(fr-eng-it) Paris 30/11-01/12 - Bulletin #2 [2\2]

ecn (ecn@altern.org)
Wed, 27 Nov 1996 09:02:12 GMT


delle legislazioni piu` repressive - rientra nel piu` vasto quadro del
controllo dei flussi migratori.

L'Unione Europea, con gli accordi di Schengen, ha delimitato uno spazio
geo-economico- politico in cui hanno il diritto di circolare "liberamente"
soltanto i detentori di una delle nazionalita` che lo compongono. Bisogna
aggiungere per amor di precisione, che questa liberta` e` però limitata al
soggiorno turistico per un periodo inferiore a tre mesi nello stesso paese,
mentre per un periodo piu` lungo e` necessario richiedere un permesso di
soggiorno, concesso solo dietro presentazione di un contratto di lavoro o
per motivazioni di tipo scolastico o universitario. Malgrado queste
restrizioni in base alle quali non e` l'individuo in se stesso ad essere
"libero" di circolare, ma il suo valore merce, i "felici cittadini"
dell'Unione Europea godono di questo diritto, sempre piu` negato alle
popolazioni del Sud e dell'Est.

L'attuazione dell'"Europa fortezza" (controllo intensivo delle frontiere,
instaurazione di legislazioni repressive nella maggior parti dei paesi
membri) e` la risposta data alla necessita` di cercare un rifugio vissuta
da numerose popolazioni. Le cause dell'esodo sono molteplici - guerre,
fame, malnutrizione, poverta`, dittature, ecc. - ma tutte trovano origine
nei rapporti di sottomissione instaurati dal mondo occidentale a spese dei
paesi poveri.

Le ditatture sono sostenute economicamente e militarmente. La firma degli
accordi del GATT, che ratificano i cambiamenti economici mondiali, e` stata
un simbolo esemplare della considerazione dimostrata dai paesi ricchi nei
riguardi dei paesi poveri: "ecco le nuove regole che abbiamo deciso e che
dovete rispettare!" La "rivoluzione verde" lanciata dalla FAO che avrebbe
dovuto estirpare la fame nel mondo non ha provocato che ulteriori disastri
e miserie.

Ora i grandi responsabili delle catastrofi umane ed ecologiche si
riuniscono a Roma per un nuovo vertice sulla sicurezza alimentare,
identificando nella logica di mercato la sola soluzione per la lotta contro
la malnutrizione, la stessa logica di mercato che nei nostri territori
opulenti, non solo in Europa ma anche in America del Nord, ha affossato
vaste fasce di popolazione nella poverta`.

Di fronte all'enormita` della proposta, che purtroppo costituira` sempre di
piu` la logica di decisione delle sorti dell'umanita`, non ci resta che
reinventare concetti e pratiche di solidarieta` che, secondo noi, devono
applicarsi tanto nei confronti delle popolazioni residenti nei loro paesi
di origine, quanto in quelli delle popolazioni immigrate nei nostri paesi.

Per questo, la lotta dei sans-papiers può diventare un patrimonio comune a
tutti, nella misura in cui si propone come quadro di riflessione e di
pratiche concrete suscettibili di vincere le logiche di chiusura delle
frontiere e di esclusione della maggior parte della popolazione mondiale da
parte dei ricchi, e di introdurre un reale diritto di cittadinanza per
tutti.

La redazione di infodiret(t)e (Padova-Italia)

-----------------------------------------------------------

ELARGISSEMENT DE LA LUTTE

Les images de la porte de l'e'glise Saint-Bernard e'ventre'e a` coups de
haches par les forces de l'ordre ont fait le tour du monde. Symboles, aux
dires du gouvernement franc,ais, de son inflexibilite' devant l'ennemi
public nume'ro un, l'immigration! Ce "signal fort", expression pre'fe're'e
des Chirac, Juppe', Debre' and co, aurait donc pour but, selon eux, a` la
fois de de'courager tous candidats au voyage vers la France et de rassurer
une majorite' de franc,ais toujours plus enclin a` rejeter l'e'tranger.

La lutte des sans papiers recouvre donc deux dimensions, indissociables par
ailleurs: la politique de l'immigration en France et les rapports Nord-Sud.

Depuis 1973, la France au nom de l'"immigration ze'ro" n'a cesse' de
renforcer son dispositif le'gislatif en matie`re d'immigration. Les lois
sce'le'rates Pasqua en 1993 ont comme effet direct, outre le fait
d'interdire quasiment l'entre'e de nouvelles populations immigre'es sur le
territoire national, de fabriquer de nouveaux clandestins. La plupart des
occupants de Saint-Bernard, les diffe'rents te'moignages propose's par la
vide'o "La ballade des sans papiers" le confirment, ont eu avant
l'application des lois Pasqua un titre de se'jour.

La socie'te' franc,aise, de`s les anne'es 70 et encore plus de nos jours, se
heurte aux transformations du syste`me capitaliste (globalisation et
mondialisation de l'e'conomie, ave`nement et primaute' des notions de
productivite' et de qualite' totale, hyper technologisation des outils
productifs, ...) qui se traduisent notamment par la pre'carisation et la
flexibilisation du travail, le chomage structurel en e'tant l'expression la
plus forte.

Face a` l'angoisse a` l'e'gard d'un avenir incertain, la socie'te'
franc,aise, certes sous l'impulsion du discours fasciste et raciste de Le
Pen lequel sera tre`s vite relaye' par la classe politique dans son
ensemble, se trouve un bouc-e'missaire: l'immigre'! Si le syste`me de
protection sociale ne fonctionne plus, si le chomage croît quotidiennement,
si la violence se re'pand, ..., le coupable: l'immigre'!

Un certain pessimisme sur la nature humaine et une lecture de l'histoire
nous rappellent que l'e'tranger ou le plus faible est un coupable
priviligie', alors que dire quand, comme dans le cas pre'sent, celui-ci
recouvre les deux aspects... . Le consensus populaire est si grand que lors
de la manifestation contre l'application des lois Pasqua, en 1993, nous
nous retrouvâmes moins de 10.000. Les charters de la honte renvoyant les
immigre's dans leurs pays deviennent une banalite'. La chasse syste'matique
aux clandestins s'intensifie et les pratiques de de'lation de personnes en
situation irre'gulie`re (a` l'e'cole, dans les hopitaux, au travers des
services sociaux, ...) commencent a` voir le jour.

Dans un panorama rappelant toujours un peu plus les temps obscurs de la
France de Vichy, la question de l'immigration se re'sume a` l'efficacite'
de la re'pression!!!


C'est dans ce contexte que naît la lutte des sans papiers.

La premie`re grande force de ce mouvement est dans sa composition. En
effet, de'cide's de ne plus se cacher mais bien au contraire de rendre leur
existence et leur situation visibles, 300 immigre's en situation
irre'gulie`re de'cident d'occuper l'e'glise Saint-Ambroise.

Au travers de cette action, le discours sur l'immigration dans la socie'te'
franc,aise va peu a`peu changer de nature. Il ne sera plus seulement
question de chiffres sur l'immigration clandestine et de mesures
re'pressives mais de de'couvrir, de de'noncer et de modifier les conditions
de vie d'etres humains, conditions inacceptables, produits de l'application
des lois racistes.

Ainsi, au fil des mois - cette lutte a vu le jour en mars dernier et se
poursuit encore aujourd'hui - et au travers des diffe'rentes occupations et
expulsions, la question des sans papiers en s'imposant au sein de la
socie'te' franc,aise a brise' le consensus cre'e' autour des lois Pasqua.
Nous ne parlons pas, ici, des critiques instrumentales et de'magogiques
e'manant des partis de Gauche, et surtout du Parti Socialiste - parti qui
tout au long de son exercice du pouvoir s'est e'vertue' a` fermer les
frontie`res, qui a pris position sur l'affaire des sans papiers seulement
a` la veille de l'intervention policie`re a` l'e'glise Saint-Bernard et
qui, a` pre'sent, propose comme solution au proble`me de l'immigration
l'introduction des quotas d'entre'es annuelles et par pays, proposition a`
laquelle nous nous passerons de commentaires - et des diffe'rentes
associations soi-disant antiracistes lie'es a` ces memes partis, mais bien
de cette socie'te' civile, meme si nous ne comprenons pas toujours tre`s
bien la signification de ce terme. Ces personnes pre'sentes lors des
manifestations ou devant l'e'glise Saint-Bernard venues apporter leur
soutien aux sans papiers et crier leur de'goût pour la France raciste
gouverne'e par Chirac et Juppe'. Ces personnes qui, au travers de la lutte
des sans papiers, se sont prononce'es en faveur de la solidarite', du droit
de citoyennete' pour tous, contre la re'pression policie`re et la fermeture
des frontie`res.

L'autre conse'quence directe de ce mouvement est la cre'ation partout en
France de collectifs de sans papiers. Ainsi, d'autres immigre's en
situation irre'gulie`re ont de'cide' de suivre l'exemple donne' par ceux de
Saint-Ambroise.

On peut parler de milliers actuellement qui se sont regroupe's pour faire
valoir leur droit d'existence au sein de la socie'te' franc,aise. Toutes les
communaute's peu a` peu sont repre'sente'es et pour la premie`re fois dans
l'histoire des luttes mene'es par les immigre's en France, des membres de la
communaute' chinoise se sont joints au mouvement (dans un collectif
parisien des sans papiers ils sont plus de 300).

La volonte' de se de'voiler au grand jour est une premie`re et elle implique
l'obligation de poursuivre la lutte jusqu'au bout, c'est-a`-dire jusqu'a`
l'obtention d'un titre de se'jour. Ce n'est pas par goût pour le
jusqu'auboutisme mais il n'y a pas d'autres alternatives. Une fois
affiche'e publiquemnent sa situation "irre'gule`re", le sans papiers
s'expose au risque de l'expulsion, certains sans papiers de Saint-Ambroise
et de Saint-Bernard ont de'ja` e'te' renvoye's manu militari dans leur
pays.

Une autre caracte'ristique de ce mouvement re'side dans son unite'.

Le gouvernement franc,ais aura tente' tout au long des premiers mois de
diviser le mouvement en accordant par exemple le titre de se'jour a`
certains et en voulant traiter le proble`me au cas par cas. La re'ponse des
sans papiers a toujours e'te', et reste la suivante: "Nous avons entrepris
cette lutte tous ensemble, nous devons tous etre re'gularise's ou tous
expulse's", "Le proble`me des sans papiers n'est pas un proble`me
individuel mais rele`ve d'un proble`me legislatif et donc collectif" .
Cette solidarite' exemplaire a permis au mouvement de s'amplifier et
d'avoir une identite' forte. Elle a interdit de voir cette situation sous
l'angle humanitaro-caritatif et l'a place' sur le terrain politique, en
reportant le de'bat autour du droit de
citoyennete' et de la libre circulation des hommes et des femmes.

La question de la libre circulation des hommes et des femmes, a` laquelle
nous pourrions ajouter celle des ide'es, est l'un des proble`mes cruciaux
de cette fin de mille'naire. En effet, la situation franc,aise au regard de
l'immigration et malgre' ses particularite's- la France faut-il le rappeler
a e'te' l'un des plus grands pays colonisateurs et a, en matie`re de
politique d'immigration, une des le'gislations les plus re'pressives-
rentre dans un quadre plus large, celui du controle des flux migratoires.

L'union Europe'enne, en cre'ant l'espace Schengen, a de'limite' un espace
ge'o-e'conomico-politique ou` seuls les de'tenteurs d'une des nationalite's le
composant ont le droit de circuler "librement". Il faut ajouter, pour etre
plus pre'cis, que cette "liberte'" est tout de meme circonscrite au se'jour
touristique pour une pe'riode infe'rieure a` trois mois dans un meme pays
car pour un se'jour supe'rieur a` trois mois il est ne'cessaire de faire la
demande d'un titre de se'jour, ce dernier e'tant conce'de' seulement sous
la
pre'sentation d'un contrat de travail ou pour motivation de type scolaire
ou universitaire. Malgre' ces restrictions, ce n'est pas la personne
humaine en tant que telle qui est "libre" de circuler mais bien sa valeur
marchande, les "heureux citoyens" de l'Union europe'enne jouissent de ce
droit, toujours plus nie' aux populations du Sud et de l'Est.

La mise en place de l'"Europe forteresse" (controle accru des frontie`res,
instauration dans la plupart des pays membres de le'gislations re'pressives)
est la re'ponse donne'e a` la ne'cessite' ve'cue par de nombreuses
populations de venir s'y re'fugier. Les causes de l'exode sont nombreuses-
guerre, famine, malnutrition, pauvrete', dictature, ...- mais elles
trouvent toutes leur origine dans les rapports de soumission instaure's par
le monde occidental au de'pens des pays pauvres.

Les dictatures sont soutenues e'conomiquement et militairement. La signature
des accords du GATT, accords qui re'gissent les e'changes e'conomiques
mondiaux, a e'te' un symbole exemplaire de la conside'ration apporte'e par les
pays riches envers les pays pauvres: "voici les nouvelles re`gles que nous
avons de'cide'es et que vous devez respecter!" La "re'volution verte" lance'e
par la FAO qui devait e'radiquer la faim dans le monde n'a provoque' que
de'sastres et mise`res supple'mentaires.

Aujourd'hui les grands responsables des catastrophes humaines et
e'cologiques se re'unissent a` Rome pour un nouveau sommet sur la
se'curite' alimentaire et affirment que l'unique solution a` la lutte
contre la malnutrition ne peut etre que la logique de marche'. Celle-la
meme qui dans nos territoires opulents, non seulement en Europe mais aussi
en Ame'rique du Nord, a plonge' de nombreuses couches de population dans la
pauvrete'...

Face a` l'e'normite' du propos mais qui he'las est et sera toujours plus
celui qui de'cide du sort de l'humanite', il nous reste a` re'inventer des
concepts et des pratiques de solidarite' qui, selon nous, doivent
s'appliquer aussi bien avec les populations re'sidant dans leurs pays
d'origine qu'avec les populations immigre'es dans nos pays.

Pour cela, la lutte des sans papiers peut devenir un patrimoine commun a`
tous dans la mesure ou` elle se propose comme un quadre de re'flexion et de
pratiques concre`tes susceptible de vaincre les logiques de fermeture des
frontie`res et d'exclusion de la majeure partie de la population mondiale
au partage des richesses, et d'introduire un re'el droit de citoyennete'
pour tous.

La redaction d'infodiret(t)e (Padoue-Italie)

-----------------------------------------------------------
Q U I ?

- Adhe'sions (France) :

Scalp-Reflex - Paris (France)
Réseau "No Pasaran !" (France)
Organisation communiste libertaire - Ile de France (France)
Collectif "Des papiers pour tous!" - Paris (France)
Collectif "Apache" (France)

- Participations annonce'es :

Razzismo Stop - Padoue (Italie)
Razzismo Stop - Padoue (Trieste)
Centro sociale occupato "Pedro" - Padoue (Italie)
Infodiret(t)e - Ecn - Padoue (Italie)
European counter network - Milan (Italie)
Collectif anarchiste de Gand (Belgique)
Comite' des re'fugie's pour le droit d'asile - Bruxelle (Belgique)
Confederacion sundicale "Solidaridad Obrera" (Espagne)

- On exprime' leur inte'ret sans possibilite' de venir :

Anti-racist action - Toronto (Canada)
Magazine El Nuevo Topo (Etats Unis)
United for intercultural action (Hollande)

-----------------------------------------------------------
C O N T A C T S

Commission immigration, Scalp-Reflex,
21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris - France
Te'l : 33-1-43-48-54-95. Fax : 33-1-43-72-15-73

European Counter Network - ECN - Paris
e-mail: counter@francenet.fr
http://www.anet.fr/~aris/

Collettivo infodiret(t)e - ECN - Padova
e-mail: hobo@ecn.org
http://www.ecn.org/pad/