A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Tract de la CGA de Perpignan pour le 19 octobre

Date Tue, 19 Oct 2010 11:19:02 +0200


Contre l'Etat et le Patronat, une seule classe, une seule réponse : la grève
générale interprofessionnelle jusqu'à la victoire !
PERPIGNAN
Mardi 19 octobre 2010
Un premier constat... Après les 7 et 23 septembre, 2, 12 et 16 octobre, nous voilà
conviés à une nouvelle 24 heures ce mardi 19. Après la manifestation du mardi 12
octobre, les enseignants, en assemblée générale, ont décidé la grève reconductible,
rejoignant en cela les autres secteurs déjà en grève illimitée (la SNCF, la RATP,
les raffineries, Total)...
Ici, dans les Pyrénées-Orientales, des actions ont été menées afin de bloquer
économiquement certaines activités : le marché Saint Charles le jeudi 14 et la CTP
le vendredi 15.

Des manifestations de lycéens et de secteurs en grève se déroulent sur Perpignan
depuis le 12 octobre. La plupart des lycées sont maintenant bloqués par des lycéens
qui ont fait leur cette révolte contre une société injuste, contre une société qui
ne leur assurera aucun avenir enviable.

Les étudiants, à leur tour, rejoignent le rassemblement de toute une population qui
en a marre de la vie au rabais qu'on lui impose, qui en a assez des privations et
qui refuse d'être encore une fois, une fois de trop devrions-nous dire, d'être la
"vache à lait" d'un libéralisme débridé.

Les riches profitent de tous les excès d'un capitalisme qui n'accepte aucune limite
et les pauvres, c'est-à-dire le plus grand nombre se partagent les miettes, la
misère et n'ont que les yeux pour pleurer.


Face à une telle situation, que devons-nous faire ?

Certainement pas comme certains nous le propose déjà d'attendre 2012, c'est-à-dire
les prochaines élections présidentielles.

Il ne s'agit pas d'accepter un changement d'équipe à la tête de l'Etat car nous
savons par expérience que cette solution est contre productive.

C'est de système qu'il s'agit de changer.

Nous ne devons pas plus longtemps accepter d'être exploités par une minorité de
personnes et même dirigés par une autre minorité (que ces minorités soient issues
d'un même courant de la politique ou qu'elles émanent de courants différents).

La société peut et doit fonctionner sur des bases autogestionnaires. C'est le seul
gage, la seule garantie pour ne pas avoir à se mobiliser à intervalles réguliers. En
effet, nous n'avons rien à attendre du Capital ni de ses lois qui ne sont là que
pour nous pressurer.

La contre-réforme des retraites est celle du MEDEF, mais comment pouvions-nous
attendre autre chose ? Ils ont les moyens de se servir, alors ils se servent ! Nous
ne devons plus accepter un système qui leur permet toutes les saloperies !

Nous ne devons pas plus accepter plus longtemps d'être considérés comme des
individus mineurs. Comment peut-on se satisfaire d'être de temps à autres des
individus qui auraient la capacité de décider - les jours d'élections - et le reste
du temps d'être des individus privés de leur responsabilité ?

Le fédéralisme, en l'absence de l'exploitation capitaliste, permet à la société de
fonctionner à partir des lieux les plus proches des individus : les quartiers et les
communes (villes et villages), les usines, les entreprises, les universités, les
lycées etc...


Alors comment agir dès aujourd'hui ?

En amplifiant notre mouvement de refus et en réalisant partout où cela est possible,
car cela est souhaitable, l'unité des toutes et tous en élisant des comités de grève
par secteur d'activité, par entreprise, établissement, université, lycée...
Permettre la participation la plus large des actrices et des acteurs de l'actuelle
contestation en favorisant par le biais des assemblées générales souveraines la
Responsabilité collective.

L'action directe des salariés et de toutes les catégories de la population est le
gage de cette prise de responsabilité.

Personne ne roule pour nous. Personne ne doit s'arroger le droit de décider pour nous.

Nous devons participer massivement à toutes les actions qui vont dans le sens du
blocage de l'économie. C'est au coeur de l'exploitation capitaliste qu'il faut
frapper. De la même manière, il faut s'attaquer aux symboles de l'Etat. Les
Préfectures, les Mairies, toutes les agences officielles de notre exploitation,
doivent être des lieux devant lesquels nos rassemblements témoigneront de notre
refus d'être plus longtemps, bernés, leurrés, dépouillés, aliénés...


A partir d'aujourd'hui, 19 octobre 2010...

Au lieu de partir une fois encore, une fois de plus, arpenter les rues
perpignanaises (les habitants nous ont vu passer plus d'une fois et pour beaucoup
d'entre eux ils sont dans le sein des rassemblements) il faut, par groupes de
quelques milliers de manifestants, bloquer les points névralgiques de notre cité.

A partir de tous ces lieux de blocage et de rassemblement, réaliser des assemblées
générales de manifestants, de grévistes, de véritables assemblées
interprofessionnelles, avec en point de mire, la construction d'un mouvement
unitaire susceptible de
durer et de gagner !


Toutes et tous ensemble ?

C'est en réalité ce que les militants anarchistes, les militants
anarcho-syndicalistes, les militants révolutionnaires souhaitent le plus ardemment.

Mais pour autant, cela ne peut se réaliser qu'à condition que les organisations
syndicales et les officines politiciennes choisissent d'entrer délibérément dans la
bataille sans arrière-pensée et sans a priori. Récupérer le mouvement est une piètre
idée comparée aux enjeux actuels.

La classe des exploités doit rester unie comme le préconisaient nos anciens, Eugène
Varlin au moment de la Commune, Emile Pouget à l'origine de la création de la CGT et
Buenaventura Durutti un des représentants de la CNT et de la FAI au plus fort de
l'affrontement à l'Etat et au Capital ibériques...

Aujourd'hui comme hier, toutes et tous unis pour la victoire contre l'Etat et les
Capitalistes.


Groupe Puig Antich de la Coordination des Groupes Anarchistes

http://www.c-g-a.org/sites/default/files/Tract_de_la_CGA_Perpignan__19_oct.pdf


Librairie Infos
2, rue Théodore Guiter - PERPIGNAN
( près de la place des poilus)

Tous les samedis de 15 à 19 heures
Des permanences de la
Coordination des Groupes Anarchistes
afin de rencontrer des militant-e-s et
échanger idées et points de vue
antich -A- wanadoo.fr

http://www.c-g-a.org

_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center