A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) Anarkismo.net: L'histoire du mouvement étudiant québécois et combatif syndicalisme (en) [machine translation]

Date Sun, 25 Nov 2012 11:57:29 +0200


En Septembre 2012, peu de temps après la fin de la plus grande grève étudiante générale illimitée dans l'histoire du Québec, plusieurs organisations anarchistes de lutte de classes au Canada ainsi que quelques chapitres locaux de l'IWW mis sur pied une tournée à travers le pays, afin que l'histoire et la expériences du mouvement étudiant québécois pour les étudiants et les militants en dehors de la province. Arrêt dans une douzaine de villes de Toronto, en Ontario, à Victoria, en Colombie-Britannique, la tournée a apporté un participant à la grève des étudiants à des auditoires 2012 dans les collèges et les universités, ainsi que des salles de syndicats et de coopératives différentes. L'article qui suit est basé sur cette conférence. Un grand merci à Jonathan de Zabalaza pour l'édition de l'aide!

Le mouvement étudiant au Québec a récemment écrit un chapitre important de son histoire. La grève qui a été lancé en Février 2012, contre la dernière hausse des frais de scolarité universitaire est devenu l'un des plus grands mouvements sociaux à la province, et peut-être même du Canada, des histoires entières.

Bien sûr, l'un des effets secondaires intéressants sur les événements de ces derniers mois a été que les nouvelles de la grève s'est propagé en dehors de la province, et beaucoup d'étudiants et de militants ont pris note.

Nous sommes non seulement heureux que notre lutte a inspiré l'espoir au sein de la gauche sur la capacité des mouvements sociaux à se défendre dans ce contexte difficile où les chefs d'Etat et les entreprises semblent régner sans partage. Mais nous sommes particulièrement heureux de constater le fait que la grève au Québec a suscité des débats à travers les frontières au sujet de tracer la voie à suivre pour le mouvement étudiant.

Naissance et histoire des débuts du mouvement étudiant

La grève au Québec ne s'est pas produit parce que nous "faisons les choses différemment». Il ne s'est pas produit parce qu'il n'y a rien en soi spécifique à la culture francophone. Si nous voulons aider les étudiants et les militants extérieur du Québec tirer des leçons de notre mouvement, nous devons commencer par répondre à la brume de «l'exceptionnalisme du Québec». Une façon de le faire est de parler d'histoire. C'est un point de départ intéressant parce que là, nous avons quelque chose en commun.

Nous sommes tous entourés par l'histoire des rois, des reines, des conquêtes et le sens politique. L'élite de l'histoire. Québec n'est pas différent à cet égard. Histoire du mouvement populaire et la résistance est négligée si elle joue dans le récit nationaliste du discours politique dominant. Ce que le mouvement étudiant québécois ne sont, cependant, est une forte tradition de partage de l'héritage de luttes étudiantes.

La naissance du mouvement étudiant peut faire remonter aux années quarante milieu, pas au Québec, mais en France.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre d'étudiants, dont certains avec des liens vers la résistance anti-fasciste, a cherché à donner une nouvelle orientation à l'organisation étudiante nationale. Les attitudes apolitiques / corporatistes qui prévalent au sein des groupes d'étudiants de l'époque a donné lieu à une relation ambiguë avec l'occupant nazi pendant la guerre et donc comme une réponse, ces étudiants ont la tâche de transformer les associations étudiantes de l'époque dans les syndicats d'étudiants réels, calqué sur les syndicats.

En 1946, l'Union nationale des étudiants de France, l'UNEF ou par son acronyme français, a adopté un texte fondateur: la Charte du syndicalisme étudiant, plus tard connu sous le nom «Charte de Grenoble». Il définit l'étudiant comme un jeune travailleur intellectuel avec les droits et les responsabilités qui en découlent de ce statut particulier.

• Article 4: «. Tant que travailleur, l'étudiant a le droit de travailler et de se reposer dans les meilleures conditions et en toute indépendance matérielle, à la fois personnelle et sociale, garantie par le libre exercice des droits de syndicalistes"
• Article 7: «En tant qu'intellectuel, l'étudiant a la responsabilité - de chercher, de propager et de défendre la vérité qui implique la culture de partage et de faire progresser ainsi que l'élaboration du sens de l'histoire - pour défendre la liberté contre toute oppression, ce qui constitue, pour l' intellectuelle, sa mission la plus sacrée. "

A ses débuts, le syndicalisme étudiant français a décollé vers des problèmes concrets de la décolonisation et la guerre froide. Ceux qui soutiennent les associations d'étudiants apolitiques ont été confrontés.

De retour au Québec, la notion de syndicalisme étudiant n'a pas pris jusqu'à ce début des années soixante. A cette époque, les associations étudiantes de la province étaient encore apolitique et centrée principalement autour de l'organisation de fêtes et de fournir des services aux étudiants. Mais en 1961, les étudiants de l'Université de Montréal, désireux de rompre avec cette tradition, ont écrit leur propre charte des droits et responsabilités des étudiants, inspirés par la Charte de Grenoble.

C'était un nouveau paradigme idéologique. Étudiants, jeunes travailleurs intellectuels, a développé une nouvelle prise de conscience de leur rôle dans la société dans son ensemble. Ils ne se contentent plus de se préoccuper de questions des étudiants. Ils ont commencé à s'impliquer dans les luttes des travailleurs et l'identification à la classe ouvrière. En conséquence, les militants étudiants de plus en plus souscrit à l'idée de construire des syndicats étudiants qui pourrait non seulement fournir des services, mais aussi d'organiser les luttes et ainsi jouer un rôle actif dans la formation de la société.

À l'époque, la société passait par la sécularisation et le système éducatif qui était précédemment sous le contrôle des autorités religieuses est venu dans les mains de l'Etat. Les vieux réflexes autoritaires des administrateurs et des professeurs pesé sur le sentiment des étudiants de nouveau devoir et la responsabilité. Ils voulaient participer aux décisions importantes qui ont affecté leurs institutions. Le mot d'ordre est devenu «pouvoir étudiant».

Un autre facteur important est qu'il n'y avait qu'une seule université francophone à Montréal, l'Université de Montréal. Il était élitiste, cher, et étant perché sur le mont Royal, a été loin de langue française arrondissements de la classe ouvrière dans la ville. Combiné avec le fait que la communauté beaucoup plus petit Anglais a pu compter sur deux prestigieuses universités (Concordia et McGill), le sentiment d'injustice deviendra progressivement plus fort.

Ainsi, autour de cette lutte pour démocratiser l'accès à l'enseignement supérieur, les étudiants regroupés autour de nouveaux syndicats d'étudiants militants et aidé à faire progresser le développement de la tendance syndicaliste. Combiné à un tollé général dans les luttes ouvrières, féministes et nationalistes dans la société, le mouvement étudiant est rapidement devenu une force à compter avec.

En 1964, conscient de la nécessité de coordonner la lutte, conscient de la nécessité de renforcer les outils financiers et organisationnels nécessaires pour maintenir un équilibre permanent du pouvoir vis-à-vis de l'État, les étudiants syndicalistes créé l'Union des étudiants générales du Québec » ou UGEQ par son acronyme français.

Quelques années plus tard, en 1968, comme majeurs de protestation des étudiants enflammé l'Europe, le bouleversement traversé l'Atlantique et atteint Québec. Une énorme vague d'agitation a balayé la province et le mouvement étudiant naissant est intervenu avec la première grève générale illimitée en étudiant l'histoire du Québec. Même si, à la suite de la grève, le gouvernement a créé une nouvelle université francophone en commun à Montréal, UQAM, avec le réseau de l'Université du Québec et un tout nouveau programme d'aide financière aux étudiants, la grève a été perçue comme un échec. Il a été perçue comme un échec simplement parce que le résultat n'est pas venu près des attentes énormes. Même si la révolte réparties entre les pays et a commencé à ressembler à la révolution dans quelques endroits, l'explosion sociale est finalement décédé vers le bas. Ce sentiment, largement partagé parmi les militants étudiants, était sur le point d'avoir des conséquences assez désastreuses. Dans les années suivantes, de nombreuses associations étudiantes locales ont été dissoutes. Le UGEQ, dont la composition a été fondée dans les syndicats étudiants, a également disparu.

Ce n'est pas que les militants étudiants ont été massivement abandonner la lutte, mais parce qu'ils ont vu les syndicats d'étudiants comme trop bureaucratique. Ils ont estimé les syndicats freiné le militantisme étudiant et le potentiel de radicalisation. En démantelant les syndicats d'étudiants et de réorganisation dans les plus petites, des groupes politiques radicaux, ils espéraient être en mesure de construire un véritable mouvement révolutionnaire. Même si ces critiques ne sont pas totalement sans fondement, la décision de tuer les syndicats d'étudiants a été faite imprudemment et sans recul. Sans surprise, la perte des seules structures et des ressources qui pourraient mobiliser un mouvement de masse a conduit à un effondrement de l'ensemble du mouvement étudiant. Comme une conséquence supplémentaire, des pans entiers de la vie étudiante sur le campus, qui ont été construits et sous le contrôle des syndicats d'étudiants, tomba entre les mains des administrations. Évidemment pas tout le monde dans le mouvement étudiant a vu tout cela dans une lumière positive. Il a suscité un grand débat au sein du mouvement étudiant au sujet des formes d'organisation sont nécessaires. Seulement 6 ans plus tard serait le mouvement récupérer.

En 1974, le gouvernement a annoncé son intention d'introduire des tests entrée à l'université pour les étudiants francophones. En réponse, une coordination des syndicats étudiants syndicalistes ont commencé à s'organiser pour une nouvelle grève générale. Mais le gouvernement libéral a voulu éviter toute répétition des événements de 1968, en particulier sur une question qu'il ne considérait pas très important. Des négociations difficiles avec les syndicats du secteur public fait la perspective d'une confrontation avec les étudiants encore moins attrayants. Donc, il se retira tranquillement son projet d'introduire des tests, avant que les élèves ont eu très en avance dans la préparation de la grève.

Depuis le revirement du gouvernement a été annoncé comme temporaire, les étudiants ont décidé d'appuyer sur. Le sentiment d'autonomisation d'une victoire facile a incités à élargir la plate-forme de revendications de la grève à inclure des améliorations au programme d'aide financière aux étudiants. La grève s'est passe avec seulement une poignée de syndicats étudiants, mais il s'est rapidement beaucoup plus grande. Au total, 40 institutions, des cégeps et des universités, ont participé à la grève. Quatre semaines après le début de la lutte, le gouvernement a annoncé une importante série de concessions et la grève a pris fin.

Le succès de cette grève plomb, l'année suivante, en 1975, à la création d'un nouveau permanent, l'échelle du Québec, organisation étudiante syndicaliste: l'Association nationale des étudiants du Québec, ou ANEEQ. Au cours des vingt prochaines années, le débat entre les syndicats et les syndicalistes groupes d'affinité a été mis au repos. Au moment de la mobilisation étudiante importante suivante, en 1978, finit par se ANEEQ pas dans le principal syndicat étudiant, mais en fait, le syndicat étudiant et que littéralement représentant du mouvement étudiant. Plus important encore, cependant, il est resté fidèle à ses origines en participant activement promouvoir et de développer de rang et de fichier de contrôle des syndicats d'étudiants et le militantisme combatif.

L'ère du Parti québécois

Le Parti québécois a remporté les élections en 1976. À l'époque, c'était définitivement un parti progressiste. Le plus important pour le mouvement étudiant, sa plate-forme politique promis d'abolir la dette des étudiants, adopter frais de scolarité et mettre en œuvre un «pré-traitement» du programme. Il n'est pas surprenant: beaucoup de militants et d'activistes ANEEQ, qui ont connu et organisé des grèves en 1968 et 1974, ont participé à la fête. L'élection du PQ le gouvernement a créé une vague d'enthousiasme parmi la gauche toute entière. Sans surprise, cependant, cet enthousiasme fut de courte durée: la plate-forme progessive du parti a été rapidement mis de côté.

En 1978, il ya eu une scission au sein ANEEQ. D'une part, les militants plus radicaux voulaient commencer à organiser une grève générale pour essayer de forcer le PQ dans la mise en œuvre de son propre programme. Alors que de l'autre, vous avez eu des militants fidèles au parti, qui défendait une position beaucoup plus conciliante à l'égard du gouvernement, dans l'espoir de faire des progrès sur les questions par voie de négociation et le dialogue.

Bien que les deux factions étaient à peu près égale en nombre, les radicaux, les étudiants du cégep, la plupart du temps gagné une élection cruciale du leadership. A peine quelques jours plus tard, un seul étudiant rurale Cegep syndicat a lancé une grève générale. Leurs revendications: le PQ plate-forme propre élections sur l'accessibilité à l'enseignement supérieur. La grève progressivement étendu, bien que pas aussi rapide que la précédente. Après environ trois semaines, une trentaine de cégeps et une poignée de facultés universitaires étaient en grève. Comme la mobilisation semblait commencer à s'apaiser, la grande union des étudiants UQAM entrés dans la grève. Encore une fois, le gouvernement a été contraint de faire des concessions lors de la grève. Après deux annonces distinctes d'améliorations à l'aide financière aux étudiants, la grève a pris fin. En tant qu'étudiants commencé à retourner en classe mais ANEEQ a lancé une campagne d'occupations de bureaux de députés. En une seule journée, six bureaux étaient occupés.

Avec les résultats positifs de la troisième grève générale, un sentiment renouvelé d'autonomie a permis de consolider le leadership radicale de ANEEQ. Il est resté comme un symbole de la mobilisation de masse radicalisme et jusqu'à sa fin. Les partisans de la conciliation et de négociation a fini par former leurs propres organisations distinctes.

En 1981, cela s'est passé lorsque RAEU et le FAECQ sont nés. Comme brainchildren de militants péquistes dont le parti a été au pouvoir, les syndicats d'étudiants nouveaux ont été rapidement intégrés dans des appareils de l'Etat. Étonnamment, ils étaient également hostiles à toute forme de mobilisation de masse. Leur cri de ralliement était «la grève, plus jamais!".

Les années 80 a ouvert un sombre chapitre de l'histoire non seulement du mouvement étudiant, mais pour la gauche en général. C'était l'époque de l'après-référendum, crise à l'intérieur du PQ, la pire récession économique depuis la Grande Dépression, la dissolution des groupes révolutionnaires et des batailles difficiles entre le mouvement ouvrier et du PQ René Lévesque gouvernement.

International, Reagan et Thatcher a inauguré le néolibéralisme âge. L'État-providence était en voie de disparition et les politiques de privatisation et les coupes massives dans les dépenses sociales est devenue l'ordre du jour.

Les années quatre-vingt austères et la chute de ANEEQ

Au Québec, le Parti libéral a réussi le PQ en 1985. Sous la pression de son aile jeunesse, cependant, les libéraux ont promis de maintenir le gel des frais de scolarité. Ce changement de régime a de mauvaises nouvelles pour l'RAEU et le FAECQ, dont les corps ont été entièrement contrôlé par les militants péquistes. Les deux organisations ont fini par s'effondrer dans l'insignifiance. L'année suivante, en 1986, le ministre de l'Education a déclaré que le gel des frais de scolarité doit être abandonnée. Il est allé jusqu'à dire qu'il y avait "des étudiants deux fois trop nombreux au Québec».

Quelques mois plus tard, ANEEQ, après une campagne d'assemblées générales et une démonstration 5000-fort sur la colline du Parlement, a lancé une grève générale. Les principales exigences émises par GA et adopté lors d'un congrès des membres ANEEQ et non-membres, devaient forcer le gouvernement à promettre de maintenir le gel, pour sauvegarder l'université des frais accessoires et encore pour améliorer l'aide financière aux étudiants. Juste deux semaines après le début de la grève, dans lequel environ 25 syndicats ont participé, le ministre de l'éducation est sorti avec une promesse de maintenir le gel jusqu'à la prochaine élection et abandonner temporairement les frais afférents à l'UQAM. Sur la question de l'aide financière aux étudiants, il a promis une série de rencontres avec les étudiants, dont les demandes seraient "considérés".

Alors que les syndicats d'étudiants a décidé d'arrêter la grève, au moins temporairement, un certain nombre de professions de bâtiments publics ont été organisés l'année suivante pour maintenir la pression. Les mois passèrent et les réunions de négociation promises par le gouvernement n'a pas donné de résultats pour les élèves. Donc, comme une réponse, ANEEQ lancé un appel à une nouvelle grève générale pour tenter de concrétiser leurs demandes d'améliorations à l'aide financière aux étudiants. Malheureusement, la grève de 1988 étudiants n'a jamais décollé.

Le Parti libéral a continué à être réélu, et en 1990, ils ont annoncé une hausse des frais de scolarité grand frais, les ramenant de 500 $ par année à plus de 1200 $. Dans le même temps, il a donné aux universités le pouvoir d'augmenter ces frais jusqu'à concurrence de 10%.

Une fois de plus, les syndicats d'étudiants ANEEQ a déclenché des plans pour une grève générale. Pendant la campagne de grève, le gouvernement martelé sa justification pour la randonnée en disant que mieux l'aide financière (prêts plus importants disponibles) compenserait les effets de la hausse sur les étudiants les plus démunis. Dans le même temps, le bon étudiant se sont organisés. Un groupe de syndicats d'étudiants du cégep opposé à la grève formé la FECQ et se sont alliés avec un autre récemment formé fédération étudiante à l'université, la FEUQ. Comme les successeurs du pro-PQ, RAEU et FAECQ les deux organisations a favorisé une stratégie de lobbying pour l'essentiel. Leur hostilité à la mobilisation de masse a marqué une nouvelle rupture avec l'héritage du mouvement étudiant du syndicalisme.

Malheureusement, la tentative de 1990 à construire une grève générale des étudiants a été un échec retentissant. Trois ans plus tard, tiré vers le bas par des luttes internes intenses, ANEEQ a été dissoute.

Pour les six prochaines années, FECQ FEUQ et aurait le champ libre au cours du mouvement étudiant, ce qui leur permet amplement de temps et d'espace pour inscrire une tranche non négligeable des syndicats étudiants locaux. L'étudiant a quitté ne se réorganiser autour de l'opposition aux réformes fédérales Axworthy en 1994. Les réformes proposées verrait les transferts aux provinces pour la santé et l'éducation réduit.

Renouvellement du syndicalisme étudiant

Des initiatives communes entre quelques syndicats étudiants locaux (organisation de manifestation, un comité de mobilisation et d'un journal étudiant radical) éventuellement conduire à la formation de la Mouvement pour le droit à l'éducation (Mouvement pour le droit à l'éducation), ou MDE.

En 1996, Pauline Marois, le ministre péquiste l'éducation à l'époque, a annoncé une hausse des frais de scolarité des étudiants universitaires et collégiaux de frais annexes. Le MDE a mené un mouvement de grève générale que les syndicats affiliés à la FECQ et la FEUQ a finalement rejoint. Après environ trois semaines de grève, Marois a annoncé qu'elle abolirait plans pour partir en randonnée les frais, mais avec une prise. Elle mettrait en œuvre un «taxe à l'échec" nouveau sur les étudiants, (une forme de taxation sur les étudiants qui échouent classes) une mesure proposée à elle par la direction de la FECQ! Ce déménagement a été immédiatement considérée comme une trahison par les militants radicaux et de rang et de fichiers qui ont aidé à construire le mouvement qui a arrêté la hausse des frais de scolarité. Beaucoup de gens étaient convaincus que la force de la mobilisation aurait réussi à se débarrasser de la hausse des frais de scolarité, et que le compromis était un geste délibérément décidé d'interrompre la grève rapidement et aider à la FECQ obtenir plus de crédibilité aux yeux de l' gouvernement.

Même si cette victoire aigre-douce consolidé la motivation de l'élève gauche pour garder l'organisation, le MDE a eu un moment difficile échapper à la marginalité et de gagner beaucoup de membres. Il est mort au large en 2000.

Cependant, malgré son adhésion relativement faible, le MDE et laissait vivantes des idées radicales et pratiques. Son existence entière s'est fondé sur la nécessité de se méfier des dirigeants, le rang et de fichier et le syndicalisme d'action directe. Par exemple, dans l'année qui suit la grève de 1996 et l'accord de la FECQ-FEUQ trahison des dirigeants avec le gouvernement péquiste, le MDE continuera d'organiser des manifestations et des occupations, exigeant une augmentation substantielle du salaire minimum, une semaine de travail de 32 heures ainsi que de santé gratuits et de qualité des systèmes d'éducation. En tant que tel, MDE contribué à préserver le syndicalisme combatif et de s'opposer corporatisme lobbyiste FECQ-FEUQ.

La prospective que la FECQ et la FEUQ tient à nouveau dominer la scène et que le mouvement étudiant va progressivement se distancier de son patrimoine comme une force combative et démocratique était trop juste difficile à accepter pour beaucoup de militants impliqués dans la grève de 1996 et l'anti- mouvement de mondialisation au tournant du siècle. Donc, dans l'espoir d'aider le retour mouvement étudiant à son ancienne gloire, en 2001, plusieurs syndicats d'étudiants radicaux historiquement locales ont décidé de s'unir sous la bannière de l'Association pour juin syndicale Solidarité, qui se traduit à peu près à l'Association pour la solidarité entre les syndicats d'étudiants. (Soit dit en passant, l'acronyme, l'ASSÉ, en français, c'est un jeu de mots pour «assez»).

Cette vue d'ensemble de la naissance du mouvement étudiant au Québec, 1968, les premiers syndicats d'étudiants syndicalistes, les batailles des années 70, '80 et '90 devrait donner une idée de là où la grève de 2012 est. À ce stade, il est probablement clair qu'il ya beaucoup plus à l'origine de la grève au Québec que la spontanéité pure.

Par ailleurs, il est intéressant de noter que toute grève des étudiants a été un tournant majeur dans le développement du mouvement étudiant. Après '68 syndicats d'étudiants ont été détruites, celui de '74 a donné lieu à ANEEQ, en 78, nous avons vu une nouvelle faille entre les radicaux et les lobbyistes, après le succès en 86 les lobbyistes ont perdu du terrain, l'échec de '88 ANEEQ divisé et la suite d'une autre grève a échoué dans '90 aidé les fédérations étudiantes lobbyistes s'établir de façon permanente.

Mouvement étudiant du Québec tel qu'il existe aujourd'hui a été essentiellement marquée par la masse, de la politique et syndicaliste collectives de type et d'action.

Et pourtant, le mouvement étudiant n'est pas homogène, loin de là. Cette grève générale majorité du printemps dernier au Québec a donné l'impression d'un front uni des trois principaux syndicats d'étudiants: ASSÉ, FECQ et la FEUQ. Sous le battage médiatique, les relations entre ces organisations est beaucoup plus complexe - et caustique - images que des manifestations étudiantes unitaires conduit sur. Mais ce n'est pas un conflit paroissiale: c'est une question de désaccords fondamentaux sur des éléments des deux pratiques et perspectives politiques.

Avant adressage cet aspect, il est intéressant de regarder de plus près l'histoire de l'ASSÉ. (ASSÉ est le syndicat étudiant l'échelle du Québec qui a créé CLASSE en s'ouvrant aux syndicats non affiliés à se joindre temporairement). Ceux qui ont suivi la grève de plus près savons déjà que ça a été la force principale, le principal protagoniste de cette lutte. Obtenir une compréhension de l'histoire ASSÉ est essentielle pour mieux comprendre les origines de la grève.

Une brève histoire de l'ASSÉ

Sur l'année 2001. La «taxe à l'échec", héritée des rapports de la FECQ durant la grève 1996, prenait son péage sur les étudiants. Une coalition de syndicats indépendants locales d'étudiants formés autour du projet de lancer une campagne pour l'abolition de cette taxe. Ici, quelques choses ont commencé à travailler en faveur de la création d'une union nouvelle syndicaliste étudiant.

Tout d'abord, il est rapidement devenu évident de savoir comment travailler en dehors des structures officielles d'une organisation pesé sur les efforts d'organisation de la campagne. Comment sont les coûts à partager? Comment les ressources de chaque association mis en commun? Qui suivra les progrès général entre les réunions? etc

Deuxièmement, alors que les syndicats étudiants étaient convaincus qu'ils seraient en mesure de susciter un mouvement d'opposition non négligeable (la taxe à l'échec était vraiment détesté), il y avait préoccupation spécifique concernant la FECQ. Comme le groupe qui a décidé de la taxe à l'échec en premier lieu, les syndicats craignent que cela pourrait affecter le mouvement lui-même et l'utiliser pour négocier un autre résultat pourrie contre la volonté du rang et de fichier.

Finalement, ces préoccupations ont été confirmées lors de la FECQ, qui ne participe pas à des mobilisations du tout, négocié «contrats de performance» des étudiants en échange d'un dumping de la taxe à l'échec. En dehors du mouvement étudiant, il y avait le contexte politique plus large. Dans les années 1990 la première moitié de la décennie a été dominée par la question de la souveraineté, qui a précédé le référendum de 1995.

Mais la seconde moitié de cette décennie a vraiment donné le ton. L'obsession du PQ avec déficit zéro a entraîné des réductions de près de 2 milliards de dollars dans la seule éducation. En 2000, lors d'un "Sommet de la jeunesse du Québec», le gouvernement a accepté de ré-injecter des fonds publics dans l'éducation, mais dans des conditions à mettre en œuvre une série de réformes inspirées par néolibérales, politiques de libre marché. Il a été baptisé «plan Legault» après ministre du PQ de l'éducation.

Au niveau mondial, les négociations par les Etats pour une multitude d'accords commerciaux internationaux sur les capitaux et les services souligné une nouvelle ère de la mondialisation du capitalisme. Rapports et enquêtes sur ces négociations ont montré à quel point les États occidentaux étaient prêts à aller à l'autonomisation du capital contre les personnes. Dans le même temps, le sommet de l'OMC à Seattle a révélé l'ampleur de la résistance populaire.

Des événements similaires qui s'est passé à Washington, Gênes et la ville de Québec lors du Sommet des Amériques en 2001. ASSE premiers activistes ont été plongés dans le mouvement anti-mondialisation. Dans les premiers mois de l'ASSÉ, il a rebaptisé sa campagne contre le «plan Legault» comme une «campagne contre le pilotage de l'éducation par les lois du marché». Ce faisant, il manifeste un rejet de la conception étroite et parcellaire des politiques éducatives de l'État. Au lieu de cela en mettant en évidence le rôle de "lois du marché", il a cherché à lier les différentes réformes mises en œuvre dans les cégeps et universités et il a également lié ces changements à la dynamique des accords commerciaux internationaux et de la mondialisation capitaliste.

Même si c'était le départ pour un bon début, la campagne s'est essoufflée. A ce stade, l'ASSÉ était assez petite et n'avait qu'une douzaine de syndicats affiliés. Il a ensuite décidé de se concentrer sur l'opposition à l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). La campagne se sont ralliés aux étudiants partout dans le mouvement étudiant. Comme il l'a fait, il a forcé les fédérations, FECQ FEUQ et de répondre à leur propre campagne environnante ALENA. Mais ils ne pouvaient se résoudre à obtenir avec un radical anti-ALENA ordre du jour, donc ils se sont installés sur une demande corporatiste et responsable du «Non à l'inclusion de l'éducation dans l'ALENA".

Lors d'une réunion importante des syndicats étudiants locaux de tous les affiliations, seule une infime partie a décidé de suivre la campagne des fédérations étudiantes »alors que la grande majorité se sont ralliés à l'ASSÉ et un rejet clair de l'ALENA. Le 31 Octobre 2002, 10 000 personnes ont participé à un mars de Montréal contre l'ALENA.

Dans les premières années d'existence de l'ASSÉ, ses luttes étaient sur la dynamique globale sur laquelle le mouvement étudiant avait très peu de grappin. La lutte contre l'ALENA n'était pas en mesure de susciter une mobilisation en dehors du mouvement étudiant. Alors que le mouvement anti-guerre contre 2003 l'intervention en Irak a eu un caractère populaire depuis sa création, les syndicats étudiants ne sont pas en mesure de souligner les objectifs politiques spécifiques qu'elle pourrait œuvrer en faveur. Quand il a abordé le phénomène du «pilotage de l'éducation par les lois du marché», il faisait campagne contre rien de moins que la vaste restructuration néolibérale de l'éducation, qui, dans le même temps, devenait rapidement une réalité.

Néanmoins, l'ASSÉ était encore capable de construire sa base de soutien parmi les étudiants. Dans le cadre de la vaste opposition à des sommets internationaux (ALENA, OMC, G8, G20 ...), le corps étudiant a répondu avec enthousiasme aux appels à la mobilisation. Grâce à l'expérience de ces premières luttes, les militants ASSE ont pu développer une vision politique ouvert et une meilleure
compréhension des questions.

Un nouveau cadre de pensée fait son chemin dans le mouvement étudiant: les racines de nos jour le jour les problèmes, y compris dans l'éducation, n'a pu être trouvée dans l'économie internationale - et plus particulièrement dans la relation qui monte entre les populations humaines et des capitaux. En 2003, toutefois, l'accent est passé de l'international au local avec l'élection d'un nouveau gouvernement libéral et de ses plans pour la «réingénierie État». Ce fut un choc pour les groupes syndicaux et communautaires utilisées pour l'approche en douceur du PQ de la concertation. Les libéraux n'ont pas perdu de temps dans la mise en œuvre des réformes anti-sociales, y compris dans l'éducation. ASSÉ a lancé un appel à la grève générale en 2003 contre une hausse des frais accessoires, mais il n'a pas réussi à obtenir plus de quelques syndicats à bord.

Les leçons tirées de cette campagne est bien pratique quand l'année suivante, en 2004, le gouvernement a annoncé une réforme de l'aide financière aux étudiants, la conversion de 103 millions de dollars de bourses en prêts. ASSÉ a réagi en organisant une large consultation des assemblées générales des étudiants dans le but de construire une plate-forme de revendications et de commencer à construire l'élan vers une action de grève.

Tours de cégeps et d'universités ont été organisés, ainsi que la distribution massive de matériel appelant à la grève, des manifestations et même des occupations de bureaux de députés. Parce qu'il était conscient qu'un mouvement de grève réussie devrait nécessairement inclure d'autres syndicats étudiants non affiliés, l'ASSÉ a commencé à planifier une coalition grève étudiante. Les fédérations étudiantes, FECQ FEUQ, et a adopté une attitude attentiste et voir l'approche de la grève. Alors que les militants ASSE étaient occupés à travailler à mobiliser les étudiants sur les campus à travers la province, FECQ FEUQ et se sont contentés de "représentant" les intérêts des étudiants lors des réunions du Parti libéral et du "Sommet des générations» orchestrée par le gouvernement.

Pour ajouter l'insulte à l'injure, le jour de la grève générale a été lancé en Février 2005, ils sont allés au dossier en déclarant que ce n'était pas le moment approprié pour la mobilisation des étudiants et qu'ils n'avaient pas l'intention de se joindre à la grève. En fait, depuis le ministre de l'éducation avait été remplacé quelques semaines plus tôt, ils ont voulu «lui donner une chance".

Eh bien, le mouvement étudiant n'était pas d'accord. Dans les deux semaines plus de 70 000 étudiants étaient en grève au Québec, y compris certains syndicats étudiants affiliés à la FECQ FEUQ et. Les deux fédérations ont été forcés de participer à la grève ou le risque ayant des problèmes graves de représentation ...

C'est volte-face s'est avéré être une bénédiction mitigée. Alors que la grève poursuit son expansion dans les semaines suivantes, la question des négociations a été soulevée. Après une réunion de l'ASSÉ coalition négociations comité de grève, le ministre de l'Education a déclaré qu'il ne poursuivrait pas la poursuite des négociations avec le groupe d'étudiants devant elle renonçait à la «violence».

Bien sûr, ce qu'il voulait que les syndicats d'étudiants à renoncer à la profession était en fait des bureaux, des manifestations tapageuses et les blocages. En d'autres termes, les seuls outils à la disposition des étudiants effectivement perturber le statu quo et forcer le gouvernement à négocier. La question était de créer beaucoup de débats parmi les assemblées générales et les réunions de la coalition grève, mais à la fin, en partie à cause de l'implication des anarchistes et d'autres militants étudiants radicaux, la coalition a maintenu son engagement au militantisme combatif.

Les fédérations étudiantes, d'autre part, immédiatement renoncé à la violence et a entamé des négociations avec le gouvernement fermées. A cette époque, la coalition grève ont représenté environ un tiers de la circulation, mais aussi les plus longues syndicats en grève, de sorte que le mouvement a suscité beaucoup de mécontentement, même parmi les rang et de fichier des fédérations étudiantes, dont certains lancé un appel à leurs dirigeants à cesser de négocier en l'absence de délégués de la coalition grève.

Cinq semaines après la grève, les dirigeants de la FECQ FEUQ et annoncé un accord pour mettre fin au conflit. Cet accord serait de voir les coupes inversées, mais en partie seulement depuis quelques années, avec la totalité du montant réinvesti plus tard. En sapant l'unité et la détermination du mouvement, le mouvement a réussi à mettre un terme à la grève, les syndicats les plus résistants se terminant à la grève après la septième semaine. Dans une grande partie en raison de l'insistance de l'ASSÉ, cependant, que dans l'intérêt du maintien d'un contrôle démocratique du mouvement, tous les résultats des négociations soient mis aux voix, un grand nombre d'assemblées générales ont rejeté l'accord, tout en votant en même temps fin à la grève.

Il y avait beaucoup de colère à FECQ FEUQ et dirigeants pendant et après la grève. Un grand nombre d'étudiants de tous les coins du mouvement étudiant ont estimé qu'ils gaspillé plus grande mobilisation du mouvement jamais. Non seulement cela, mais la lutte a fait le clivage politique entre les deux pôles du mouvement évident.

FEUQ finalement payé un prix élevé. Entre 2005 et 2007, trois syndicats du campus importantes quitté la fédération, y compris le syndicat étudiant de premier cycle de McGill énorme. Comme c'est souvent le cas lorsque des chapitres de lutte arrivera à son terme, la grève 2005 a laissé des sentiments mitigés de la victoire et la défaite. Victoire, pour sa part, en raison de la grève qui s'est passé, parce qu'il a grandi dans la plus grande grève étudiante de l'histoire et parce que sa puissance était suffisante pour forcer le gouvernement à faire une concession, si minime. Mais la défaite aussi, parce que la coalition grève construit autour de l'ASSÉ n'était pas assez forte pour empêcher FECQ FEUQ et de s'approprier le mouvement et le gaspillage de la mobilisation en échange de concessions minuscules.

Même si les libéraux ont accepté à réinvestir une certaine quantité dans l'aide financière, la prochaine étape pourrait pas être plus clair: une hausse des frais de scolarité à l'université. Ils n'ont pas attendu cinq ans, jusqu'en 2012, pour le faire, si ... Ils ont abandonné l'annonce officielle en 2007: une hausse de 30%, étalée sur cinq ans, avec une hausse plus loin sur la route en 2012.

Malheureusement, 2007 a été un chapitre beaucoup moins glorieux que 2005. ASSÉ a pris une position audacieuse de lancer une grève générale à la demande principale de la scolarité gratuite, rien de moins. Pas plus que juste une poignée de syndicats d'étudiants a obtenu un mandat de grève. Le fait de ne pas bloquer la hausse en 2007 a été un coup dur, mais comme le mouvement étudiant au Québec a montré, il possède une capacité à évoluer, d'apprendre de ses erreurs et faire mieux.

Beaucoup de choses différentes ont été soulignés comme ayant contribué à l'échec. Bad dynamique interne de l'ASSÉ, pas assez de mobilisation fait sur les campus, le matériel n'ayant pas été assez solide ... L'élément le plus significatif cependant, aurait pu être un mauvais calcul politique d'avoir appelé à la grève générale des étudiants sur la base des frais de scolarité. D'une certaine manière c'était une pause nous ne pouvons pas m'empêcher de remarquer que les luttes les plus importantes et les plus réussies ont été donnés des ensembles de buts réalistes et immédiates. En 68, vous aviez la demande de la démocratisation de l'enseignement supérieur, dans les années 70 et 80 étudiants se sont battus pour une aide financière adéquate et contre les hausses des frais de scolarité, etc. C'est grâce à ce genre d'objectifs que le mouvement est capable de mobiliser et de grandir.

Une partie du succès du mouvement étudiant au Québec est basé sur une capacité à communiquer avec les préoccupations des étudiants réguliers, de parler de leur journée à l'expérience quotidienne, alors que dans le même temps être capable d'articuler tout cela à une politique plus large analyse qui cherche à résoudre les problèmes à leur racine.

Les syndicats étudiants sont pertinentes

Tout au long de l'histoire du mouvement étudiant au Québec, la tendance syndicaliste soutient que les élèves ont besoin de se syndiquer. C'était vrai à l'époque, et c'est encore vrai aujourd'hui.

Pour sûr, les étudiants ne forment pas une classe homogène de la même manière les travailleurs font. Dans tous les campus donné, les élèves ayant un fond très riche peut côtoyer d'autres personnes qui peuvent à peine joindre les deux bouts. Mais en dépit de différents milieux socio-économiques, les étudiants ne forment une communauté et ils ont un certain ensemble d'intérêts communs, indépendamment de leurs opinions politiques, philosophiques ou religieuses.

Principalement, il ya la question de l'accessibilité à l'éducation. Avec les frais de scolarité en constante augmentation, les étudiants étant poussé plus profondément dans la dette, étant forcé dans des emplois précaires pour survivre, le rêve de l'enseignement supérieur est en train de devenir un cauchemar. L'écart entre le mythe de l'égalité des chances et la réalité de ce mensonge devient plus profond. Il ya aussi les questions de la qualité de l'éducation, en termes de ratio élève-enseignant, par exemple. Accès à l'équipement approprié étude: les bonnes librairies, espace d'étude, etc

Il est également préoccupé par l'influence des entreprises sur le contenu des cours et la façon dont les programmes sont structurés, pour ne pas mentionner l'orientation des recherches de plus en plus vers les besoins des grandes entreprises alors que la recherche fondamentale (qui ne dessert pas les profits de l'industrie) est progressivement abandonné. Ce sont toutes des questions qui peuvent cimenter soutien pour les syndicats d'étudiants.

Dans le même temps, beaucoup d'étudiants sont vraiment très impliqué dans différents types de groupes sur les campus publics tels que les groupes de recherche d'intérêt. Ils font beaucoup de travail dur et ils abordent les questions importantes. Mais ce genre d'organisation n'est pas un substitut pour les syndicats d'étudiants. Les groupes politiques seuls ne peuvent pas espérer bâtir un mouvement de même nature que nous avons vu au Québec parce que leur but est tout simplement de ne pas construire l'unité entre les étudiants.

Combatif syndicalisme

Maintenant, bien sûr la plupart des campus ces jours-ci ont déjà une certaine sorte de structure de dirigée par des étudiants. Alors, évidemment, ce n'est pas suffisant pour les élèves à s'organiser en syndicats. Il existe différents types d'unions et il ya unionisms différents aussi.

Le succès de la grève étudiante est un produit d'un certain type de syndicalisme que l'on appelle «combatif syndicalisme». Dans le contexte du Québec, ce n'est pas quelque chose d'imaginé ou rêvé par des universitaires par des étudiants de relations industrielles. Combatif syndicalisme est la stratégie explicite, et un ensemble de pratiques, promu par la tendance syndicaliste dans le mouvement étudiant. En un mot, il appelle à la démocratie, les syndicats combatifs et autonome. C'est ce qui est fait de CLASSE.

Démocratie

Tout d'abord, le syndicalisme combatif dit un syndicat devrait être géré par ses membres, par ses membres, et la seule façon de le faire est de pratiquer la démocratie directe. C'est un rejet clair de la démocratie représentative. Lorsque des désaccords et des luttes sont médiés par des dirigeants qui peuvent agir sans le soutien de la base ou de la consultation, c'est inévitablement les intérêts des autorités qui sont servis, et non les membres.

L'outil fondamental de la démocratie directe est l'assemblée générale. Ce n'est que dans les assemblées générales tout le monde peut exprimer ses idées sur un pied d'égalité, et où ces voix peuvent produire des décisions collectives qui sont ensuite contraignants pour l'ensemble du syndicat. Ces réunions sont importantes car elles permettent aux élèves de s'engager mutuellement et développer les capacités de réflexion et d'esprit critique.

Le pouvoir des conseils d'administration est expressément limitée à la mise en œuvre des décisions des assemblées et l'exécution des opérations au jour le jour de l'union. Les syndicats qui pratique le syndicalisme combatif aussi un minimum de bureaucratie. Employés rémunérés ne sont pas un substitut à la participation anémique dans les structures de l'union et au lieu de régler le problème, il ne fait que rendre permanente (ASSÉ a toujours eu un employé). Relations avec les administrations ou les autorités supérieures ne se fonde pas sur le pouvoir de représentation, mais sur la délégation. Les délégués ont un mandat clair des positions à défendre et n'ont pas le pouvoir d'accepter tout compromis.

L'information est également essentielle pour une démocratie saine, si les syndicats combatifs compter sur les médias alternatifs et autonomes pour informer leurs membres. Que ce soit à travers ses affiches, tracts ou des journaux, un syndicat combatif va utiliser les moyens à sa disposition pour faire de nouvelles pertinentes à la disposition des étudiants et les utiliser comme des occasions d'interagir directement avec eux et de les faire participer. Dans la même veine, la même transparence, à tous les niveaux de l'organisation est aussi réel que possible.

Combativité

L'idée de base combative deuxième syndicalisme, est, ainsi, la combativité. Ses tactiques militantes découlent d'une compréhension que, contrairement à ce que l'idéologie dominante qui nous fait penser, l'Etat n'est pas une institution neutre où tous les secteurs de la société ont un statut égal. En réalité, l'État est un outil dans les mains des intérêts privés et complètement soumis par le pouvoir de la finance. En conséquence, nous ne pouvons jamais espérer faire honte ou de convaincre le gouvernement d'accepter la demande des étudiants.

C'est pourquoi le syndicalisme combatif, grâce à la mobilisation de masse et la force du nombre, cherche à se construire comme une permanente contre-pouvoir qui peut forcer la satisfaction de la demande des étudiants.

Le type de tactiques qu'il met en avant sont le reflet des syndicats eux-mêmes: par leurs membres et de leurs membres. En d'autres termes, l'action directe.

Nous devons rejeter l'idée que l'action directe est nécessairement violent ou destructeur. À la base, l'action directe est sur le rang et de fichier étant à la pointe de tous les aspects, et non des représentants ou des politiciens. Dans l'esprit de combativité syndicalisme, cependant, des actions directes doivent aussi être des actions de masse. La seule façon de le faire est de prendre en compte l'état général de conscience parmi les membres des syndicats et de leur engagement dans le mouvement. En ce sens, les assemblées générales doivent avoir le plus grand rôle dans le débat et l'orientation tactique.

Combatif syndicalisme est aussi un refus de confiner les méthodes de protestation aux limites de la légalité. Cela découle de ses idées sur la nature de l'État. Si l'État est un instrument entre les mains de quelques-uns, il est logique que les lois de l'État sont également conçus pour les protéger. Mais il ne fait pas l'illégalité en dogme soit, mais seulement que les différents types d'actions disponibles à la circulation doivent être jugés en fonction de leur mérite propre et de leur utilité pour la cause, pas si oui ou non ils sont sanctionnés par le système juridique. En conséquence de tout cela, un mouvement basé sur le syndicalisme combatif sera allier les deux méthodes courantes de protestation comme des rassemblements, des marches et des grèves, des actions plus vigoureuses comme les professions et les blocages.

Autonomie

L'idée de base du tiers de syndicalisme combatif sur l'autonomie.

Dans l'intérêt de la prévention de l'aliénation de sa propre organisation par et pour ses membres, les syndicats combatifs nécessité de promouvoir et de concrétiser leur autonomie à l'égard des groupes étatiques et politiques. Autonomie par rapport aux structures de l'Etat parce que les étudiants n'ont pas à gagner quelque chose de significatif en participant, en particulier lorsque la nature de leurs demandes à l'encontre des intérêts qui contrôlent l'État.

Cela se traduit aussi un rejet de la participation aux sommets et aux consultations, notamment parce que ces événements sont toujours utilisés pour légitimer les décisions futures du gouvernement qui vont à l'encontre de la politique du mouvement étudiant.

Autonomie aussi en ce qui concerne les groupes politiques et les partis politiques. Tout parti politique qui comprend aussi une partie de ses besoins de certains programmes du mouvement étudiant, une fois au pouvoir aurait inévitablement faire face à une politique de compromis qui sont souvent caractéristique du régime parlementaire. En tant que tel, la position politique d'un parti issu de revendications du mouvement étudiant est toujours sujette à être abandonnée au nom du réalisme politique. Un certain nombre d'exemples historiques le confirment.

Féminisme

Ce sont les trois idées fondamentales de combativité syndicalisme, qui ont fait partie du mouvement étudiant depuis le tout début.

Nous espérons, à travers les décennies, ces idées ont été enrichies et l'un des moyens est qu'ils ont été par l'incorporation de la pensée féministe et les pratiques.

Il est souvent évident, que ce soit dans des groupes radicaux ou des organisations de masse telles que les syndicats, que les voix des femmes ne sont pas entendue autant qu'à celle des hommes ou que plus d'hommes ont tendance à s'impliquer de manière à les amener sous le feu des projecteurs, tandis que la participation des femmes est souvent beaucoup plus invisible.

Féministes militantes du mouvement étudiant ont travaillé sans relâche au fil des ans, souvent l'objet de critiques beaucoup de leurs camarades hommes, d'intégrer l'analyse féministe des questions liées aux étudiants et à institutionnaliser les pratiques féministes dans le mouvement.

Aujourd'hui, ce travail est le plus visible, par exemple, par l'existence de comités de femmes dans l'ASSÉ et certains syndicats étudiants, la règle commune de l'alternance entre les femmes et les haut-parleurs des hommes dans tous les types de réunions, ainsi que l'intégration d'une équipe de contrôle de Vibe " "que garder un œil sur les tensions et les hostilités et appeler les participants quand ils utilisent un langage stéréotypé.

Conclusion

De toute évidence, malgré les meilleurs efforts de mes synthèse, des progrès restent à dire sur les questions soulevées dans cet article.

Beaucoup de périodes importantes de l'histoire du mouvement étudiant, comme l'année 1982, lorsque les syndicats ont riposté contre legalislation encadrant les syndicats d'étudiants, sont pertinents pour comprendre les défis auxquels font face les syndicats d'étudiants aujourd'hui.

Cette histoire de la grève de 2012 elle-même, qui n'est pas adressée à tous, reste aussi à écrire.

Et enfin, beaucoup plus peut être dit sur les principes et les au jour le jour les pratiques de syndicalisme combatif dans les syndicats d'étudiants du Québec. Bien que ces ont été adressées lors de la tournée de conférences avec le public, cette partie essentielle est absente de la trace écrite.

Mon espoir est que d'un site web à venir, qui je travaille sur le long avec plusieurs camarades de la grève des étudiants 2012, intitulé «Comment nous avons gagné la lutte des frais de scolarité», sera adress ces aspects de manière plus satisfaisante. Restez à l'écoute, il sera officiellement annoncé dans la section commentaire de cet article bientôt!

Sources

Benoit Lacoursière, Le Mouvement étudiant au Québec de 1983 à 2006, Montréal, Sabotart Éd., Coll. «Mémoire & Luttes», 2007, 179 p. (Lien)
Jean-Philippe Warren, Une douce anarchie - Les années 68 au Québec, Montréal, Boréal, 2008, 311 p. (Lien)
Pierre Bélanger, Le mouvement étudiant québécois: fils dépassé, APPR SES et SES Luttes, Montréal, ANEQ, 1984
Benoit Marsan, le syndicalisme étudiant Pourquoi? (Lien)
Recueil de textes sur l'histoire du mouvement étudiant (lien)
Le syndicalisme étudiant de combat (lien)

Cette visite conférence a été rendue possible par le travail de:
* Lutte Praire
* Common Cause
Union communiste libertaire *
Edmonton IWW

* Groupes membres Anarkismo
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center