A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Sortie du n°36 d’Offensive* "Russie : du rouge au noir" (en}

Date Thu, 10 Jan 2013 13:36:49 +0200


Sommaire du numéro ---- en bref ici 4-5 ---- Analyses ---- Frontex ex Machina ---- L’emprise numérique ---- Crack ! ---- Histoire ---- Choisir les marges comme espace d’ouverture radical ---- En lutte ---- Reclaim the field ---- DOSSIER : Russie : du rouge au noir ---- La Russie : notre passé, notre avenir ? ---- Les révolutionnaires contre le « fascisme rouge » ---- De l’URSS à la fédération de Russie, notes sur une reconquista dévastatrice ---- Tchétchénie : manipulation, terreur, crimes et châtiments (Ian) ---- Le retour du KGB ---- Travailleurs, travailleuses... ---- Le lac Baïkal, un espace de résistance ---- JO 2014 : blanc comme neige, vert comme dollar ---- Les libertaires, de la fin de l’URSS à nos jours ---- Le mouvement « anti-Poutine »

Horizons
Luttes féministes en Afrique
en bref ailleurs 41

Entretien
Manifestement communiste

Alternatives
L’Utobus

Contre-culture
Livres – Musique – Arts vivants – Cinéma


Edito du Dossier :

Le communisme, c’est du passé. L’URSS ? Un empire poussiéreux, relégué au magasin des antiquités de l’Histoire. Un régime de domination archaïque, comparé au capitalisme rutilant dans sa phase high-tech et néolibérale. Et la Russie actuelle, alors ? Dans les décombres de l’empire défunt, par le retour d’une nouvelle forme d’autocratie personnifiée par Poutine et ses sbires, elle illustrerait la fatalité historique d’un pays voué culturellement à subir tous les régimes autoritaires. Le pari que nous voudrions faire dans ce dossier est exactement inverse : la Russie, ce sont des luttes au présent ; et ce sont aussi des formes de domination inédites qui se sont expérimentées de 1917 à nos jours, du « socialisme réel » à l’ère des Eltsine et Poutine, avant de s’étendre au reste du monde. La liquidation de la paysannerie, l’industrialisation à marche forcée, la destruction des milieux naturels, la bureaucratisation de tous les rapports sociaux… mais aussi de façon plus générale l’écrasement des travailleurs, des femmes et des minorités nationales, le règne en politique du mensonge et du cynisme brutal : ce sont des phénomènes qui concernent aujourd’hui tous les pays du globe. En Russie même, du rouge des espoirs communistes, on croyait être passé au noir de l’affliction, entre les vagues de privatisations, le retour des guerres coloniales et la montée de l’extrême droite. Mais ce noir-là, désormais, est peut-être aussi celui de la révolte. Sans parler de la persistance d’un mouvement anarchiste combatif et courageux, les événements des dernières années ont montré le retour sur la scène politique de groupes antifascistes, féministes ou écologistes radicaux – quand il ne s’agit pas de citoyennes et de citoyens anonymes, sortis de la masse pour dire non. Ce sont ces gens, et par-delà eux toutes les populations de Russie, qui ont besoin de notre soutien. Or soutenir, c’est d’abord comprendre : ce qui est arrivé à la Russie, ce qui s’y passe maintenant, et comment tout cela fait écho à notre propre expérience.

===================================
*Offensive Libertaire et Sociale est née au cours de l’année 2003 d’une volonté de participer à la construction d’une réelle offensive qui mette un terme au capitalisme, au patriarcat et qui contribue à l’élaboration d’autres futurs sans rapports de domination ni d’exploitation. Nous militons pour une société fondée sur la solidarité, l’égalité sociale et la liberté. Plusieurs principes fondent l’OLS :

Indépendance Agir de manière libérée de toute logique institutionnelle liée à l’État ou au capital.

Fédéralisme Les groupes et les individu-e-s qui composent l’OLS sont autonomes ; ils s’associent librement tout en respectant les fondements et les valeurs de l’OLS.

Assembléisme Pratiquer ou encourager des modes d’organisation horizontaux et des processus décisionnels appuyés sur la démocratie directe.

Anti-autoritarisme Combattre toutes les formes de domination qu’elles soient sociales, de genre, de « race »… Nous refusons tout autant les logiques de conquêtes de pouvoir que la mise en place de contre-pouvoirs institutionnels pour lutter contre les pratiques hiérarchiques.

Rupture À travers nos interventions politiques et nos pratiques, nous cherchons à poser la question de la fin de la société actuelle. Nous voulons favoriser l’existence de rapports sociaux alternatifs et aider au développement d’espaces et de temps émancipés et subversifs. Nous participons donc à l’émergence d’utopies créatrices.

Appui mutuel Favoriser la recherche et l’apport de solidarité entre les projets de subversion, selon les principes de la liberté d’association et d’expérimentation, pour agir dans le respect des partenaires... Nous souhaitons œuvrer pour un monde où le bien-être et le bonheur seraient parmi les premières préoccupations.

L’OLS se situe comme un élément dans la constellation libertaire, apportant sa contribution au mouvement révolutionnaire. L’organisation n’est pas une fin en soi et ne doit pas primer sur les luttes et sur la réflexion.

Nous refusons de nous impliquer en fonction de nos seuls intérêts organisationnels, de « passer » d’une lutte à l’autre au gré des modes. Même si nous apparaissons de temps à autre en tant que « OLS » - au travers d’Offensive le journal que nous publions et lors de certains événements politiques - pour confronter, défendre ou faire partager nos valeurs, nos idées, nos pratiques, nous refusons les logiques de représentation. Dans une société fondée sur les apparences, le mouvement révolutionnaire ne doit pas succomber aux sirènes du spectacle.

Nous luttons plus particulièrement contre tout ce qui fait de nous des êtres aliénés et/ou oppresseurs : exploitation sociale, précarité économique, patriarcat, hétérosexisme, tyrannie technologique, racisme, massification. Face aux logiques d’enfermement et d’abêtissement, nous proposons d’autres formes émancipatrices d’associations où les aller-retour entre engagement, théorie et pratique sont permanents et où nous pourrons construire des liens stables, non aliénants, d’estime et de coopération.

Nous voulons construire une société réellement démocratique, si l’on définit la démocratie comme une forme d’organisation du pouvoir permettant de connaître et de maîtriser nos conditions d’existence. Il importe de réfléchir à de nouvelles organisations sociales qui permettent le partage des débats et des prises de décisions. Cela revient à briser l’autonomie du pouvoir. Il ne doit plus être en-dehors de la société, mais en son sein : il doit être socialisé.

Si la filiation de l’OLS s’inscrit dans la longue histoire de l’anarchisme, nous nous référons aussi à d’autres associations et mouvements. Nous essayons à notre échelle de contribuer au renouvellement de la critique libertaire, de participer à la création et à la diffusion d’alternatives anti-autoritaires et libératrices.
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center