A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) France, Coordination Des Groups Anarchistes CGA - IAL #94 - Quelle stratégie internationale pour la CGA (en)

Date Wed, 20 Feb 2013 17:07:05 +0200


Alors que la crise capitaliste continue de frapper durement les classes populaires à l'échelle mondiale, nous constatons le renforcement des tendances nationalistes partout dans le monde. Dans le même temps, le mouvement ouvrier et populaire n'a jamais été aussi faible, dispersé et désorganisé, sous l'effet cumulé de la répression, des logiques d'instrumentalisation politiciennes, identitaires ou religieuses, des barrières nationales et de l'hégémonie idéologique capitaliste et étatique. Le mouvement libertaire, quant à lui, est en pleine phase de reconstruction et de recomposition sur le plan international, et peine à sortir de la marge et de l'isolement. ---- Pourtant, depuis le début des années 2000, un nouveau cycle de lutte et d'organisation populaires s'est ouvert à l'échelle internationale.

D'abord avec le développement de mouvements populaires autonomes en Amérique latine, notamment au moment de la crise argentine de 2001 , puis avec le mouvement populaire algérien et kabyle, au printemps 2001 . Plus récemment, la vague de lutte et de révolte au Maghreb et au Mashreq et les mobilisations partout contre la crise, de la Chine à l'Afrique du sud, de la Grèce à l'Irlande...

La lutte des classes a pris une nouvelle intensité, de même que les mouvements féministes et anticolonialistes.

Dans le même temps, le mouvement libertaire s'est renforcé dans un certain nombre d'endroits du globe, a repris pied dans des régions dont il était absent depuis des décennies. En son sein, les courants affirmant la nécessité de l'organisation spécifique, d'un anarchisme populaire et organisateur se sont renforcés, avec pour préoccupation la volonté de refaire du mouvement libertaire un acteur politique central des luttes populaires, influençant leurs formes et leurs stratégies et non un spectateur faisant office au mieux de mouche du coche, suivant les flux et les reflux, sans perspective autre que de suivre un mouvement auquel il serait essentiellement étranger.

Cette tendance au renouveau de l'anarchisme social, populaire et organisateur, pour le moment encore embryonnaire, représente un enjeu historique en cette période d'offensive capitaliste et étatique tous azimuts.

L'accroissement des rivalités inter-étatiques et inter-bourgeoises pour le contrôle des ressources, dans un contexte de crise capitaliste, rend la marche à la guerre de plus en plus apparente.

Celle-ci représente, outre un moyen pour les bourgeoisies nationales de tenter de renforcer leur position dans la concurrence capitaliste, une opportunité contre-révolutionnaire évidente, déviant les luttes populaires vers l'affrontement chauvin.

L'État français, d'ores et déjà impliqué dans 5 conflits extérieurs, est un acteur majeur de cette logique impérialiste.

Tous les États, à travers des logiques d'alliance et de manière plus ou moins efficace selon leur puissance économique et militaire, sont impliqués dans cette course aux ressources et cette marche à la guerre.

Les régions stratégiques pour leurs ressources naturelles sont au coeur de conflits de puissances, qui prennent la forme de guerre, de dictature, du développement de mouvements chauvins, fascistes nationaux ou religieux, du soutien matériel à des régimes dictatoriaux tout en condamnant parfois pour la forme certaines de leurs pratiques, d'instrumentalisation ou de tentative d'instrumentalisation de mouvements politiques pour garder la main…

Dans ce contexte, l'alternative « communisme libertaire ou barbarie » est plus que jamais d'actualité.

La faiblesse du mouvement libertaire sur le plan international est cependant l'un des obstacles à la concrétisation de cette alternative.

Cependant, les mouvements populaires, la lutte autonome des opprimé·e·s représentent une alternative à la marche à la guerre, à la régression sociale, au développement du fascisme sous ses aspects nationaux ou religieux. En leur sein, la tendance anti-autoritaire et anticapitaliste, sans nécessairement qu'elle s'identifie elle-même comme telle ou comme anarchiste (et sans que cela soit indispensable) représente un espoir important sur le chemin de la transformation sociale, pour peu qu'elle parvienne à tenir à l'écart les instrumentalisations de toute sorte, politiciennes, étatiques, religieuses....

C'est son renforcement, et les possibilités explosives de sa rencontre éventuelle avec le mouvement anarchiste social (comme fertilisants mutuels et réciproques) qui ouvre la perspective d'une rupture avec l'ordre établi.

Cette situation nous amène à soulever l'enjeu de développer notre travail international dans plusieurs directions, afin de contribuer, à notre modeste niveau, à cette rencontre, cette fertilisation mutuelle, et au renforcement de la tendance à l'autonomie et à l'auto-organisation dans les luttes populaires. Pour cela la CGA a choisi d'affirmer lors de son Ve congrès quatre axes stratégiques pour son action internationale :

I La valorisation nécessaire des luttes populaires autonomes, la diffusion de leurs faits, de leurs pratiques, de leurs méthodes d'organisation et de leurs succès, de leurs acquis théoriques particulièrement lorsqu'elles ont lieu dans les régions du monde ignorées et essentialisées par les médias français.

II L'aide, à la mesure de nos moyens, au renforcement des mouvements autonomes, profitant des différences monétaires qui permettent à nos faibles moyens d'aider parfois de manière déterminante nos camarades opprimé·e·s d'autres régions du monde.

III Le développement de l'entraide internationale avec nos camarades libertaires, particulièrement en direction des camarades luttant dans des régions confrontées à une violente répression, ou dont le mouvement libertaire est à l'état embryonnaire. L'établissement de liens d'échange permettant que nous nous inspirions des réflexions et des pratiques que ces camarades développent, la réciprocité des échanges étant une condition d'un rapport égalitaire.

IV Dans le contexte de crise actuelle, le renforcement des liens\ entre organisations libertaires à l'échelle européenne.

Relations Internationales

Coordination des Groupes Anarchistes
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center