A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Alternative Libertaire #225 - Domination raciste: Des colonies aux quartiers

Date Mon, 18 Feb 2013 08:45:46 +0200


L’héritage colonial des politiques sécuritaires menées aujourd’hui dans les quartiers populaires se manifeste dans les stratégies de maintien de l’ordre, avec la réactivation de la figure de l’ «ennemi intérieur». ---- De nombreux éléments sécuritaires issus de l’héritage colonial sont parfaitement appliqués et transposés sur le territoire national, plus spécifiquement dans les quartiers dits populaires (QP). Il s’agit de faire peser sur ces quartiers une surveillance policière de tous les instants, à travers un quadrillage serré et une multiplication des contrôles. Cette répression est directement inspirée du modèle colonial. Aujourd’hui, comme au temps des colonies, il s’agit de pacifier, de reconquérir des territoires, d’éduquer des sauvageons ou des barbares, de les adapter à nos dispositifs forcément « civilisés ».

La guerre coloniale comme référence

Les pratiques politiques, policières, voire législatives font clairement référence au contexte colonial, dans une perspective de guerre préventive : contrôles au faciès répétés, couvre-feu, interdiction des rassemblements dans les halls d’immeubles, pénalisation et sanctions financières pour les parents de jeunes considérés comme « déviants ». Toute contestation des habitantes et habitants des quartiers est aussitôt dépolitisée, racisée et criminalisée.

Il s’agit bien là d’une législation d’exception. La pensée sécuritaire a été alimentée à partir de la reformulation de dispositifs de contrôle conçus pour la guerre coloniale. La construction de l’immigration et des quartiers populaires comme un danger participe de la représentation d’une menace globale, autorisant la promotion d’un contrôle sécuritaire et militarisé total. Mathieu Rigouste démontre comment les discours et les termes de la guerre coloniale sont utilisés comme référent technique de la pensée sécuritaire, entre reconduction pure, reformulations et réagencements [Mathieu Rigouste, "La domination policière, une violence industrielle"].

Les modèles actuels de politiques d’intervention (jusqu’aux pratiques de guerre psychologique) trouvent par exemple leurs racines dans la bataille d’Alger. Le fantasme de nouvelles menaces légitime des dispositifs de surveillance extrêmes, en terrorisant la population, la faisant vivre sous pression constante. Les institutions (école, medias…) viennent appuyer ces derniers en pratiquant un conditionnement psychologique visant à préparer les mentalités, à leur faire accepter un esprit de défense contre des menaces fabriquées.

Cette reproduction et la restructuration des mécanismes coloniaux de maintien de l’ordre servent à affirmer la domination policière sur une population en situation d’apartheid social.

S’organiser face à la violence d’État

Une mémoire des luttes s’est construite à travers les confrontations avec la police. Les trente dernières années sont marquées par l’embrasement récurrent des QP, des « rodéos des Minguettes » en 1981 jusqu’aux émeutes de novembre 2005. Ces mouvements de révolte ont mis en évidence le recours systématique et disproportionné à la fermeté et au contrôle. Le renforcement du dispositif sécuritaire et du pouvoir des policiers, conforté par dix ans de sarkozysme, nous appelle à nous positionner contre la gestion colonialiste des quartiers. Il s’agit de manifester notre solidarité avec les victimes de violences policières, celles et ceux qui subissent la répression, et de soutenir toutes les victimes de discriminations. Ce que nous révèle le traitement des QP, c’est la nature profondément raciste de l’État français, de droite ou de gauche.

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org

by Clémence et Gisèle - Commission antiraciste, Alternative Libertaire
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center