A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Canada, Cause Commune #34 - Chômage : Solidarité nécessaire (en)

Date Sat, 16 Mar 2013 00:47:10 +0200


Les récentes attaques du gouvernement Harper contre l'assurance-chômage ne doivent pas être vues comme une simple politique antisociale des conservateurs, mais bien comme un symptôme inévitable d'un système économique qui préconise l'accumulation des profits. En effet, une brève revue de l'histoire récente nous permet de constater que, peu importe le parti qui forme le gouvernement, l'assurance-chômage est constamment attaquée, sabrée et dilapidée. C'est donc au cœur même du capitalisme que l'on doit chercher les raisons de ces attaques. ---- Le chômage est un phénomène nécessaire et inévitable dans l'économie capitaliste. L'histoire montre bien que le plein emploi, même en temps de guerre, n'a jamais impliqué un taux de chômage nul. Dans un système qui place la quête de profit au cœur des préoccupations économiques, le chômage devient vite un outil essentiel qui permet une pression à la baisse sur les salaires.

Les sans-emplois, au chômage ou sur l'aide sociale, forment une «armée de réserve» prête à occuper des emplois en remplacement des travailleurs ou des travailleuses. Cette armée de réserve aide le patronat à faire face aux demandes d'augmentation salariale, «vous trouvez votre salaire trop bas? Eh bien, d'autres sont prêts à le prendre!» ou à faire face à d'éventuels conflits de travail, « faites la grève! D'autres vous remplaceront au pied levé!»

Dans ces circonstances, le patronat a vite compris qu'un tissu social sécurisé, qui comprend une bonne protection pour le chômage et une aide de dernier recours (aide sociale) suffisante, fait obstacle à la fonction même du non-emploi. Si les chômeurs, les chômeuses et les assisté-e-s sociaux peuvent vivre décemment, ils et elles seront moins disposé-e-s à accepter de travailler sous n'importe quelles conditions. Il s'agit là d'une menace majeure à l'accumulation de capital, puisque l'effet «armée de réserve» s'estompe à mesure que les conditions de vie des sans-emplois s'améliorent! La précarisation des sans-emplois devient donc une opération essentielle pour le patronat et ses amis au gouvernement!

Ici, au Québec et au Canada, la précarisation de l'aide sociale est une chose acquise depuis longtemps, mais il reste l'assurance-chômage trop généreuse aux yeux de plusieurs. Les gouvernements passent donc par plusieurs axes; on diminue graduellement l'accessibilité, on coupe les prestations, on instaure des mécanismes légaux contraignant les bénéficiaires à rechercher des emplois, puis à accepter n'importe quel emploi, etc. Tout est en place pour développer une masse de sans-emplois dociles et mobiles prêts à remplir leur fonction d'«armée de réserve» au grand bonheur du patronat. D'ailleurs la Ministre Finley résume bien cette réalité lorsqu'elle affirme : « Nous voulons nous assurer que les McDonald's de ce monde n'ont pas à faire venir des travailleurs étrangers temporaires pour faire le travail que des Canadiens sur l'assurance-emploi ont les compétences de faire.»

On voit donc se dessiner la solidarité nécessaire qui doit unir les travailleurs, les travailleuses, les chômeurs, les chômeuses et les assisté-e-s sociaux. La lutte des un-e-s devient nécessairement la lutte de l'autre, puisque les attaques sur l'un ou l'autre impliquent inévitablement les autres. Nous sommes donc, imbriqué tous et toutes au sein d'une seule et même classe sociale. Notre solidarité devient la seule arme face à une classe patronale qui n'a jamais réellement cessé ses offensives pour consolider son pouvoir et les conditions optimales d'accumulation du profit.

Il est évident que le bill C-38 des conservateurs n'est qu'une nouvelle manifestation des intérêts de la classe dominante. C'est au cœur du système économique qu'il faut voir les causes de ces attaques. C'est donc par un refus systématique du capitalisme et par l'instauration d'un rapport de force constant et permanent que nous freinerons ces attaques antisociales.

Chômage, Luttes ouvrières, Prolétariat
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center