A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Non aux projets capitalistes de développement ! Réappropriation des terres spoliées ! "VINCI" hors de la ZAD de Notre Dame-des-Landes (CGA) (en)

Date Thu, 06 Dec 2012 12:11:37 +0200


Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est né à la fin des années « 60 » dans des esprits capitalistes et spéculateurs. ---- Le site de Notre-Dame-Des-Landes, choisi en 1967, fut validé en 1970 par le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire pour remplacer « Nantes Atlantique » aéroport nantais existant à l’époque, notamment pour y développer le fret, et aussi pour pouvoir accueillir fièrement le tout nouveau Concorde. Les populations de la région apprirent ainsi que « La métropole Nantes – Saint Nazaire (deviendrait) le Rotterdam aérien de l’Europe par la création d’un aéroport international de fret au nord de la Loire ». ---- Des « experts » en prévision de trafic, s’aventurèrent à l’époque à nous annoncer qu’entre 5 et 9 millions de passagers fréquenteraient l’actuel aéroport de Nantes Atlantique l’an 2000.

Ils se trompent rarement nous dit-on ! Pourtant, il faut savoir que l’aéroport n’en accueille aujourd’hui que 3,2 millions par an…
Le projet rencontra quasiment dès l’origine une réelle suspicion des populations locales, suspicion qui fit très vite place à une forte résistance. Des terres du Conseil Général de Loire atlantique furent ainsi réquisitionnées pour être transformées en espaces de lutte et de vie collective.

Rappelons que ce projet ne se résume pas à la seule construction d’un aéroport, mais intègre aussi la transformation de toute une zone agricole militante et de son écosystème en plate-forme économique internationale dont l’entreprise VINCI devrait tirer profit, puisque c’est elle qui est concessionnaire du projet depuis le 1er janvier 2011.
Les gouvernements successifs de Droite et de Gauche réunis, ont fait naître et ont accompagné un projet « destructeur » à plusieurs niveaux. Il s’inscrit, en effet, dans un territoire de bocages à vocation agricole qui bénéficie d’une biodiversité liée à l’absence de remembrement et à la pratique d’une agriculture extensive depuis de très nombreuses années.

La réalisation des ouvrages impacterait de manière importante et définitive l’ensemble de l’écosystème que constituent la trame bocagère, les cours d’eau, la faune, la flore et les espèces protégées animales et végétales. Elle destinerait des terres à des fins commerciales très rentables, alors qu’elles étaient jusque-là réservées à l’agriculture.
Une enquête publique, a eu pour objectif d'évaluer d’une part « l'impact de l'aéroport et de sa desserte routière sur l'eau et les milieux aquatiques » et aussi de « déterminer si les projets de travaux à réaliser(…) satisferaient aux exigences de la Loi sur l’Eau »
Rappelons que lors de cette enquête, menée dans le désert de l’été, 11 conseils municipaux sur les 19 concernés par les projets de travaux ont donné un avis défavorable (1 n’a pas désiré donner d’avis car totalement opposé au projet, 4 n’ont pas délibéré, 1 a fourni une réponse défavorable à la loi sur l’eau et favorable à la desserte routière, 1 a fourni une réponse favorable et 1 n’a pas répondu).

A l’issue de l’enquête, les décideurs ont émis un avis favorable !
Comme souvent, le vernis « démocratique » craque sous les coups de boutoir des intérêts du capitalisme et de l’Etat réunis.

Pour finir, quand celles et ceux qui s’opposent au projet manifestent et emploient l’action directe, c’est à la répression, au gazage et à la matraque qu’elles et ils ont droit.

Hier Plogoff, Besançon, le Larzac, aujourd’hui Notre Dame-des-Landes !
Solidaires des opposants, nous refusons la politique répressive de l’Etat et soutenons toutes les actions de réoccupation des terres. A Notre-Dame-des-Landes comme ailleurs, défendons la réappropriation des espaces spoliés par le Capital et l’Etat afin d’en faire de véritables espaces de vie sans autorité, sans hiérarchie.

Ne laissons plus l’Etat décider à notre place des divers projets d’avenir. Sa seule compétence se résume à nous envoyer des légions policières, afin de favoriser les intérêts des patrons et des actionnaires de grandes entreprises, et tout cela dans le silence complice des médias.

SOLIDARITE avec l’occupation militante des terres de Notre Dame-des-Landes et REJET de ce projet inutile.

Relations Extérieures de la C.G.A.
Perpignan le 3 décembre 2012
www.c-g-a.org Coordination des Groupes Anarchistes Coordination of Anarchist Groups
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center