le montre. En fin de compte, lorsque cet état de choses génère suffisamment de résistance populaire, la seule manière de la maintenir est de recourir à la force brute de l'État. Malgré la rhétorique creuse de la liberté, Milei et Villaruel sont les héritiers politiques de Pinochet et des Chicago Boys, de Martinez de Hoz pendant la dictature argentine et du néolibéralisme des années 1990 qui a couté la vie à 38 personnes en une semaine avant de céder le pouvoir. Dorloter les forces de sécurité de l'État et rejeter les crimes de la dictature argentine ne sont pas de simples manoeuvres de guerre culturelle. Ils savent aussi bien que nous que tôt ou tard, l'ultralibéralisme ne pourra être imposé que par la répression et la violence - et ils comptent bien recommencer.

Les «Forces du Ciel» contre les Orcs

Aujourd'hui, nous sommes nombreux à avoir peur. Cela ne sert à rien d'essayer de le cacher. Beaucoup d'entre nous ne sont pas avides de se battre. C'est peut-être parce que maintenant, pour la première fois depuis des décennies, nous nous trouvons carrément sur la défensive. Nous menons des batailles, comme celle pour la mémoire collective de ce que représentait la dernière dictature, que nous pensions définitivement gagnée il y a vingt ans. Nous menons d'autres batailles que nous pensions avoir gagnées il y a un siècle, comme la lutte pour l'éducation publique et les soins de santé.

Je souriais sous le masque, me délectant de la perspective d'affronter de front les gardiens de l'État. Aujourd'hui, je joue mon rôle dans une assemblée ou un affrontement à contrecoeur, parfaitement conscient du nombre de vies que nous avons perdues à cause de la répression la dernière fois. C'est peut-être parce que ceux de ma génération sont plus âgés maintenant. Nous avons plus à perdre. La vie nous a appris la peur qui était absente des affrontements de notre jeunesse.

Ou peut-être avons-nous peur parce qu'en 2001, lorsque la dernière expérience néolibérale en Argentine a atteint son point culminant désastreux avec un taux de pauvreté de 50 % et la fureur des dépossédés culminant avec des pillages généralisés et le siège du palais présidentiel, c'était nous, les jeunes. ... qui étaient à l'avant-garde de ces affrontements. Aujourd'hui, dans une tournure des événements qui fait que beaucoup d'entre nous se sentent beaucoup plus âgés qu'ils ne le sont en réalité, une grande partie de la jeunesse est derrière Milei et le nouveau gouvernement ultralibéral.

C'est encore un autre exemple de l'échec du progressisme et de la gauche étatiste, qui ne parviennent pas à attaquer le capitalisme à ses racines. En Argentine, après le soulèvement de 2001, ils n'ont pas réussi à porter le coup final alors que la bête était blessée, discréditée et au plus faible. Au lieu de cela, ils ont tenté de l'apprivoiser et de le gouverner. Ce processus a intégré des centaines, voire des milliers de militants et de combattants des années 1990 et du soulèvement de 2001 dans l'appareil étatique. Oui, l'État a pris une apparence progressiste, légalisant le mariage homosexuel, s'attaquant à l'oligarchie rurale, défiant les monopoles médiatiques, libérant enfin le pays de la dette du FMI et mettant même la «redistribution des richesses» dans le discours dominant. Mais l'association de la gauche à l'État et la situation financière désastreuse ont ouvert la voie à la victoire que remporte aujourd'hui l'extrême droite ultralibérale.

Peut-être sommes-nous condamnés à un cycle sans fin dans lequel chaque génération devra réapprendre les douloureuses leçons du passé. Considérant que cette génération a connu à peine plus de 40 % de pauvreté, une inflation annuelle à trois chiffres, l'érosion de la qualité des soins de santé publics et de l'éducation, la corruption grotesque d'une classe politique qui prêche la justice sociale et la redistribution des richesses pendant ses vacances sur des yachts en la Méditerranée... peut-on leur reprocher de se tourner désespérément vers un homme qui leur promet la «liberté»? Cela n'a aucun sens de prévenir le chauffeur Uber ou le livreur Rappi qu'ils perdront leurs avantages sociaux ou leur droit aux congés payés alors qu'ils n'ont déjà ni l'un ni l'autre. Mais l'alternative qu'ils adoptent est encore pire.

Le déroulement des mois à venir dépendra de divers facteurs. Les principaux syndicats bureaucratiques se retireront-ils et tenteront-ils de surmonter la tempête, ou soutiendront-ils leurs travailleurs confrontés à des licenciements? Vont-ils se mobiliser en solidarité avec les chômeurs, appelleront-ils à une grève générale si Milei tente de réformer le droit du travail ou les lois sur la négociation collective? Les gens se mobiliseront-ils pour défendre les institutions publiques et les entreprises publiques? L'extrême droite réussira-t-elle à tirer parti de la politique de guerre culturelle pour décourager la solidarité avec les plus opprimés et les plus vulnérables du pays?

Même si Milei bénéficie du solide soutien de sa base de jeunes fanatiques et des classes moyennes et supérieures virulemment anti-kirchnéristes et péronistes, une partie importante de ses électeurs sont au chômage et travaillent à faible revenu. Ces gens ont voté pour lui dans l'espoir déplacé mais sincère qu'il puisse réellement changer leur vie pour le mieux. Ils ne sont pas idéologiquement liés à son ultralibéralisme et ils ne sont pas en état d'attendre patiemment six mois pendant que les choses «empirent avant de s'améliorer». Si l'inflation devient incontrôlable et que le poids de l'austérité et des coupes budgétaires pèse directement sur les plus vulnérables d'Argentine, le conflit social pourrait à nouveau s'étendre.

Les mouvements sociaux en Argentine sont actuellement démoralisés. En ce qui concerne le camp anarchiste, la triste réalité est que malgré les efforts louables de générations d'anarchistes, le mouvement est actuellement peu nombreux et la présence des anarchistes dans les mouvements sociaux est marginale. Même si le mouvement maintient certains espaces physiques et qu'il y a des tentatives pour commencer à rassembler une présence anarchiste plus cohérente et plus visible, nous ne sommes guère plus qu'un vestige de ce qui était autrefois l'un des mouvements anarchistes les plus puissants du monde.

Mais nous devrions tous être parfaitement conscients du fait que l'histoire ne tend pas comme par magie vers la libération. Ce n'est pas parce que nous avons déjà vaincu les forces du néolibéralisme qu'elles sont destinées à chuter à nouveau cette fois-ci. L'histoire sera ce que nous en ferons. Ni plus ni moins. La défaite de la politique ultralibérale - que ce soit au XIXe siècle, sous Pinochet, sous la dernière dictature ou lors du soulèvement de 2001 - s'est toujours faite au prix d'immenses luttes, de sacrifices et de pertes en vies humaines.

La dernière expérience néolibérale en Argentine a généré la pire crise économique et sociale de l'histoire de ce pays. Avant le soulèvement de décembre 2001, les révolutionnaires, les organisateurs et, oui, les anarchistes - même s'ils étaient rares à l'époque - ont travaillé pendant des années. Cela signifiait créer des réseaux de solidarité et d'entraide dans les quartiers. Construire des organisations de base de chômeurs indépendantes des principaux syndicats ou partis politiques. Organiser des assemblées sur les lieux de travail, dans les écoles et les universités. Faire preuve de solidarité pratique partout où nous étions nécessaires. Tout cela devra se reproduire aujourd'hui.

«Camarades, les temps à venir nous obligeront à redoubler d'efforts et à lutter pour l'unité la plus large des organisations populaires, dans le contexte d'une stratégie de lutte populaire dans les rues. (...) Nous devons défaire la fragmentation et l'individualisme qui ont créé le contexte qui a amené ce personnage au pouvoir. Il ne sert à rien de prêcher aux convertis. C'est notre tâche de parler à chaque collègue de travail, à chaque voisin, toujours dans la perspective de la lutte et de l'organisation de base.»[6]

Finalement, comme en 2001, le moment viendra de descendre dans la rue - en tant que jeunes et vieux, en tant que travailleurs, en tant qu'étudiants, en tant qu'éléments divers de la société, solidaires les uns des autres et lassés de la classe capitaliste et de ses politiciens. Au cri de «Que se vayan todos», notre rage collective les a vaincus en seulement quarante-huit heures en décembre 2001.

Espérons que le moment venu, nous recommencerons.

Batallón Bakunin
@batallonbakunin

++++

QUE SE PASSE-T-IL MAINTENANT?

La position de l'anarchisme organisé sur ce qui se prépare en Argentine

"La liberté d'opprimer, d'exploiter, de forcer les gens à faire le service militaire, à payer des impôts, etc. est la négation de la liberté.

La liberté d'opprimer, d'exploiter, de contraindre au service militaire, de payer des impôts, etc., est la négation de la liberté; et le fait que nos ennemis utilisent le mot liberté de manière aussi inopportune et hypocrite ne suffit pas à nous faire renoncer au principe de la liberté, qui est le caractère distinctif de notre Parti, qui est le facteur éternel, constant et nécessaire de la vie et du progrès de l'humanité.

La liberté égale pour tous et le droit, par conséquent, de résister à toute violation de la liberté, et de résister par la force brutale, lorsque la violence repose sur la force brutale et qu'il n'y a pas de meilleur moyen de s'y opposer avec succès..."
Errico Malatesta - " La Questione Sociale " 25 novembre 1899.

En fin de compte, Milei a gagné, produit d'un système démocratique représentatif en décomposition, ce qui implique la possibilité réelle d'un renversement des acquis et des droits populaires. Un projet pour ceux d'en haut voté par ceux d'en bas. Et notre position réaffirme la ligne de confrontation et de dépassement de l'immobilisme généré par la peur de cette avancée des secteurs ultra-droitiers, réactionnaires et ultra-libéraux. Mais la défaite n'est pas électorale, pas plus que celle de dimanche dernier. Pour qu'une option politique d'ultra-droite ait pu se développer, la défaite est culturelle et idéologique et dure depuis de nombreuses années, principalement en raison du "retrait" d'une grande partie des projets émancipateurs, voire progressistes, de la majorité des quartiers populaires et des syndicats, de l'absence d'une idée concrète sur la manière d'affronter ce système capitaliste et d'un projet révolutionnaire qui s'attaque en profondeur à la machine à appauvrir les peuples, appelée néolibéralisme. L'État a incorporé et institutionnalisé de nombreux outils de ceux qui sont au bas de l'échelle, en prenant toute action politique à son compte et en faisant des urnes le seul horizon possible pour l'action politique. Ce manque de rébellion, de présence rebelle, de lutte sociale, a été comblé par une rhétorique pseudo-fasciste et ultralibérale.

Une rhétorique pseudo-fasciste et ultra-libérale d'une poignée d'économistes et d'expressions réactionnaires. Dans un contexte également marqué par la crise économique, l'accroissement des inégalités et l'exclusion d'une grande partie de la population de l'accès à ses besoins les plus fondamentaux.

L'ascension de Milei au siège de Rivadavia a généré un mélange de rancoeurs allant de la perplexité à l'incertitude, en passant par la perspective d'une catastrophe et, surtout, par la peur. Peur de la mise en oeuvre des mesures et des slogans avancés par les candidats tout au long de la campagne électorale, dont certains sont délirants quand d'autres font partie du répertoire des secteurs réactionnaires et anti-populaires de l'histoire de notre pays. Il s'agit de la suppression des droits, de la misogynie, de la marchandisation extrême de tous les aspects de la vie (marché des organes, des enfants, etc.), de l'application des doctrines de choc et d'une grande partie du scénario de l'Ecole de Chicago. À ce sujet, il a déjà prévenu qu'"il n'y aura pas de gradualisme". Parmi les aspects les plus graves, il y a aussi la reconnaissance de la répression illégale de la dernière dictature et la possibilité d'un pardon pour les génocidaires, ce qui irait dans le sens d'un coup d'accélérateur à la répression généralisée.

En principe, nous disons qu'il ne faut pas sous-estimer la répression ouverte de la contestation et remplir les prisons de combattants sociaux.

En principe, nous disons qu'il ne faut pas sous-estimer l'ennemi ni négliger sa capacité à constituer une force politique et sociale à la mesure de son projet. Jusqu'à présent, il y a un certain nombre d'éléments à prendre en compte concernant le point de départ de cette nouveauté politique.

Tout d'abord, La Libertad Avanza ne possède pas encore de pouvoir territorial, elle n'a pas encore gagné de gouvernorat, ni même de mairie dans tout le pays. On peut penser que Macri apportera une certaine structure (la possibilité d'un co-gouvernement Milei-Macri est encore inconnue), bien que nous ayons vu comment l'accord post-élections générales a fini par en miner une partie importante et a divisé le pays.

Milei pourrait également parasiter une autre structure politique ou avancer dans la mise en place d'une coordination avec des gouverneurs et des maires attachés au pragmatisme de l'État, mais il ne s'agit aujourd'hui que de conjectures. Nous devons tenir compte du fait que le vice-président élu, au-delà de la recherche de l'impunité pour les répresseurs, s'est orienté vers l'organisation d'un bloc politique ou d'un parti qui représente la famille militaire.

D'autre part, Milei n'a à ce jour aucune base organisée dans les syndicats, les mouvements sociaux ou les organisations civiles.

Il n'a pas non plus la capacité de mobilisation organique. L'électeur n'est pas un militant, mais un simple agitateur, du moins jusqu'à aujourd'hui. La Libertad Avanza n'a pas réussi à former une force politique organique (nous avons déjà vu comment chaque membre donne son avis à un moment donné sur une question donnée et avec une position donnée). Elle a rempli les rues lors de ses derniers événements de campagne et dans les principaux centres urbains du pays dès que le triomphe électoral a été connu. Milei n'a pas pu générer de mobilisations dans le cadre d'une stratégie donnée. Du moins, pas à court terme.

Dans ce pays, le seul acteur ou force sociale qui a réussi à s'imposer à tous les niveaux pour appliquer avec succès des mesures anti-populaires a été l'armée à travers les dictatures successives.

Macri a essayé -avec certains appareils- d'intervenir auprès des syndicats, de criminaliser la protestation, d'avancer avec des réformes anti-populaires, des politiques d'ajustement sauvages, sans pouvoir aller au fond des choses, puisque les mobilisations de 2017 contre la réforme des retraites ont marqué -malgré la défaite- une étape importante de la résistance. Macri n'a pas réussi à toucher aux Conventions collectives ni à mettre en oeuvre une réforme globale du travail. Milei, avec beaucoup moins d'appareil, ne pourra pas, en principe, réunir un quorum dans un congrès où il est minoritaire. De plus, s'il opte pour une avalanche de décrets, il se heurtera à la Cour Suprême qui, bien qu'en accord avec plusieurs axes du gouvernement, ne souhaite pas être exposée face à une progression de l'illégalité et de la violation des droits que les politiques de La Libertad Avanza tenteront d'apporter avec elles. Enfin, pour en arriver à une situation extrême, il est difficile de penser que Milei a assez de pouvoir pour s'opposer à la politique de La Libertad Avanza.

Il est difficile de penser que Milei a suffisamment de pouvoir pour promouvoir un auto-coup d'État réussi, comme ce fut le cas avec Fujimori au Pérou.

Il convient également de noter - avec inquiétude - que Milei n'a pas essayé de modérer son discours, même dans la dernière ligne droite de la campagne, ce qui nous amène à penser qu'il est déterminé à mettre en oeuvre au moins une partie du plan d'ajustement contre le peuple. Nous pensons que cela ouvrira une période de plus grande instabilité politique, sociale et économique, de persécution du peuple, d'instabilité économique, de persécution du peuple, de privatisation de tous les domaines du secteur public, de tenter d'imposer une réforme sauvage du travail, d'attaquer le droit à l'interruption volontaire de grossesse et à l'éducation sexuelle complète.

Camarades, le moment est venu de redoubler d'efforts et de miser sur l'unité la plus large de nos organisations dans la lutte contre la pauvreté. Nous devons redoubler d'efforts et miser sur l'unité la plus large de nos organisations dans le cadre d'une stratégie de lutte populaire, dans la rue, basée sur des plans d'action et des mesures de force. Mais il est nécessaire de renverser la fragmentation et l'individualisme qui ont créé le contexte qui a amené ce personnage au pouvoir..

Il ne sert à rien de parler entre nous. Il nous incombe d'interroger chaque collègue, chaque voisin, toujours sur la base de la lutte et de l'organisation de base. Ne pas le persécuter ou le condamner parce qu'il est allé voter pour ceci ou pour cela. Il faut renforcer notre stratégie qui vise à renforcer la confiance dans notre propre force, dans notre propre capacité d'action, dans l'action de notre peuple et de ses organisations.

Nous devons ouvrir la voie à une résistance active, organisée et, surtout, unie à la poursuite de la progression de ceux qui sont au sommet. Il est plus que probable que bon nombre de syndicats et d'organisations sociales sont prêts à descendre dans la rue avant qu'une réforme antipopulaire ne progresse. Il n'est pas surprenant de voir l'élaboration d'articulations entre des secteurs militants de la CGT comme les banques, les chauffeurs, les sidérurgistes, avec des secteurs des deux CTA avec les fonctionnaires, les enseignants et les travailleurs de la santé en tête.

Les mouvements sociaux, les organisations d'étudiants, les organisations environnementales, les organisations de défense des droits de l'homme seront en alerte et en première ligne au cas où les forces ultra-libérales voudraient nous arracher notre coeur.

Organisation Anarchiste de Cordoue - OAC
Fédération Anarchiste de Rosario - FAR
Organisation Anarchiste de Tucumán - OAT
Organisation Anarchiste de Santa Cruz - OASC

source: Organisation anarchiste de Cordoue 21 novembre à 00h13 ·

traduction automatique

Notes
[1]Ancap pour anarcho capitaliste
[2]Le Gadsden Flag ou drapeau de Gadsden est un étendard utilisé par les libertariens, qui représente un serpent à sonnette avec la devise Don't tread on me: «ne me marche(z) pas dessus», «ne me foule(z) pas aux pieds», «bas les pattes», en latin: nemo me impune lacessit
[3]«Rendre sa grandeur à l'Argentine.»
[4]Ceci est un extrait d'un livre à paraître sur PM Press sur le soulèvement argentin de 2001.
[5]Barricade n°13, janvier 2002, «L'Argentine éclate»
[6]-«Et maintenant, que se passe-t-il? Une déclaration commune publiée le 21 novembre 2023 par la Federacion Anarquista Rosario, l'Organización Anarquista Tucumán, l'Organización Anarquista Cordoba et l'Organización Anarquista Santa Cruz.

https://oclibertaire.lautre.net/spip.php?article3999
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr