A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

(fr) Catalogne: du respect des aspirations démocratiques à... l'autonomie ouvrière par Groupe anarchiste Salvador-Seguí

Date Wed, 4 Oct 2017 09:52:49 +0300


Panique en Ibérie: le gouvernement central de Madrid n'est pas disposé à laisser s'échapper la riche région de Catalogne. La Generalitat (gouvernement catalan) rêve de délimiter officiellement son territoire par de véritables frontières (un mur, peut-être?) ---- Bref, ces dernières semaines ont été plus qu'agitées et celles qui viennent ne le seront pas moins. Il faut dire que, plus bête que Mariano Rajoy, ça doit être dur à trouver, lui qui est un digne relais de la pensée du généralissime Franco qui voulait une «Espagne une» (et ne parlant que le castillan). Les diverses opérations policières menées contre les institutions catalanes n'ont fait que renforcer la cause des indépendantistes. ---- Mais de quoi parle-t-on exactement? Qui dirige et qui contrôle? Surement pas le prolétariat. Car on assiste quand même à de bizarres prises de positions dans les milieux radicaux (ou prétendus tels).

S'opposer à l'autoritarisme de l'État central et sa brutalité, oui, bien sur, mais il ne s'agit pas de tomber dans le dilemme simpliste «pour un bon État catalan, contre un méchant État espagnol». Les deux gouvernements ont autant de casseroles au c..., autant d'impliqués dans les scandales de corruption, autant de méthodes musclées pour réprimer les mouvements sociaux de leurs régions respectives. La brutalité des mossos d'escuadra (policiers catalans) n'a rien à envier à celle des gardes civils. Les uns et les autres ont la même mission: défendre les pouvoirs en place et pas les travailleurs. Et on assiste pourtant à ce spectacle étonnant de militants radicalisés prompts à défendre l'autonomie des flics de la Generalitat menacés de passer sous le contrôle du gouvernement de Madrid. Eux aussi vont-ils «embrasser un flic»?

Où sont passés tous ces «indignés» qui, il y a six ans, voulaient prendre d'assaut le Parlement et qui scandaient: «Ils ne nous représentent pas»? Se sentent-ils représentés aujourd'hui? Les coupes budgétaires, les mesures antisociales, les 22 % de chômeurs, les expulsions de celles et ceux qui ne peuvent payer leur hypothèque, tout cela serait-il devenu acceptable si ça émanait du gouvernement d'une Catalogne indépendante? Sommes-nous devant une sainte alliance du genre des Bonnets rouges en France: exploiteurs et exploités catalans tous unis? Et lutte des classes aux oubliettes?f

On se souvient que, bien avant 1936, les catalanistes, dans le but d'obtenir l'indépendance, ne cessaient (sans résultat) de solliciter l'aide des militants de la CNT anarcho-syndicaliste alors toute-puissante en Catalogne. On se souvient aussi du traitement qu'ils leur réservèrent pendant la contre-révolution de mai 1937...

Il s'agit aujourd'hui de ne pas se tromper de combat. La lutte indépendantiste n'est pas la lutte des classes. Le patronat catalan n'est pas plus tendre que le patronat espagnol, et, comme le disait en son temps Salvador Seguí, leadeur de la CNT (et accessoirement catalan): «Le seul ennemi qu'il y a en Catalogne est le même qu'il y a à Madrid: le capitalisme.»

La leçon a été retenue par nos camarades ibères: mieux qu'un référendum le 1er octobre, la CNT et la CGT espagnoles appellent à une grève générale le 3 octobre contre les interventions policières dans de nombreuses entreprises et imprimeries, sans oublier la fermeture de sites Web, la confiscation d'urnes, la fermeture d'écoles, etc. Car, au-delà de la s

https://salvador-segui.org/2017/10/01/catalogne-autonomie-ouvriere/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr