A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020

(fr) Socialisme Libertaire - Réflexions préliminaires autour de la notion de pouvoir

Date Sat, 29 Aug 2020 18:30:50 +0100


«Loin de renvoyer à l'anomie (dans sa définition négative, de perte d'ordre moral/social), l'anarchie renvoie historiquement à la négation du pouvoir. Une question primordiale s'impose donc inévitablement aux militants et sympathisants anarchistes: qu'est-ce que le pouvoir, et comment l'identifier? ---- Des réflexions contemporaines nous invitent à emprunter cette voie, comme celle de George Balandier. Fils de cheminot et sociologue, il a vécu parmi les ethnies Fang (Cameroun/Guinée) et Ba-Kongo (Congo/Angola) durant la décolonisation des années 50. Fort de cette expérience, il a d'abord mené une réflexion sur le pouvoir colonial pour ensuite élargir son interrogation sur la nature et les expressions du pouvoir: quelles sont ses conclusions? ---- Le politique («polity» ) est le mode de gouvernement qui repose fondamentalement sur l'autorité, en tant que capacité à contraindre autrui selon sa volonté (K. Marx). Cette contrainte, avant d'être physique, est idéologique (M. Weber): le pouvoir politique se légitime lui-même, mais s'appuie surtout sur d'autres registres tels que la religion, l'économie, la parenté (M. Bakounine)... Le pouvoir politique repose donc sur un dogme inégalitaire, qui s'autolégitime à tel point qu'il crée ses propres espaces de contestations (M. Gluckman). ---- Que peut-on conclure? ---- On peut interpréter l'oeuvre de G. Balandier comme une démonstration sur la nature du pouvoir (politique): il est fondamentalement inégalitaire, et il s'autolégitime grâce à la religion, la parenté, l'économie... Ainsi, la négation de ce(s) pouvoir(s) est un premier pas, si ce n'est une condition fondamentale à la réalisation du projet socialiste «originel» (XVIII/XIXe).

Sous ces nouvelles lumières, je réaffirme haut et fort la légitimité des principes libertaires d'antiréformisme, d'athéisme, d'autogestion, d'organisation sociale dite minimale, etc. ...principes nécessaires à l'égalité, à la dignité humaine.»

Pépito

SOURCE:  Jeunes Libertaires - Toulouse

http://www.socialisme-libertaire.fr/2020/08/reflexions-preliminaires-autour-de-la-notion-de-pouvoir.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr