A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018

(fr) Fédération Anarchiste (FA) - Tract " Vive la grève! "

Date Tue, 1 May 2018 13:31:45 +0100


Depuis quelques semaines maintenant, les cheminots ont engagé un rapport de force historique avec le
gouvernement et la Direction de la SNCF contre le projet de casse du service public ferroviaire et
de destruction du statut cheminot; et la mobilisation est visiblement loin de faiblir. Au contraire,
l'heure est à l'ancrage et à la multiplication des foyers de lutte. ---- Tout a commencé le 22 mars
dernier: premier coup de semonce à l'adresse du gouvernement. ---- Plus de 400 000 cheminots et
fonctionnaires défilaient dans la toute la France. Rien qu'à Paris, ils étaient 50 000. Au lendemain
de la grève des cheminots les 3 et 4 avril, c'est la Direction de la SNCF qui cherchait à minimiser
la participation des grévistes. Rien n'y a fait: tous personnels confondus, un salarié sur deux
était en grève. Depuis, les effectifs des travailleurs mobilisés restent au beau fixe. ---- Du côté
des cheminots, le combat s'annonce long et dur, face à des ennemis de classe prêts à tous les coups
bas. D'un côté, la Direction de la SNCF s'emploie autant qu'elle le peut à briser la grève: gilets
rouges, remplacement d'agents de conduite par des cadres peu formés et d'agents d'un technicentre
par des travailleurs anglais, comptage illégal des jours de grève, etc. De l'autre, un gouvernement
qui brouille les pistes pour faire passer sa réforme en force: faire mine de reculer en abandonnant
le recours aux ordonnances, puis écriture en catimini d'amendements pour éviter discussion et
contradiction à l'Assemblée nationale.

Parallèlement, la tactique éculée de stigmatisation des fonctionnaires et cheminots peine à prendre
dans la population, et ce, au grand dam des politiques et des patrons. Au contraire, la solidarité
en acte, elle, est bel et bien là! Des caisses de grève se multiplient et atteignent des sommes
astronomiques, signe d'une détermination?eurissante chez les travailleurs et travailleuses à stopper
un gouvernement embarqué, depuis son arrivée au pouvoir, dans une frénésie libérale de casse
sociale, qui après s'en être pris au code du travail veut désormais sacrifier ce qu'il reste des
services publics sur l'autel d'une rentabilité économique toujours plus assoi?ée. Face à ce
mouvement de solidarité, gouvernants, patronat et médias bourgeois se voient bien obligés de revoir
leur discours dessinant une population systématiquement opposée aux travailleurs en grève.

D'autres corps professionnels sont aussi engagés dans la lutte.

En effet, l'heure est à la généralisation des grèves: déjà les cheminots sont rejoints dans de
nombreuses villes par les éboueurs, les salariés de La Poste, de l'Énergie (électricité et gaz),
d'Air France, les étudiants de Tolbiac et d'ailleurs Par ailleurs la grogne n'est pas éteinte du
côté des personnels hospitaliers, des retraités ...

Chez les postiers le mouvement prend de l'ampleur. Il faut dire que ceux-ci subissent la
privatisation promise à la SNCF, ainsi que la précarité, les licenciements et la répression
antisyndicale. Dans chaque bureau, dans chaque service, ce n'est que restructurations,
réorganisations, imposées par les Directions. Alors le personnel s'organise et les grèves
s'étendent: notamment à Rennes et dans l'Ille-et-Vilaine. Les facteurs et factrice de Bordeaux et du
département connaissent les mêmes problèmes que leurs collègues rennais et y répondent de la même
manière: la grève. Depuis mars, la mobilisation est également là à Bordeaux: vingt bureaux y sont en
lutte. C'est aussi la grève chez les postières et postiers du 92 qui ont ainsi apporté leur soutien
à Gaël Quirante, syndicaliste de SUD-PTT, licencié pour son engagement syndical par la Direction de
la Poste et la ministre du Travail, contre l'avis de l'Inspection du Travail.

Les lycées et les universités ont également rejoint le mouvement. Ils sont mobilisés contre le
projet de réforme du Baccalauréat et pour l‘abrogation de la loi ORE (pour l'Orientation et Réussite
des Etudiants). Ces réformes sont en passe d'aggraver les inégalités sociales déjé générées par
l'école, d'une part en accentuant Ia di?érentiation des offres de formation selon les établissements
(fin des filiéres et choix des options a la carte. Faut-il encore que les établissements puissent
disposer des enseignants pour proposer ces options), et de l'autre en instaurant une sélection fa
l‘entrée à l‘université.

A l‘université et dans Ie secondaire, Ia contestation a gagné de nombreux enseignants, qui se
refusent fa effectuer Ia sélection des candidats. Mais ce sont surtout les étudiants qui se sont
mobilisés et qui constituent Ie fer de lance de la contestation: les mouvements d‘occupation des
locaux se multiplient et sont soutenus bien plus largement en dehors des murs de l'université. Les
facs deviennent des lieux de discussion et d‘organisation du mouvement étudiant, mais permettent
aussi d‘expérimenter des «cours alternatifs» et des rencontres avec d‘autres secteurs en lutte.

La mobilisation prend chaque jour plus d‘ampleur, et ce, malgré les assauts de la police et des
nervis fascistes, enhardis par la complaisance des présidents d'universités et des parlementaires de
la droite la plus dure comme de la majorité présidentielle.

Que voulons-nous?

Face aux mesures autoritaires d'un gouvernement aux services des possédants, nous prénons le
fédéralisme libertaire ou les principes de la liberté d'association, l'autogestion et la
socialisation des moyens de production doivent présider à l'organisation de la société.

Pour l'heure, il nous faut tout d'abord nous réapproprier les services publics pour les rendre
accessibles à toutes et tous: ces services doivent étre de qualité, tendre à la gratuité; il faut
que leur gestion passe aux mains des collectifs des travailleurs regroupés en syndicat ou structure
de classe, seuls capables de contréler et d'organiser la production avec les usagers des secteurs
concernés, à la hauteur des besoins de tous et de chacun. Par extension, la gestion d'un quartier,
d'une commune, doit se faire sur une base égalitaire et doit permettre à toutes et a tous de
bénéficier des services municipaux indispensables (logements, poste et télécommunications,
médiathéques, santé, transports, etc.).

Aujourd'hui, il nous faut organiser et ancrer les luttes là où elles émergent et sont prétes à se
déployer. Nos victoires locales, pourront servir de modéles à d'autres, pour se déployer avec le
concours de toutes celles et tous ceux préts à se battre. Ainsi, nous pourrons favoriser la prise de
conscience de ce systéme d'exploitation capitaliste. Ainsi, nous pourrons contrer ce systéme
politique centralisateur a son service et toujours prét fa I'imposer ou qu'il puisse s'étendre. De
la pourront se créer les nouvelles institutions par la matrise des travailleurs à la base.

Télécharger en PDF: http://www.mediafire.com/file/5vxonxfbta99sox/tract+greve2018.pdf

https://federation-anarchiste.org/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr