A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Polski_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021 | of 2022 | of 2023

(fr) UCADI #178 I-8[ITA]- Les communistes anarchistes, les questions juives et palestiniennes I. - La nature institutionnelle particulière de l'État d'Israël (it)[traduction automatique]

Date Thu, 30 Nov 2023 19:44:14 +0000


Pour comprendre la dynamique politique interne d'Israël, il est extrêmement important de prendre en compte les effets de l'immigration sur la croissance démographique. Au 31 mars 2019 (date du dernier recensement), la population israélienne était composée de 9 millions de personnes; depuis 1948, il a augmenté de 1 700 %. Cela est du non seulement au taux de fécondité qui se situe dans la moyenne mondiale, mais à une immigration constante et régulée qui est passée de 28 600 en 2021 à 70 000 en 2022 en raison de l'afflux d'Ukraine, de guerre et d'autres pays d'Europe. l'est.[11]Cependant, au cours des vingt années précédentes, la plupart des olim (c'est ainsi qu'on appelle les nouveaux immigrants) venaient des pays d'Afrique du Nord, d'Irak, d'Iran, des pays d'Amérique latine; cette grande mutation dans la composition des classes sociales de la population israélienne a eu une influence significative sur l'équilibre politique, augmentant le poids des partis religieux qui doivent également leur augmentation du consensus à la nécessité de s'installer sur le territoire des nouveaux arrivants, désireux de s'installer sur des terres volées aux Palestiniens. Cela signifie que la politique de Netanyahou, qui a débuté de manière organique en 2009, consistant à faire d'Israël un pays «normal», en modifiant sa structure institutionnelle et de gestion, en réduisant les autonomies, en verticalisant les processus de prise de décision, avec pour résultat de faire perdre au pays cette caractéristique d'expérimentation sociale continue qui l'a distingué par ses origines atypiques en tant que forme d'État et de gouvernement qui, comme nous l'avons vu, se forme sur un projet institutionnel à forte empreinte pan-syndicaliste. Cela signifie que le pays ne s'est pas doté, comme ceux de l'Europe continentale, d'une structure centralisée caractérisée par la présence de la garantie d'une Cour constitutionnelle, mais a plutôt procédé à la construction du pays en se dotant progressivement d'une sédimentation de principes fondamentaux. des lois, résultat de la prédominance absolue du Parlement, de la Knesset, qui a assumé le rôle anormal d'une assemblée constituante permanente et en même temps celui d'un Parlement normal qui n'a donc pas besoin d'établir des règles contenues dans un texte écrit unitaire, une fois pour toutes, mais renvoie cette tâche à l'avenir, se contentant de procéder étape par étape, pour élaborer au fil du temps une «constitution par étapes» qui peut être façonnée pour s'adapter à une société dynamique, un changement continu. Comme le Royaume-Uni, Israël a choisi d'avoir des règles constitutionnelles réparties dans de nombreuses «lois fondamentales», traitant de différents aspects. De cette manière, Israël veut maintenir ouverte la dialectique entre ses différentes composantes laïques et religieuses, créant une synthèse fonctionnelle entre les apports culturels des différentes origines culturelles de sa population, bien que dans le cadre du choix commun d'appartenance à Israël. Il s'ensuit qu'Israël a adopté plus de 10 lois fondamentales, même si cet ensemble n'est pas contenu dans un seul texte; elle a une «Constitution en cours» qui dépend de l'évolution des équilibres politiques internes et n'a aucune valeur prescriptive. La Knesset et les partis qui y sont représentés ont la souveraineté politique du pays mais le pacte social prévoit que les règles établies dans les lois fondamentales peuvent toujours être remises en question par la politique parlementaire. et les procédures aggravées de modification des règles fondamentales, même si elles sont prévues, peuvent facilement être surmontées par la Knesset. À cet égard, la démocratie israélienne s'apparente à celle de l'Angleterre, où la suprématie parlementaire reste un dogme indiscutable, que le pouvoir judiciaire respecte, tout en exerçant sa fonction de contrôle. Aujourd'hui, certaines lois fondamentales, tant sur la forme du gouvernement que sur l'élection directe du Premier ministre, visant à renforcer le gouvernement en limitant le pouvoir des petits partis, se sont révélées inefficaces. Aucune règle ne garantit au premier ministre élu une certaine majorité à la Knesset qui reste l'arbitre des coalitions gouvernementales et souverain même à l'égard du premier ministre choisi par le peuple que l'élection directe aurait du renforcer. En analysant ici, quoique brièvement, le système institutionnel et gouvernemental d'Israël, nous notons qu'en ce qui concerne la relation entre l'État et les citoyens, deux lois fondamentales ont introduit la Déclaration des droits: un catalogue de droits individuels envers l'État. La conséquence notable consiste à avoir rendu possible un système judiciaire de contrôle de la constitutionnalité des lois. Le premier arrêt de la Cour suprême qui l'a rendu effectif en 1996 a donné naissance à une démocratie libérale au sens constitutionnel, avec pour conséquence que la Knesset a été soumise au contrôle de juges indépendants, garants des libertés individuelles et des minorités, y compris non-gouvernementales. Juifs, limitant les arbitres du pouvoir. Se croyant éternel, Netanyahu a voulu forcer la main et opérer un retournement constitutionnel, en proposant une loi fondamentale qui permet à l'exécutif de contrôler le pouvoir judiciaire, limitant les pouvoirs de la Cour suprême. Cela équivaudrait à restaurer la plénitude du principe de suprématie parlementaire de la Knesset face à des juges non élus, donc dépourvus de légitimité démocratique. Et pourtant, une fois établie la primauté des droits sur le pouvoir, leur défense relève du processus démocratique et, accessoirement, du pouvoir judiciaire de la Cour constitutionnelle. En Israël, la loi fondamentale de 2018, sur «l'État national du peuple juif», voulue par Netanyahu pour «garantir qu'Israël» reste «un État juif pour les générations futures», a creusé le fossé entre religieux et laïcs, et a exacerbé la question de la protection des minorités qui reste ouverte. La possibilité future de transformer, quoique lentement, Israël en un État non confessionnel, ouvert et pluraliste repose sur cet affrontement, comme le prédisaient certains à l'origine. Une évolution en ce sens pourrait être facilitée par l'absence de compromis sur les valeurs fondatrices du pays, codifiées dans une Constitution écrite, qui constituerait un catalogue fermé, face à la présence de lois de rang constitutionnel, mais qui peut être facilement modifié et intégré dans le temps, résultat d'une dialectique constante entre les différentes composantes de la société: il s'agit en réalité de concevoir un espace institutionnel pour les minorités, dans le cadre d'une société ouverte et consociative qui fait de la médiation un élément de force et stabilité.

[11]En 1960, il y avait 2 114 020 résidents israéliens et, dix ans plus tard, ils dépassaient les 3 millions. Entre 1970 et 1992, la croissance démographique a ralenti. Mais depuis 1991, la population a recommencé à augmenter au rythme d'environ 200 000 individus par an. La plupart des immigrants de 2022 sont des jeunes: 27 % ont entre 18 et 35 ans, ce qui, selon l'Agence juive, «comprend des professionnels dans des domaines tels que la médecine, l'ingénierie et l'éducation». 24 % des olim ont moins de 18 ans, 22 % ont entre 36 et 50 ans, 14 % ont entre 51 et 64 ans et 13 % ont plus de 65 ans.

https://www.ucadi.org/2023/11/05/i-comunisti-anarchici-la-questione-ebraica-e-quella-palestinese/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr