(fr) Luttes et Chomage en Grande-Bretagne (en)

lingvoj@lds.co.uk
Mon, 24 Feb 1997 16.15 GMT


A AA AAAA The A-Infos News Service AA AA AA AA INFOSINFOSINFOS http://www.tao.ca/ainfos/ AAAA AAAA AAAAA AAAAA

LUTTES ET CHOMAGE EN GRANDE-BRETAGNE.

Quelle est la situation du mouvement libertaire en Grande- Bretagne ? Notre camarade Gilles, du groupe FA de Cherbourg, a profite' d'un voyage en Angleterre pour interviewer un des responsables du journal bien connu Freedom. Nos lecteurs pourront en lire la transcription ci-dessous.

Gilles: Tu es le correspondant de Freedom Press International: le journal Freedom est-il totalement inde'pendant, fait-il partie d'une organisation, comment fonctionne-til ?

Freedom Press International: Au de'part, Freedom a e'te' cre'e' sur des bases anarcho-communistes (au sens de Kropotkine); maintenant cette situation a e'volue'. Nous avons des lecteurs et des lectrices offrant une grande diversite': je pense que cela est du au fait que nous n'avons pas de "plate-forme"; Freedom est une revue anarchiste dans le sens le plus large a laquelle participent des anarcho-syndicalistes, individualistes, e'cologistes, etc. Outre le bimensuel Freedom, nous publions aussi des livres et des revues et tenons une librairie. ------------------------------------------------------------ Des maintenant vous pouvez recevoir les messages sur a-infos d'un seul coup... majordomo@tao.ca subscribe ainfos24 ------------------------------------------------------------

Gilles: Avez-vous des rapports avec les autres groupes de Grande-Bretagne ?

Freedom Press International: Oui et non. Freedom ne fait pas partie d'une "structure" politique, ce sont des individus qui participent au projet. Parmi ceux-la, nous avons, bien sur, des individus de Class War, de la Fe'de'ration anarchiste e'cossaise; il y a des gens de presque tous les groupes mais nous n'avons pas de rapports "formels". Il faut dire qu'en Grande-Bretagne nous avons une histoire que l'on pourrait qualifier de "de'sorganisation".. Il n'y a pas de fe'de'ration anarchiste comme en France. Il y avait une Fe'de'ration britannique dans les anne'es 60, mais aussi beaucoup de de'saccords internes. D'autre part, les gens redoutent tout ce qui ressemble a une centralisation sur Londres: le lieu du premier meeting pose de'ja un probleme... En re'sume', nous avons des groupes diffe'rents en Angleterre, mais pas de relations formelles entre eux. Je crois que c'est un peu diffe'rent en Ecosse ou les Ecossais ont forme' une fe'de'ration. L'occasion privile'gie'e de rencontre entre nos groupes est la Foire du livre anarchiste qui se tient tous les ans a Londres en octobre et ou tous les groupes sont pre'sents. Gilles: Peux-tu nous parler des mouvements de re'sistance qui se sont e'leve's contre les lois impose'es par l'Etat en 1995 ?

Freedom Press International: Pour moi, le plus important est ce qui s'est passe' au sujet du Criminal Justice Act (CJA). Dans les anne'es 80 lorsque fut impose'e la Poll Tax, beaucoup de gens (surtout des jeunes) ont voulu e'chapper aux taxes et "disparaitre" (en boycottant, par exemple, les inscriptions sur les listes e'lectorales) en partant sur les routes, d'ou leur nom de travellers: ils e'taient en de'placements continuels pour e'chapper au systeme e'conomique. Des campings se sont cre'e's sur des proprie'te's prive'es avec des festivals a l'appui... Il y avait aussi en Grande-Bretagne des lieux ou nous avions des droits communs Stonehenge par exemple, ou les festivals ont eu lieu. Ce fut rapidement un probleme pour les autorite's car il y avait un vide juridique a ce sujet. Sous pre'texte de controler les travellers, celles-ci ont rapidement e'largi le sujet en interdisant les rassemblements de plus de dix personnes ayant lieu sans autorisation pre'alable de la police. Nous avons essaye' de lutter contre ces lois en 1995. Il y a eu beaucoup de manifestations. Par exemple, la propriete' du ministre de l'Inte'rieur a e'te' envahie durant un week-end. Des gens ont fait des trous et des tranche'es dans sa pelouse, sont monte's sur les toits, etc. A l'heure actuelle, le pouvoir a re'ussi a diviser la communaute' des travellers et, ils sont maintenant dans une position de de'fense plutot que d'attaque.

Gilles: Concernant l'e'cologie, y a-t-il eu des luttes comparables ? Peux-tu nous re'sumer la situation du mouvement e'cologiste en Grande-Bretagne ?

Freedom Press International: Les e'cologistes n'ont pas obtenu de succes e'lectoraux, et le mouvement s'organise hors du systeme politique traditionnel. D'une part, certains veulent protester d'une maniere "correcte" et non violente; (distribution de fleurs a la police durant les manifestations. par exemple) L'anne'e derniere a eu lieu une protestation contre les conditions d'exportation des veaux: ces gens ont tout d'abord manifeste' "correctement" mais ont tres vite compris que la police traite les manifestants comme des manifestants et n'est pal plus correcte avec eux qu'avec d autres. Ce n'est pas avec des pancartes et des fleurs que l'on peut changer le "systeme". Une autre aile du mouvement est plus axe'e sur l'action directe; et beaucoup d'anarchistes en font partie. Une troisieme tendance se nomme Deep Ecologist. Personnellement, je pense que ces gens-la croient que les microbes ont les memes droits que les etres humains et ne tiennent pas compte des implications e'conomiques et sociales. Il y a une diffe'rence entre les pratiquants de l'action directe (pour lesquels l'e'cologie ne peut etre dissocie'e du mouvement social et humanitaire) et les autres. S'agissant des actions: beaucoup d'actions directes ont eu lieu contre le vaste programme de construction des autoroutes. A Newberry, par exemple, pas plus tard qu'hier, un chantier a e'te' occupe' avec creusement de tunnels, etc. Les occupants s'enchainent en attendant la police. La police monte'e est intervenue et a arrete' plusieurs personnes. Le but de ces actions n'est pas ve'ritablement de stopper les autoroutes, mais de retarder le projet et de faire perdre e'norme'ment d'argent a ceux qui l'entreprennent. Il est impossible aux compagnies de mener les travaux dans les temps pre'vus en raison de toutes les actions qui ont lieu. Ces actions, par leur te'nacite's deviennent dissuasives pour de mene' par divers groupes (dont les groupes anarchistes) qui s'entendent ponctuellement et se coordonnent pour une campagne donne'e.

Gillee: Dans un autre ordre d'ide'es, le gouvernement britannique projette une loi re'formant les droits des sans- emploi. Que pre'voit-elle ?

Freedom Press International: Avec ce qui s'est passe' ici depuis Margaret Thatcher, nous pouvions vous donner des conseils car maintenant cela va etre votre tour... Dans le passe', tout chomeur avait droit a une indemnisation (meme minime). Aujourd'hui, cette re'forme a pour but de rendre les indemnite's moins accessibles. Pour prouver ses droits, les formulaires a remplir seront imposants; chaque semaine, un rapport sur ses recherches personnelles d'emploi doit etre fourni aux offices du gouvernement. De meme, le vocabulaire a change', il n'y a plus de chomeurs mais des Job seekers. Par ailleurs, il est tres difficile de trouver un travail a dure'e inde'termine'e (comme chez vous): les contrats de courte dure'e ainsi que les temps partiels se multiplient.

Gilles: En t'e'coutant, je pensais que nous avions a faire face a une offensive de nos exploiteurs quelle que soit l'e'tiquette nationale qu'ils nous collent sur le dos pour nous diviser. Pour finir une derniere question: quelle est ton anhalyse de la situation entre l'Irlande du Nord et le gouvernement britannique?

Freedom Press International: Lorsque l'IRA a de'clare' un cessez-le-feu temporaire, je crois que tout le monde avait de l'espoir. Pendant vingt ans, le gouvernement britannique a tente' d'imposer une solution militaire. Personne n'y croyait. Nous, nous pensions qu'il n'y avait pas non plus de solution politique, car trop d'inte'rets e'conomiques et sociaux e'taient en jeu. Le conflit ne pouvait se re'soudre d'une maniere simpliste (protestants contre catholiques, par exemple). Il faut savoir que le gouvernement a une tres faible majorite' au Parlement et que, sur certains sujets, il a besoin de l'apport des quelques de'pute's unionistes pour faire passer ses de'cisions. Les ne'gociations sont donc difficiles, car soumises a la pression des unionistes. Le gouvernement anglais n'est pas dans une position de force. L'IRA, pour sa part, constate qu'il n'y a pas de progres dans ces ne'gociations en les menant politiquement. Les derniers attentats ont donc eu lieu pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il soit plus actif. C'est ainsi que s'explique la recrudescence des attentats.

Propos recueillis par Gilles (groupe FA de Cherbourg c/o GREL, BP 12, 50130 Octeville cedex)

Freedom Press International, 84 b Whitechapel High Street, London E1 7QX, Grande-Bretagne.

FREEDOM PRESS INTERNATIONAL http://tao.ca/~freedom

******** The A-Infos News Service ******** COMMANDS: majordomo@tao.ca REPLIES: a-infos-d@tao.ca HELP: a-infos-org@tao.ca WWW: http://www.tao.ca/ainfos/