A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020 | of 2021 | of 2022

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) UCL Saguenay - Ukraine/Russie: Déclaration et analyse du groupe anarchiste russe Action Autonome

Date Tue, 1 Mar 2022 19:53:40 +0000


Contre les annexions et l'agression impériale  ---- Une déclaration d'anarchistes russes contre l'agression russe en Ukraine. Elle a été publiée en russe sur avtonom.org, un projet médiatique né du réseau communiste libertaire Action Autonome. La traduction en français provient du site web de CrimethInc. Lien vers l'original, ici. ---- Hier, le 21 février, s'est tenue une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité russe. Dans le cadre de cet acte théâtral, Poutine a forcé ses plus proches serviteurs à lui «demander» publiquement de reconnaître l'indépendance des soi-disant «républiques populaires» de la République populaire de Lougansk[RPL]et de la République populaire de Donetsk[RPD]dans l'est de l'Ukraine. ---- Il est bien évident qu'il s'agit d'un pas vers une nouvelle annexion de ces territoires par la Russie, quelle que soit la manière dont elle est formalisée (ou non) légalement. En fait, le Kremlin cesse de considérer la LPR et la RPD comme faisant partie de l'Ukraine et en fait finalement son protectorat. «D'abord la reconnaissance de l'indépendance, puis l'annexion»: cette séquence avait déjà été élaborée en 2014 en Crimée. Cela ressort également des réserves stupides de Narychkine lors de la réunion du Conseil de sécurité («Oui, je soutiens l'entrée de ces territoires dans la Fédération de Russie»). (1) Étant donné que la réunion, en fin de compte, a été diffusée sur bande[plutôt qu'en direct], et que ces «réserves» n'ont pas été supprimées, mais laissées dedans, l'allusion est claire.

Dans un «appel au peuple» le soir même, Poutine semble «d'accord» avec ces demandes et annonce la reconnaissance de la RPL et de la RPD en tant qu'États indépendants. En fait, il a déclaré ce qui suit: «Nous prenons un morceau du Donbass, et si l'Ukraine secoue le bateau, alors laissez-la s'en vouloir, nous ne la considérons pas du tout comme un État, alors nous en prendrons encore plus. " Selon le décret de Poutine, les troupes russes pénètrent déjà sur le territoire de la RPL et de la RPD. Il s'agit d'un geste clair de menace envers le reste de l'Ukraine et en particulier envers les parties des régions de Lougansk et de Donetsk encore contrôlées par l'Ukraine. C'est l'occupation réelle[au sens où jusqu'à présent, Lougansk et Donetsk n'étaient occupés que par procuration].

Nous ne voulons défendre aucun État. Nous sommes des anarchistes et nous sommes contre toute frontière entre les nations. Mais nous sommes contre cette annexion, car elle ne fait qu'établir de nouvelles frontières, et la décision à ce sujet est prise uniquement par le dirigeant autoritaire, Vladimir Poutine. C'est un acte d'agression impérialiste de la part de la Russie. Nous ne nous faisons pas d'illusions sur l'État ukrainien, mais il est clair pour nous qu'il n'est pas le principal agresseur dans cette histoire - il ne s'agit pas d'un affrontement entre deux maux égaux. Tout d'abord, il s'agit d'une tentative du gouvernement autoritaire russe de résoudre ses problèmes internes par une «petite guerre victorieuse et l'accumulation de terres»[une référence à Ivan III].

Il est fort probable que le régime du Kremlin mettra en scène une sorte de spectacle de «référendum» sur les terres annexées. De telles performances ont déjà eu lieu en RPD et RPL en 2014, mais même Moscou n'a pas reconnu leurs résultats. Maintenant, apparemment, Poutine a décidé de changer cela. Bien sur, on ne peut parler de «vote libre et secret» dans ces territoires, ils sont sous le contrôle de gangs militarisés complètement dépendants de Moscou. Ceux qui s'opposaient à ces gangs et à l'intégration avec la Russie ont été soit tués, soit forcés d'émigrer. Ainsi, tout «référendum sur le retour du Donbass comme un navire perdu vers son port natal» sera un mensonge de propagande. Les habitants du Donbass ne pourront formuler leur décision que lorsque les troupes de tous les États - et en premier lieu de la Fédération de Russie - quitteront ces territoires.

La reconnaissance et l'annexion de la RPD et de la RPL n'apporteront rien de bon aux habitants de la Russie elle-même.

Premièrement, dans tous les cas, cela conduira à la militarisation de toutes les sphères de la vie, à un isolement international encore plus grand de la Russie, à des sanctions et à une baisse du bien-être général. La restauration des infrastructures détruites et l'intégration des «républiques populaires» dans le budget de l'État ne seront pas gratuites non plus - les deux couteront des milliards de roubles qui pourraient autrement être dépensés pour l'éducation et la médecine. N'ayez aucun doute: les yachts des oligarques russes ne deviendront pas plus petits, mais tous les autres commenceront à vivre pire.

Deuxièmement, l'aggravation probable de la confrontation armée avec l'Ukraine signifiera plus de soldats et de civils morts et blessés, plus de villes et de villages détruits, plus de sang. Même si ce conflit ne dégénère pas en guerre mondiale, les fantasmes impériaux de Poutine ne valent pas une seule vie.

Troisièmement, cela signifiera la propagation du soi-disant «monde russe»: une combinaison folle d'oligarchie néolibérale, de pouvoir centralisé rigide et de propagande impériale patriarcale. Cette conséquence n'est pas aussi évidente que la hausse du prix des saucisses et les sanctions sur les smartphones, mais à long terme, elle est encore plus dangereuse.

Nous vous exhortons à contrer l'agression du Kremlin par tous les moyens que vous jugez appropriés. Contre la saisie de territoires sous quelque prétexte que ce soit, contre l'envoi de l'armée russe dans le Donbass, contre la militarisation. Et finalement, contre la guerre. Descendez dans la rue, passez le mot, parlez aux gens autour de vous, vous savez quoi faire. Ne soyez pas silencieux. Passer à l'action. Même une petite vis peut bloquer les engrenages d'une machine de mort.

Contre toutes les frontières, contre tous les empires, contre toutes les guerres!

- Action Autonome

Le crépuscule avant l'aube

Le texte suivant a été publié aujourd'hui sous la forme d'un podcast en russe sur le site web d'Action Autonome. La traduction en français provient du site web de CrimethInc. Lien vers l'original, ici.

Guerre

Jeudi matin, Poutine a lancé la plus grande guerre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Il se cache derrière les prétendus intérêts de la partie séparatiste du Donbass, même si la RPD et la RPL étaient déjà absolument satisfaites de leur reconnaissance en tant qu'États indépendants, de l'entrée officielle de l'armée russe sur le territoire et de la promesse d'un financement à hauteur d'1,5 milliard de roubles. Rappelons également que depuis de nombreux mois, le cout des loyers et le prix des denrées alimentaires augmentent de jour en jour en Russie.

Le Kremlin a formulé des demandes absurdes aux autorités de Kiev, à commencer par la «dénazification». Il est vrai que, grâce à sa participation active aux manifestations de Maïdan en 2014, l'extrême-droite ukrainienne s'est assurée une position disproportionnée dans les institutions politiques et les forces de l'ordre. Mais dans toutes les élections en Ukraine depuis 2014, ils n'ont pas obtenu plus de quelques pourcentages des voix. Le président de l'Ukraine est juif. Le problème de l'extrême-droite en Ukraine doit être résolu, mais pas par des chars russes. Les autres accusations du Kremlin à l'encontre de l'Ukraine - corruption, fraude électorale et justice aux ordres - seraient bien plus appropriées pour parler du régime de Poutine lui-même. Aujourd'hui, les soldat·es russes sont, au sens premier du terme, des occupant·es d'un pays étranger, même si cela contredit les attentes de toutes celles et ceux qui ont grandi avec les récits de la Grande Guerre patriotique.

La Russie s'est retrouvée isolée au niveau international.[Le président turc Recep Tayyip]Erdogan,[le secrétaire général du Parti Communiste chinois]Xi Jinping, et même les talibans demandent à Poutine de cesser les hostilités. L'Europe et les États-Unis imposent chaque jour de nouvelles sanctions à la Russie.

Au moment où nous préparons ce texte, le troisième jour de la guerre approche. L'armée russe est nettement supérieure à l'armée ukrainienne, mais la guerre ne semble pas se dérouler exactement selon le plan de Poutine. Ce dernier comptait apparemment sur une victoire en un ou deux jours, avec très peu de résistance, voire aucune, mais de sérieux combats ont eu lieu sur tout le territoire ukrainien.

Les Russes et le monde entier regardent en ce moment-même des vidéos montrant des bombes frappant des immeubles résidentiels, un véhicule blindé écrasant une personne âgée, des cadavres et des fusillades.

Roskomnadzor[le service fédéral du gouvernement russe chargé de la supervision des communications, des technologies de l'information et des médias]tente encore de menacer tout Internet, en exigeant: «N'appelez pas cela une guerre, mais une opération spéciale.» Mais peu de gens le prennent encore au sérieux désormais. Tant qu'Internet n'est pas entièrement coupé en Russie, il y aura suffisamment de sources d'information. Au cas où, nous vous recommandons une fois de plus de configurer à l'avance Tor avec passerelles, un VPN, et Psiphon.

Les effets des sanctions et de la guerre commencent tout juste à se faire sentir en Russie. À Moscou, la plupart des distributeurs de billets étaient à court de billets vendredi. Pourquoi? Parce que la veille, les gens ont retiré 111 milliards de roubles des banques: en fait, toutes leurs économies. Le marché de l'immobilier s'est effondré alors que la construction de bâtiments résidentiels est la branche la plus importante de l'économie russe. L'industrie automobile étrangère cesse progressivement d'expédier des voitures en Russie. Les taux de change du dollar et de l'euro sont artificiellement maintenus par la Banque Centrale. Les actions de toutes les entreprises russes ont sévèrement chuté. Tout le monde comprend que la situation ne peut que s'empirer.

Seul Poutine a besoin de ça

La réaction russe à la guerre en Ukraine est complètement différente de ce qui s'était passé en 2014[quand la Russie s'était emparée de la Crimée après la révolution ukrainienne]. De nombreuses personnes, y compris des personnalités qui travaillaient pour le gouvernement, demandent la fin immédiate de la guerre. Le renvoi d'Ivan Urgant, la principale vedette de la télévision russe, est en ce sens remarquable.

La grande majorité de celles et ceux qui soutiennent encore Poutine est également contre la guerre. Le supporter moyen de Poutine croit maintenant que tout a été calculé, que la guerre ne va pas s'éterniser et que l'économie russe va survivre. Car oui, il n'est pas simple de reconnaître que son pays est dirigé par un dérangé, par un Don Quichotte qui contrôle une armée d'un million de soldat·es, l'une des plus puissantes du monde, un Don Quichotte qui dispose de l'arme nucléaire, capable de détruire l'humanité toute entière. Il est difficile de concevoir qu'un dirigeant, après avoir consulté des politologues et des philosophes de seconde zone, puisse bombarder un pays voisin et fraternel et détruire sa propre économie.

En se délectant d'un pouvoir illimité, Poutine s'est progressivement éloigné de la réalité. On pense aux quarantaines de deux semaines imposées aux simples mortels qui doivent rencontrer le président russe pour une raison ou un autre, ou aux tables gigantesques ou Poutine reçoit à la fois ses ministres et les autres chefs d'État.

Poutine a toujours été un politicien qui cherchait à équilibrer les intérêts des forces de sécurité et des oligarques. Aujourd'hui, le président est sorti de son rôle, et a entrepris un grand voyage dans la mer infinie de la sénilité. Nous sommes prêt·es à parier une bouteille du meilleur whisky que dans un futur proche, monsieur le Président pourrait subir un coup d'État venant de son cercle le plus proche.

La Russie pourrait bien se retrouver en 2023 avec un autre système de pouvoir et autre visage au Kremlin. Lesquels exactement, nous le savons pas. Mais pour l'heure, nous traversons le crépuscule avant l'aube.

Pendant ce temps, des manifestations contre la guerre ont lieu en Russie. Des anarchistes y participent à Moscou, Saint-Pétersbourg, Kazan, Perm, Irkoutsk, Yekaterinburg et dans d'autres villes. En Russie, il est extrêmement difficile d'organiser des manifestations dans les rues; cela entraîne des poursuites administratives et pénales, ainsi que de la bonne vieille violence policière. Mais les gens sortent tout de même. Des milliers de personnes ont déjà été arrêtées, mais les manifestations continuent. La Russie est contre cette guerre et contre Poutine! Sortez - quand et où vous le souhaitez! Faites équipe avec des ami·es et des personnes partageant les mêmes idées. Les réseaux sociaux suggèrent une action de protestation générale ce dimanche à 16 heures. Ce moment n'est pas pire qu'un autre. Vous pouvez télécharger des tracts anti-guerre à distribuer et à afficher sur notre site web et sur les réseaux sociaux!

Pendant ce temps, les anarchistes ukrainiens participent à la défense territoriale de leurs villes. C'est bien plus difficile pour eux que pour les gens en Russie, mais il s'agit d'une seule et même défense. C'est la défense de la liberté contre la dictature, de la volonté contre la servitude, des gens ordinaires contre les présidents dérangés.

À vos moutons

Si, comme par miracle, Poutine revenait à la raison et que la guerre prenait fin, serions-nous prêt·es à «retourner à nos moutons»? Il est probable que nous serions expulsé·es du Conseil de l'Europe. Les Russes perdraient ainsi la possibilité de s'adresser à la Cour Européenne des droits de l'homme, et bientôt le Kremlin rétablirait la peine de mort.

Pour l'heure, revenons à l'actualité, qui reste conforme à l'esprit de ces dernières années. En ce moment-même, la Douma[organe législatif de l'assemblée au pouvoir en Russie]adopte une loi selon laquelle un conscrit militaire doit se présenter lui-même au bureau d'enrôlement plutôt que d'attendre une convocation. Poutine a également récemment augmenté les salaires de la police. Et le bureau du procureur, dans un appel, a demandé de porter de cinq à neuf ans la peine d'un anarchiste de Kansk, Nikita Uvarov, condamné dans la célèbre «affaire de terrorisme Minecraft».

Vous savez vous-même quoi faire de tout cela.

Liberté pour les peuples! Mort aux empires!

Notes:
1. Sergey Naryshkin, chef du renseignement étranger russe, a trébuché en réponse à une question de Poutine, proposant accidentellement d'absorber la DPR et la LPR en Russie alors qu'il n'était pas encore censé dire cette partie à haute voix.

https://ucl-saguenay.blogspot.com/2022/02/ukrainerussie-declaration-et-analyse-du.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe https://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center