A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018

(fr) ucl-saguenay: Appel historique du mouvement des femmes Kurdes aux femmes du monde entier par Collectif Emma Goldman

Date Wed, 14 Mar 2018 09:14:04 +0200


Une traduction parue sur la page Facebook Kurdistan au féminin: ---- Aux femmes du monde: Faisons du XXIe siècle l'ère de la liberté des femmes! ---- "Depuis les montagnes du Kurdistan, dans les pays où la société s'est développée avec le leadership des femmes, nous vous saluons avec notre grande liberté, notre passion, notre ambition et notre lutte inébranlable. Des quartiers de Rojava aux forêts d'Amérique du Sud, des rues d'Europe aux plaines d'Afrin des vallées du Moyen-Orient aux places d'Amérique du Nord, des montagnes d'Asie aux plateaux d'Australie, avec notre amour qui ne connaît pas de frontières et avec nos sentiments les plus révolutionnaires, nous embrassons toutes les femmes qui intensifient la lutte pour la liberté et l'égalité.

À l'occasion de la Journée internationale de lutte des femmes, le 8 mars 2018, nous commémorons toutes les femmes qui ont donné leur vie dans la quête de liberté, la résistance contre l'esclavage, l'exploitation et l'occupation. De Rosa Luxemburg à Sakine Cansiz, de Kittur Rani Chennamma à Berta Caceres, d'Ella Baker à Henan de Raqqa, de Djamila Bouhired, de la Palestinienne Sana' a Mehaidli à Nadia Anjuman, nous sommes toujours reconnaissantes aux immortelles guerrières de la lutte de libération des femmes. Leur lumière déchire les ténèbres qui nous sont imposées; sur le chemin qu'ils ont éclairé devant nous, nous marchons vers la liberté. Avec elles, nous commémorons toutes les femmes qui ont été assassinées au cours d'un ordre patriarcal vieux de cinq mille ans, à travers toutes sortes de violences masculines, de guerres, de terreur étatique, d'occupations colonialistes, de pouvoirs religieux masqués, de gangs d'hommes, de maris et de soi-disant amants. C'est leur mémoire qui suscite notre volonté inébranlable de mettre fin au féminicide, qui constitue la plus longue guerre du monde.

Chères femmes, chers camarades, chères soeurs,

Nous sommes au beau milieu d'un processus historique. Le système patriarcal, en tant que pair d'âge de la civilisation étatiste, traverse une crise structurelle profonde. En tant que femmes, nous devons diagnostiquer cette crise systémique avec ses causes et ses conséquences, établir des analyses solides et développer des perspectives qui accéléreront notre lutte. Car, tout comme la crise structurelle du système constitue une grande menace pour les femmes à travers le monde, cette situation offre aussi des opportunités de garantir la liberté des femmes, des opportunités qui ne se présentent peut-être qu'une fois par siècle. Nous disons même: nous pouvons faire du XXIe siècle l'ère de la libération des femmes! Ce n'est pas un rêve ou une utopie. C'est une réalité. Mais pour que cela se réalise, nous devons créer un programme de libération des femmes pour le XXIe siècle.

Pour cela, nous devons tout d'abord saisir pleinement dans leur intégralité les contradictions et les attributs fondamentaux de l'époque dans laquelle nous vivons. Quelles sont les possibilités et les risques que ces contradictions et ces attributs présentent du point de vue de la libération des femmes? Quelles responsabilités devons-nous assumer à cet égard, en tant qu'organisations et mouvements féminins mondiaux?
Le système mondial est entré dans le XXIe siècle dans une crise profonde, en utilisant des termes comme "Nouvel ordre mondial".

Dans la quête de se réorganiser pour sortir de la crise, la modernité capitaliste a d'abord tenté d'appliquer ce nouvel ordre au Moyen-Orient sous le nom de " Projet du grand Moyen Orient ". Nous appelons le processus qui a commencé avec les interventions en Afghanistan et en Irak, qui s'est poursuivi avec le printemps arabe en Afrique du Nord et qui s'est intensifié ces dernières années en Syrie, en Irak et au Kurdistan "Troisième Guerre mondiale". Tandis que les régimes d'États-nations du Moyen-Orient, qui ont été créés par les États occidentaux il y a cent ans pour reproduire en permanence le chaos et la crise, tentent de protéger le statu quo, les puissances étrangères tentent de diviser à nouveau la région entre elles.

Le fait que nous qualifions la période actuelle du Moyen-Orient de "Troisième Guerre mondiale" n'est pas seulement une tentative de mettre l'accent sur l'implication des puissances internationales. Plus encore, il est clair que la reconstruction de la modernité capitaliste au Moyen-Orient aura des conséquences à l'échelle mondiale. En effet, le système mondial contemporain ou la modernité capitaliste n'est pas un phénomène des 500 dernières années, car en fait, sa graine a pris racine sous la forme du premier état il y a 5000 ans en Mésopotamie et n' a jamais subi depuis différentes transformations pour se maintenir jusqu' à aujourd'hui.

C'est pourquoi la défense de la solution confédérale démocratique en tant que "Troisième voie" contre le statu quo des Etats régionaux et l'interventionnisme remanié des puissances étrangères constitue pour nous tous une responsabilité fondamentale et dépasse les frontières de la Syrie et du Moyen-Orient. Le système d'autonomie démocratique qui se construit actuellement avec le leadership des femmes de Rojava et du nord de la Syrie dans les conditions de guerre et de résistance est le seul modèle de solution qui a le potentiel de mettre fin aux crises, au chaos, aux contradictions et aux conflits qui se reproduisent systématiquement dans la région depuis un siècle.

Non seulement les États-nations qui ont été créés avec des frontières artificiellement tracées après la Première Guerre mondiale ne reflétaient pas la composition ethnique, culturelle, religieuse et sociétale de la région, mais ils visaient aussi à détruire notre culture millénaire de vie commune. Aujourd'hui, dans le nord de la Syrie, pour la première fois, un système est en train d'être construit qui repose sur la participation égale et libre des femmes, le pluralisme ethnique et religieux et la démocratie participative. En tant qu'alternative démocratique, ce modèle constitue une solution aux problèmes obsolètes du Moyen-Orient, à l'encontre des régimes masculins, sexistes, monistes, nationalistes et sectaires, alimentés par le système mondial depuis des décennies.

C'est la raison pour laquelle l'Etat turc, qui a la deuxième plus grande armée de l'OTAN, a lancé une opération contre le canton africain de Rojava/du nord de la Syrie le 20 janvier 2018 avec toute sa force. C'est aussi la raison pour laquelle des puissances étrangères comme les États-Unis, la Russie et l'UE n'entravent pas les attaques militaires contre l'Afrique. Parce qu'en Afrique, un modèle de société démocratique avec un noyau de libération des femmes est en construction. La résistance de l'Afrique est le soulèvement des femmes contre la vie capitaliste moderniste. La ville et les villages environnants d'Afrin résistent au fascisme, à la misogynie, au déracinement de la nature et des valeurs culturelles, à l'animosité entre les peuples. Il est clair que ce n'est pas seulement l'État turc et ses alliés islamistes recrutés qui s'opposent aux unités de défense des femmes et du peuple en Afrique.

Essentiellement, dans un minuscule morceau de géographie comme Afrin, deux systèmes mondiaux, deux idéologies, deux projets d'avenir s'affrontent sur un levier colossal. Si l'une est fondée sur la libération, l'écologie et le pluralisme des femmes, l'autre est faite de misogynie, de pouvoir masculin, de monisme, de domination et d'exploitation. L'une brille de toutes les couleurs de la vie, tandis que l'autre représente les ténèbres. Par conséquent, il est d'une importance vitale et significative pour les femmes du monde entier de revendiquer et de défendre la résistance croissante contre le fascisme à Afrin. Parce que ce qui y est attaqué et défendu, il y a des valeurs universelles de la liberté des femmes. A cette occasion, en tant que KJK, nous saluons et félicitons les combattants de la liberté qui assument le leadership de la résistance africaine, ainsi que le peuple d'Afrin, qui défendent héroïquement leurs terres contre les envahisseurs. Les femmes et l'unité gagneront. Le fascisme perdra.

Le processus de révolution en cours à Rojava et dans le nord de la Syrie nous montre cette vérité à tous: les vraies révolutions doivent être des révolutions féminines. Les tentatives révolutionnaires qui ne sont pas fondées sur la libération des femmes n'ont aucune chance de réussir. La raison fondamentale de l'incapacité des mouvements socialistes et révolutionnaires du XXe siècle d'atteindre les objectifs souhaités malgré leurs innombrables sacrifices, leur dévouement et leurs programmes vigoureux tient au fait qu'ils n'ont pas placé la libération des femmes au centre de leurs batailles. Cependant, en fait, la question des femmes n'est pas une préoccupation secondaire, mais elle est à la base de toutes les autres questions. Les femmes sont les premières classes opprimées, asservies, exploitées, colonisées et dominées. Toutes les autres formes d'exploitation commencent après l'exploitation des femmes. Pour cette raison, mener une lutte efficace contre le système hégémonique ne sera possible que dans le cadre d'une idéologie et d'un programme de libération forts, dans lesquels les femmes jouent un rôle actif, de manière autonome et séparée, dans l'organisation des femmes. Notre expérience de 30 ans de lutte idéologique et pratique en tant que mouvement kurde pour la liberté des femmes nous le montre.

Chères femmes, chers camarades,

Puisque la graine du système mondial basé sur la modernité capitaliste se trouve au Moyen-Orient, plus précisément en Mésopotamie, la crise systémique actuelle se manifeste aussi plus nue et plus directement dans cette région. Mais comme la crise vécue par le système patriarcal-capitaliste mondial a une qualité globale, aucune terre n'est épargnée par cette crise, aucun lac, aucune montagne, aucune rivière n'est épargnée, aucune société qui n' a pas été affectée par les tentatives de domination. Cependant, les plus touchées par la crise sont les femmes. Ceci à son tour est directement lié au caractère sexiste de la modernité capitaliste. Le système tente de surmonter sa crise en exploitant et en abusant des femmes de façon idéologique, et matériellement encore plus énergique. En fait, c'est de cette façon qu'il essaie de sécuriser et de garantir son existence.

Contre les revendications communes, le libéralisme, en tant qu'une des idéologies fondamentales de l'État-nation, n' a apporté aucune contribution positive à la libération et à l'égalité des femmes. Au contraire, surtout à l'ère du libéralisme, le sexisme a été développé et utilisé comme élément idéologique. C'est un gros mensonge que le libéralisme libère les femmes. En fait, la marchandisation de la femme en termes de corps, de personnalité et d'âme constitue la forme la plus dangereuse de l'esclavage.

Dans ce contexte, la modernité capitaliste constitue la plus haute étape du système patriarcal. A aucun moment dans l'histoire de la civilisation, les femmes n'ont été soumises à l'exploitation dans la mesure où elles ont été dans l'ère de la modernité capitaliste. Du point de vue des femmes, il existe une colonisation qui a multiplié par mille sa profondeur et son ampleur. Le sexisme dans la société d'État-nation, tout en attribuant à l'homme un pouvoir maximal, a fait de la société la colonie la plus basse du personnage de la femme. Dans cette dimension, dans l'histoire de la civilisation en général et dans la modernité capitaliste en particulier, la femme est en position d'être la nation colonisée la plus ancienne et la plus récente. Du point de vue du système hégémonique, l'une des raisons de la crise insoutenable est la colonisation des femmes.

Les femmes et la libération des femmes constituent le pouvoir fondamental d'opposition du système patriarcal capitaliste mondial. Au coeur de toutes les formes de pouvoir, d'hégémonie, d'exploitation, de pillage, d'asservissement, de violence et d'oppression que le système crée lui-même repose sur la domination de la femme. L'esclavage et la propriété imposée aux femmes se répandent pas à pas dans l'ensemble de la société. C'est la raison pour laquelle la lutte de libération des femmes, de toutes les luttes anti-systèmes, a le plus grand pouvoir pour ébranler les fondements du système hégémonique masculin. Et en fait, c'est cette dynamique qui dévoile la crise que traverse le système. En tant que femmes, nous devons voir clairement le pouvoir que nous possédons et l'effet que nous créons.

En ce sens, l'augmentation massive de la violence et des attaques contre les femmes dans le monde est directement liée à cette situation de crise et à la relation entre le système capitaliste patriarcal mondial et la libération des femmes. Le système sexiste, fondé sur l'exploitation, s'attaque à la femme, qui représente le plus grand défi et le plus grand danger pour son pouvoir. En fait, nous parlons d'une guerre d'agression systématique. La forme de cette guerre d'agression peut différer au niveau local, mais nous sommes essentiellement confrontés à un phénomène universel. Nous devons voir les liens entre les viols collectifs en Asie et la violence sexiste aux États-Unis. D'une manière holistique, nous devons examiner les meurtres de femmes en Amérique latine, qui ont atteint le niveau de massacre, ainsi que les enlèvements et l'asservissement de femmes et de filles par des gangs masqués par la religion en Afrique et au Moyen-Orient. Ensemble, nous devons analyser la montée des régimes fascistes, misogynes et leur mainmise sur les droits acquis par les femmes à la suite de leurs luttes. Et nous devons être pleinement conscients du fait que cette guerre, menée par le système patriarcal à l'échelle mondiale, tente d'étouffer la quête et la lutte de libération des femmes.

Car, peut-être, le système dominé par les hommes n' a jamais été soumis à une telle pression dans l'histoire de la civilisation. Ses fondements n'ont jamais été ébranlés à ce point. De même, du point de vue des femmes, les conditions pour assurer la libération n'ont jamais été aussi mures. Les possibilités de réaliser la deuxième grande révolution des femmes n'ont jamais atteint ce stade. C'est pourquoi nous vivons une période historique. Il existe de grandes possibilités, mais les dangers sont tout aussi grands.

Si tel est le cas, que devons-nous faire, si nous voulons faire face à ces dangers et évaluer efficacement les possibilités d'assurer la libération des femmes et, par là, la libération de toute la société? Comment pouvons-nous nous défendre contre les attaques croissantes du système? En ce sens, la légitime défense ne doit pas être comprise comme passive. L'autodéfense active est nécessaire. La plus grande et la plus efficace forme d'autodéfense est de créer la vie libre et de resserrer les veines du système dominé par les hommes. Nous devons rendre la vie insupportable pour le système, et non l'inverse. Mais pour que cela se produise, nous devons porter notre lutte à un niveau supérieur. A l'échelle mondiale, la lutte de libération des femmes a créé une base solide, tant sur le plan théorique que pratique. Mais c'est maintenant qu'il faut agir.

En tant que mouvement kurde pour la liberté des femmes, nous sommes engagés dans une grande lutte depuis plus de 30 ans pour approfondir l'idéologie de libération des femmes, pour révéler le pouvoir et la conscience d'autodéfense des femmes, pour garantir leur participation égale et libre dans la sphère politique, pour vaincre le sexisme dans toutes les sphères de la vie et pour accélérer la liberté des femmes. Sur ce chemin, nous avons toujours compris l'importance et le sens de partager nos résultats et nos conclusions avec toutes les femmes du monde. Et maintenant, avec beaucoup d'enthousiasme, de joie et de détermination, afin de faire du XXIe siècle l'ère de la femme libérée, afin de réaliser la deuxième grande révolution féminine, nous voulons être à la hauteur de notre mission dans le mouvement universel de libération des femmes.

Chères femmes,
Il est absolument essentiel que nous nous organisions à un niveau universel pour créer un système mondial libre et égal des femmes contre le système mondial sexiste, patriarcal et capitaliste. Une tactique cruciale du système hégémonique est la division. Notre pouvoir, cependant, provient de l'unité. Sans rejeter les différences entre nous, tout en protégeant nos propres particularités et nos couleurs, il n' y a rien qu'une lutte globale pour la liberté des femmes, si ce n'est la mosaïque, puis l'art en marbre, ne puisse accomplir. Pour ce faire, nous devons développer des alliances démocratiques entre les femmes. Nous devons élaborer des moyens, des méthodes et des perspectives adaptés aux conditions, aux caractéristiques et aux besoins du XXIe siècle. Essentiellement, nous devons tous développer ensemble le programme de libération des femmes du XXIe siècle.

En tant que mouvement pour la liberté des femmes du Kurdistan, nous devons le développement de notre révolution en tant que révolution des femmes à notre leader Abdullah Öcalan, qui, il y a 19 ans, a été enlevé par la conspiration de l'organisation du gang d'État appelé OTAN et qui est toujours pris en otage dans des conditions d'isolement sans précédent en Turquie. Ce sont les analyses systémiques d'Öcalan, ses perspectives de libération, sa transformation personnelle, ses efforts sans fin pour le développement du mouvement pour la liberté des femmes qui constituent le pouvoir derrière cette dynamique qui inspire aujourd'hui les gens dans le monde entier. Son enfermement sur une île carcérale depuis 19 ans et son isolement total du monde extérieur depuis près de 3 ans sont liés à l'influence de ses idées. Mais les pensées ne peuvent pas être isolées; les esprits libres ne peuvent pas être pris en otage.

L'extrait suivant, tiré des perspectives d'Öcalan, développé dans des conditions d'isolement en prison, est éclairant du point de vue de l'universalité de la lutte de libération des femmes:"Sans aucun doute, l'exposition du statut des femmes est une dimension de la question. Mais ce qui est plus important, c'est la question de la libération. En d'autres termes, la solution du problème revêt une importance beaucoup plus grande. On dit souvent que le niveau de liberté générale de la société peut être mesuré par la liberté des femmes. Ce qui est juste et important à prendre en considération, c'est la façon de remplir cette déclaration. La libération et l'égalité des femmes ne déterminent pas seulement la liberté et l'égalité de la société. Pour cela, la théorie, le programme, l'organisation et les plans d'action nécessaires sont nécessaires. Plus important encore, elle montre qu'il ne peut y avoir de politique démocratique sans les femmes et qu'en fait, la politique de classe restera inadéquate, et que la paix et la nature ne peuvent être développées et protégées."

En tant que mouvement kurde pour la liberté des femmes, à l'occasion du 8 mars 2018, nous lançons un appel aux femmes du monde: réunissons-nous et élaborons ensemble la théorie, le programme, l'organisation et les plans d'action nécessaires à la libération des femmes. Avec la conscience que seule une lutte organisée peut produire des résultats, augmentons notre organisation dans toutes les sphères de la vie. Rassemblons notre conscience, notre puissance d'analyse, nos expériences de lutte et nos perspectives pour créer des alliances démocratiques. Ne luttons pas séparément - luttons ensemble. Et bien sur, transformons le XXIe siècle en l'ère de la libération des femmes! Parce que c'est exactement le bon moment! C'est le temps de la révolution des femmes!"

Afrin est partout, la résistance est partout!
Vive la lutte universelle pour la liberté des femmes!
Jin, Jiyan, Azadî!

http://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2018/03/appel-historique-du-mouvement-des.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr