A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018

(fr) FA Lyon - La croissance de l'anarcho-syndicalisme au Bangladesh et appel à la solidarité.

Date Mon, 23 Jul 2018 18:49:25 +0100


Le mouvement ouvrier anarchiste du Bangladesh a moins de cinq ans, né des cendres du marxisme-léninisme raté. L'auteur de cet article rappelle la période antécédente de l'histoire du Bangladesh où le marxisme-léninisme était hégémonique. C'était une période de foi profonde et d'affection pour la pensée de Marx, d'Engels, de Lénine, de Staline, de Mao Tsetung et de Trotsky. À la connaissance de l'auteur, aucun des membres du mouvement ne connaissait l'anarchisme en tant qu'idéologie politique et ne le saurait que des décennies plus tard. Nous avons adoré les portraits suspendus des dirigeants marxistes, nous avons étudié leurs livres, et nous avons intégré la discussion de leurs idées dans nos vies quotidiennes. La poursuite de notre vie était de devenir des révolutionnaires socialistes. ---- Nous étions si fervents dans nos croyances d'un monde meilleur que nous avons sacrifié des vêtements pour les livres, de la nourriture pour le papier. Le mouvement socialiste était déjà actif au Bangladesh lorsque ma génération est passée d'étudier le socialisme à aider à développer un mouvement socialiste de masse. À Dhaka, la capitale, nous avons aidé à la diffusion de journaux pro-soviétiques, nous avons rejoint des organisations étudiantes et nous avons participé à des interviews. Nous avons expliqué le socialisme au peuple, aux travailleurs, des usines aux champs. Notre chemin a été guidé par la science et la liberté d'expression, et nous diffusons nos idées sans imposer aux autres. Mais nous avons fait face au rejet public et à la mort dans nos efforts. ---- Quand on parlait dans les régions dominées par les musulmans, beaucoup nous condamnaient comme athées et injustes. Et là où nous n'étions pas simplement dénoncés, beaucoup d'entre nous ont été assassinés. Notre lutte a été l'histoire d'effusion de sang. Nous avons perdu beaucoup de nos compagnons. Et bien que les appareils oppressifs nous aient torturés et tués, nous avons poursuivi le rêve de la révolution et continué à faire ces pas pour faire la révolution. Notre travail a augmenté le nombre d'organisations socialistes et de sympathisants dans les villes et les villages. Ils avaient l'intention de lutter contre la tyrannie de l'oppression, contre la dictature militaire nationale et contre l'impérialisme.

Dès 1980, nous avons pu entendre parler de la nature autoritaire et des contradictions de l'Union soviétique et de la Chine. Nous ne croyions pas que c'était la vérité, que le socialisme «scientifique» pouvait être faux. Nous pensions plutôt que c'était de la propagande impérialiste et de la CIA. L'effondrement de l'Union soviétique et la destruction de la statue de Lénine ont été un grand choc pour nous tous. Avec le bloc de l'Est, les pays socialistes du monde ont changé. Ils se sont éloignés les uns des autres et accueillirent ouvertement une restructuration capitaliste.

Cela a produit un énorme choc dans la pensée de notre mouvement. Nous relisons encore et encore le marxisme, ses fondamentaux. Mais rien de tout cela ne nous a aidé à mieux comprendre l'échec du "socialisme". Nous nous sommes cependant intéressés aux révolutionnaires qui critiquaient le marxisme-léninisme. Cela nous a conduit à lire les oeuvres de nombreux anarchistes, tels que Mikhail Bakunin, William Godwin, PJ Proudhon, Peter Kropotkin, Emma Goldman, Errico Malatesta, Alexander Berkman, Max Stirner, Élisée Reclus et Noam Chomsky. Leurs oeuvres ne sont pas imprimées, ni en bengali. Notre moyen d'apprentissage a donc été de lire des textes anarchistes à travers Internet en langues étrangères.

En 2012, beaucoup d'entre nous, anciens marxistes, ont acquis une idée claire de l'anarcho-syndicalisme à partir de nos études sur internet. Parce que j'ai été impliqué dans les luttes des travailleurs du thé (1) depuis 2000, c'est parmi les travailleurs du thé et les amis proches que nous avons introduit les pratiques anarcho-syndicalistes à travers le développement du Tea Workers 'Council. Ce conseil ne portait pas le nom d'une doctrine ou d'une partie spécifique. Parce que les vieilles méthodes autoritaires persistaient, une articulation claire de l'anarchisme et un ré-arrangement selon ses principes étaient nécessaires.

En conséquence, le 1er mai 2014, de nombreux militants syndicaux ont formé un comité de 23 membres attachés aux principes de l'anarcho-syndicalisme.

Ce comité a favorisé l'émergence d'organisations anarcho-syndicalistes dans 52 localités au Bangladesh. Nous recevons actuellement de l'aide de la Fédération anarcho-syndicaliste australienne pour améliorer notre organisation. Avec leur soutien, nous essayons également de devenir membre de l'International Workers Association (IAA, appelé aussi IWA-AIT).

Nous recherchons la solidarité de nos frères et soeurs camarades dans le monde entier. Nous voulons travailler avec tout le monde et lutter aujourd'hui pour la solidarité des compagnons de voyage à travers le monde.

Texte de AKM Shihab (basfsylhet (A) gmail.com)  Sylhet, Bangladesh, Juin 2018.
Traduction "Juste une étincelle noire"

(1) La plus grande partie de la production de thé exportée au Bangladesh est relativement élevée dans les exportations agricoles. Dans le même temps, il s'agit d'une zone de production où les travailleurs sont souvent presque totalement privés de leurs droits et exploités dans de très mauvaises conditions de travail et des salaires extrêmement bas. Souvent, les travailleurs du thé (environ ¾ sont des femmes *) sont des descendants de migrants venus d'Inde. L'exclusion économique et sociale et la discrimination dont ils font souvent l'objet font que beaucoup d'entre eux ont peu d'autres possibilités que la production de thé.

https://etincelle-noire.blogspot.com/2018/07/la-croissance-de-lanarcho-syndicalisme.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr