A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018

(fr) Le rail déchaîné - Sotteville, la grève dans la grève. Interview

Date Thu, 5 Jul 2018 19:49:47 +0300


Au 20ème jour de grève, nous avons questionné 2 conducteurs de manoeuvre et de lignes locales (CRML) Fret, Stéphane Lachèvre et Stéphane Simon, militants SUD Rail de Normandie. ---- AL: en plein conflit national, les 12 CRML de Sotteville-lès-Rouen ont décidé le 11 juin 2018 de partir en grève, reconductible chaque jour en Assemblée Générale, Pouvez vous nous dire les raisons de ce conflit suivi à 100%? ---- Stéf L: La direction veut encore réduire drastiquement les effectifs Fret sur Sotteville, dont les CRML et en même temps s'attaque frontalement à nos conditions de travail et de rémunération. ---- Stéf S: La «brutalité» de la direction a facilité la mobilisation de nos collègues, rendant le conflit inévitable au vu des pertes de salaire et des conséquences sur la vie privée de chacun. ---- AL: Comment vous êtes vous organisés? ---- Stéf L: Ce sont les agents qui ont décidé naturellement de partir en grève reconductible en AG car ça a toujours été notre façon d'agir lors des conflits locaux précédents. Ce sont les AG qui décident, y compris de nos revendications. ---- Stéf S: Nous avons malheureusement une vieille expérience des conflits et nous pensons collectivement que la grève reconductible est la mieux adaptée quand on est déterminé et qu'elle facilite la démocratie directe dans la lutte ---- AL: d'après vous quelles raisons peuvent justifier la provocation et la précipitation de la Direction? ---- Stéf L: La direction agit comme un bulldozer et applique la méthode Macron. De plus, elle pensait à tort que nous étions affaiblis par le conflit national.

Stéf S: Il y a, de la part de la direction, une volonté de faire subir une forme de «mal être», «d'inconfort» aux agents afin de favoriser d'éventuels départs. En effet, une partie du personnel est censé travailler avec des enchaînements difficiles et une productivité accrue tout en perdant de l'argent, pendant que l'autre partie du personnel serait peu ou pas utilisée en perdant également de la monnaie......

AL: la direction refuse de négocier sérieusement, quelles sont vos perspectives et propositions d'actions

Stef L: Nous essayons d'élargir le mouvement. Des collègues CRML de Chartres font régulièrement des jours de grève en solidarité. On a le soutien des conducteurs de ligne (CRL) voyageur et fret de Sotteville et maintenant ce sont les conducteurs fret de Villeneuve-Saint-Georges qui se mettent en grève.

Stef S: On organise notamment la solidarité afin de tenir pour obliger la direction à ouvrir de réelles négociations

AL: Ces réorganisations et ces suppressions de postes sont elles liées à la future filialisation du Fret?

Stéf L: Cela fait de nombreuses années que l'Etat et la direction préparent la filialisation du Fret. Il y a un coup d'accélérateur depuis l'arrivée de Macron.

Stéf S: Oui, pour la direction il faut réduire l'écart entre la SNCF et la Privé en terme de productivité, de précarité et de salaire afin de rendre en apparence la passage à la filiale moins douloureux

AL: Cette filialisation va-t-elle améliorer la situation du fret ferroviaire?

Stéf L: Bien sur que non! D'ailleurs les entreprises de fret ferroviaire privées sont toutes en difficultés face à la concurrence de la route qui pratique un dumping social effréné.

Stéf S: Non, le Fret ferroviaire, public comme privé, est dans une impasse car peu ou pas rentable, ce qui rend sa survie compliqué sans investissement financier de l'Etat et un rééquilibrage du chemin de fer face à la route.

AL: A travers cette lutte exemplaire, quelle politique du Fret réclamez vous pour le bien de toutes et tous?

Stéf L: Nous revendiquons un développement du Fret ferroviaire public, qui passe notamment par des décisions politiques contraignantes vis-à-vis des entreprises et une réfection des petites lignes sur tous le territoire.

Stéf S: Un Fret appuyé sur une vision politique écologique, le tout en gardant une vocation de service public serait une belle évolution...

AL: avez-vous des compléments d'infos ou de ressentis à nous transmettre

Stéf L: Il y a plein de conflits dans beaucoup d'entreprises. Il faut arriver à se coordonner et construire un mouvement général.

Stéf S: Face à ce style de gouvernement, notre lutte n'est qu'un grain de sable. Seule une grève générale agglomérant l'ensemble des luttes, et l'ensemble des mécontents pourrait changer les choses de façon conséquente.

Merci d'avoir répondu à mes questions, Alternative Libertaire apporte son total soutien à votre lutte exemplaire à plus d'un titre

Interview réalisé par Jacquot CAL Rouen le 30 juin 2018.

http://leraildechaine.org/post/175519019560
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr