(fe) C'est loin la Polyne'sie? (en)

esperanto (lingvoj@lds.co.uk)
Thu, 05 Dec 1996 13:52:10 +0000


Le Monde Libertaire,
145, rue Amelot,
75011 Paris
Tel: 01 48 05 34 08

=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=
=3D

M.L.: La Polyne'sie, Territoire d'Outre Mer, semble bien loin vue de
France. Repre'sente'e comme un paradis, on s'imagine souvent mal
les de'gats cre'e's par le colonialisme. Pouvez-vous nous tracer un
historique de cette colonisation ?

Roland: On oublie souvent que le colonialisme s'est installe' ici par la
force des armes; il y a eu beaucoup de guerres et de morts; les
Polyne'siens ont quand meme essaye' de se prote'ger contre l'invasion
arme'e des forces coloniales. La France, a' l'e'poque, a achete' de fac,on
de'guise'e, la famille royale des Pomare' qui e'taient les dirigeants=
d'alors.
Elle a exerce' un chantage sur la Reine Pomare' qui a d=FB signer
l'annexion de la Polyne'sie. Je pense que les me'thodes utilise'es par la
France n'ont pas beaucoup change': aujourd'hui, par exemple, c'est
toujours une forme de chantage qui s'exerce en Polyne'sie et les soi-
disant responsables sont des marionnettes qui n'ont aucun pouvoir.
Les grandes de'cisions politiques sont prises a' Paris et l'on peut dire
qu'e'conomiquement la Polyne'sie vit sous perfusion depuis plusieurs
anne'es. Si l'on parle du nucle'aire, malgre' la manne d'argent qui a e'te'
de'verse'e depuis plus de trente ans, l'e'conomie polyne'sienne ne tient
pas debout. Si l'on parle du statut on peut indiquer que celui-ci a e'te'
dernierement soi-disant ame'liore', change', mais en fait il y a eu un
marche' conclu entre Gaston Flosse, fidele repre'sentant de la droite
RPR en Polyne'sie, et ses ma=EEtres qui lui ont donne' un peu plus de
pouvoir. On peut faire une comparaison avec les pays africains o=F9 la
France parle de soi-disant e'mancipation, mais en fin de compte elle
contr=F4le tout et donne le pouvoir a' une ou deux personnes de
confiance pour le systeme colonial et ces dernieres deviennent des
dictateurs.

Annie: On a donne' davantage de pouvoirs a' un seul homme, mais
des pouvoirs superficiels, honorifiques qui flattent son ego. Les
pouvoirs fondamentaux ont e'te' re'troce'de's a' la France. Certains
pouvoirs que la Polyne'sie pouvait e'ventuellement avoir avec
l'autonomie interne e'taient flous, il fallait aller au tribunal=
administratif
pour clarifier les choses. Avec le nouveau statut, c'est clair, c'est la
France qui tient les renes.

Roland: Je voudrais revenir sur la colonisation, sur la destruction de la
langue, de la culture, de la terre, de la fac,on de penser. Au de'but, la
France et l'Angleterre se sont partage' le Pacifique: l'Angleterre s'est
tourne'e vers la Nouvelle Ze'lande, les Iles Cook, et la France vers
la Polyne'sie. La religion a joue' un r=F4le tres important dans la
colonisation. Au de'but il y avait les Protestants puis sont venus les
Catholiques qui ont colonise' l'esprit des Polyne'siens. Encore
aujourd'hui, l'E'glise catholique repre'sente un pilier du systeme
colonial. Par exemple, ils ont divise' la terre du Polyne'sien pour casser
ce dernier. Dans la culture polyne'sienne, la terre ne se vend pas, elle
n'est pas proprie'te' individuelle, elle appartient a' la communaute'. Elle
est la' pour nourrir l'homme qui prend soin d'elle. Des son arrive'e, le
colon a amene' le Polyne'sien a revendiquer des terres et a' montrer
son titre de proprie'te', ce qui a completement casse' l'unite' de la=
famille
polyne'sienne. Aujourd'hui il y a des problemes de terres dans toutes
les familles. A l'e'poque, le tatouage, les danses e'taient interdits; les
lieux de culte de la religion polyne'sienne ont e'te' syste'matiquement
de'truits alors qu'ils e'taient importants pour les Polyne'siens. Pour ce
qui est de la langue et de l'e'ducation, on parlait a' l'e'cole de choses
qui n'avaient rien a' voir avec le Polyne'sien (La France,
Napole'on,...), ce qui a contribue' a' le de'raciner de sa propre culture.
Beaucoup de Polyne'siens ne parlent pas le re'o-ma'ohi ou le parlent
tres mal. Ils sont entre deux mondes, ils parlent mal le re'o-ma'ohi et
mal le franc,ais. Je suis certain que seule une toute petite minorite'
conna=EEt son histoire, meme moi je ne connais qu'une toute petite
partie de l'histoire polyne'sienne. Aujourd'hui, c,a me fait vraiment mal
au coeur quand je vois comment on parle de la culture polyne'sienne,
c'est du folklore, ce sont des clowns qu'on habille avec des tatouages
sur les fesses pour amuser les touristes. Pour moi, ce n'est pas de la
culture, on essaie de nous occidentaliser. Je me souviens lorsqu'on
nous disait de ne pas manger trop de mangues car c,a pouvait donner
mal au ventre, c'est ce qu'on nous disait a' l'e'cole. C'est tout un
systeme qui a e'te' mis en place afin que le Polyne'sien abandonne sa
culture; on le branche sur d'autres produits, on le pre'pare a' une
socie'te' de consommation. On disait aussi que les femmes pouvaient
transmettre des maladies a' leurs be'bes et on les a branche'es sur le
lait Nestle', alors qu'elles allaitaient, puis sur le lait Guigoz. C'est=
jour
apres jour qu'on nous a tape' dessus. Aujourd'hui on a tout a' faire: il
faut, par exemple, revoir tout le systeme d'e'ducation. Il y a tres peu
de professeurs, d'avocats, de docteurs polyne'siens. On a instaure' un
systeme d'e'ducation o=F9 le Polyne'sien n'arrive pas a' suivre, ce n'est
pas sa logique. On l'a rendu terriblement croyant, les gens passent
des heures a' e'couter les sermons, c,a les rend dociles; c,a fait partie
du systeme.

Annie: Je voudrais ajouter quelque chose a' propos des terres, c'est un
grand scandale. En 1842, quand la Reine Pomare' a ce'de' le pouvoir a'
la France, il y a eu un traite' qui a e'te' signe' et qui disait =AB On ne
touche pas a' la terre =BB. La terre reste du domaine des tribunaux
polyne'siens, c'est un droit coutumier et le droit francais ne
s'appliquera jamais. Ce traite' n'a jamais e'te' respecte'. L'E'tat a pris
e'norme'ment de terres qu'il a re'troce'de'es au Territoire lorsqu'il y a eu
l'autonomie interne en 1977. L'E'glise a e'norme'ment de terres, mais
les dons qui avaient e'te' faits de la part des clans, ne correspondaient
qu'a' un droit de jouissance puisque la terre ne se vendait pas, ce
n'e'tait pas des donations. On leur a fait signer n'importe quoi.
Maintenant, I'E'glise en arrive a' revendre des terres aux he'ritiers. Ce
traite' a entra=EEne' beaucoup de remous, on est alle' jusqu'en Cour de
justice, mais ce traite' n'a jamais e'te' respecte'. C'est l'enfer car
aujourd'hui les familles se de'chirent pour un bout de terre alors
qu'avant, il n'y avait pas de probleme de ce genre. C'est du vol. Les
aborigenes ont gagne', les Maoris de Nouvelle Ze'lande vont aussi
gagner, les Maoris d'ici gagneront sans doute un jour.

Roland: Je ne sais pas comment trouver des solutions. Oui en
Nouvelle Ze'lande les Maoris ont beaucoup gagne' sur la revendication
fonciere. J'y e'tais l'an dernier mais la'-bas le probleme est un peu
diffe'rent car les terres sont vendues a' des clans, des tribus. Mais ici,
on ne sait pas comment vendre des terres et a' qui car on a assimile' le
systeme d'acheter, de vendre. Beaucoup de gens se battent sur le
foncier. Tout le systeme est a' revoir. Il faudra peut-etre interdire toute
vente de terre; revoir toutes les terres qui ont e'te' vole'es (par les
e'glises, L'Etat, des notaires, des juges,...). Il y a des gens qui vivent
bien ici. Par exemple il y a un jeune proprie'taire d'=EElots autour des
Tuamotu, on se demande comment il a acquis tout c,a. Normalement
dans la ge'ne'alogie polyne'sienne, tout Polyne'sien vient de quelque
part; des la naissance, son placenta est enterre' la' o=F9 il est ne' pour
montrer son attachement a' la terre. On se demande comment
certains sont devenus gros proprie'taires. Sur les documents relatifs
aux affaires de terres, on retrouve la meme e'criture, il y a douze
signatures sous la meme e'criture. Les Polyne'siens ne sachant pas
e'crire, c'e'tait le notable du coin qui e'crivait pour eux et faisait=
signer
n'importe quoi.

Annie: A Hawaii c'est comme ici, il y a eu un ge'nocide culturel
e'norme. Il y a tres peu de hawa=EFens, ils sont presque tous me'tis,
Chinois, Japonais, Ame'ricains. Ils ont un mal fou pour re'cupe'rer leurs
terres.

M.L.: Comment est conc,ue l'organisation politique du territoire ?

Annie: Cela date de 1984: le Haut Commissaire, c'est-a'-dire le Pre'fet,
repre'sente l'E'tat, et il partage le pouvoir avec le gouvernement local,
chacun ayant ses compe'tences respectives. Sous le gouvernement
de gauche, le Haut Commissaire avait un semblant d'autorite'. Sous
Balladur, cette institution avait repris ses pre'rogatives. Depuis que
Chirac - le grand frere de Flosse - est au pouvoir, les ordres sont
donne's de Paris a' Flosse et le Haut Commissaire n'a plus qu'a'
exe'cuter ces directives parisiennes. Le Haut Commissaire demeurant
tout de meme juridiquement la premiere institution du territoire, Flosse
ne peut rien exiger de lui, alors il passe par Chirac, lequel va
s'empresser de donner ses ordres. C'est ce qui s'est passe' durant les
e've'nements de 1995 lors de la reprise des essais nucle'aires, le Haut
Commissaire n'etait qu'un pion. Quant aux assemble'es, elles n'ont
aucun pouvoir, elles sont considere'es comme une saile d'enregistrement tout
simplement. On ne leve meme pas la main pour
le vote. Il y a une anecdote dr=F4le a' raconter . dernierement il y avait
une de'libe'ration qui devait etre vote'e sur la possibilite' d'instaurer=
des
salles de jeux (casinos...), ce qui est d'ailleurs ille'gal et qui a=
entra=EEne'
un recours au tribunal administratif pour la faire annuler. L'opposition a
demande' la cre'ation d'une commission d'attribution pour autoriser
l'ouverture de casinos et que celle-ci soit aussi compose'e de gens
non politiques. Gaston Flosse e'tait absent ce jour-la'. La majorite' de
l'Assemble'e a vote' l'approbation de cette commission. Le pre'sident
de l'Assemble'e n'en revenant pas, fait revoter. Tout le monde est
contre les jeux. Il y a alors suspension de se'ance, briefing, on reprend
la se'ance et on revote, et cette fois-ci, les gens =AB votent bien =BB.
Finalement, c'est ce vote qui a e'te' pris en compte. Tout est comme
c,a.

FREEDOM PRESS
http://www.lglobal.com/TAO/Freedom
=20