A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) France, Alternative Libertaire #224 - Services publics: La mobilisation naissante des précaires

Date Tue, 12 Feb 2013 18:35:21 +0200


L’opposition acharnée des organismes de recherche et des universités à appliquer la loi Sauvadet de résorption de la précarité dans la fonction publique conduit les précaires de ce secteur à s’organiser. ---- L’enseignement supérieur et la recherche ont vu la proportion de CDD exploser ces dix dernières années, suite aux réformes généralisant les financements «sur projet», limités dans le temps, en lieu et place de crédits de recherche récurrents adossés à des postes de titulaires. La proportion de CDD oscille ainsi entre 25 % au CNRS et dans les universités et presque 50 % dans certains labos de sciences du vivant. Afin de contourner la loi de 2005 obligeant à passer en CDI les précaires atteignant six ans d’ancienneté, les organismes de recherche avaient pour habitude de faire tourner l’employeur : un coup la fac, puis un institut de recherche, puis l’hôpital, etc.

Les contrats sont souvent de dix mois pour éviter de payer juillet et août, sans évolution de carrière et avec au final un non-renouvellement de contrat, c’est-à-dire un licenciement sans indemnités. Cette situation touche toutes les catégories, des personnels de ménage aux chercheurs.

Collectifs de précaires

La loi Sauvadet de 2012 contraint quant à elle organismes et facs à passer en CDI les précaires ayant six ans d’ancienneté au 13 mars 2012, indépendamment des changements d’employeur. Vent de panique dans les directions des ressources humaines, qui ont anticipé la loi en virant les précaires avant le 13 mars. La loi Sauvadet les oblige de plus à organiser pendant quatre ans des concours réservés aux personnels ayant quatre ans de CDD. Là aussi, même réflexe: virer tout le monde avant que les précaires ne puissent faire valoir leurs droits.

Ces vagues de licenciements ont conduit les précaires à s’organiser en collectifs dans une dizaine de villes, souvent avec un soutien syndical. Le collectif de Montpellier a ainsi entraîné 400 précaires en manif à plusieurs reprises. Cette mobilisation est une bouffée d’air pour les équipes syndicales qui sont à l’offensive sur ces questions depuis plusieurs années. Ces initiatives recevaient jusqu’ici peu de répondant, les précaires étant souvent dans des déserts syndicaux ou peu intégrés dans les collectifs de travail. L’image des syndicats est quant à elle entachée par une pratique se résumant trop souvent à la défense des statuts et à la représentation des titulaires.

De leur côté les mandarins de la recherche ont tenté d’instrumentaliser le mouvement en avançant comme « solution » l’abrogation de la loi Sauvadet et la généralisation des contrats type « contrats à objectif déterminé », c’est-à-dire des CDD sans limite. Là où la mobilisation s’est ancrée dans la durée, les débats ont permis de les mettre en minorité, et de centrer les revendications sur l’ouverture de postes et l’arrêt des licenciements.

Des annonces insatisfaisantes

La mobilisation, encore naissante, est aujourd’hui à un tournant. Le ministère a reçu les collectifs de précaires, après la grande concertation pipeau des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche. Tout était déjà écrit, en particulier la poursuite des financements sur projet. Mais on a pris soin de rajouter une page au rapport final des Assises pour dire qu’il fallait réduire la précarité, tout en affirmant qu’il ne fallait pas ouvrir de concours réservés pour les chercheurs précaires ! Reste à savoir quel sera l’effet de ces annonces sur les précaires mobilisé-e-s.
Related Link: http://www.alternativelibertaire.org/

by Grégoire - Alternative Libertaire Orleans
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center