A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Alternative libertaire, Contre les licenciements et le chantage à l’emploi… on contre-attaque !

Date Fri, 25 Jan 2013 22:54:00 +0200


Après avoir validé le plan social à PSA, après le fiasco de Mittal-Florange, le gouvernement s’apprête à transcrire dans la loi le nouvel accord de la honte, dit de « sécurisation de l’emploi » signé par trois syndicats (la CFDT, la CGC et la CFTC) et le patronat, qui serait un recul sans précédent pour les travailleur-se-s. Dès le lendemain Renault annonçait 8260 suppressions de postes en France. Face au patronat et à ses larbins gouvernementaux, à nous de nous organiser pour changer la donne. ----Combattre le chantage à l’emploi ! ---- Cet accord est présenté par les médias et le gouvernement comme un grand consensus entre syndicats et patronat, oubliant un peu vite que les trois syndicats signataires représentent seulement 28% des salarié-e-s aux dernières élections professionnelles dans les tPe.

il envisage d’autoriser des accords d’entreprises permettant d’augmenter le temps de travail ou de baisser les salaires afin de « maintenir l’emploi ». Des accords de ce type ont déjà été signés par le passé (à Continental ou PSA Sevelnord par exemple) mais maintenant ce chantage à l’emploi serait gravé dans une loi, en préparation pour un vote des parlementaires en avril.

On savait bien que les « socialistes » n’avaient aucune intention d’engager un bras de fer avec le patronat. Au contraire, il suffit que le patronat montre un peu les dents pour qu’Ayrault et sa clique déguerpissent. Comme quand une poignée de petits patrons ont lancé le mouvement des « pigeons » pour payer moins d’impôts. Comme quand PSA a annoncé la fermeture du site d’Aulnay. Comme quand Mittal a annoncé que finalement il ne réinvestirait quasiment rien dans les fourneaux de Florange.

Comme quand Renault annonce un nouveau plan « social » et que Sapin, ministre du travail, se félicite qu’il n’y ait pas de licenciements mais « seulement » des départs anticipés, des pré-retraites et des reclassements. tant pis si ça donne des retraites minables, si les « reclassés » sont contraints d’aller bosser à l’autre bout de la France, ou si les « départs volontaires » n’arrivent pas à se recaser dans une industrie en crise. Dans la continuité directe des gouvernements précédents, il s’agit simplement de restaurer les profits des capitalistes émoussés par la crise, au détriment de celles et ceux qui produisent les richesses : les travailleurs et les travailleuses.

Bien des directions syndicales ont cru que le « dialogue social » allait reprendre avec le gouvernement et que celui-ci allait intervenir dans les conflits avec le patronat. On ne peut donc que se féliciter que la CGt, Solidaires et FO dénoncent aujourd’hui l’accord. Maintenant il est temps d’arrêter d’hésiter, et de s’engager dans la construction d’une riposte d’ensemble autour de mots d’ordre clairs, unifiants et mobilisateurs !

Droit de véto des travailleur-ses sur les licenciements !

Alternative libertaire revendique un droit de véto des travailleur-se-s sur les licenciements et appelle à la réquisition et à la mise en autogestion des entreprises sacrifiées sur l’autel du profit. Car ça n’est pas aux actionnaires de décider de l’avenir d’une boite, mais bien aux seuls producteurs de richesses : les salarié-e-s.

Pour lutter contre le chômage et l’aliénation au boulot, nous revendiquons le passage aux 32 heures par semaine, sans baisses de salaires et avec embauches correspondantes.

Enfin, à travers les luttes d’aujourd’hui c’est le capitalisme, ce système qui engendre la misère sociale, la guerre, des désastres écologiques et alimentaires, qu’il faut remettre en cause. Il faut exproprier les actionnaires, réquisitionner les entreprises et assurer leur gestion directe et intégrale par les travailleur-ses, de manière démocratique, en lien avec la population et dans le respect de l’environnement. C’est ce que nous appelons le communisme libertaire.


Contre les licenciements 25 Janvier 2013
Publié le 25 janvier 2013 par Secrétariat de branche Entreprises
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center