A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

(fr) Coordination des Groupes Anarchistes cga-lyon - Point de vue de syndicalistes libertaires sur la manifestation du 12 septembre par djou

Date Sun, 24 Sep 2017 07:53:48 +0300


Bonjour, merci de bien vouloir trouver ci-dessous le communiqué des syndicalistes libertaires de la commission syndicale de la CGA-Lyon faisant suite aux événements de la manifestation du 12 septembre, aussi disponible sur notre site photos à l'appui du texte : http://cgalyon.ouvaton.org/spip.php?article247 ---- En tant que syndicalistes libertaires, nous nous devons d'être impartiaux et d'avoir une éthique politique vis à vis de l'attitude de nos syndicats. ---- C'est pourquoi nous condamnons fermement l'agression de 5 camarades féministes lors de la manifestation du 12 personnes par des personnes du SO CGT de Paris (https://paris-luttes.info/agression-violente-de-5-femmes-a-8683 et le communiqué de la CGA Région Parisienne). ---- Ce genre de pratique est inacceptable dans le mouvement syndical, de tels militants n'ont rien à faire dans nos syndicats et nous devons travailler sans relâche dans ceux-ci pour former les adhérent-e-s sur les thématiques du patriarcat, du racisme, des personnes LGBT pour supprimer ce genre d'actes de nos cortèges. ---- C'est aussi pourquoi nous produisons ce texte sur la manifestation lyonnaise du 12 septembre où un syndicat est particulièrement malmené et victime de propos mensongers. Il est grand temps de ne pas tomber dans le piège tendu par les forces de l'ordre et celui provoqué par les anti-syndicalistes pour briser l'unité du mouvement.

Sur la manifestation lyonnaise du 12 septembre

L'enjeu de cette journée pour la CGT et SUD était fort: marquer le coup d'envoi d'une lutte contre les ordonnances Macron et plus globalement la politique de casse sociale du gouvernement.

Pour cela plusieurs objectifs essentiels devaient être atteints: construire la grève dans le maximum de secteur et donner l'impulsion à son élargissement lors de la prochaine journée d'action du 21; réussir la manifestation pour agir sur le moral collectif des travailleuses et travailleurs, en servant de déclic à la lutte.
Dans le mouvement syndical, les manifestations ne sont jamais vues comme une fin en soit, comme «le» lieu essentiel du rapport de force: il s'agit avant tout de «se compter» pour servir de point d'appui au développement de la grève qui est le lieu central du rapport de force, car c'est là qu'on peut «taper au portefeuille des patrons».

Le service d'ordre CGT avait un mandat clair pour cette manifestation «on n'est pas là pour faire la police mais pour protéger le cortège syndical, on essaye d'éviter la division de la manifestation». Une ligne qui a été celle de la CGT tout au long du mouvement de la loi travail à Lyon l'année dernière, ce qui n'a pas empêché certaines et certains d'insulter régulièrement les militantes et militants en les traitant de «collabos», «traitres», «flics», etc...
Le SO a été globalement exemplaire sur ces nombreuses manifestations, évitant la plupart du temps des affrontements inter-manifestants que personne ne devrait souhaiter. Cela ne signifie pas bien sur qu'il n'y a pas encore du progrès à faire, notamment sur la mixité et les dérapages verbaux individuels, problèmes qui sont communs à l'ensemble des cortèges et des manifestants.

Provocations policières et blocage de la manifestation

Le 12 septembre à 11 h 30, le cortège a voulu commencer à avancer.
Comme lors du mouvement précédent, devant le cortège syndical, un mini «cortège de tête» s'est formé. Rapidement la manifestation a été bloquée.
Le service d'ordre syndical est alors remonté en tête de manifestation pour tenter de faire démarrer la manif. Les flics ont alors manoeuvré, profitant d'un flottement, pour couper en deux la manifestation, en se plaçant devant la ligne de SO, afin d'isoler le «cortège de tête».

Immédiatement, certains ont accusé la CGT de collusion avec la police, insultant le SO, tombant tête baissé dans les manoeuvres de division de la police. Il est évident également que dans le cortège syndical, est ressorti le refrain habituel sur «ces anars qui foutent la merde», etc. Deux lignes se sont affrontées (l'une pour attendre, l'autre pour passer en force si nécessaire).

Violences policières
Gazage et matraquage policier
Les flics ont alors commencé à matraquer le cortège de tête, ce qui a amené la première ligne du SO CGT rejoint par le SO de Solidaires à pousser la ligne de CRS pour tenter de porter secours aux manifestants, et rompre la tentative policière de division. La riposte policière a été immédiate: gazage massif et matraquage de la première ligne syndicale, à plusieurs reprises (il y a eu plusieurs blessés légers).

Dans le même temps les flics ont repoussé environ 120 personnes du cortège de tête dans une rue adjacente. La poussée par le SO syndical a permis à la tête de manifestation de rejoindre cette rue, les 120 personnes nassées restant séparées de la manifestation par plusieurs rangs de CRS.

Charge SO CGT pour libérer la nasse
A ce moment là, il y a également eu un flottement au niveau de l'attitude à adopter: la nécessaire solidarité avec les personnes nassées, mais aussi la nécessité d'éviter que la manifestation ne se délite, avec des conséquences majeures sur la suite du mouvement.
Après plus de deux heures d'attente, une partie des manifestants est rentrée chez elle, ou retournée au travail (la pratique du débrayage de 2-3-4 heures dans le privé est courante pour ce genre de manifestation, l'état du rapport de force dans les boites ne permettant pas toujours des journées entières de grève).

Charge SO CGT pour libérer la nasse
Obtention de la libération des nassé-e-s

L'UD CGT et Solidaires ont décidé de mettre la pression sur la préfecture, en annonçant leurs refus de partir si les manifestants nassés n'étaient pas libérés.

Certaines professions cependant souhaitaient commencer à défiler, ne comprenant pas que la manif ne démarre pas. Pour éviter un délitement de la manifestation, l'UD a donc décidé de faire avancer en «piétinant» le cortège, afin de s'assurer de la libération des personnes nassées, tout en évitant le délitement de la manifestation.

Cela n'a pas empêché certaines personnes, tout en appelant à la «solidarité» de s'en prendre au service d'ordre syndical, bloquant le camion de l'UD, voyant dans cette avancée une «trahison». C'est pourtant bel et bien l'intervention de l'UD CGT, et cette stratégie qui ont permise la libération des manifestants nassés, tout en évitant ce que voulait le gouvernement: une dissolution progressive de la manifestation.

Il est par ailleurs évident qu'il est plus compliqué de discuter sereinement au milieu d'une telle confusion, alors qu'on est encore sous la menace d'une nouvelle intervention policière et qu'on vient de s'exposer aux coups et aux lacrymos des CRS. Ce climat favorise les réactions émotionnelles et impulsives (pas toujours les plus intelligentes), d'un côté comme de l'autre. C'est pourquoi il nous semble important, d'une part, de rappeler que c'est avant tout la répression policière qui crée et joue de ces tensions, et d'autre part d'avoir une réflexion stratégique à tête reposée sur les meilleures manières d'éviter de lui permettre de jouer de nos divisions.

Anti-syndicalisme et manifestation syndicale

Mais certains et certaines entendent construire leur radicalité autoproclamée sur l'antisyndicalisme.
La réalité, c'est que c'est le mouvement syndical qui a réussi à mobiliser plus d'une dizaine de milliers de travailleuses et travailleurs sur Lyon. C'est le mouvement syndical qui, prenant ses responsabilités, a évité les stratégies de provocation policière et de division du gouvernement.

Il y a évidemment des divergences au sein de la CGT, ou de SUD sur l'attitude à suivre.
Les représentations des manifestants composant le «cortège de tête» sont parfois aussi caricaturales que celles qu'ont certain des manifestants du «cortège de tête» du mouvement syndical.

Mais qui peut sincèrement croire que c'est en insultant les militantes et militants qu'on fera avancer la solidarité et échouer les manoeuvres de division? Quel bilan est fait, au sein du cortège de tête, de l'impuissance à faire échouer les manoeuvres policières, ou de mobiliser en masse les travailleuses et travailleurs?

On a entendu certains dire que «ce n'est pas les syndiqués CGT qui ont trahi, mais c'est l'UD». Mais qui est allé mettre la pression sur les flics si ce n'est des membres de la CE de l'UD? Qui a refusé la division policière si ce n'est la première ligne du SO, sous mandat de l'UD, qui a essayé de forcer le départ de la manifestation, refusant son blocage par les flics et la division qui en découlait?

Qui a intérêt à entretenir la défiance, la division, et l'animosité entre manifestants? A part le pouvoir et ceux qui, plutôt que de construire de manière réellement autonome leurs propre force, entendent le faire au détriment du mouvement syndical.
La division ne profite qu'au pouvoir en place, et si les attitudes qui la portent sont à combattre au sein du mouvement syndical, elle le sont certainement aussi au sein de celles et ceux qui s'autoproclament «radicaux».

Syndicalistes libertaires de la commission syndicale de la CGA-Lyon

http://cgalyon.ouvaton.org/spip.php?article247
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr