A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Courant alternatif octobre 2012 (#223) - No Tav, la lutte continue en Italieâ (en)

Date Mon, 03 Dec 2012 16:19:12 +0200


Cette contribution est le rÃsultat de la participation dâun militant franÃais à la lutte No Tav durant le mois de juillet 2012. Les analyses et les sentiments qui en dÃcoulent viennent dâune prÃsence sur le  âcamping de lutteâ  et ne peuvent donc se prÃtendre exhaustifs, au vu de la base sociale extrÃmement large du mouvement No Tav. ---- Une dynamique difficile à prolongerâ ---- LâannÃe 2012 est primordiale pour le mouvement No tav à plus dâun titre. Dâun point de vu purement factuel, les premiÃres percÃes de galerie doivent avoir lieu sur le site de La clarea (tout prÃs du camping) dÃbut septembre ; le chantier, toujours pas rÃellement commencà pour lâinstant sera donc cette fois une rÃalitÃ. ---- Dâautre part, le mouvement reste sur une dynamique trÃs forte. LâÃtà dernier dâabord, mÃme si il nây a pas eu de victoire au sens strict, a dÃmontrà une massification de la lutte avec la manifestation gÃante du 3 juillet (plus de 70 000 personnes et une attaque en rÃgle du chantier) et un camping de lutte trÃs actif et riche en initiatives.

De plus, cet hiver a Ãtà marquà par des moment forts, mÃme sâils ont Ãtà initiÃs par la rÃpression : le coup de filet de la Digos(1), impliquant 46 camarades en janvier suites aux affrontements du 3 juillet. Cette rÃpression a suscità une rÃaction assez forte tout de mÃme, avec des manifs de 10 à 20 000 personnes à Turin, dans la semaine qui suivait.
Ensuite, lors de lâexpropriation du lieu dit La baita, aux abords du chantier, Luca Abba, militant historique de la lutte et habitant de la vallÃe, qui tentait de sâopposer aux forces de lâordre, est tombà dâun pylÃne sur lequel il Ãtait juchÃ, provoquant une vague de manifestations et de blocages dans la vallÃe, mais aussi dans toute lâItalie. Le problÃme est donc posà : comment rebondir sur dâautres actions novatrices alors quâun grand panel dâaction a Ãtà essayà pour lâinstant sans succÃs car les Ãtats concernÃs nâont, malgrà les dires pas commencà à reculer sur la question.

Continue, continue pas ? Progression du chantier ou bluff du pouvoir ?

LâambigÃità est aussi de savoir si le chantier se fera. A Ãcouter les politiciens et la presse cela semble Ãvident et inÃvitable. A regarder les comptes de lâÃtat Italien et la progression du chantier, câest moins flagrant. NÃanmoins, il ne faut pas jouer au triomphalisme et tordre le cou aux discours victorieux : le chantier est bel et bien commencÃ. A lâheure actuelle les galeries ne sont pas encore creusÃes mais les amÃnagements ont tous Ãtà faits pour accueillir les foreuses, la zone de chantier sâest Ãtendue de maniÃre trÃs forte depuis deux ans, et le fait quâil y ait plus de flics que dâouvriers (ce qui sera peut Ãtre toujours le cas dÃsormais) nâest pas un signe de non avancement du projet.
La militarisation du chantier nâa jamais Ãtà aussi forte, ce qui signifie un investissement financier important de la part de lâÃtat italien. En plein milieu du mois de Juillet, un article du Figaro a amenà de lâagitation : lâÃtat franÃais serait prÃt à abandonner de nombreuses ligne LGV pour cause de caisses vides. Au sein du mouvement cela a bien Ãtà considÃrà comme encourageant mais peu significatif. La majeur partie des personnes pensent quâil sâagit dâun  coup de com.  de la part de lâÃtat franÃais, pour faire pression sur lâEurope, afin que cette derniÃre finance une part plus importante du projet. NÃanmoins il est clair que pour les participants au mouvement NO TAV, au vu de lâimportance politique prise par le projet, que la victoire ne peut venir que dâune conjoncture nÃgative regroupant à la fois les critÃres de lutte et les critÃres Ãconomiques. LâidÃe est donc de multiplier les actions sur le chantier afin de faire monter les frais. Durant lâÃtà 2011, les simples frais de maintien de lâordre (indÃpendamment des infrastructures de sÃcurità de base) Ãtaient ÃvaluÃs à 90 000 euros par jour.

Maintenir un rapport de forceS, Ãtre inventifsâ

On en est donc là : lâÃtat est prÃt à mettre le paquet niveau financier, le mouvement est large et ancrÃ, mais insuffisant pour le moment. Il fallait donc trouver quelque chose de nouveau. Et ce dâautant plus que le mouvement avait tendance à  sâessouffler Â. En effet durant tout le mois de juillet plusieurs forces ont Ãtà relativement absentes de la lutte. Dâabord les anars Turinois, occupÃs par des luttes de logements dans la capitale du PiÃmont et moins investis. Ensuite et plus grave : les gens de la vallÃe qui venaient sur le camping de lutte en famille lâannÃe derniÃre, nâÃtait pas ou peu prÃsents cette annÃe.
Cette derniÃre donnÃe est expliquÃe par les camarades comme une rÃussite de lâÃtat en ce qui concerne la criminalisation. En effet lors des rafles de Janvier des  citoyens lambdas  (au sens non issu du mouvement rÃvolutionnaire) sâÃtaient retrouvÃs incarcÃrÃs et interrogÃs. Le mouvement No tav ayant toujours refusà la dissociation militants/habitants de la vallÃe, il est logique de la part de lâÃtat dâÃlargir les champs rÃpressifs et il est tout aussi logique de voir les gens sâen effrayer. Pour nuancer ce tableau sans doute un peu noir, on note quand mÃme que la prÃsence dâhabitants de la vallÃe Ãtait effective lors des assemblÃes populaires qui regroupaient entre 200 et 400 personnes et les rÃunions dÃcisionnelles en nombre un peu plus restreint.
En prenant en compte ces handicaps, il fallait tout de mÃme repartir sur une dynamique avec les forces en prÃsence, câest à dire les touristes militants (beaucoup de franÃais, quelques espagnolesâ), les autonomes Turinois dâAskatasuna ainsi que divers groupes de la radicalità italienne, anarchistes ou autresâ LâidÃe Ãtait de rÃussir à maintenir un rapport de force à la fois en continuant à  assiÃger  le chantier, tout en Ãvitant le piÃge de la focalisation sur le modÃle de ce qui a eu lieu en Mars (blocages dâautoroute, de voix ferrÃesâ).
Cette dÃcision est logique, sâacharner sur le chantier câest rentrer dans un rapport de force militaire avec lâÃtat, rapport de force nÃcessairement perdant ou alors bÃtement symbolique.
ConcrÃtement, sortir du camping, Ãa a surtout Ãtà des actions contre les hÃtels qui logent les flics. Ainsi nous avons Ãtà rÃveiller les membres de la Guarda di Finanzia (2) et des carabiniers à SestriÃres en pleine nuit. Ce type dâaction avait eu lieu lâan dernier, avec une certaine rÃussite, car les hÃtels qui hÃbergeaient les flics avaient refusà le renouvellement du contrat cette annÃe. Dâautres rassemblements ont eu lieu devant des entreprises participants aux travaux (il en reste trÃs peu dans la vallÃe).
Ces actions nâont pourtant pas Ãtà reprise à lâampleur voulue et comme dâhabitude, et finalement câest les modes opÃratoires habituels qui on prit le relai. Le 21 Juillet Ãtait prÃvu une  ballade  vers le chantier. Cela ne faisait aucun doute : cette ballade Ãtait un prÃtexte pour lâattaque du chantier.
Lâaction fut une rÃussite dâun point de vue collectif. Les barriÃres ont Ãtà abattues, les grillages perforÃs et des projecteurs ont Ãtà dÃtruits durant les deux heures dâaffrontement en trois lieux diffÃrents. Certaines personnes sont rentrÃes sur le chantier et lâont concrÃtement attaquà provoquant des milliers dâeuros de dÃgÃts. Accessoirement, et câest ce que la presse a le plus retenu le chef de la DIGOS de Turin a effectuà un vol planà aprÃs avoir Ãtà soufflà par une bomba carta (3). Cette action à rÃuni un petit millier de personnes et a surtout contribuà à rappeler à lâopinion publique lâexistence du mouvement.

Suite logique : la rÃpression

Alors voila ! LâItalie la collusion mÃdias/flic/gouvernement câest pire encore quâen France, alors forcÃment quand on a vu que la presse Italienne se dÃchainait sur les No Tav en demandant plus de rÃpression et lâexpulsion du camping suite à la nuit du 21, on sâest tous dit que Ãa puait un peu. Il nây a pas eu dâexpulsion du camping, malgrà les demandes rÃpÃtÃes des politiciens de droite comme de gauche. Visiblement les flics locaux ont du faire preuve de pÃdagogie, leur expliquant que cette action fortifierait plus le mouvement quâautre chose.
NÃanmoins avant ce que aurait du Ãtre une grosse dÃmonstration de force du mouvement, la manif du 28 juillet, les flics ont accentuà la rÃpression, multipliant les expulsions de territoire pour les ressortissant Ãtrangers. Le mardi suivant le 21, câest 9 franÃais qui sont reconduit à la frontiÃre avant dâavoir pu arriver au camping. La veille de la manif, 1 franÃais, 3 suisses et 1 grec se font expulser, dans le cadre de lâopÃration  zone rouge  du Val Susa. Il y avait environ 2000 flics dans la vallÃe et il Ãtait quasi impossible de circuler sans se faire contrÃler. Les personnes contrÃlÃs ont Ãtà accusÃes dâappartenir à des groupes  antagonistes Â, car ils avaient en leur possession un masque à gaz ou un casque ainsi quâun couteau (lâargument  câÃtait pour couper le pÃtà  ne semblait pas suffisant) mais aussi des tee shirt noirs (on ne rigole pas). En bref rien dâillÃgal au sens strict, mais de quoi garnir les pages de La Stampa pour quelques jours et permettre ainsi la criminalisation du mouvement NO TAV et plus spÃcifiquement des groupes anarchistes actifs dans la lutte. Criminalisation qui marche en partie, puisque le 28 juillet câest  seulement  5 à 6000 personnes qui dÃfilaient en Val Susa (ce qui reste quand mÃme correct au vu des difficultÃs à accÃder à la vallÃe).

La suiteâ

La suite jây Ãtais pas. Je peux donc ne tirer que des faits racontÃs ou via la presse italienne. Sans prÃjuger des rapports de force, il ne semble pas que lâÃtat soit pour lâinstant en position de faiblesse. Il a repris la main comme en tÃmoigne les multiples arrestations (voir encadrÃ) et  dÃnonciations  (convocation au commissariat pour signifier lâouverture dâune enquÃte sur la personne) et nâa pas rÃellement intÃrÃt à relÃcher la pression.
La lutte ne pourra de toute faÃon pas Ãtre gagnante si elle reste circonscrite à une vallÃe. Jamais le mouvement nâa Ãtà aussi fort quâen Mars lorsque les manifestations sauvages ont envahi toutes les gares dâItalie. La nÃcessità est donc à Ãtendre la lutte NO TAV en France afin dâÃviter la construction de cette ligne destructrice. En juillet, nous avons pu voir une prÃsentation des collectifs NO TAV ChambÃry et Grenoble, qui dÃbutait une mobilisation sur le tracà franÃais. Pour lâinstant cantonnà à une sorte de relai dâinformation, il y a la volontà dâen faire un rÃel outil de lutte. Si cette dynamique prend, elle serait sans doute dÃterminante dans le choix de lâÃtat franÃais dÃjà assez peu enthousiaste à continuer sa politique ferroviaire.
Bref, on ne le dira jamais assez : seule la lutte paie !
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center