A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021 | of 2022

(fr) Ici et maintenant - Les manifestations antivax ne sont pas de l' «anarchie»

Date Thu, 27 Jan 2022 19:08:00 +0000


La contestation des mesures sanitaires pour lutter contre le Covid draine du monde. Du monde parfois venu de différents pays d'Europe, comme ce dimanche 23 janvier à Bruxelles. Les motivations pour battre le pavé sont multiples et hétéroclites. Et bien évidemment, nombreux sont les observateurs qui cherchent à mieux appréhender «Qui sont ces gens?». Ainsi Bruno Frère, sociologue à l'ULiège, offre une analyse reprise pour la seconde fois dans les colonnes du Soir de ce lundi 23 janvier (et précédemment sur la matinale de la radio La Première). Le chercheur distingue en effet deux groupes d'individus dans ces rassemblements: «Des anarchistes individualistes qui viennent affirmer leur liberté individuelle, à placer au-dessus de tout, sans que se pose la question du collectif et qui sont contre toute forme de mesure restrictive ou de contrôle. Et des anarchistes collectivistes typiquement issus des mouvements associatifs. Ils sont très critiques à l'égard d'un État jugé bureaucratique mais tiennent à l'idée de faire société: il s'agit de veiller à protéger les libertés collectives et les libertés d'autrui»[Le Soir, lundi 24 janvier 2021]. ---- À lire cette courte analyse, on pourrait imaginer Bruxelles parsemée de barricades, des drapeaux noirs ou rouges arborant fièrement un A cerclé, certains quartiers fonctionnant déjà en autogestion et des entreprises aux mains des travailleurs.

Pourtant, il s'agit d'une foule bigarrée. Y sont présents aussi des groupes nationalistes, des franges de la droite radicale et des collectifs aux convictions réactionnaires. Les uns protestent contre la dictature sanitaire, les autres réclament leur liberté, beaucoup critiquent la vaccination et la société du contrôle, certains s'en prennent au Big Pharma devenu l'archétype capitaliste, plusieurs condamnent le port du masque...

Pourquoi dès lors apposer à ce mouvement l'étiquette «anarchiste»?

La contestation reprend ça et là certains mots d'ordre libertaires comme la critique des gouvernements, la défense de la liberté ou la défiance envers le capitalisme. Pourtant, nous, membres du Groupe belge «Ici et Maintenant» de la Fédération anarchiste, ne nous retrouvons pas dans ces mouvements qui sont loin de représenter une manifestation de l'anarchisme. Car l'anarchisme ne s'arrête pas au rejet de l'État, à l'abolition du capitalisme ou à la défense de la liberté. L'anarchisme est avant tout une proposition, un objectif de société visant à construire des rapports égalitaires débarrassés de l'oppression, quelle qu'elle soit. Parce que l'État et l'organisation capitaliste du travail créent la domination et l'inégalité, l'anarchisme cherche à mettre en place une organisation sociale débarrassée des structures du pouvoir en promouvant l'implication de chacun.e dans les processus de décision et de création. Quant à la liberté, «être libre» c'est pour nous rejeter tout autoritarisme. Mais c'est aussi, en corollaire, tenir compte de l'effet de ses actes sur le collectif. C'est la différence entre le courant dit «libertarien» et l'anarchie. Être libre, c'est agir en citoyen, faire en permanence un effort rigoureux d'information, sortir aussi du côté binaire de la pensée actuelle.

Loin d'être une critique radicale sans perspective, l'anarchisme se veut avant tout un projet social égalitaire où chaque individu a l'opportunité de participer activement à la gestion publique par l'appropriation collective des centres de décisions et de production économique. L'anarchisme est un horizon social à atteindre par la mise en place concrète de méthodes autonomes et égalitaires.

Dès lors, si les mouvements de contestation des mesures sanitaires sont en effet le reflet multiple d'un ras-le-bol populaire, ils nous semblent pourtant encore bien loin d'une proposition anarchiste de la société. C'est en cela que pour nous, ces rassemblements n'ont rien d'anarchistes. Mais comme Bruno Frère, nous pouvons toujours nous mettre à rêver.

«Ici et Maintenant», groupe belge de la Fédération anarchiste

http://ici-et-maintenant.group/index.php?article74/les-manifestations-antivax-ne-sont-pas-de-lanarchie
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr