A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020

(fr) Alternative Libertaire #307 (UCL) - Mèmes et sexisme: Des Karen aux pick-me, au pied de la lettre mascu

Date Fri, 24 Jul 2020 19:26:55 +0100


«Karen», «Pick me», voici des termes que l'on retrouve aujourd'hui dans certains discours antiracistes et antisexistes. Ils sont pourtant issus des sphères masculinistes et leur glissement vers des discussions «de gauche», via des mème circulant sur des forums, réseaux sociaux et vidéos, est problématique. ---- Le terme «Karen» est actuellement employé dans des discussions antiracistes pour désigner la femme blanche de la classe moyenne américaine, certaine de sa supériorité et inconsciente de ses privilèges. La «Karen» représente l'adversaire sans esprit critique. Cependant, retracer l'histoire de ce mème[1]montre sa dimension profondément sexiste: en 2017, un homme crée un subreddit[2]intitulé «Fuck you Karen» pour humilier son ex-femme qui a obtenu après procès la garde des enfants ainsi qu'une pension alimentaire. Des mèmes sont ainsi partagés dans le monde entier et très rapidement repris dans des images, des vidéos, avant d'intégrer le langage courant. Le terme«Karen» devient rapidement une insulte masculiniste qui vise les mères célibataires, post-trentenaires; le personnage se dote de nouveaux traits, dont celui d'être procédurière et arrogante (c'est la femme qui demande à «voir le manager»), et est moquée pour ses choix esthétiques jugés douteux, dont notamment une coupe de cheveux asymétrique et une coloration blonde, ou encore une manucure trop voyante. ---- Le terme «pick-me» désigne, dans des discussions se disant antisexistes, les femmes qui «trahissent» leur genre en soutenant le patriarcat. Pour attirer l'attention et les faveurs des dominants (les hommes), elles rabaissent les féministes et leur lutte. Leur portrait est très négatif: ce seraient des femmes jeunes, instables, manquant de regard critique, trop maquillées, qui se prennent en selfie et publient leurs images sur internet. Chez les masculinistes, elles sont aussi appelées NAWATS «Not All Women Are The Same!»[3]ou encore des «suceuses d'attention». L'usage de ce terme refuse toute lecture matérialiste et vise à moquer des femmes qui ont intégré le rôle que la société patriarcale leur a assigné.

Keep calm and don't be sexist
Il apparaît rapidement que ces sobriquets, tant «Karen» que «Pick me», servent à discréditer les femmes dans le débat public, en les renvoyant à l'hystérie ou à la stupidité; les employer pour qualifier des contradicteurs et contradictrices, c'est évacuer un discours matérialiste et raisonné au profit d'attaques ad-hominem sexistes. En effet, où sont les équivalents masculins de ces termes? Si Karen est critiquée pour son arrogance et son attitude batailleuse, ne serait-ce pas aussi parce qu'elle est une femme et qu'en tant que femme elle devrait savoir rester à sa place? Où sont les hommes «suceurs d'attention»? Employer «Karen» ou «Pick me», c'est avant tout remettre les femmes «à leur place»: hors du débat public.

Le langage façonne profondément notre façon de penser et d'appréhender le réel, et les mots sont des cribles qui organisent le monde et ne sont jamais neutres. «Karen» et «Pick me» sont des chevaux de Troie de la pensée masculiniste. Ne faisons pas le jeu des masculinistes et de l'extrême droite: bannissons leur vocabulaire de nos luttes!

Léa et Sarah (UCL Bordeaux)

https://www.unioncommunistelibertaire.org/?Memes-et-sexisme-Des-Karen-aux-pick-me-au-pied-de-la-lettre-mascu
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr