A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) France, Le Monde Libertaire 1693 - Euthanasie: le rapport sur la fin de vie (enfin) publié

Date Tue, 22 Jan 2013 16:16:30 +0200


Après cinq mois de réflexions et pas moins d’une dizaine de débats, le professeur Sicard, ancien président du Comité national consultatif d’éthique, a remis son rapport sur la fin de vie à François Hollande. Premier enseignement : il ressort des nombreux échanges et témoignages avec les nombreux médecins interrogés en France et à l’étranger « une inquiétude sur les conditions préoccupantes, trop souvent occultées, de la fin de vie en France et l’impasse des réponses posturales ». ---- L’analyse plus fine des résultats fait ressortir deux observations principales. ---- La première souligne, d’une part, l’application insuffisante depuis treize ans de la loi visant à garantir l’accès aux soins palliatifs et, d’autre part, depuis dix ans, de la loi relative aux droits des malades (loi Kouchner) et, enfin, depuis sept ans, de la loi Leonetti, relative à l’obstination déraisonnable du corps médical et à la prolongation artificielle de la vie du patient.

Dans un premier temps, on peut donc en conclure, selon notre grille de lecture libertaire, que les lois ne servent visiblement pas à grand-chose ! D’ailleurs, sur un sujet voisin, les textes législatifs sur l’IVG l’ont déjà largement démontré, puisqu’ils n’ont jamais empêché certains praticiens anti-IVG de tout tenter pour faire renoncer des patientes à le pratiquer.
La seconde observation, suite à ces entretiens, est « le caractère particulièrement dramatique des inégalités au moment de la fin de vie ». Face à ce constat, le professeur Sicard recommande avant tout l’impératif du respect de la parole du malade et de son autonomie. Et, de recommander « l’exigence d’appliquer résolument les lois actuelles plutôt que d’en imaginer sans cesse de nouvelles », soulignant au passage « l’utopie de résoudre par une loi la grande complexité des situations de fin de vie ».
Les rapporteurs mettent aussi en lumière « le danger de franchir la barrière d’un interdit, si le législateur prenait la responsabilité d’une dépénalisation d’une assistance au suicide ». Aussi, ils insistent sur deux points majeurs à leur sens : la garantie stricte de la liberté de choix en témoignant de l’autonomie de la personne et l’impératif d’impliquer au premier chef la responsabilité de l’état et la responsabilité de la médecine.
Concernant un autre aspect de la problématique, si le législateur prenait la responsabilité d’une dépénalisation de l’euthanasie, la commission entend mettre en garde sur l’importance symbolique du changement de cet interdit car, selon elle, « l’euthanasie engage profondément l’idée qu’une société se fait du rôle et des valeurs de la médecine », avant de préciser que « tout déplacement d’un interdit crée nécessairement de nouvelles situations limites, suscitant une demande indéfinie de nouvelles lois » et que « toute médecine comporte sa part d’action aux confins de la vie sans qu’il soit nécessaire de légiférer à tout coup ». Un discours qui n’est pas pour nous déplaire, nous libertaires et partisans du droit à une mort choisie, bien au contraire...
À la fin du rapport, les experts de la commission ont souhaité souligner « que l’avenir de l’humanité se résume à l’affirmation sans limites d’une liberté individuelle, en oubliant que la personne humaine ne vit et ne s’invente que reliée à autrui et dépendante d’autrui. Un véritable accompagnement de fin de vie ne prend son sens que dans le cadre d’une société solidaire qui ne se substitue pas à la personne mais lui témoigne écoute et respect au terme de son existence ». Nous autres anarchistes ne l’aurions pas mieux exprimé !
Cependant, il ne reste qu’à espérer que ces quelques pistes de réflexion seront entendues par le gouvernement et surtout par les législateurs pour qu’enfin, en France, nous ayons le droit à une mort digne, n’en déplaise aux apologues du prétendu « respect de la vie » qui cache si mal les relents nauséabonds de la clique intégriste des militants « provie » !
Patrick Schindler
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center