A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Polski_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021 | of 2022 | of 2023

(fr) Monde Libertaire - Pages d'histoire n°42: Laogai, l'enfer communiste

Date Tue, 5 Dec 2023 13:17:55 +0000


L'auteur est l'un des meilleurs spécialistes du système concentrationnaire chinois, il a publié une excellente étude (Chine, l'Archipel oublié, Fayard, 1992). Il revient trente ans après dans une remarquable synthèse sur ses continuités et ses transformations. ---- Initialement copié sur le modèle soviétique, ce système se compose lui aussi comme un archipel avec des grandes et des petites prisons où les prisonniers sont contraints au travail gratuit. Le laogai maoïste est même antérieur à la prise du pouvoir par le Parti communiste chinois sur la Chine continentale. En effet, en 1926 là où le PCC a assis son pouvoir, les opposants sont contraints au travail forcé. À partir de 1949, le système concentrationnaire constitue l'une des pierres angulaires du régime et de sa terreur. Entre 1948 et 1976, plus de 10 millions de personnes - ad minima - y ont été déportées, la quasi-totalité y est morte d'épuisement. À la mort de Mao, des contradictions apparaissent entre les partisans d'une transformation du système des camps en un système carcéral fermé dans lequel les détenus seraient obligés de travailler. Les deux modèles coexistent. En 1994, il y aurait plus 1 200 000 prisonniers dans les camps et 150 000 dans les prisons, nombre d'opposants du Printemps de Pékin y sont internés après la répression de la place Tian'An Men en 1989, qui fit ad minima 10 000 victimes. Il y avait à cette date 684 centres concentrationnaires, 492 centres de réhabilitation, 155 prisons où les détenus sont 14 dans 3 m2.

Le système répressif se compose de plusieurs niveaux: des prisons pour les «droits communs», un système de déportation pour les minorités de traditions musulmanes - les 11 millions de Ouïghours sont par groupe de plusieurs milliers de personnes contraintes d'y travailler - enfin un troisième cercle est destiné aux dissidents et opposants politiques, c'est ce dernier qui est le plus secret - Tibétains, chrétiens ou défenseurs des droits humains y sont enfermés. Les deux premiers sont pleinement intégrés à l'économie chinoise, nombre de produit «made in china» sont fabriqués par les prisonniers quand ces derniers ne sont pas obligés de travailler sur les grands chantiers. Officiellement, le système concentrationnaire n'existe plus, mais plusieurs millions de personnes (entre 5 et 8 millions selon les estimations) subissent les violences du système totalitaire. Signes des mutations du régime, certains camps sont considérés comme des entreprises...

Sylvain Boulouque

* Regard sur les mutations du goulag chinois (1949-2022)
Jean -Luc Domenach
Fayard 2023, 202 p. 22 €

https://monde-libertaire.fr/?articlen=7600
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr