(fr) Le G7 menace la liberte d'expression

counter@francenet.fr
Thu, 22 Aug 1996 09:10:57 +0200


MESSAGE D'ALERTE
D'UN GROUPE D'ASSOCIATIONS DE DEFENSE DES LIBERTES

++++++++++

LE G7 MENACE LA LIBERTE D'EXPRESSION
ET LE DROIT A LA VIE PRIVEE SUR LES RESEAUX INFORMATIQUES.

++++++++++

AU NOM DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME
LE G7 PREVOIT DE REFRENER LES DROITS A L'EXPRESSION
ET A LA CONFIDENTIALITE DES UTILISATEURS D'INTERNET

S.V.P. Redistribuez ce document largement avec cet entete intact.
Ne diffuser qu'a bon escient et jusqu'au 30 septembre 1996 seulement.
Par avance Merci.

----------------------------------------------------------------

SOMMAIRE DE CETTE ALERTE:

Resume
Historique
Que pouvez vous faire ?
Ou en savoir plus ?
Organisations

----------------------------------------------------------------

RESUME :

Le 3O Juillet les nations membres du G7 se sont reunies a Paris pour parler
du terrorisme.

Parmi d'autres reponses, le G7 a avalise un certain nombre de restrictions
et de controles sur l'Internet. Ces mesures incluent l'interdiction ou la
censure de sources qui pourraient contenir des informations "dangereuses",
des restrictions de la liberte* d'expression electronique d'organisations
politiques mal vues, et l'imposition de "tiers de confiance" ou de tout
autre moyen permettant aux gouvernements de violer a l'abri des regards les
correpondances chiffrees.

Cette menace particulierement serieuse, et qui a son origine dans des
evenements recents tels l'attentat a la bombe aux J.O. d'Atlanta, et le
crash du vol TWA 800, est la derniere d'une longue liste de tentatives de
restriction de la liberte d'expression sur les reseaux electroniques, et
dont on connait des exemples inquietants dans de nombreux pays dont
l'Allemagne, l'Arabie Saoudite, l'Australie, la Belgique, la Chine,les Etats
Unis, la France, Singapour et le Vietnam sous une multitude de pretextes
allant de la "pornographie" au "terrorisme" et aux opinions politiques
incorrectes.

Les informations "dangereuses" qui sont visees ne sont pas differentes de
celles que l'on peut trouver dans les bibliotheques et les librairies. Ce
qui est permis hors des reseaux electroniques, doit aussi l'etre sur ces
reseaux. Si des documents ne peuvent etre censures dans les kiosques ou
dans les bibliotheques des Universites, ils ne doivent pas l'etre non plus
dans les kiosques et les bibliotheques en ligne de notre futur.
Les legislateurs et les gouvernements, capitalisant sur la peur du
terrorisme, poussent a la mise en place de lois severes et prejudiciables a
la vie privee pour eviter un debat public sur le fond, et la forme, de ces
reglementations.

Puisque l'Internet est global, et que chaque culture a ses propres regles
sur ce qui est, ou non, permis, la nature ouverte de l'Internet doit etre
protegee. Aucune juridiction locale ne doit etre autorisee a imposer ses
regles au reste du monde.

----------------------------------------------------------------

HISTORIQUE :

Cette alerte est lancee par une coalition d'organisations de defense des
libertes sur les reseaux electroniques, qui soutiennent la confidentialite
sur les reseaux electroniques, la liberte d'expression, et les droits de
l'homme. Ces organisations sont listees a la fin de ce document avec des
contacts.

Depuis ses debuts, l'Internet a plus que double sa taille chaque annee. Si
cette croissance continue plus d'un milliard d'individus utiliseront
l'Internet a la fin du siecle. Chacun de ces utilisateurs peut publier des
documents aussi facilement qu'il peut les lire. L'Internet a le potentiel
d'ameliorer considerablement les rouages des gouvernements democratiques et
d'etendre la liberte a travers le monde.

A la lumiere des recents attentats aux Etats Unis, et ailleurs, il y a de
nouveau des appels pour exclure de l'Internet les documentations sur les
explosifs, ainsi que tout autre information relative au "terrorisme".
L'hysterie anti-terroriste est devenue l'excuse de tentatives
gouvernementales visant a reduire la liberte d'expression sur les reseaux
informatiques, qui est garantie par les constitutions, les lois, et la
declaration des Droits de l'Homme adoptee par les Nations Unies.
L'information sur la fabrication des bombes, comme celle sur d'autres choses
qui devraient etre interdites, est largement disponible, souvent meme aupres
des gouvernements qui incitent a la censure. Interdire de telles
publications sur l'Internet ne va pas les rendre moins largement
disponibles. Cependant cette interdiction pourrait devenir l'outil de
censure de tout debat, ou opinion, qui aurait le malheur de deplaire aux
autorites, ou a des groupes de pression qui ne partageraient pas ces
opinions.

Ceci est une violation pure et simple de la liberte d'expression, peu
importe le pretexte.

Actuellement communiquer via l'Internet c'est comme envoyer des messages sur
des cartes postales. N'importe qui entre l'expediteur et le destinataire
peut lire le message. Le chiffrement peut etre utilise pour assurer la
confidentialite des communications. C'est comme de mettre le message sous
enveloppe. Bien que largement disponible, cette technologie n'est pas encore
devenue une composante de l'Internet a cause de pressions des services de
renseignement.

Certains pays considerent la cryptographie comme une arme, tel un missile ou
un pistolet mitrailleur, et interdisent son exportation, c'est le cas des
Etats Unis. D'autres pays l'interdisent completement (sauf autorisation des
services du Premier Ministre) c'est le cas de la France. Ces politiques
menacent de saper l'infrastructure d'information, pas seulement localement
mais globalement aussi, laissant les reseaux d'ordinateurs ouverts a
l'espionnage industriel et meme gouvernemental, comme nous l'avons vu
recemment dans l'affaire d'espionnage informatique du Parlement Europeen,
ainsi qu'a une exploitation criminelle.

Ce que le G7 demande, c'est un moyen de pouvoir intercepter tous les
messages envoyes par les terroristes. La seule facon d'y parvenir et d'avoir
un moyen de lire tous les messages. Ce que les membres du G7 exigent est que
la confidentialite de toutes les communications soit compromise au nom de la
protection contre le terrorisme. Cependant, aucun terroriste serieux
n'utilisera un tel systeme, alors que des systemes de chiffrement
incassables existent et sont disponibles gratuitement.

En fait, le G7 exige que nous mettions en peril la confidentialite de nos
communications pour rien.

----------------------------------------------------------------

QUE POUVEZ VOUS FAIRE ?

1. Soyez vigilant sur ce que votre gouvernement fait, ou a l'intention de fa=
ire.
Contactez vos legislateurs et exhortez les a proteger la vie privee et la
liberte d'expression sur l'Internet. Ecrivez ou appelez la presse dans votre
region, et suggerez leur de rendre compte du toute agissement du
gouvernement contre la liberte dont vous avez connaissance.

2. Adherez =E0 une association de defense des libertes sur les reseaux
informatiques.
Consultez, a la fin de cet article, la liste de quelques organisations avec
lesquelles vous pouvez prendre contact.

3. S'il n'existe de telles associations dans votre pays / region, pourquoi
ne pas en creer une ? Quelques suggestions sur la maniere de lancer une
association de ce type sont disponibles aux adresses suivantes :

http://pobox.com/~mbaker/creating.html
http://www.well.com/~jonl/bonfire.html

----------------------------------------------------------------

OU PUIS JE EN SAVOIR PLUS ?

Plus de details sur la reunion du G7 et ses effets sur l'Internet sont
disponibles dans un communique de presse du GILC (Global Internet Liberty
Coalition)

http://www.aclu.org/gilc/index1.html

Pour un resume des tentatives de censures sur l'Internet dans le monde
entier consultez le rapport "10 may 96 Silencing the Net" sur le site gopher
de Human Rights Watch (association de defense des droits de l'homme)

gopher://gopher.igc.apc.org:5000/11/int/hrw/general

Pour avoir plus d'informations sur les tentatives de bailloner l'Internet
consulter les sites WEB suivants :

http://www.eff.org/~declan/global/
http://www.io.org/~sherlock/doom/threat.html

Pour une information sur les problemes internationaux de libertes sur les
reseaux electroniques consultez le serveur WEB de l'Electronic Frontier
=46oundation

http://www.eff.org/pub/Global/

Les traductions de cette alerte sont disponibles aux adresses suivantes :

Catalan:
http://www.lander.es/~jlmartin/

=46rench:
pforsans@in-net.inba.fr
et http://www.imaginet.fr/~mose/citadel/

Italian:
http://www.nexus.it/alcei.html

Spanish:
http://www.lander.es/~jlmartin/

----------------------------------------------------------------

ORGANISATIONS

Les organisations suivantes sont a l'origine de cette alerte :

ALCEI - Electronic Frontiers Italy
http://www.nexus.it/alcei.html

CITADEL - Electronic Frontier France
http://www.imaginet.fr/~mose/citadel

EFF-Austin (Texas)
http://www.eff-austin.org

Electronic Frontier Foundation (USA)
http://www.eff.org

Electronic Frontier Canada
http://www.efc.ca/

Electronic Frontier Ireland
http://www.efi.ie/

Electronic Frontiers Australia
http://www.efa.org.au

Elektronisk Forpost Norge (Electronic Frontier Norway)
http://www.sn.no/~efn

=46ronteras Electronicas Espana (Electronic Frontiers Spain)
http://www.lander.es/~jlmartin/

HotWired
www.hotwired.com

Human Rights Watch
http://www.hrw.org

Contacts Presse :

Choisissez une des organisations ci dessus et visitez leur site WEB pour
obtenir le nom d'un contact.

----------------------------------------------------------------

=46IN DU MESSAGE D'ALERTE