A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

(fr) ucl-saguenay - "Assez l'exploitation des stagiaires!": Déclaration dans le cadre de la Journée internationale des stagiaires par Collectif Emma Goldman

Date Mon, 13 Nov 2017 07:51:05 +0200


Dans le cadre de la Journée internationale des stagiaires, qui se déroule aujourd'hui, le 10 novembre, le Collectif anarchiste Emma Goldman signe l'appel à la mobilisation des stagiaires (voir la déclaration «Assez l'exploitation des stagiaires!» du Comité unitaire sur le travail étudiant) et réclame la pleine rémunération et des conditions de travail décentes pour tous les stages! Cette exploitation s'inscrit pour nous dans les transformations néolibérales de l'économie avec la croissance de la précarité, de la sous-traitance, des délocalisations et des coupures budgétaires. La lutte contre l'exploitation des stagiaires a aujourd'hui uni des étudiants et étudiantes de plusieurs pays dans le monde et plus d'une quinzaine de milliers d'étudiants et étudiantes des universités québécoises sont en grève pour l'occasion. Les femmes, principales touchées par ces restructurations de l'économie, sont à l'avant-plan de la bataille. Cette lutte, menée internationalement, représente pour nous un exemple à suivre pour nombre d'autres secteurs aux prises avec les mêmes problématiques. Plus qu'un problème propre aux stagiaires, c'est pour nous le problème de toute une classe sociale - la classe des exploité-e-s du système capitaliste.

Préparons la grève générale des stages!

"Assez l'exploitation des stagiaires!"
Déclaration produite par le Comité unitaire sur le travail étudiant

La croissance de l'économie mondiale repose en partie sur la hausse du travail gratuit effectué par des millions d'étudiant.e.s dans le cadre de leur formation académique. Certain.es doivent accomplir obligatoirement des centaines d'heures de travail non rémunérées dans le cadre de leur stage afin d'obtenir leur diplôme universitaire ou collégial. Le travail réalisé par les étudiant.es en situation de stage est soumis à des logiques compétitives et des exigences similaires à celles que l'on retrouve dans les emplois salariés.

Le nombre de stagiaires ne cesse de croître dans tous les milieux d'enseignement. Cette augmentation survient dans un contexte de restructuration des politiques et des institutions publiques, qui subissent régulièrement depuis des décennies l'équivalent de plusieurs millions de dollars en compressions budgétaires, ainsi que dans un contexte de sous-financement chronique du milieu communautaire, ce qui restreint grandement l'embauche de travailleur.euse.s à temps plein avec des conditions de travail décentes. On se tourne donc de plus en plus vers le travail atypique (à temps partiel, contractuel, etc.) et gratuit en recourant à l'embauche de stagiaires pour maintenir à bout de bras un système qui s'effondre. Pourtant, les stagiaires ne bénéficient généralement pas de l'ensemble des protections et avantages légaux prévus par des balises comme la Loi sur les normes du travail (LNT), qui s'applique aux travailleurs et travailleuses dont le travail est socialement reconnu par l'entremise d'un salaire. Les stagiaires non rémunéré.e.s sont la partie la plus visible d'une nouvelle catégorie de travailleuses et de travailleurs qui, de par leur statut social ambigu, sont rendu.es disponibles pour l'exploitation éhontée et brutale à laquelle l'économie actuelle donne une apparente nécessité.

La population des programmes avec stages a peu à voir avec la conception stéréotypée de l'étudiant.e qui est véhiculée par la droite pour justifier la dégradation de ses conditions d'étude, soit celle d'un.e millennial oisif.ve et geignard.e. Au contraire, on trouve au sein des programmes scolaires qui comportent des stages une forte concentration de personnes issues de l'immigration dont les diplômes acquis à l'international ne sont pas reconnus. On trouve également des parents étudiants, des adultes effectuant un retour aux études, des personnes vivant avec des maladies chroniques, physiques ou mentales, etc. Ces personnes n'accomplissent leurs études et leurs stages qu'au prix de sacrifices immenses.

Le dénominateur commun des programmes avec stages non rémunérés, obligatoires ou non, est sans l'ombre d'un doute le fait qu'on y retrouve une forte concentration de femmes, tant dans les domaines du care (l'enseignement, les soins infirmiers, le travail social, etc.) que de la culture. Des domaines où l'on assimile l'exploitation à la vocation et aux opportunités de carrière. Cette réalité paraît d'autant plus inacceptable quand on sait qu'aux États-Unis et au Canada, les stages des domaines traditionnellement masculins sont souvent bien payés, ce qui accentue la hiérarchisation entre les programmes et empêche un traitement égal pour l'ensemble des étudiantes et étudiants.

En cette Journée internationale des stagiaires, nous nous mobilisons comme des milliers d'autres stagiaires dans différentes régions de l'Amérique du Nord et du monde pour dénoncer les abus et l'exploitation. Nous appelons à une mobilisation de tous les travailleurs et de toutes les travailleuses, et notamment de l'ensemble des stagiaires, afin réclamer un salaire et des conditions de travail décentes.

Nos voix sont plus fortes lorsque jointes à celles des autres, notre action plus puissante lorsque collective. Afin que cesse l'extorsion continuelle du travail des stagiaires de tous les domaines, nous croyons qu'il faut lancer une commune offensive et organiser une grève générale des stages. L'interruption collective et politique des stages est la meilleure façon de faire pression sur les personnes et les pouvoirs qui profitent de notre travail gratuit afin de les forcer à nous accorder le salaire qui nous revient de droit. La grève nous permet aussi de nous mobiliser sans encourir l'épuisement et de nous organiser collectivement pour défendre à la face du monde le projet d'une société débarrassée de l'exploitation.

* Vous retrouverez la liste des signataires de l'appel à cette adresse: http://www.globalinternsday.org/fr/signataires/. *

https://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2017/11/assez-lexploitation-des-stagiaires.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr