A - I n f o s

A-Infos un servizio di informazione multilingue da per e su gli/le anarchici **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Agli archivi di A-Infos

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
Le prime righe degli ultimi 10 messaggi:
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe


Le prime righe degli ultimi 10 messaggi
Prime righe dei messaggi in tutte le lingue nelle ultime 24 ore
Links to indexes of First few lines of all posts of last 30 days | of 2002 | of 2003
| of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019
Iscriversi a A-Infos newsgroups

(it) France, Alternative Libertaire AL #293 - Antipatriarcat, Stato spagnolo: " Senza di noi, il mondo non funziona " (en, fr, pt)[traduzione automatica]

Date Fri, 19 Apr 2019 09:56:41 +0300


Nello stato spagnolo, con la massiccia partecipazione allo sciopero generale e alle mobilitazioni dell'8 marzo 2019, il femminismo ha dimostrato ancora una volta il suo potere potente e trasversale di denunciare la complicità tra capitalismo e patriarcato. " Sin nosotras el mundo no funciona ", lo slogan delle femministe spagnole, non è mai stato così preciso. ---- L'an dernier, 6 millions de personnes avaient participé aux mobilisations du 8 mars dans la péninsule ibérique; cette année on parle du double.[1]En première ligne, des millions de femmes ont occupé l'espace public, faisant ainsi un pas en avant irréversible dans le processus de lutte pour l'égalité et l'émancipation totale. Tout au long de 2018 des mobilisations se sont organisées, contre la «justice» patriarcale, pour la dépénalisation de l'avortement, contre la violence sexuelle et les violences machistes, construisant une lutte au caractère international et global particulièrement affirmé.

Contre le capitalisme et le patriarcat
Contre les femmes, le capitalisme est un allié majeur du patriarcat; c'est par la grève qu'il faut les combattre. C'est pourquoi la Confederacion General del Trabajo (CGT) a, une nouvelle fois, appelé le 8 mars à une grève générale contre tous les abus du système capitaliste et patriarcal: une grève de la production qui paralyse ce système exploiteur et asservissant; une grève de la consommation qui affecte un élément essentiel du capitalisme globalisé du XXIe siècle; une grève des soins et travaux domestiques qui met en exergue la complicité du capitalisme et du patriarcat qui relèguent les femmes à des rôles de service, reproductifs, secondaires; une grève étudiante qui paralyse le système éducatif machiste. Dans tout l'État espagnol, des rassemblements massifs ont eu lieu, de nombreux axes routiers ont été coupés. Selon la CGT, le taux de grévistes a atteint 75 % dans les secteurs professionnels très féminisés comme l'éducation, la santé et le télémarketing; 40 % dans le métro de Barcelone, 15 % dans les bus... Par rapport à l'an dernier, il faut souligner l'augmentation du nombre de grévistes dans des secteurs peu féminisés comme l'industrie et les transports. Nous n'oublions pas toutes les femmes qui ne peuvent pas exercer leur droit fondamental de grève: les femmes privées de liberté, exploitées à travers leur travail dans des prisons privatisées; les femmes migrantes et réfugiées, victimes de tous types d'abus et violences machistes; les femmes précaires dont le salaire ne garantit pas la survie; et surtout celles qui ont été tuées à jamais, assassinées par le machisme, le patriarcat et le capitalisme. Pour la CGT de l'État espagnol et les organisations du Réseau syndical international de solidarité et de luttes[2], «le féminisme occupe une place croissante dans les lieux de travail dénonçant les différences salariales et la violence structurelle du système capitaliste dont les femmes sont doublement victimes; le féminisme est une lutte syndicale».

Buenos Aires, épicentre américain du 8 mars
Cette nouvelle phase des luttes féministes a démarré sur le continent américain, plus précisément en Argentine en 2015, lorsque «Ni una menos» est né.[3]Puis, le viol et assassinat de Lucia Perez, mirent tristement la question des violences machistes au centre des luttes dans le pays, donnant au combat pour le droit à l'avortement légal et gratuit une toute autre dimension et urgence. Ce 8 mars 2019, elles étaient plusieurs centaines de milliers à manifester dans les rues de Buenos Aires.

Mettere in discussione i diritti strappati da decenni di lotte che sostengono sia in Brasile Bolsonaro partito ultra destra Vox in Andalusia, apertamente misogina discorso Trump, la negazione dei diritti delle donne in molti regimi politici in in tutto il mondo, ecc. Tutto ciò ha reso questo 8 marzo 2019 uno spettacolo di forza contro l'estrema destra, il capitalismo e il patriarcato. La lotta delle donne è universale e non torna indietro !

Nara (AL Toulouse)

[1] 1. Numero preso da molti media non militanti. Vedi, per esempio, El Païs, il 12 marzo.

[2] www.laboursolidarity.org

[3] " Ni una menos " (in francese: " non uno di meno ") è il nome sotto il quale si sono radunate le massicce manifestazioni del 3 giugno 2015 e 2016 che si sono svolte in diverse città dell'Argentina, e in altri paesi della regione, come Uruguay (2015), Cile e Perù (2016), o Spagna (2015) per protestare contro la violenza contro le donne, compresi i femminicidi.

http://www.alternativelibertaire.org/?Etat-espagnol-Sans-nous-le-monde-ne-fonctionne-pas
________________________________________
A - I n f o s Notiziario Fatto Dagli Anarchici
Per, gli, sugli anarchici
Send news reports to A-infos-it mailing list
A-infos-it@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-it
Archive http://ainfos.ca/it