A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Francais_ Italiano_ Polski_ Portugues_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021 | of 2022 | of 2023

(fr) Grèce - Interview de l'Initiative anarchiste des Saints Anargyro - Kamaterou dans "Ediciones Pensamiento y Batalla" (gr)[traduction automatique]

Date Wed, 29 Nov 2023 10:32:13 +0000


Suite à une proposition de la rédaction chilienne "Ediciones Pensamiento y Batalla", nous avons donné une interview en répondant à 8 questions posées par des collègues, dans le but de les inclure dans un livre à paraître sur l'anarchisme en GRÈCE. L'entretien a été réalisé en anglais et sera traduit en espagnol pour publication par Ediciones Pensamiento y Batalla. ---- Voici la traduction grecque ---- 1) Pourriez-vous décrire brièvement à quoi ressemblent les quartiers de l'ouest d'Athènes où vous intervenez politiquement? ---- Les banlieues ouest d'Athènes constituent notre principal champ d'activité, mais sans pour autant nous limiter dans notre action au niveau central. Les banlieues ouest sont des quartiers majoritairement populaires, la banlieue la plus pauvre de la capitale, où vivent majoritairement une population ouvrière. Dans plusieurs municipalités, il existe plusieurs «blocs» d'immeubles d'habitation pour les travailleurs et il existe également plusieurs groupes marginalisés de la population, tels que les immigrés qui subissent une exploitation brutale par le travail et les communautés roms, où la majorité d'entre eux vivent dans des conditions misérables et dans des camps.

2) Faites-vous partie d'une fédération anarchiste? Coordonnez-vous des actions et mobilisations spécifiques avec d'autres groupes, organisations ou collectifs du mouvement anarchiste/anti-autoritaire?

Non, notre noyau politique n'est membre d'aucune fédération anarchiste.  Cependant, nous défendons la nécessité d'une organisation des anarchistes qui dépasse le niveau du «groupe d'affinité» et se cristallise en un corps politique organisé au niveau fédéral. La question de l'organisation anarchiste nous préoccupe depuis le début de la création de notre noyau politique et dans la prochaine période, nous avons l'intention de présenter publiquement nos positions sur la question et de culminer avec notre proposition. Notre projet a un double caractère. À un niveau initial, nous espérons la formation d'une organisation anarchiste des banlieues occidentales, ce qui, comme indiqué dans notre constitution, est un objectif stratégique et le but de notre évolution organisationnelle fondamentale. Mais nous luttons déjà pour que gagne du terrain une organisation anarchiste générale.

À ce stade, nous devons souligner que, malheureusement, dans l'espace anarchiste en Grèce, la fragmentation organisationnelle domine en petits groupes d'affinité, qui ne sont fondamentalement pas gouvernés par la pertinence des positions et des objectifs politiques. Principalement, ils agissent de manière impartiale ou coopèrent de manière opportuniste sur des questions spécifiques ou sous le poids de circonstances extraordinaires. Il faut dire aussi qu'il y a quelques années il y a eu une tentative, à l'initiative de certains groupes anarchistes, de former une Fédération Anarchiste. Lors du dialogue précédant la conférence, une division s'est produite et deux fédérations ont été formées, dont l'une est aujourd'hui inactive et l'autre est composée de quelques groupes.

Notre noyau politique, bien qu'il critique le modèle existant de formation de l'espace anarchiste en Grèce, est piégé en lui, tout comme toutes les forces anarchistes sont d'accord ou en désaccord avec lui.  Ainsi, nous collaborons également, principalement, dans certains conflits de lutte avec certains collectifs anarchistes ou camarades/égaux, que nous considérons comme des points de convergence politique et de valeurs et qui ont été politiquement fermentés tout au long des années de lutte. Nous reconnaissons, bien entendu, que ce type d'association occasionnelle ne peut pas remplacer l'organisme politique stable et cohérent sur les plans organisationnel, politique et idéologique que nous nous efforçons de créer. Ce que nous essayons au moins de garantir maintenant, c'est le respect et la camaraderie avec ceux avec qui nous travaillons, loin des diverses logiques problématiques qui existent au sein de notre espace politique, qu'elles fassent référence à l'exploitation des individus pour la mise en oeuvre d'un agenda politique par des groupes, ou à le traitement instrumental d'autres groupes.

3) Sachant que vous êtes favorable à la théorie du dualisme organisationnel, sur quels principes se construit-elle? Comment prenez-vous vos décisions? Quels récits historiques de l'anarchisme révolutionnaire sont adoptés?

Le dualisme organisationnel est un concept qui n'a pas beaucoup d'attrait dans le mouvement anarchiste grec et est largement inconnu. La plupart des pairs ne comprennent pas la différence entre rejoindre un groupe anarchiste, une assemblée de quartier, un parc très fréquenté ou un corps étudiant. Pour nous, en effet, le dualisme organisationnel est un élément clé de notre vision politique et organisationnelle du développement du mouvement révolutionnaire.

Très brièvement, le dualisme organisationnel signifie distinguer les niveaux d'organisation.

Politiquement, nous soutenons l'existence et l'action d'une organisation anarchiste spéciale, c'est-à-dire une organisation politique d'anarchistes ayant une identité claire et un plan d'action tactique et stratégique élaboré, accepté par tous ses membres sur la base de la coopération volontaire et de l'unité. idéologique et programmatique. Au niveau des classes sociales, nous soutenons la participation des anarchistes au mouvement syndical, aux assemblées populaires régionales et à d'autres formes venant d'en bas, sans qu'un maximum d'accord idéologique et politique soit nécessaire pour y participer.

La tâche des anarchistes n'est pas de guider les mouvements de classe sociale «d'en haut». Le rôle des anarchistes au sein des mouvements est d'exercer une influence sans aspirer à l'hégémonie politique comme les partis communistes et leurs «fronts» arbitraires, qui ne veulent qu'insérer les mouvements dans leurs projets partisans. Notre propre rôle dans la direction de la formation de ce que l'on pourrait définir comme une «avant-garde révolutionnaire» fait référence à la contribution au développement autonome des mouvements et à l'interconnexion des revendications individuelles qu'ils soulèvent, en vue de leur intégration et de leur transition. De la protestation à la perspective révolutionnaire.

Pour nous, le mouvement révolutionnaire est essentiellement une articulation conjointe de ces deux niveaux d'organisation. Historiquement, nous retraçons le dualisme organisationnel depuis les débuts de l'anarchisme, dans la théorie et l'action de Bakounine et du Syndicat des travailleurs appelé Première Internationale. La première organisation anarchiste de l'histoire est «l'Alliance» fondée par Bakounine, qui était gouvernée par un programme et une constitution révolutionnaires clairs et opérait en collaboration avec l'Union des travailleurs (le niveau de classe sociale). D'un côté, l'Alliance avait des positions «strictes» et, de l'autre, le syndicat cherchait à rassembler tous les travailleurs sans dépendre de leurs directives d'en haut ni établir de conditions idéologiques strictes. C'était du moins la ligne des anarchistes au sein de l'Internationale et elle était totalement en concurrence avec l'aile marxiste. Une forme de dualisme organisationnel, bien que controversée, s'observe également en Espagne en 1936 avec l'action parallèle de la CNT-FAI, bien que ce concept soit central, notamment dans le courant plateformiste et plus tard dans le courant spécifique.

4) En quoi consiste votre newsletter «Anthologie de textes»? Quels types de textes comprend-il? Comment le distribuez-vous?

Les anthologies de textes de l'initiative, publiées tous les 4 mois, sont des publications qui rassemblent toutes les actions et textes que nous avons publiés, ainsi que des photographies, pendant cette période, en plus d'une préface qui analyse la situation actuelle dans lesquels ils sont publiés. . Jusqu'à présent, nous en sommes à notre onzième numéro d'anthologie et nous sommes à la moitié du numéro 12. Les anthologies sont distribuées à la main ou dans des espaces politiques envoyés sur tout le territoire, par le biais de contributions gratuites.

5) Dans votre présentation de vous-même, vous défendez clairement et avec force l'anarchisme de classe. Pourquoi cette insistance? Les courants individualistes, nihilistes ou postmodernistes ont-ils aujourd'hui pris du poids dans la région grecque?

L'anarchisme est l'enfant de la pensée socialiste et du mouvement ouvrier du XIXe siècle. Il n'existe pas en tant que mouvement en dehors de sa base socialiste et de classe. Par conséquent, nous ne percevons pas l'existence d'un quelconque anarchisme hors classe ou d'un quelconque anarchisme libéral qui aurait pour centre l'individu et non la société, la classe ouvrière et les couches populaires opprimées.  Comme nous le disons dans notre constitution, l'anarchisme est la vision révolutionnaire du monde de la classe ouvrière, son point culminant libertaire. Et comme diraient nos classiques, qu'il s'agisse de Bakounine ou de Kropotkine, l'individu libre ou l'homme libre ne peut exister en dehors d'une société libre.

Concernant la deuxième partie de la question, il est très difficile d'y répondre en quelques lignes. En fait, au cours de la décennie précédente, il y a eu une floraison du nihilisme et du courant anarcho-individualiste en Grèce, regroupés autour du courant de la «Nouvelle Anarchie», de la «nouvelle guérilla urbaine» et de la FAI-IRF (Fédération Anarchiste Informelle - Révolutionnaire). Front International). Bien que cette tendance ait été temporaire, elle a tenté de développer une autonomie et une distinction de l'anarchisme et de l'espace anarchiste en Grèce en exerçant une critique sévère, à la fois idéologique envers l'anarchisme et envers le mouvement.

Malgré l'existence de différences structurelles et l'existence de points de vue compétitifs et même hostiles, nous percevons ce courant comme le résultat de la désillusion de larges secteurs de camarades envers la société, même avec les erreurs de l'espace anarchiste de cette époque.  C'était le moment, peu avant la prise du pouvoir politique par SYRIZA, où de nombreux anarchistes se démobilisaient et devenaient partisans du gouvernement de gauche et où les luttes dans leur ensemble étaient dans une phase de retrait, après la grande aggravation qu'ils ont connue dans les deux années. années. 2010-2012, marquée par des mobilisations massives et dynamiques contre les mesures commémoratives antisociales, dans lesquelles les forces de l'anarchisme ont eu une présence significative. Si l'on regarde l'histoire, le courant de l'anarcho-individualisme a toujours gagné du terrain dans les périodes de recul des luttes et dans les périodes de déceptions cinétiques.

Cependant, ce courant s'est affaibli au fil des années et aujourd'hui il n'existe quasiment plus. La plupart ont été démontés et d'autres entièrement rénovés. Or, par rapport à l'influence du postmodernisme, celui-ci gagne du terrain ces dernières années et constitue un phénomène complexe et peu analysé. En Grèce, il n'y a pas exactement un «anarchisme postmoderne» ou un «méta-anarchisme» conscient, mais plutôt une influence générale du postmodernisme sur une grande partie des anarchistes de tous bords, qui n'en connaissent peut-être même pas les principaux représentants. principes actuels ou généraux de. Au contraire, l'adoption d'éléments du postmodernisme se fait sans esprit critique et inconsciemment parce qu'en Grèce il n'y a pas de conscience révolutionnaire anarchiste développée chez la majorité des anarchistes et donc notre formation idéologique est fluide, fluide et tolérante avec des mélanges de tout le spectre de la bourgeoisie et du marxisme.  pensée. On pourrait vraiment faire une interview de plusieurs pages sur tout cela et développer pleinement notre critique à un autre moment, car dans cette interview c'est impossible.

6) Nous avons appris qu'au moins un membre de votre organisation était accusé d'avoir battu un ancien ministre des Finances de Syriza (actuel «leader» de MeRA25). Pourriez-vous nous parler de cette affaire? En tant qu'anarchistes, que pensez-vous de l'administration d'État de Syriza il y a quelques années?

En fait, en mai dernier, un de nos camarades a été arrêté pour avoir participé au passage à tabac de Varoufakis. En fait, il a été personnellement la cible de cette attaque de l'ancien ministre, qui l'a désigné comme l'auteur principal. Bien sur, il est difficile d'en dire plus sur l'action, car il ne s'agissait pas d'une action organisée par nous, ni en général d'une action organisée, dans laquelle il pourrait y avoir une prise de responsabilité politique ou une position collective des personnes présentes pour ce qui s'est passé. . En réalité, il s'agissait d'une réprimande spontanée adressée à l'ancien ministre, par une foule hétéroclite présente.

Collectivement, nous soutenons à la fois cette action spontanée et notre partenaire, par des annonces, par des rassemblements de solidarité devant les tribunaux et par un rassemblement devant le siège de MERA25.  Malheureusement, la majeure partie de notre espace politique a désapprouvé cette action, soit par sympathie politique et tolérance envers l'ancien ministre criminel, soit parce qu'elle dépolitisait les faits. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour soutenir l'action mais nous ne pouvions pas parler au nom des participants.

Quant au refus de nombreux camarades/égaux de soutenir l'attaque contre Varoufakis, c'est quelque chose qui ne nous a pas surpris. Cela nous amène à la deuxième partie de votre question. Le gouvernement SYRIZA était un gouvernement qui mettait en oeuvre un programme économique et politique strict et son mandat s'est avéré désastreux pour les mouvements. Mais cela a été désastreux parce que, entre autres choses, les mouvements ont été trompés par elle et, au lieu de la combattre, ils ont attendu en vain qu'elle abolisse les mémorandums et poursuive un programme pro-ouvriers et pro-populaire, ce qu'elle n'a même pas fait.  Il est possible que cela se soit produit au coeur de la crise mondiale qui frappe même la Grèce, qui en était au centre.

Notre collectif a été fondé, sous une forme différente de celle existante, pendant la période du gouvernement SYRIZA par des membres du mouvement anarchiste qui se sont affrontés âprement avec ceux qui nourrissaient des illusions et agissaient comme défenseurs du gouvernement au sein du mouvement. La première formation de notre collectif en 2016 fut précisément la naissance de ces processus et ruptures intracinétiques. Ce sont des camarades qui ont organisé la première manifestation anarchiste anti-État contre SYRIZA en février 2015, qui ont occupé la faculté de droit d'Athènes au printemps de la même année, qui ont organisé des manifestations en faveur de l'abstention lors du référendum de juillet 2015 et qui ont participé à l'organisation. du bloc anarchiste dans la manifestation contre l'approbation du troisième mémorandum, ainsi que les conflits qui ont suivi.

7) Pourquoi affirme-t-on que les conditions de crise actuelles sont idéales pour le développement d'un mouvement révolutionnaire?

Nous pensons que la crise que traverse le capitalisme dans le monde entier est une crise structurelle et une crise insurmontable. Il n'existe aucun outil systémique pour surmonter la crise, et cette crise n'est pas non plus liée à une récession temporaire comme celle de 2020 ou aux crises cycliques que traverse le capitalisme depuis des décennies. Le capitalisme a achevé son cycle historique et se trouve dans une phase de déclin, dans laquelle il y aura des revers, il y aura des effusions de sang et des guerres, et bien sur il y aura aussi des soulèvements sociaux et des révolutions. Nous ne pouvons pas prédire avec précision combien de temps durera cette phase, même si elle restera la norme jusqu'à ce que le système socio-économique existant soit surmonté.

Comme nous l'écrivons depuis des années, la sortie de la crise passe par des guerres impérialistes généralisées et un appauvrissement rapide des sociétés, qui ne résoudront cependant pas le problème inhérent au capital ou aux révolutions sociales. Il n'y a pas de juste milieu. Nous voyons les conditions idéales pour la construction d'un mouvement révolutionnaire avec l'anarchisme à l'avant-garde de la lutte pour le renversement, puisqu'il n'existe aucune autre force politique capable de remplir cette mission. Le marxisme a historiquement fait faillite et sa mise en oeuvre dans un groupe de pays a échoué, tandis que les forces bourgeoises, de toutes nuances, qui dominent en ce moment, ne resteront pas éternellement à l'abri du peuple et de la classe ouvrière. C'est pourquoi notre slogan fondamental, qui est aussi le véritable dilemme de notre époque, est: anarchisme ou barbarie!

8) Selon vous, quelles sont les tâches les plus urgentes que le mouvement anarchiste doit développer aujourd'hui dans la région grecque?

Si nous pouvions répondre par épigramme, nous dirions: a) création d'une organisation politique anarchiste panhellénique avec des noyaux d'action dans toutes les régions et dans tous les coins possibles du pays, b) entrée massive dans le mouvement ouvrier, renforcement des syndicats de base. , création et formation de nouvelles, sur la base d'un plan stratégique, d'une Fédération libre du travail, c) création d'assemblées populaires régionales, de comités de socialisation et de réseaux d'entraide. En termes très généraux, ce sont les trois points qui, selon nous, revêtent le caractère d'un devoir politique historique pour les anarchistes d'aujourd'hui. Le but ultime est la création d'un mouvement révolutionnaire libertaire pour renverser le capitalisme et l'État. Rien de moins, rien de plus. L'organisation anarchiste est celle qui doit ouvrir la voie, inspirer par son action et convaincre par son programme révolutionnaire. Le mouvement ouvrier est celui qui revendiquera, combattra et organisera la classe ouvrière, d'une classe dépendante à une classe pour elle-même et, par-dessus tout, c'est le facteur social-populaire qui mettra en oeuvre et fera du changement social une réalité en construisant, déjà à partir d'aujourd'hui, la nouvelle société dans la coquille de l'ancienne. La nouvelle société qui émerge devra mener une lutte armée contre nos oppresseurs, la bourgeoisie et l'État, et les écraser.

https://anarchism.espivblogs.net/2023/11/03/synenteyxi-tis-protovoylias-anarchikon-agion-anargyron-kamateroy-sto-ediciones-pensamiento-y-batalla/

https://www.ainfos.ca/ainfos135266.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr