(fr) Initiative pour une Alternative au Capitalisme (1)

counter@francenet.fr
Wed, 29 Jan 1997 18:32:49 +0100 (MET)


A AA AAAA The A-Infos News Service AA AA AA AA INFOSINFOSINFOS http://www.tao.ca/ainfos/ AAAA AAAA AAAAA AAAAA

C'est pas le travail qu'il faut ame'nager c'est le capitalisme qu'il faut e'liminer !

PEUT-ON RE'SOUDRE LE PROBLE`ME DU CHOMAGE ET EN FINIR AVEC LA MISE`RE EN CRE'ANT DES EMPLOIS ? --------------------------------------------------

Le chomage est une re'alite' constante dans l'histoire des socie'te's capitalistes, qui l'utilisent pour diviser les travailleurs, faire pression sur les salaires, abaisser le niveau des luttes sociales. Son ampleur varie selon les ne'cessite's e'conomiques du moment. Aujourd'hui, son de'veloppement dans les pays riches s'explique principalement par l'augmentation de la productivite' (grace a` l'automation), et par l'importance qu'a prise le capitalisme strictement financier.

Demander la cre'ation d'emplois ou le "partage du travail" en ignorant cette re'alite' de classe conduit irre'me'diablement a` des solutions relevant davantage de l'humanitaire et du caritatif que d'un de'sir profond de changer la socie'te' dans un sens e'galitaire. Proner de plus la poursuite de la croissance pour re'soudre le sous-emploi ne peut conduire qu'a` des impasses sociales et e'cologiques. C'est en effet ignorer non seulement que la croissance ne chasse pas le chomage, mais aussi qu'elle nous conduit tout droit a` une destruction sans limite de notre environnement.

Loin de s'attaquer au vrai responsable de la situation pre'sence, le syste`me capitaliste, de telles de'marches le maintiennent - en l'absence d'une alternative clairement pose'e - comme l'unique perspective possible.

AU TRAVAIL CONSIDE'RE' COMME SOURCE DE PROFITS FINANCIERS, NOUS DEVONS OPPOSER L'UTILITE' SOCIALE DU TRAVAIL

Il devient de plus en plus urgente de rompre le cercle vicieux d'un syste`me qui impose une logique d'acce'le'ration permanente de la production a` seule fin de survivre. Car le productivisme tend a` nier que l'espe`ce humaine vit dans un environnement social et e'cologique - ne'gation qui conduit a` la mort de l'humanite' par la destruction de son cadre de vie.

Depuis la Re'volution franc,aise, le travail est conside're' comme l'e'le'ment inte'grateur dominant qui permet d'assurer la cohe'sion entre les individus et entre les classes sociales. Cette valeur, essentielle pour la bourgeoisie, a pe'ne'tre' e'galement le mouvement ouvrier, qui va ainsi jusqu'a` revendiquer le "droit au travail" alors qu'il s'agit bien plutot d'affirmer le droit a` un partage e'galitaire des richesses qui devraient etre produites volontairement et en tout connaissance de cause. Et cette valeur est a` tel point inte'gre'e que les syndicats en viennent a` accepter de brader les acquis sociaux pre'ce'demment conquis dans des luttes, comme c'est le cas avec l'institutionnalisation du travail pre'caire et du temps partiel.

A l'heure ou` chomage et exclusion ne cessent d'augmenter, il importe plus que jamais de contester la centralite' du travail et de l'ordre social qui en de'coule. La logique capitaliste ne sera contre'e qu'en posant le travail comme une activite' humaine parmi d'autres, destine'e a` satisfaire nos besoins, et dont nous devons de'limiter nous-memes tant les finalite's et le mode d'organisation que les techniques a` mettre en =A6uvre pour la re'aliser.

LA MONDIALISATION DE L'E'CONOMIE REND OBSOLE`TE TOUTE RECHERCHE DE SOLUTION A` L'E'CHELLE NATIONALE COMME A` CELLE D'UN GROUPE D'ETATS TEL QUE L'UNION EUROPE'ENNE

Mise`re et exploitation effrene'es dans les pays pauvres sont les pendants de l'exclusion et du chomage dans les pays riches. C'est pourquoi il faut cre'er a` l'e'chelle de la plane`te des alternatives a` la mondialisation de l'e'conomie de marche'. Toute approche de la question du travail et du chomage doit se fonder sur une solidarite' internationale entre les classes opprime'es et exploite'es, construite a` partir de convergence d'inte'rets respects, sur un anti-impe'rialisme et anti-colonialisme ve'ritables, rejetant les fausses solutions humanitaires ou d'assistance. Seule cette solidarite' permettra d'en finir avec la concurrence entre les opprime's dont le capitalisme fait ses choux gras.

Le refus d'une croissance pre'tendument a` l'origine d'un "progre`s social" largement mythique, l'affirmation que le travail ne vaut que par son utilite' sociale, et le rejet de l'impe'rialisme constituent autant de the`mes a` mettre selon nous en avant dans les mobilisations en cours et a` venir contre le chomage et l'exclusion, mais aussi dans celle qui portent sur l'emploi en ge'ne'ral.

Depuis quelques anne'es, aux revendications quantitatives ne'cessaires et importante (augmentation de salaires, baisse du temps de travail, re'duction des loyers...) s'ajoutent dans de nombreuses luttes des revendications qualitatives (des papiers pour tous, droit au logement, de'fense de l'environnement et affirmation de la dignite' humaine...) qui remettent en question la manie`re dont nous vivons et pourraient entamer un grand de' bat de fond sur ce que nous voulons vivre. Il nous appartient de faire en sorte qu'une re'elle alternative au capitaliste se construire progressivement sur de telles bases, pour de'boucher sur une socie'te' e'galitaire et solidaire, sans classes et sans domination d'aucune sorte.

Initiative pour une Alternative au Capitalisme c/o Le Local 16, rue Sanlecque 44000 Nantes

------------------------- Diffusion : European Counter Network ECN - Paris e-mail: ecn@altern.org http://www.anet.fr/~aris/

***A-INFOS DISCLAIMER - IMPORTANT PLEASE NOTE***

A-Infos disclaims responsibility for the information in this message.

******** The A-Infos News Service ******** COMMANDS: majordomo@tao.ca REPLIES: a-infos-d@tao.ca HELP: a-infos-org@tao.ca WWW: http://www.tao.ca/ainfos/