A - I n f o s

Une agence d'actualités par pour et au sujet des anars ** .
Informations dans toutes les langues
Les 30 derniers messages (accueil) Messages des deux dernières semaines Nos archives des anciens messages

Les 100 derniers messages selon la langue
Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ _The.Supplement

Premières lignes des dix derniers messages
Greek_ Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
Premières lignes des dix derniers messages
Premières lignes des messages des dernières 24 heures

Premières lignes des messages des dernière last 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

(fr) oclibertaire: Un combat de classe contre le racisme institutionnel - Pourquoi marcher le 19 mars? - L E COMBAT POUR L ' ÉMANCIPATION DES FEMMES NE DOIT PAS LÉGITIMER LE RACISME !

Date Sun, 5 Mar 2017 11:18:56 +0200


En France, tous les trois jours, une femme meurt victime de son conjoint (chiffres officiels de 2015). Plus de 200.000 femmes par an sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part de leur conjoint. Seulement 10% des viols dont sont victimes les femmes sont le fait d'un inconnu, les 90% restants sont le fait de l'entourage proche. L'endroit le plus dangereux pour les femmes, ce n'est pas la rue, c'est le foyer! ---- Les femmes de nationalité non européennes sont encore plus souvent victimes de violences que les autres, 8% d'entre elles ont été victimes d'un viol hors du ménage, contre 1,3% des françaises. Ce sont donc elles qui sont le plus exposées à l'extérieur, dans la rue ou sur leur lieu de travail. Avant de stigmatiser les comportements machistes des quartiers populaires (qui sont bien réels), on ferait mieux de souligner les conséquences du racisme en matière de violences faites aux femmes. Elles sont aussi plus souvent victimes de violences physiques au sein du couple, mais l'écart est moindre (2,9% contre 4,7%).

On sait d'après les données statistiques que les femmes ayant
un faible niveau d'études sont plus souvent victimes de violences
que les autres. Mais l'INSEE ne publie plus de données
sur l'appartenance sociale des agresseurs. On sait cependant
que les violences conjugales existent dans tous les milieux sociaux.
Que les victimes soient faiblement diplomées ou d'origine
immigrée n'implique en effet pas que leur agresseur le soit
aussi. Il est facile de faire du buzz médiatique sur les cas de violence
dans les quartiers, mais la réalité de fond, ce sont les violences
contre les femmes dans toute la société française. On ne
peut s'attaquer au patriarcat chez les autres que si on commence
par dénoncer notre propre oppression patriarcale.
Rappelons qu'en ce qui concerne la parité dans la représentation
politique nationale, la France se situe derrière l'Algérie, la
Tunisie, le Soudan, l'Afghanistan et l'Irak. Comme dit le proberbe,
avant de s'occuper de la paille dans l'oeil du voisin, on
ferait mieux de s'occuper de la poutre qui est dans le notre....

http://www.oclibertaire.lautre.net/IMG/pdf
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr