A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Courant Alternatif CA n° 226 - Egypte - Le pharaon et les big brothers (en)

Date Thu, 14 Feb 2013 17:18:54 +0200


Dans le brouillard hivernal qui s’abat sur les pays des « révolutions arabes », apparaissent quelques événements qui confirment des craintes, exprimées il y a deux ans, sur l’issue de ces « révolutions », craintes qu’elles ne soient pas à la hauteur des aspirations des révolté-es et du prix payé par les populations qui ont mené à bien ces révoltes. Comme c’est toujours le présent qui éclaire le passé, même si ce passé est encore très proche, les événements récents en Egypte et la crise politique que traverse ce pays peuvent nous éclairer sur cette « révolution », ses origines et les différents protagonistes. Ce retour en arrière peut nous aider à mieux comprendre la situation actuelle dans laquelle l’Egypte est plongée.

Au début du « printemps arabe », les divers analystes médiatiques et politiques insistent beaucoup sur les différences qui existent entre les sociétés tunisienne, libyenne et égyptienne : différences démographiques, géographiques, historiques, politiques, de développements économiques, etc. Force est de constater que les trois révolutions ont abouties pratiquement au même résultat : les islamistes au pouvoir. Il y a donc matière à interroger ce phénomène et à chercher à savoir comment cela peut se produire malgré ces caractères différents de chacune des sociétés concernées. Quels sont les facteurs communs qui génèrent les mêmes résultats ?

Les facteurs sociaux

Un événement aussi important que la « révolution » du 25 janvier 2011 en Egypte ne peut être le résultat d’une seule cause quelle qu’en soit son importance ou sa prédominance. Il est évidemment, de par son ampleur, la conséquence de plusieurs facteurs combinés dans un mélange explosif, déclenché le 25 janvier 2011. Les facteurs internes recouvrent plusieurs niveaux de la société. En premier lieu, il y a la situation sociale de la classe ouvrière avec le chômage, la misère, la précarisation d’une part de plus en plus grande de la population. On compte plus de 10 millions de chômeurs, 20 à 30% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté, mais il faut tenir compte aussi de la corruption des syndicats qui sont sous contrôle soit du pouvoir soit des islamistes ou bien les deux à la fois ! La situation des populations les plus pauvres ne cesse de se dégrader, les attaques répétées contre la classe ouvrière et la répression contre des syndicalistes ont provoqué des révoltes successives dans tous les secteurs de l’économie égyptienne depuis 2004. Le régime capitaliste de Moubarak a initié plusieurs mécanismes pour favoriser la bourgeoisie, cela va de « l’adaptation structurelle » à la « libération de l’économie » ou bien « l’ouverture » qui signifie tout simplement la liquidation de tous les acquis sociaux des Egyptien-nes et la privatisation des grandes entreprises au prix le plus bas possible. « Les actifs possédés par l’Etat -les entreprises industrielles, financières et commerciales, les terrains agricoles et urbains, voire les terres désertiques- ont donc été « vendus ». A qui ? A des hommes d’affaires de connivence, proches du pouvoir : officiers supérieurs, hauts fonctionnaires, commerçants riches rentrés de leur exil dans les pays du Golfe munis de belles fortunes (de surcroît soutiens politiques et financiers des Frères musulmans). A quel prix ? A des prix dérisoires, sans commune mesure avec la valeur réelle des actifs en question. » Samir Amin, dans la revue Afrique Asie, décembre 2012.

La situation des paysans n’est guère meilleure que celle des ouvriers des grandes agglomérations urbaines. Après la révolution de juillet 1952, Nasser a distribué les terres des grands propriétaires aux paysans ce qui leur a permis d’améliorer sensiblement leur vie et de pouvoir cultiver leur propre terre. A partir de 1996, le régime de Moubarak, s’appuyant sur des lois antérieures du temps de Sadate, a confisqué les terres des paysans et les a rendues aux gros propriétaires, ce qui a provoqué d’immenses manifestations et contestations des paysans. Ces affrontements entre propriétaires et forces de l’ordre d’un côté et les paysans de l’autre ont fait des dizaines de morts et conduit à de nombreuses arrestations. D’autres offensives et attaques contre les paysans ont suivi : augmentation du loyer des terres cultivables, augmentation du prix des semences, des engrais, etc. Tout cela a contribué fortement à dégrader le niveau de vie des paysans. A cela il faut ajouter le problème de l’eau, malgré le Nil qui en est la source principale, la part annuelle moyenne par an et par habitant a chuté de 2376 m3 en 1950 à 800 mètres cubes en 2005 ; elle serait de seulement 600 mètres cubes en 2015, soit en dessous des 1 000 mètres cubes d’eau par tête et par an considérés comme le seuil de pauvreté en eau et de la moyenne régionale de 1 200 mètres cubes d’eau. Diminution attribuée à l’essor de la population passant de 20 millions en 1950 à plus de 80 millions d’habitants actuellement mais aussi à une utilisation démesurée de l’eau par une classe aisée et riche pour de somptueuses villas et châteaux avec piscines et jardin des mille et une nuit, des cités touristiques, des terrains de golf, etc. et une politique qui favorise les riches à tous les niveaux pour finir par privatiser la distribution de l’eau. Du coup, des centaines de villages se retrouvent privés d’eau potable, les petites fermes sont abandonnées faute d’avoir de l’eau pour l’irrigation, cette situation a conduit les Egyptien-nes à mener la « révolte de la soif » avec manifestations diverses et occupations. Cette situation ne risque pas de s’améliorer, tout laisse à croire le contraire. Le projet éthiopien d’un gigantesque barrage construit sur le Nil lancé le 2 avril 2011 concerne un barrage d’une capacité de 62 milliards de m3, ce sera le plus grand barrage d’Afrique et il rendra l’Egypte entièrement dépendante de l’Ethiopie en matière d’approvisionnement de l’eau tout comme le sont déjà l’Irak et la Syrie vis à vis de la Turquie qui contrôle le Tigre et l’Euphrate. En second lieu, la prise de conscience par la classe moyenne de l’ampleur de la corruption, de la dégradation des libertés fondamentales et du désastre économique résultant de la privatisation à grande échelle des entreprises, etc. La frustration d’une majorité de la classe politique de n’avoir pas pu partager le pouvoir avec le régime Moubarak, et notamment les Frères Musulmans. « Le mouvement égyptien pour le changement », Kifaya, est considéré généralement comme le déclencheur d’une vaste prise de conscience en Egypte depuis 2004. Il considère que l’échec de la société égyptienne à réaliser une vie digne pour chaque citoyen réside dans l’absence de libertés fondamentales, confisquées par un régime autoritaire et répressif. Il cherche alors des liens communs pour regrouper toutes les forces du pays –forces de gauche, nationalistes, islamistes, libéraux, etc.- pour changer la société et arriver pacifiquement à une « démocratie réelle » où chacun a son mot à dire. Kifaya a réussi à briser la peur, à instaurer la possibilité de contester, de manifester et le droit à s’organiser en plein jour, ce qui était, alors, inimaginable. Par la suite, l’Egypte a vu naître une multitude de mouvements dans tous les secteurs de la société. Le mouvement pour l’indépendance de l’université, les travailleurs pour le changement, le mouvement de la jeunesse, les médecins, les écrivains et artistes, les journalistes, les ingénieurs, les juges, les enseignants, les chômeurs, des personnels de la santé, de l’assurance, des mouvements pour le droit à s’organiser contre la torture….. et même des économistes ont créé « Non à la vente de l’Egypte » en réaction à la vague de privatisation. Ces mouvements sont l’expression de la classe moyenne contre la dégradation constante des conditions de vie et aussi de son éviction d’un rôle qu’elle considère comme légitime et historique en Egypte et de sa marginalisation. Un dernier facteur concerne les jeunes, qui se voyaient sans avenir mais qui commencent à s’organiser grâce aux nouveaux moyens de communication, créent des réseaux de contestation et développent une prise de conscience sur la nécessité de tout changer. Notamment, le mouvement du 6 avril, crée en 2008 pour soutenir le mouvement de grève des travailleurs du textile d’Almahallah et qui appelle à la grève générale. Ce mouvement participe activement aux événements du 25 janvier 2011, avec des dizaines d’autres groupes qui la plupart du temps sont liés à des partis politiques : jeunes socialistes, jeunes musulmans, jeunes démocrates. La « révolution » égyptienne est donc l’œuvre de toutes et tous les égyptien-nes, de toutes les classes, ce n’est qu’après le départ de Moubarak que la bourgeoisie a trahi son alliance forcée avec la classe ouvrière – pouvait-elle faire autrement ?- et a renoué une autre alliance avec l’armée au début mais par la suite elle a fait appel à une bourgeoisie plus contestataire et plus crédible aux yeux de la rue : les Frères musulmans, pour achever le processus révolutionnaire afin que les affaires reprennent. Au deuxième tour des élections présidentielles, Mahmoud Morsy a obtenu le soutien de toutes les forces de gauche –trotskystes compris- mais malgré ce soutien massif sa victoire est d’une courte tête.

Les Frères musulmans Les Frères Musulmans se sont constitués comme groupe ou association en 1928 à Ismailiyya au Nord de l’Egypte afin de résoudre les problèmes sociaux, économiques et nationaux par l’application de l’Islam. Au début de la « révolution » le 23 juillet 1952, les Frères Musulmans ont soutenu Nasser ; parmi les « officiers libres » qui ont mené le coup d’Etat, il y avait des officiers appartenant à ce courant ou très proches. Après la promulgation de la loi interdisant les partis politiques en 1953, les Frères musulmans, qui se présentent comme groupe religieux ne faisant pas de politique, restent alors le seul courant politique organisé qui peut apporter son soutien à Nasser en cas de besoin et à ce titre ils commencent à exiger des privilèges et une place plus importante au sein de l’Etat. Nasser n’apprécie pas ce chantage et il s’en suit un affrontement très violent entre eux qui se termine par l’interdiction du groupe en 1954. Cette répression contre les Frères musulmans fera plus de 300 victimes soit par exécution ou mort sous la torture, ainsi que des centaines d’arrestations et de disparitions. Cette situation s’est poursuivie sous le régime de Sadate et de Moubarak, malgré des périodes de tolérance. Au début des années 2000, les Frères musulmans font des alliances et des concessions avec le régime en place, ils participent aux élections législatives en 2000 et 2005 et obtiennent 20% des sièges ; ce groupe devient la première force politique en Egypte. Ils sont présents dans les instances syndicales où ils ont réussi à prendre le contrôle des syndicats de médecins, d’ingénieurs, d’avocats et de pharmaciens. Après le déclenchement des événements, le 25 janvier 2011, les Frères musulmans forment un nouveau parti « le Parti de la liberté et de la justice » ; le 6 juin 2011 ils obtiennent 47% des sièges du parlement à la première élection législative post-révolution. Mais le Haut Tribunal Constitutionnel juge l’élection illégale car non constitutionnelle et demande la dissolution du parlement le 14 juin 2012, c’est le début d’une brève guerre entre l’armée et les Frères musulmans. Les Frères musulmans forment une organisation structurée avec une direction, un bureau exécutif et un guide « Murchid » considéré comme le chef politique et idéologique. Le guide actuel, numéro 8, est Muhammed Badia, professeur en pathologie et premier à être élu et non désigné, le 16 janvier 2010, considéré comme le véritable dirigeant de l’Egypte, vu les multiples slogans hostiles dont il est l’objet dans les manifestations. Ce groupe a des ramifications multiples dans le monde arabe, il est au pouvoir en Tunisie et en Libye et se caractérise par son extrême opportunisme, sa capacité à s’adapter à tous les pouvoirs et a rapidement gérer une situation. Ils ont mis 3 ou 4 jours pour rejoindre la place Tahir et rattraper le wagon de la contestation, puis quand l’armée a pris la situation en main ils se sont ralliés à elle et ont demandé aux manifestants de vider la place Tahir et de rentrer chez eux. Le nombre d’adhérents est un secret, malgré des estimations de journalistes et de chercheurs qui l’estiment entre 500 000 et 2 millions de personnes. La plupart appartient à la classe moyenne : médecins, avocats, ingénieurs, professeurs, hommes d’affaires et chefs d’entreprise, etc. Historiquement ce mouvement représente l’aile la plus réactionnaire du capitalisme égyptien avec les grands propriétaires et les gros agriculteurs ensuite leur base s’est élargie pour englober une grande partie des commerçants et négociants, notamment ceux qui travaillent avec les pays arabes du Golfe. Il représente un capitalisme marginal, non global, car les Frères musulmans sont absents de certains secteurs comme le tourisme à cause de leur position à l’égard des femmes et de la vente d’alcool ; d’ailleurs ils ont su exploiter cette position bancale et décalée en se présentant comme des opposants au capitalisme libéral.

Le Qatar

Le Qatar est un tout petit pays de 11400 km2 avec une population d’un million et demi d’habitants dont 60% de travailleurs immigrés venus essentiellement du Pakistan, de l’Inde et d’Iran. Mais il est le troisième producteur de gaz naturel au monde après l’Iran et la Russie, le premier exportateur de gaz naturel liquéfié. Il est assez étonnant qu’un si petit pays ait autant d’ambition à vouloir jouer un rôle aussi grand dans les événements arabes depuis deux ans. Les avis divergent pour trouver une explication convaincante qui donne les raisons d’une telle implication qui vont du contrôle des ressources de gaz à l’envie d’avoir une position de leader dans le monde arabe en passant par une vision à long terme en investissant partout dans le monde au cas où la rente du gaz s’épuiserait. Le Qatar dispose de trois armes efficaces et redoutables lui permettant d’agir directement ou indirectement sur les événements. D’une part une immense fortune, quantité d’argent issue de la rente du pétrole et du gaz ; d’autre part Al Jazeera, chaine de télévision développée depuis le 1er novembre 1996, qui devient un des plus importants réseaux de communication, regardée partout dans le monde arabe. Cette chaîne couvre souvent les événements en direct avec un parti pris très prononcé et bien loin d’une quelconque « objectivité journalistique » et n’hésitant pas à recourir aux mensonges, à des reportages truqués comme cela s’est produit à plusieurs reprises, entre autres, pendant les événements en Libye. Al Jazeera a renforcé la position du Qatar dans le monde arabe et plus globalement au niveau mondial, « c’est Al Jazeera qui a fabriqué le Qatar ». La troisième arme du Qatar moins connue que les précédentes est un projet qui s’intitule « annahda », ce qui veut dire renaissance en arabe. Une sorte de think tank qatari qui émet des idées et élabore une stratégie pour changer le monde arabe. Ce projet dispose d’un outil pratique, « l’Academy of change » basée à Londres qui est une sorte de centre de formation pour la jeunesse arabe où l’on apprend à utiliser les outils informatiques, des techniques de manifestation comme le repli, l’autodéfense et l’élaboration de revendications, de slogans, etc. Un accord tacite entre le Qatar et le groupe des Frères musulmans a été conclu en 1999 qui stipule que l’organisation est officiellement dissoute au Qatar et qu’elle cesse toute activité dans ce pays. En revanche, certains de ses membres sont associés aux projets du Qatar dans d’autres pays, le Qatar leur fournissant une aide matérielle et financière et l’accès sans limites à Al Jazeera. Le Qatar est devenu le refuge et le centre d’accueil de très nombreuses personnalités des Frères musulmans. « L’académie du changement » est dirigée par un proche des Frères musulmans, Hisham Morsi, un pédiatre égyptien, gendre de Youssef Garadawi ; celui-ci est une des figures les plus importantes de la propagande islamiste, chef de l’Union Internationale Islamiste, il anime une émission à Al Jazeera sur la Charia. Quant au projet « Annahda », il a été conçu et est dirigé par Jasim Sultan, un ancien des Frères musulmans du Qatar. Le Qatar instrumentalise les Frères musulmans dans ses relations extérieures avec les autres pays arabes, pour mener à bien ces projets d’hégémonie et d’infiltration des sociétés arabes. Les efforts qatari pour former des militants en collaboration étroite avec les USA consistent à organiser des colloques et rencontres de jeunes arabes de tous les pays. Le 20 novembre 2008 à New-York s’est tenue la coordination des mouvements de la jeunesse suivie de plusieurs autres sommets, Mexico-City en 2009 et Londres en 2010. Des membres du mouvement du 6 avril étaient présents durant ces rencontres financées par Google, Face Book, You Tube, MTV, … en présence de ces entreprises et de membres de l’administration américaine. N’oublions pas que Google et Twitter ont proposé des lignes téléphoniques gratuites pendant les premiers jours de la révolution égyptienne. Il ne faut pas non plus oublier que Wael Ganim, ingénieur en informatique, co-fondateur en 2012 de la page « nous sommes tous Khaled Saïd », désigné par le magazine Time comme l’homme de l’année et qui a obtenu le prix Kennedy, est aussi le responsable pour Google de la commercialisation de ses produits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. C’est sur cette page qu’il a lancé dès le 14 janvier l’appel à manifester du 25 janvier 2011. L’autre administrateur de la page est Abderrahman Mansour moins médiatisé, plus discret, c’est lui qui choisit la date du 25 janvier et il est toujours membre des Frères musulmans.

Un dictateur provisoire La « révolution » égyptienne (pas plus que les autres « révolutions ») n’est l’œuvre de la CIA ou de forces obscures qui se cachent derrière un rideau noir, c’est même le contraire car elles n’en veulent pas ; elle est l’œuvre des Egyptien-nes. Ce sont des forces politiques, des hommes d’affaires en Egypte mais aussi en France, aux USA, au Qatar et ailleurs qui ne veulent pas que cette « révolution » aille à son terme et font tout pour que le régime capitaliste reste en l’état. Les Frères musulmans, appuyés par les USA via le Qatar et la Turquie, font partie de cette force qui essaie de contrôler la situation.

Questionné sur la nature des relations Egypto-Qatari, Mohammed Jawdat, conseiller économique du parti des Frères musulmans, le parti de la liberté et de la Justice, a répondu que ces relations étaient excellentes et que « l’Egypte, le Qatar, la Turquie, la Tunisie et bientôt la Syrie constituaient un axe de la plus grande importance dans la région Arabe ». L’Egypte compte beaucoup sur l’aide économique du Qatar, notamment sous forme de prêts et de grands projets d’investissement évalués à plus de 18 milliards de dollars. Certains pays du Golfe commencent à avoir des doutes sur les intentions de cet axe dénoncé par le roi Abdallah de Jordanie exprimant ses craintes que la Turquie œuvre pour instaurer un régime islamiste en Syrie, d’où la nécessité pour lui de former un axe Jordanie, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis. La formation de ces deux blocs peut faire craindre de futures confrontations et met en évidence le rôle joué par les Frères musulmans avec l’appui des Occidentaux.

Mahmoud Morsy, le président égyptien, a gagné le titre de pharaon, de demi-dieu ou encore de dictateur provisoire après sa tentative de coup de force le 15 novembre 2012 édictant un décret constitutionnel qui concentre tous les pouvoirs entre ces mains et qui immunise les décisions présidentielles contre toute contestation légale et juridique ou toute critique. Et dans le même temps, il limoge le procureur de la République et ordonne la réouverture des procès des anciens du régime Moubarak, cela pour faire plaisir au peuple et faire avaler la pilule amère des pleins pouvoirs qu’il s’est octroyé. Ce coup de force est destiné à neutraliser l’appareil judiciaire qui est une des armes de la classe politique pour contrôler l’état égyptien, avec l’Armée. Il sert aussi à accélérer le processus de vote sur la constitution prévu le 15 décembre 2012 car il y a là un problème concernant le conseil constituant chargé de rédiger la constitution qui est l’objet d’une contestation sur sa légalité. Evidemment cette bataille juridique et politique ne concerne que la classe politique et les partis politiques quant à la population, elle attend des réformes à propos des salaires, des logements, de la santé, etc. et elle ne participe pas à cette petite guerre des élites. Cependant des manifestations ont lieu à l’appel des opposants au décret et les islamistes sont aussi descendus dans la rue pour défendre leur président, les affrontements ont fait 7 morts et quelques centaines de blessés. Morsy a fini par lâcher son décret mais pas la date du référendum sur la constitution ; le 9 décembre il a donné tous les pouvoirs à l’armée pour vider les rues de toute manifestation. Cet épisode montre clairement la volonté affichée de Morsy, de vouloir tout contrôler, lui et son parti, qui au début de la « révolution » après leur succès électoral, jurait de ne pas présenter de candidat aux élections présidentielles pour ne pas concentrer les pouvoirs législatifs et exécutifs dans les mêmes mains, et jusqu’à l’armée qui les a cru, à l’époque ! Les islamistes ne sont pas une fatalité ni en Egypte ni ailleurs, s’ils arrivent au pouvoir aujourd’hui c’est grâce à leur opportunisme et leur capacité d’organisation sous des régimes autoritaires ; aussi parce qu’ils disposent de tribunes et lieux hebdomadaires de réunion et de propagande que sont les milliers de mosquées, d’une grande réunion annuelle internationale à la Mecque avec plus de 3 millions de personnes cet été 2012 et d’un contexte géopolitique favorable. Mais c’est la pratique du pouvoir qui sera leur perte quand la population constatera que de changer de dirigeants sans changer la nature même du système n’améliore en rien les conditions de vie, bien au contraire !

Saoud Salem OCL/Toulouse, décembre 2012
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center