A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Trois nouvelles publications de Ni patrie ni frontières

Date Sat, 10 Apr 2010 10:21:29 +0200



La revue Ni patrie ni frontières sort au début du mois de mai trois nouvelles
publications.
***************************
Restructuration et lutte de classes
dans l'industrie automobile mondiale
Ce recueil de textes publiés entre 1979 et 2009 par le réseau Echanges et
Mouvement dans son bulletin Echanges concerne l'industrie automobile
mondiale, à travers les résistances ouvrières aux évolutions de cette
période. Il permet d'avoir une vision rétrospective de l'évolution de cette
industrie ­ techniques de production, restructurations, fusions et
acquisitions ­ et des incidences que ces différents facteurs ont pu avoir
sur les conditions d'exploitation, sur le monde du travail ­ sous-traitance,
délocalisations, intérim, temps partiel, licenciements et chômage,
précarité.

Le lieu de travail en général, ici l'usine, est le lieu de la production et
de l'exploitation, de l'extraction de la plus-value qui fait vivre le
système, et c'est là que se joue le combat toujours recommencé des classes.
Les prolétaires ont l'air de courir après les mesures prises par le capital
lors de sa restructuration, mais la restructuration du capital n'est jamais
que la restructuration des luttes. Elle ne peut jamais faire disparaître la
recherche des gains de productivité, de baisse du coût du travail, de remise
en cause des « acquis sociaux», pas plus que la résistance des travailleurs
à ces attaques.

Dans ce conflit, Echanges a pris le parti de l'ancienne devise «
L'émancipation des travailleurs sera l'¦uvre des travailleurs eux-mêmes». Le
réseau souhaite apporter, non seulement une chronique ­ partielle ­ de
l'exploitation et des défaites de la révolte, mais aussi une contribution à
l'histoire et à la définition de la lutte contre l'exploitation.

Editions Ni patrie ni frontières, 230 pages, 6 euros

Table des matières ­ Toyota, toyotisme ­ British Leyland et la « maladie
anglaise » ­ BL, Ford : l'introduction des nouvelles technologies ­ Fiat:
de nouveaux systèmes de production ­ Mexique, 1990 : la grève aux usines
Ford ­ Restructuration à la Seat : une réflexion sur la condition ouvrière ­
Volkswagen - Forest : cadences de travail et salaires ­ Smart : une grève
pas comme les autres ­ Volkswagen baisse les salaires à São Paulo ­ Après la
grève de la métallurgie dans l'ex-Allemagne de l'Est ­ La lutte des ouvriers
de Fiat à Melfi ­ Investissements en République tchèque : progrès ou déclin
? ­ Grève sauvage chez Opel ­ Sur les licenciements chez Seat à Barcelone ­
République tchèque : l'industrie automobile moteur de l'accumulation du
capital et des luttes de classes ? ­ Exacerbation de la concurrence dans le
secteur automobile ­ La faillite de Delphi, une attaque en règle ­ Huit
constructeurs chinois prêts à exporter ­ Chez PSA à Aulnay : des questions
pour une grève ­ Corée : Sur la grève de Hyundai à Ulsan ­ Roumanie. Plus
audible, plus co n s c i e n te, plus audacieuse,­ la grève chez
Dacia-Renault marque un tournant ­ Quatre-vingt-sept jours de grève chez
AAAM ­ Corée du Sud. La défaite de la grève de Ssangyong ­ Les mouvements
ouvriers et la mobilité du capital­ Extrait de Forces of Labor, de Beverly
J. Silver ­ . Chez Peugeot, en juin 1968, une insurrection­ ouvrière peu
connue

Encyclopédie anarchiste : La Raison contre Dieu

« L'Encyclopédie anarchiste a énormément vieilli », peut-on lire sur un site
libertaire.

N'ayant jamais été anarchiste, ce n'est pas moi qui vais contredire l'auteur
de cette remarque lapidaire. Mais alors pourquoi diable rééditer de vieux
textes, s'ils sont devenus ringards ?

D'abord et avant tout, parce que la revue Ni patrie ni frontières est,
depuis sa création en 2002, attachée à marteler une opinion simple : les
luttes sociales ont une histoire, les idées politiques actuelles ont un
passé, quoi qu'en disent les charlatans ­ sociaux-démocrates, néostaliniens,
gauchistes ou radicaux chics. Et rien n'est plus désespérant ­ pour qui a
une petite culture ­ que de voir resurgir ­ sous de nouveaux oripeaux «
flashy » ou alambiqués ­ de vieilles idéologies qui ont lamentablement fait
faillite.

Qu'il s'agisse du mythe du communisme chrétien primitif (une des sources de
la fumeuse théologie de la libération), de la laïcité (que certains
voudraient « ouvrir » jusqu'à la vider de son contenu), du matérialisme et
de l'athéisme (honteux pour nombre de marxistes actuels), de la lutte contre
les religions (que la plupart des gauchistes et certains libertaires ont
lâchement abandonnée), du rôle de la raison et la réflexion critique, les
auteurs ringards au style vieillot de L'Encyclopédie anarchiste ont encore
pas mal de choses à nous apprendre. Et d'abord et avant tout, à ne pas gober
les yeux fermés toutes les idées à la mode.

Loin de moi l'idée de défendre que les auteurs de L'Encyclopédie anarchiste
aient eu raison sur tout : il suffit de lire ce qu'écrit l'un des auteurs à
propos des « israélites » : tout en dénonçant avec virulence
l'antisémitisme, il ne peut s'empêcher de souligner le caractère « malin »
des juifs et leur talent à faire du commerce ; de même, on considérera avec
le plus grand scepticisme, pour ne pas dire une franche hilarité, le lien
qu'établit Barbedette entre le climat et le contenu des trois monothéismes.
Depuis quatre-vingts ans, les connaissances sur l'histoire des religions se
sont considérablement approfondies et nous devons en tenir compte dans nos
critiques des religions. Les athées et les rationalistes auraient dû
normalement sortir renforcés de ce progrès des connaissances, mais, sur le
terrain politique, cela n'est guère le cas, que ce soit parmi les militants
de la gauche réformiste, ceux des mouvements altermondialistes ou d'extrême
gauche. Curieusement, alors que le développement des connaissances
archéologiques, historiques, sociologiques et psychologiques devrait
consolider la critique des religions, les tenants d'un « autre monde
possible » font de plus en plus de concessions à l'obscurantisme religieux,
que ce soit celui des mouvements indigénistes d'Amérique latine, de la
théologie de la libération, des différentes tendances de l'islam politique
dit anti-impérialiste, du prétendu féminisme islamique, ou simplement des
revendications religieuses au sein des sociétés (plus ou moins) laïques
occidentales.

Lire L'Encyclopédie anarchiste demande donc un minimum d'esprit critique,
mais pas davantage que la lecture d'auteurs branchés et « modernes « comme
Onfray, Chomsky, ou Foucault, qui, pour être plus contemporains, n'en ont
pas moins proféré pas mal d'âneries sur le plan politique.
Lire l'Encyclopédie anarchiste, c'est d'abord découvrir une pensée
étonnamment diverse, les auteurs venant de plusieurs courants (anarchisme
individualiste, communisme libertaire, syndicalisme révolutionnaire), même
si les anarchistes individualistes dominent plutôt ici. Tous les auteurs ne
sont pas d'accord entre eux, loin de là, y compris sur des questions
philosophiques aussi épineuses que celles de la définition du Bien ou du
Mal, de la morale, ou l'appréciation de certaines dimensions de la religion.
Celui qui ne connaît pas l'anarchisme découvrira un vaste continent aux
reliefs et aux climats contrastés et sera obligé de réfléchir, de faire des
choix, bref de ne pas agir en consommateur ou en fidèle borné. Cette
encyclopédie n'est pas un catéchisme... Les sectaires seront déçus.
Elle a été écrite par des militants qui s'efforçaient d'établir un lien
entre leurs idées, leur éthique, leur pratique politique et une critique
radicale de la société, de l'Etat, de l'exploitation et de l'oppression. Ce
n'est pas un hasard si, sur les 20 rédacteurs des articles présentés dans
cet ouvrage, au moins 9 d'entre eux ont été condamnés à des peines de prison
pour leurs écrits, leurs discours ou leurs actes, qu'il s'agisse de
propagande antimilitariste ou anticolonialiste, ou d'avortements
clandestins.

Quelques lecteurs jugeront indigestes, trop longs ou trop courts certains
articles. D'autres trouveront lassantes les citations d'auteurs classiques,
au style suranné, ou bien d'universitaires tombés dans l'oubli. D'autres
estimeront que les auteurs ont un point de vue naïf sur la bonté naturelle
des animaux ou des êtres humains. Ou qu'ils pêchent parfois par arrogance
dans leur combat contre l'obscurantisme. Voire qu'ils tombent dans les
théories du complot (comme l'auteur du très long article sur les Jésuites,
que nous n'avons pas reproduit ici, faute de place).

Mais le lecteur aurait tort de se limiter à ces quelques réserves ou
critiques, aussi fondées soient-elles. De nombreux articles touchent juste,
car leurs auteurs tentent de faire appel à la raison, au savoir historique,
aux connaissances scientifiques, contre les approximations, le dogmatisme,
ou les bons sentiments.

En cette époque où les émotions nourrissent le marketing politique de ceux
qui se présentent aux élections. Où l'image choc est manipulée par tous les
partis et les groupuscules (il suffit de jeter un ¦il sur Daily Motion ou
You Tube), il peut être utile de réhabiliter la Raison, la discussion
argumentée, la lecture et l'analyse des points de vue de nos adversaires
politiques ou idéologiques.

L'Encyclopédie anarchiste contient, bien sûr, des inexactitudes, des
proclamations triomphalistes, des envolées lyriques un peu creuses. Mais sa
démarche est pour l'essentiel radicale, au sens qu'elle prend les choses ­
ici les religions, les questions philosophiques et éthiques ­ à la racine et
que ses auteurs discutent pied à pied de la validité de toutes les thèses
religieuses ou idéalistes de leur époque, et même des époques précédentes.
Des marxistes dogmatiques (mais si, cela existe !) nous objecteront que les
anarchistes se focalisent trop sur les idées religieuses, et pas assez sur
leur soubassement matériel. D'une part, ce reproche n'est pas fondé puisque
de nombreux articles soulignent l'entrelacement entre politique et religion,
oppression étatique et oppression religieuse, intérêts économiques des
Eglises et soumission des fidèles ; et d'autre part, c'est tout à l'honneur
des auteurs de s'être penché minutieusement sur les écrits des penseurs
qu'ils critiquent avant d'émettre une opinion. Les trotskystes et les
altermondialistes qui ont soutenu Tariq Ramadan n'ont certainement jamais
pris la peine de lire l'un des livres de ce bigot réactionnaire, avant de
s'exprimer à son sujet.

Ce goût du combat pour des idées est effectivement ringard à une époque qui
promeut l'idéologie du « vivre ensemble », des « droits de l'homme »
désincarnés (accompagnés d'interventions militaires « humanitaires »). Où
l'on place toutes les idées sur le même plan, chacun ayant le droit de «
penser ce qu'il veut », au Grand Supermarché des Idées Jetables et
Interchangeables. Où l'on considère que seuls les « extrémistes religieux »
seraient dangereux, oubliant que toute religion est un système de
contrainte, de pression et de répression sur l'individu, et que tout groupe
religieux sera tenté de faire de la politique et d'imposer ses conceptions
dans le champ social et dans l'espace public, et pas seulement dans ses
lieux de culte ou entre les murs du foyer familial.

Les auteurs de l'Encyclopédie anarchiste n'avaient pas pour ambition de
devenir les chouchous des médias, de dîner avec des hommes politiques, des
chanteurs ou des actrices célèbres, ou de faire commerce de leurs livres ou
de leurs conférences sous forme de DVD : ils voulaient changer le monde,
libérer l'Humanité et démolir, pulvériser, toutes les idées réactionnaires
qui contribuent à maintenir le Capital et l'Etat en place.

À vous, lectrices et lecteurs, de décider si leur démarche radicale a encore
un sens aujourd'hui.

484 pages, 12 euros


Ame ­ Athéisme ­ Bible ­ Bien ­ Bonté ­ Cléricalisme ­ Confession ­ Coran ­
Création/Créationnisme ­ Création ­ Cultes ­ Déchristianisation ­ Dieu ­
Eglise ­ Esprit ­ Eternité ­ Evangile ­ Finalité ­ Foi ­ Genèse ­
Gnosticisme ­ Iconoclaste ­ Idéalisme et matérialisme ­ Idolâtrie ­
Immortalité ­ Incrédulité ­ Inquisition ­ Israélite ­ Jésus ­ Judaïsme ­
Judéo-chrétiens (communisme des) ­ Laïcisation ­ Laïque ­ Libre-pensée ­
Mahométisme ou islamisme ­ Mal ­ Manichéisme ­ Martyr ­ Matérialisme
individualiste Miracle ­ Miracle ­ Mission ­ Morale (recherche d'une règle
de vie) ­ Morale (éthique individuelle et sociale) ­ Morale : ses bases
illusoires sa duperie actuelle ­ Morale : Origines et évolution ; Les
religions et la morale ; La morale et les m¦urs ; Morale individuelle et
morale collective ­ La morale et l'individualisme anarchiste ­ Noël ­
Paganisme ­ Paradis ­ Prêtre ­ Prière ­ Providence ­ Purgatoire­ Religion ­
Religion ­ Sacerdoce ­ Saint Siège ­ Scolastique -­ Trinité ­ Trinité ­
Vertu et Vice




* Auteurs : E. Armand, L. Barbedette, C. Berneri, G. Brocher, R. Collino
(Ixigrec), E. Cotte, S. Faure, A. Lapeyre, A. Lorulot, S. Mac Say, E.
Malatesta, J. Marestan, Han Ryner, R. Odin, M. Pelletier, M. Pierrot, E.
Rothen, Ryskine, F. Stackelberg, P. Vigné d'Octon .


Religion et politique (compil' n° 5)

Cette cinquième compilation thématique reproduit, pour l'essentiel, des
textes déjà publiés dans la revue Ni patrie ni frontières en 2004, 2007,
2008, 2009 et 2010 (1). Le livre se divise en trois parties. La première
rappelle « pourquoi l'athéisme est important» ou en tout cas pourquoi il le
fut aux débuts du mouvement ouvrier pour les marxistes et les anarchistes.
Elle permet de souligner quelques principes importants pour la lutte de
classes, principes, souvent oubliés par nombre de militants d'extrême gauche
ou libertaires actuels. Écrits par des non-spécialistes de l'histoire des
religions, ces textes ne sont pas démentis par les récentes découvertes
archéologiques qui confirment la fausseté historique de l'Ancien Testament,
texte à la base des trois grands monothéismes ­ islam compris !
La deuxième partie montre que, chez les marxistes comme les anarchistes, il
s'est toujours trouvé des dirigeants politiques et des intellectuels ­ et
non des moindres ­ qui critiquaient les limites de la laïcité, voire qui
avaient une attitude assez ambiguë face à la religion et l'athéisme.
La troisième partie aborde des questions plus actuelles, en tout cas liées à
des débats plus récents, qu'il s'agisse de l'attitude des religions face au
Sida, de la Droite chrétienne américaine, de l'Eglise anglicane, de «
l'islamophobie», de l'attitude de Sarkozy face aux religions ou du rôle
belliciste et militariste (peu connu en France) du bouddhisme japonais.

Cet ouvrage ne prétend pas épuiser toutes les facettes d'un sujet très
complexe et très riche, d'autant plus que nous avons publié deux autres
ouvrages qui traitent d'autres aspects que ceux abordés ici : ceux qui
souhaitent approfondir un peu les problèmes spé-cifiques que posent les
rapports entre la religion musulmane et la politique pourront consulter la
compilation n°2 : Islam, islamisme, « islamophobie». Et ceux qui ne
connaissent pas encore L'Encyclopédie anarchiste, publiée entre 1925 et 1934
et jamais rééditée depuis, liront certainement avec plaisir l'anthologie de
textes intitulée La Raison contre Dieu que nous publions en même temps que
ce livre.

* 392 pages, 12 euros

1. Nous y avons ajouté des textes de Jules Guesde, Nelly Roussel et
Madeleine Pelletier ; une critique (inédite) de L'impasse islamique de Hamid
Zanaz ; un article de Lutte ouvrière sur « Communisme et religion» et un
autre de Vincent Présumey sur « La crise pédophile du clergé catholique».

Sommaire : Contre les idéologies rances (NPNF)
Pourquoi l'athéisme est important ­ Ce que Marx et Engels ont vraiment écrit
­ Marx, Engels et la religion (Paul Hampton) ­ Contributions à l'histoire du
christianisme primitif (Friedrich Engels), ­ La formation des religions
(Elie Reclus) ­ L'anarchie et l'Eglise (Elisée Reclus) ­ La peste religieuse
(Johann Most )­ Laïcisation à faire (Jules Guesde) ­ Le mythe de l'immaculée
conception (Paul Lafargue) ­ Socialisme et religion (Lénine) ­ De l'attitude
du parti ouvrier à l'égard de la religion (Lénine) ­ Discours (Nelly
Roussel) ­ Discours (Nelly Roussel) ­ La croyance en Dieu (Paul Lafargue ) ­
Mon athéisme (E. Armand)­ Les femmes voteront-elles pour les prêtres ?
(Madeleine Pelletier) ­ Communisme et religion (Madeleine Pelletier) ­ Les
évangiles, c'est du bidon (Peilharot) ­ Pour en finir avec le spectre de
Dieu (Groupe surréaliste de Paris)
Limites de la laïcité et de l'anticléricalisme ? Anticléricalisme et
socialisme (Amadeo Bordiga) ­ Laïcité et marxisme (Amadeo Bordiga) ­ Le
marxisme face à l'Eglise et à l'Etat (Amadeo Bordiga) ­ Les prolétariat ne
se nourrit pas de curés (Camillo Berneri)1­ Devons-nous baisser la garde ?
(NPNF) ­ Sur la religion (Anton Pannekoek) ­ Quelques commentaires (NPNF)
Du rôle politique réactionnaire des religions aujourd'hui ­ « Jésus
socialiste» vu par Chavez et par Engels ­ L'ère des fondamentalismes ­
Fondamentalisme religieux et déclin capitaliste (Communist League) ­
Religion, révolution et fondamentalisme aux Etats Unis (Wil Barnes) ­
Quelques précisions (Wil Barnes) ­ Le mythe de la persécution des chrétiens
aux Etats-unis (Communist League) ­ Église anglicane en Grande-Bretagne
(Revolutions per Minute) ­ Le rôle de la religion dans la propagation du
Sida (Arash Sorx) ­ Bouddhisme japonais et « guerres compassionnelles»
(NPNF) ­ Sur le christianisme de gauche (Fabrice) ­ Communisme, religions et
intégrisme (Lutte ouvrière) ­ « L'impasse islamique» de Hamid Zanaz nous
conduit dans une (autre) impasse (NPNF) ­ Les dix commandements de la gauche
théocompatible (NPNF) ­ Les superstitions, les lois et les coutumes
religieuses sont la honte du XXIe siècle (Houzan Mahmoud) ­ Sarko, le pape
et Carla (Le Militant) ­ Sarkozy, Dieu et nous (Patsy) ­ La crise pédophile
du clergé catholique (Vincent Présumey, Le Militant)


Pour toute commande (les frais de port sont compris dans le prix)

Yves Coleman
10 rue Jean-Dolent 75014
ou
yvescoleman-A-wanadoo.fr

_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center