A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018

(fr) Alternative Libertaire AL - Dégager Macron? Et après?

Date Sun, 27 May 2018 19:54:12 +0100


«Sortie de l'euro», «VIerépublique», «revenu universel»... autant de hochets plus ou moins tapageurs. Tant qu'on n'aura pas remis en cause radicalement la propriété capitaliste des moyens de production et d'échange, on n'avancera pas d'un iota. Une bonne solution? Socialisation, autogestion. ---- Évidemment, si une vague de révolte sociale faisait vaciller le gouvernement, et chassait Macron de l'Élysée, on ne pourrait qu'applaudir, car ce serait l'indice de la puissance du mouvement social. ---- Mais en vrai, entre nous, on s'en fiche de «dégager Macron». ---- Macron n'est rien. «Jupiter» n'est qu'un mythe. Sa politique n'a rien de nouveau, ni de «disruptif». Elle ne fait que s'inscrire dans la trajectoire de ses prédécesseurs Hollande, Sarkozy, Chirac ou Mitterrand. ---- Parce que la politique de l'État, dans un cadre capitaliste, c'est toujours la politique du capitalisme. Remplacer l'ultralibéral Macron par un politicien keynésien ou souverainiste, là n'est pas la question. ---- La question que personne n'ose poser ---- La question centrale, fondamentale, c'est celle de la propriété capitaliste des moyens de production et d'échange. La question centrale, fondamentale, c'est: qui possède? Donc qui décide de notre futur? Qui façonne l'économie et la société pour son profit? ---- Tant qu'on n'aura pas remis en cause radicalement la propriété capitaliste des moyens de production et d'échange, on n'avancera pas d'un iota.

Tract en PDF à télécharger - http://www.alternativelibertaire.org/IMG/pdf/tract_260518_maree_populaire.pdf

Chaque politicien a sa solution clef en main pour soit-disant changer la vie: ici ça va être la sortie de l'euro ou la fermeture des frontières, là une Constituante tirée au sort, la VIerépublique, le revenu universel, la nationalisation des banques, et bien d'autres hochets plus ou moins tapageurs.

A chaque fois, posons-nous la question: ce politicien met-il en cause la propriété capitaliste? Veut-il que l'économie soit socialisée ou qu'elle reste sous le contrôle d'une minorité privilégiée? Ou bien garde-t-il un silence embarrassé à ce sujet?

Alternative libertaire le dit clairement: il n'y aura pas de solution à la désagrégation sociale et à la catastrophe écologique sans l'expropriation des possédants, la socialisation de l'économie, son autogestion par les premières et les premiers concernés, sa mise au service de la population.

Ce n'est qu'en socialisant les entreprises et l'économie en général que nous pourrons relocaliser l'industrie, produire ce qui est socialement utile et écologiquement viable. Ce n'est qu'en confiant la gestion de la production aux premières et au premiers concernés que l'on pourra transformer le travail, le désaliéner, remettre en cause la séparation entre travail manuel et intellectuel, réduire drastiquement le temps de travail.

BD-tract: cliquer pour agrandir http://www.alternativelibertaire.org/IMG/png/bd-al-maree-populaire.png

Pour l'autonomie du mouvement social

Cette autogestion socialiste est au coeur du projet communiste libertaire que nous portons.

Les classes populaires peuvent redevenir actrices et décideuses. Il y a urgence à renforcer les mouvements sociaux, les grèves, le syndicalisme, les associations de lutte... Aujourd'hui, les mouvements sociaux sont à la recherche d'un nouveau souffle. Ils le trouveront s'ils savent se réinventer. Car la lutte des classes, elle, ne s'arrête jamais.

Mais, pour reconstruire les mouvements sociaux, il faut aussi ne pas reproduire les erreurs du passé, et ne pas placer de vains espoirs dans une alternance politicienne à la tête de l'État. En 1981 comme en 1997, cela s'est toujours traduit par un affaiblissement du mouvement social et la trahison des promesses électorales...

L'autonomie du mouvement social, c'est la condition de sa capacité politique. C'est la condition pour que, demain, il représente une force véritable, sans laquelle il n'y aura pas d'alternative au capitalisme.

http://www.alternativelibertaire.org/?Degager-Macron-Et-apres
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr