(fr) Italie (en)

Freedom Press (freedom@tao.ca)
Thu, 26 Jun 1997 22:32:10 +0000


A AA AAAA The A-Infos News Service AA AA AA AA INFOSINFOSINFOS http://www.tao.ca/ainfos/ AAAA AAAA AAAAA AAAAA

EXTRAIT DE LE MONDE LIBERTAIRE -------------------------------

MARDI 3 JUIN 1 997, de violents heurts ont oppose' pendant pres de deux heures les forces de l'ordre et une centaine de per sonnes, membres du Melting dei Centri Sociali . del Nord-Est, lyce'ens et quelques militants de Rifondazione Comunista. Ces derniers s'e'taient regroupe's a Mestre, la partie continen tale de Venise, devant le tribunal ou se tenait la premiere journe'e d'audience pour les huit se'cessionnistes qui ont occupe' le 9 mai dernier le campanile de San Marco (Venise) afin de revendiquer la se'cession et la cre'ation du nouvel E'tat de la " Serenissima Veneta".

Les raisons de cette pre'sence devant le tribunal e'taient multiples. Si en France et plus ge'ne'ralement a l'e'tranger, la prise du campanile de Venise a e'te' pre'sente'e comme une ope'ration organise'e par huit fanatiques se'cessionnistes isole's et de'pourvus de conscience politique, la situation dans ce territoire du Nord-Est, et ce sans catastrophisme, devient plus que pre'occupante. Elle pourrait etre analyse'e comme la volonte' de diffe'rents groupes politiques de droite et d'extreme droite de de'velopper un phe'nomene de "croatisation du Nord- Est ".

Voyons qui sont ces forces. La pre'sence militante et la force e'lectorale de la Lega Nord (parti ne' a la fin des anne'es 70 justement en Venetie -La Liga Veneta- et qui de'sormais couvre l'ensemble du nord de l'Italie) ont eu pour re'sultat que l'ide'e de la se'cession s'est largement de'veloppe'e au sein de la population.

Cette volonte' de se'paratisme est base'e sur le refus de payer les divers impots et taxes a l'E'tat central de Rome, sur la haine du " Me'ridional " qui profiterait de la richesse produite par le Nord, sur l'affirmation de l'existence de la Padanie (re'gion qui recouvrirait la plaine du Po) et de son peuple et enfin sur un projet politico-e'conomique ne'olibe'ral. Il va sans dire que la Lega Nord de'veloppe un discours non seulement raciste envers les "me'ridionaux" mais bien e'videmment contre les immigre's issus aussi bien du Sud du monde que de l'Est europe'en. Ce discours revendique donc l'e'goisme e'conomique (" nous sommes riches et en aucun cas nous ne voulons partager notre richesse "), la haine raciale et l'appartenance a une patrie et a un peuple.

Au cours du mois de mai, la Lega a organise' un re'fe'rendum populaire sur la question de la se'cession et, le 14 septembre prochain, a Venise, Bossi proclamera unilate'ralement l'inde'pendance de la Padanie. . . La re'action de la Lega Nord a la prise du campanile, par la voix de son chef et tribun, U. Bossi, a e'te' dans un premier temps de se de'solidariser de l'Armata della Serenissima affirmant que la Lega veut obtenir la se'cession par la voie de'mocratique. Dans le meme temps, U.Bossi a attaque' le gouvernement italien et l'E'tat en les accusant d'avoir fomente' cette ope'ration afin de discre'diter le peuple " padano " et son juste de'sir se'cessionniste. Actuellement la Lega, tout en continuant a revendiquer la voie de'mocratique pour obtenir la se'cession, exige que les huit soient juge's pour leurs actes, la simple prise du campanile, et non pour leurs intentions et leurs de'clarations se'cessionnistes et affirme qu'en cas contraire Rome de'montrerait une fois de plus sa haine contre le peuple " padano ".

L'" Armata della Serenissima ", d'apres les premieres investigations policieres et judiciaires, ne se re'sume pas a ces huit personnages. Il s'agit d'un re'seau pre'sent dans tout le Veneto. Un fourgon transforme' en blinde' a e'te' trouve' ainsi que de nombreuses armes tout comme de nombreux fonds financiers. Outre le fait d'avoir de'dare' le 9 mai dernier la cre'ation de la " Serenissima ", ils ont pre'sente' les dix points de la Constitution du " nouvel E'tat " lesquels affirment la notion de la race " padana " et de sa purete', interdisent la pre'sence de " non-padani " dans des fonctions relevant de l'E'tat, tout comme les mariages mixtes afin de conserver la race, et annoncent un controle drastique des flux migratoires.

La LIFE, organisation socio-professionnelle regroupant artisans, commerc,ants et patrons de PME-PMI, depuis quelques anne'es revendique et pratique la fraude fiscale afin de lutter contre le pouvoir romain, conteste et refuse l'application du droit du travail et le droit a la pratique syndicale. La LIFE s'est cre'e'e afin de remplir l'espace politico-social laisse' par l'institutionnalisation de la Lega et son choix pour une voie de'mocratique. Elle a ainsi pu repre'senter l'aile plus radicale de la Liga Veneta et de l'Unione del Popolo Veneto aussi bien par son discours ultralibe'ral que par ses pratiques (la LIFE organise des ope'rations qui bloquent les controles fiscaux dans les entreprises). En outre elle s'est prononce'e et a agi (cre'ation de rondes) contre l'installation de camps pour re'fugie's lors de la guerre en ex-Yougoslavie, refusant l'ide'e de solidarite' et affirmant que l'argent public devait etre mis a la disposition de ceux qui cre'ent la richesse.

Juste apres la prise du campanile de Venise, la LIFE a publiquement soutenu les membres de la " Serenissima Armata ", les qualifiant de " vrais patriotes ", organisant des comite's de soutien et re'coltant les fonds ne'cessaires a leur de'fense. Ils exigent la libe'ration sans condamnation des huit. Enfin, les groupes ne'ofascistes et ne'onazis telle Azione Giovani, qui sont les fils de l'exMSI et de son ex-leader P.Rauti, dont il n'est pas utile de de'velopper le discours et les pratiques, ont adopte', a l'occasion de l'arrestation des huit de la " Serenissima ", une ligne qui pourrait sembler quasi he're'tique pour les tenants du fascisme et du nazisme. a savoir la de'fense et le soutien des se'cessionnistes. La contradiction en re'alite' n'existe pas dans la mesure o=F9 la conception d'un E'tat fort et centralise' est pre'sent dans les deux ide'ologies. Ce n'est que la dimension de l'E'tat qui change ! Eux aussi considerent les huit comme des " patriotes " dans la mesure o=F9 ils luttent contre l'E'tat actuel et affirment clairement leur attachement a la race et leur haine du cosmopolitisme.

Ce phe'nomene de recomposition politique qul s est cristallise' autour de l'arrestation et du proces des huit membres de la " Serenissima " s'est donc exprime' hier devant le tribunal de Mestre afin de re'clamer la libe'ration de leurs huit " patriotes o et rabacher leur discours ultra-libe'ral, se'cessionniste et raciste. Il faut pre'ciser que la Lega n'avait pas officiellement appele' ses militants a etre pre'sents mais hier matin de nombreuses " chemises vertes " (uniformes de la Guardia Padana de U. Bossi) s'e'taient jointes au rassemblement. Par contre il faut noter que les divers groupes ne'onazis n'ont pas respecte' leur engagement et sont reste's a la maison. La version officielle donne'e par leur chef aux me'dias, hier apres-midi et donc apres les heurts de la matine'e, pre'cisait qu'ils ne voulaient pas tomber dans le piege tendu par les " autonomes ", a savoir un conflit entre bandes. Il est vrai que ces personnages pre'ferent taper un immigre' isole' ou bien un jeune fre'quentant les Centri sociali que d'affronter les antifascistes. . .

Voila les premieres raisons qui ont porte' une centaine de personnes devant le tribunal afin de de'noncer et de s'opposer a la " croatisation du territoire ". D'autre part, leur pre'sence avait pour but d'affirmer que dans le Nord-Est de la pe'ninsule italienne existe un mouvement re'el qui refuse la se'cession sans toutefois de'fendre l'ide'e d'E'tat central.

En effet, le jeu politique actuel voudrait imposer a toutes et a tous ce choix. En effet, meme si a Rome les parlementaires sont pre'cise'ment en crain de de'finir une nouvelle Constitution qui ferait de l'Italie un pays " fe'de'ral ", leur fe'de'ralisme n'est que la concentration des pouvoirs aux mains de macro-re'gions, d'ailleurs toujours sous tutelle d'un pouvoir centralise', renforce' par un semi-pre'sidentialisme " a la franc,aise ", ou bien (le choix n'est pas encore fait) d'un pouvoir fort aux mains du pre'sident du Conseil.

Ainsi il e'tait dair pour les participants a cette initiative, hormis les membres de Rifondazione qui soutiennent inconditionnellement l'ide'e d'unite' italienne, que le discours a porter devant le tribunal e'tait celui du " fe'de'ralisme des communes " base' sur l'autogestion et la solidarite'. Le ff municipalisme ge're' par le bas " appara=EEt donc aujourd'hui comme le modele a revendiquer, cela n'ayant aucun rapport avec le localisme. En effet, le conoept de solidarite' permet justement de faire le lien entre local et global et justifie l'existence pour toutes et tous, de droits fondamentaux (logement, sante', e'ducation, revenu, loisir, libre circulation des personnes et des ide'es. . .).

La chronique des e've'nements.

Hier matin donc a 8 heures, les militants du Melting dei Centri sociali du Nord-Est se sont re'unis devant le tribunal de Mestre. La police, avec insistance, a refuse' que le groupe puisse rester devant les portes du tribunal en affirmant qu'eux seuls prendraient cette position et que les deux parties antagonistes seraient d'un cote et de l'autre. Voulant e'viter les affrontements des l'aube, le groupe des Centres sociaux accepta cette de'cision. A 8 h 40, Padovan, le pre'sident de la LIFE, accompagne' de Taradash, de'pute' du parti de Berlusconi, arriverent a pied et e'trangement non pas du cote' de leurs supporters mals bien au milieu du groupe forme' par les centres sociaux. A cette provocation, organise'e ou non par le pre'fet de police, la re'ponse ne se fit pas attendre. Padovan rec,ut quelques coups de pied quant a Taradash, il fut lave' par un pluie de crachats, le premier cordon de CRS e'tant aussitot entre' en action pour les prote'ger. Apres quelques secondes de calme, la premiere charge de la matine'e - il y en eut cinq au total s'engagea. Il va sans dire que les matraques volerent ! Elles furent suivies par le lancer de deux grenades lacrymogenes a tir tendu, I'une d'elles touchant la jambe d'un habitant d'une maison voisine en train de travailler dans son jardin. Cette maison sera d'ailleurs le refuge de nombreux manifestants afin de s'y prote'ger pour certains, d'y etre soigne' pour d'autres. Apres cette premiere charge les cordons de manifestants se cre'erent a nouveau et se dirigerent vers ceux des CRS. Les chefs de la police assurerent qu'ils ne voulaient pas d'autres affrontements et firent replier quelque peu leurs hommes. Aux cote's des militants des Centri sociali, arriverent les quelques militants de Rifondazione et le cortege des Iyce'ens et colle'giens de Mestre. Une nouvelle provocation de'clencha de nouveaux heurts. En effet, Rocchetta, ex- pre'sident de la Liga Veneta et ex-dirigeant de la Lega Nord, arriva avec sa femme encore une fois du mauvais cote'. Arretons la cette chronique car elle se re'pe'terait... Charges, matraquages syste'matiques et acharne's, un dassique du genre ! Au total, onze blesse's, dont six parmi la police, un aurait une fracture de la m=E2choire apres avoir rec,u une pierre, et cinq parmi les manifestants. En ce qui concerne les manifestants, les cinq correspondent a ceux qui ont d=FB avoir recours expresse'ment aux soins hospitaliers, certes sans trop de gravite', mais un nombre bien supe'rieur, ce matin, souffre de multiples contusions. . .

Comment se fait-il alors que tous me'dias et ministre de l'Inte'rieur compris, avaient souligne' les risques de de'bordements pour cette matine'e, que les forces de l'ordre n'aient pas e'te' capables de ge'rer l'arrive'e des diffe'rentes personnalite's venus soutenir les se'cessionnistes ? Une re'elle incapacite' de leur part ou bien un choix de'libe're' de charger et bastonner les opposants au se'cessionnisme, a la haine raciale et a la " croatisation "?

Hier, il est a noter que, pour une fois, les journalistes ont couvert les e've'nements de maniere honnete. La te'le'vision a montre' l'acharnement porte' sur les manifestants a terre, I'utilisation quasi-syste'matique de la matraque en sens inverse (la partie normalement o=F9 se fait l'empoignement est leste'e...), I'arrive'e des diffe'rents protagonistes provocateurs, mettant ainsi eux aussi en cause la responsabilite' des forces de l'ordre et de leurs dirigeants. Aujourd'hui tous les quotidiens font leur une sur les affrontements et reprennent ces diffe'renrs arguments tout en soulignant, bien s=FBr, mais est-ce bien la peine, de le noter, que les " autonomes sont des personnages violents.

Toujours est-il qu'il y avait bien longtemps qu'une telle opposition aux discours se'cessionnistes et racistes n'avait trouve' une relle force et que les e've'nements d'hier auront permis de lancer une nouvelle phase de re'flexion et de luttes contre ce phe'nomene de " croatisation ". Il s'agit maintenant que celle-ci s'e'largisse a d'autres sujets de la socie'te'. Les premieres re'actions de la part de certaines personnes membres de partis politiques de gauche (Rifondazione, Verdi, et le maire de Venise Cacciari) ou bien du monde de l'associationnisme le font penser. C'est un espace politique a cre'er de toutes pieces en respectant les diffe'rences de chacun mais en mettant en avant les points en commun. Les centres sociaux bien e'videmment repre'senteraient l'aile radicale de ce nouveau sujet. Pour un fe'de'ralisme municipal solidaire ! Pour un revenu garanti pour tous ! Pour la liberte' de circulation des personnes et des ide'es !

Collettivo Infodiret(t)e-ECN Padova http ://www.ecn.org/pad/ ludo@ecn.org

****** A-Infos News Service ***** News about and of interest to anarchists

Subscribe -> email MAJORDOMO@TAO.CA with the message SUBSCRIBE A-INFOS Info -> http://www.tao.ca/ainfos/ Reproduce -> please include this section