(fr) UN TRAIN VOYAGE A TRAVERS L'EUROPE

ludo (ludo@ecn.org)
Thu, 12 Jun 1997 11:22:35 +0200


A AA AAAA The A-Infos News Service AA AA AA AA INFOSINFOSINFOS http://www.tao.ca/ainfos/ AAAA AAAA AAAAA AAAAA

UN TRAIN VOYAGE A TRAVERS L'EUROPE ------------------------------------

Un ensemble assez large d'organisations syndicales de base, de collectifs et d'associations de chomeurs et de precaires, d'organisations politiques et sociales ont convoque pour samedi 14 juin a Amsterdam, apres deux mois d'initiatives qui se sont deroulees dans toute l'Europe, une grande manifestation transnationale a' l'occasion de la conference intergouvernative ou' les les puissants du continent discuteront de la forme definitive du Traite' de Maastricht.

Le processus d'integration economique et politique de l'Europe est aujourd'hui aux mains des elites politico-financieres, des banques centrales, des grandes entreprises; les parametres fixe's pour l'adhesion de chaque pays a' la "monnaie unique" definissent des normes rigides de compatibilte' qui orientent directement les politiques economiques et sociales sur le terrain du plus drastique neo-liberalisme.

Ce n'est donc pas par hasard, si l'Europe est aujourd'hui le pole capitaliste soumis aux plus grandes poussees et tensions. Les luttes sociales, quelle qu'en soit leur nature - de resistance ou innovative - (de la greve de Decembre 95 en France a' l'eurogreve de Renault, des luttes des sans papiers aux mobilisations en Allemagne contre les coupures budgetaires sur les depenses sociales) ont un impact immediat sur les choix des politiques globales. Ainsi, croit la conscience que les conflits et les mouvements qui se developpent sur la scene europeenne ne pourront etre victorieux - et ce meme partiellement - qu'a' condition d'avoir un reel et profond enracinement dans la dimension locale avec la proposition d'objectifs generaux a poursuivre dans un horizon europeen, entrant en communication avec des realites et des experiences sociales auto-organisees de tout le continent.

La journee d'Amsterdam assume donc le caractere d'experimentation d'une autre pratique politique possible, radicale et par le bas, qui sache se mesurer avec la dimension continentale des problemes que nous vivons.

Ils preparent l'Europe de l'exclusion, de la separation entre regions riches et pauvres; dans les premieres, le travail s'effectue a' des rythmes forcenes avec un maximum de flexibilite', alors que dans les secondes, il s'agit de survivre, souvent a' la limite meme de la subsitance, avec des pourcentages de chomage superieurs a' 25%. L'Europe des divisions ethniques creees artificiellement pour garantir l'autoritarisme et la distruction des droits elementaires, et comme arme pour faire table rase de ce peu d'Etat providence que nous nous etions gagnes. L'Europe de la libre circulation des capitaux, dominee par les speculations financieres et par les organismes internationaux en dehors de tout controle democratique, ou' l'antique souverainete' nationale est substituee simplement par une absence de souverainete'. L'Europe "forteresse" ou' pour y entrer il faudra passer par les trafficants d'armes ou de drogue comme on peut le constater deja pour le peuple albanais.

En Italie, on voit s'annoncer une Loi de Finance qui annulera le droit a' la retraite et coupera encore les budgets de depenses en matiere de sante' et plus generalement du volet social; les reformes autoritaires prevues par la "Bicamerale" (instance constitutionnelle reunissant des representants des deux chambres afin de proceder a' une modification profonde des institutions), la contre-reforme de l'Etat providence et l'expedition militaire pour soutenir le dictateur Berisha, constituent le lourd tribut que le gouvernement Prodi paie pour entrer dans l'Europe de Maastricht.

Mais le debat chez nous sur les questions strategiques telles que le revenu, le travail, l'emploi, le federalisme, n'a pas d'ampleur. Le "travail minimum garanti" est mis en opposition au revenu garanti, le plein emploi contre le travail flexible, le vieil Etat providence-national comme opposition aux nouvelles formes possibles de cooperation et de solidarite' par le bas, la resistance des "residus" d'ouvriers des grandes usines ("ouvrier-masse") decrite comme alternative aux nouvelles formes de travail social post-fordiste.

Derriere ceci se cachent des racines culturelles profondes et difficiles a' depasser: l'ethique du travail, la mythologie "travailliste", inscrites dans les consciences comme s'il s'agissait d'une religion. Le mouvement socialiste et communiste officiel n'est jamais sorti de l'horizon du travail comme valeur absolue, source de toutes les autres valeurs sociales, culturelles, politiques et humaines. Mais l'innovation technologique, l'application de la science au processus de production rendent possible, pour la premiere fois dans l'histoire, de liberer des temps et des espaces de vie de la necessite' et de l'obligation du travail commande'.

A l'ere du neo-liberalisme, ces potentialites de liberation se traduisent par de nouvelles miseres, souffrances, oppressions et exploitation pour la majorite' de l'humanite'. La liberation du temps de travail signifie aujourd'hui penuries, pauvrete', crises, catastrophes ... et non comme possibilite' de fonder un monde nouveau, plus juste et plus libre comme condition pour le developpement de tous et de chacun, de la richesse et de la liberte', de la pleinitude de vie.

Dans une societe ou' la part moyenne de travail socialement utile tend a' diminuer toujours plus, il est evident que le plein emploi , le poste de travail fixe qui dure toute la vie ne peuvent plus representer l'unique et exclusive possibilite' pour obtenir un revenu et une identite' sociale et politique. Toujours plus dans une constitution ideale, le droit au travail ne peut plus etre mis au premier plan (comme c'est le cas dans la Constitution italienne, Art.1 - "La Republique italienne est fondee sur le travail" ) mais la priorite doit etre donnee au droit au bien-etre, a' l'existence, au bonheur pour tous. D'ailleurs comme il etait ecrit dans les constitutions revolutionnaires a' l'origine de la modernite'!

Deja depuis pas mal de temps le compromis fordiste, les formes du conflit et de la tractative entre capital et travail qui en sont les fondements, sont en crise. Le quadre geo-politique, l'Etat-nation, instrument desormais inadequat face aux processus simultanes de globalisation economique et de nouvelles localisations productives, est en train de disparaitre de l'horizon historique.

Aux vieux paradigmes se substituent de nouveaux: flexibilite', mobilite', travail intermittent, travaux serviles, privatisation, monetarisation des droits, presidentialisme, Etat providence squelettique, securite et controle policier.

Ainsi, l'exploitation et la precarite' des conditions de vie augmentent, les droits universels se restreignent, les libertes sont comprimees et la democratie, meme celle formelle, laisse la place au ''decisionisme'' hors de tout controle.

Il est donc temps que, "par le bas", a partir des realites de l'auto-organisation, de l'ensemble de la gauche qui lutte contre le neo-liberalisme, soit accueilli le defi de cette epoque et qu'un elan soit redonne' aux esperances, aux reves concrets des nombreuses utopies possibles.

Le probleme de la redistribution des richesses et du revenu devient central comme seule condition possible pour commencer a' parler d'un nouveau contrat social et d'empecher le glissement de l'entiere societe vers un nouveau moyen-age post-industriel. Le revenu social de citoyenete', un fonds de richesse, pas seuelement au sens monetaire, mais comme un ''package'' de biens, de services, de valeurs d'usage, garantis a tout membre de la societe comme propre droit fondamental. Il est possible, par exemple, de lier la question du droit au revenu non seulement a' des formes de travail salarie' ou ''assiste' '' mais surtout a' une redefinition complete des activites utiles a' la collectivite' qui indique une voie en dehors du marche', comme production de valeur d'usage, comme service repondant aux exigences concretes des communautes locales. Pourquoi les depenses pour la sante', la formation, le logement, la culture ne doivent pas etre considerees comme indissociables au developpement de la societe dans sa globalite'?

La construction d'un nouveau welfare est donc a' l'ordre du jour en developpant le lien entre revenu garanti de citoyennete et nouvelle economie sociale, solidaire et de cooperation, en dehors de l'horizon etatique et centraliste, dans le rapport solidaire et de libre federation entre les communautes territoriales. Droits universels, reduction de la journee de travail, revenu de citoyennete peuvent constituer la reponse a' la societe de l'exclusion qui nous est proposee. A la priorite' donnee a' la ''rationnalite economique'' et a' la logique d'une fausse decentralisation des pouvoirs ( alors que le pouvoir est desormais disloque' en dehors et au-dela' de l'Etat-nation) s'oppose la priorite' de la politique et de la democratie par le bas, comme continue redefinition du ''quoi, comment, combien produire et pour qui?''.

Avec cette volonte' d'ouvrir une confrontation sur les grands defis de cette fin de siecle et de nouer les liens d'une nouvelle Europe nous monterons dans le train qui amenera a' Amsterdam des milliers de chomeurs, precaires, des jeunes et des moins jeunes. Et nous parteciperons aux marches pour relancer l'appel a' la lutte pour le depassement des frontieres qui nous vient directement du Chiapas et des millions de travaillleurs etrangers qui vivent sur notre continent. Un appel que nous voulons traduire en une grande mobilisation internationale pour laquelle des milliers d'hommes et de femmes traverseront les frontieres de differents pays et signaleront la necessite' de la libre ciculation des etres humains dans un monde qui nous appartient.

Associazione Ya basta contre le neo-liberalisme, pour l'humanite' Arsenale Sherwood Padova Associazione Difesa Lavoratori Melting dei Centri Sociali del Nord-Est Razzismo Stop Infodiret(t)e

------------------------------------

Collettivo Infodiret(t)e-ECN Padova http://www.ecn.org/pad/ ludo@ecn.org

****** A-Infos News Service ***** News about and of interest to anarchists

Subscribe -> email MAJORDOMO@TAO.CA with the message SUBSCRIBE A-INFOS Info -> http://www.tao.ca/ainfos/ Reproduce -> please include this section