(fr) Lettre de revolte

counter@francenet.fr
Wed, 15 May 1996 17:05:52 +0200


Au nom de l'article 227-23 du code Pe'nal ! je vous arrete !
----------------------------

Voici "l'arme secre`te" employe'e par les
autorite's transalpine pour mettre en oeuvre la plus lourde action de
re'pression contre l'Internet Franc,ais.

Re'sultat de la "rafle" effectue'e par la SRP (Section de Recherches de Pari=
s)
de la gendarmerie Nationale le lundi 6 mai 1996 : 48 heures de garde a` vue
pour les ge'rants de deux grands fournisseurs d'acce`s Internet : FranceNet =
et
World-Net avec en prime confiscation d'une partie de leur mate'riel
informatique.

"Je suis choque' par la violence et l'arbitraire de cette proce'dure"
de'clarera dans le quotidien le Monde le ge'rant de FranceNet.

L'article 227-23 du code Pe'nal puni les actions lie'es a` la pornographie
mettant en sce`ne des mineurs et plus particulie`rement des enfants. Et c'es=
t
de c,a que sont accuse's les socie'te' FranceNet et World-Net. Ah ... il ne =
sont
pas accuse' d'avoir produit eux-memes ce mate'riel, mais pour avoir transpor=
te'
via le serveur RAIN (plus connue sous le nom de Transpac, filiale de France
Telecom) et mis a` disposition de leurs abonne's une tre`s grande partie de =
la
hie'rarchie Usenet et en particulier les divers groupes de nouvelles
'alt.binaries.picture.erotica.*'. A noter que dans cette affaire, la socie't=
e'
RAIN n'a nullement e'te' inquie'te' par les autorite's franc,aises et=
continu a`
distribuer les-dit groupes de nouvelle.

Naturellement cette "proce'dure" en force ne re'soud en rien le proble`me de=
la
pornographie sur l'Internet. Meme les politiciens et les magistrats savent
bien qu'aujourd'hui un abonne' peu parfaitement utiliser les services des
serveurs de nouvelles en acce`s libre disse'mine's un peu partout dans le
monde, et que fermer deux robinet (FranceNet et World-Net) ne sert
absolument a` rien !

Cette proce'dure faite a` titre de "bon exemple", intervient pendant
l'ouverture meme d'une importante confe'rence sur l'internet qui se de'roule
actuellement a` Paris. Mais au fait, qu'est ce que le "bon exemple" ? Mettre
un policier derrie`re chaque modem ? Castrer d'une manie`re plus ou moins
arbitraire les coins dit "sombres" de l'Internet ? Tenir a` jour une liste
noire des bons et des me'chants ? Ou encore instaurer un syste`me d'espionag=
e
de tout ce qui circule sur l'Internet qu'il soit a` titre prive' ou commerci=
al

Les me'chants dans cette histoire, FranceNet et World-Net, son deux socie'te=
'
inde'pendantes ayant un certains poids certe, mais celui-ci est ridicule fac=
e
aux mastodontes qui viennent d'arriver sur l'Internet. A savoir depuis le 2
mai 1996 (serait-ce une co=EFncidence !) France Telecom, via sa filiale FTI.
Nos me'chants n'ope'raient pas de censure sur ce qui e'tait distribue',=
comme le
font certains en de'cidant plus ou moins arbitrairement ce qui est "bon" a`
lire et ce qui est "mauvais" a` lire !

Une question subsidiaire est de savoir exactement si FranceNet et World-Net
sont entre's dans le colimateur des autorite's parce qu'ils transgressaient
l'article 227-23 du code Pe'nal ou bien parce qu'ils de'rangeaient et et
risquaient de faire de l'hombre ? Quoi qu'il en soit, cette transgression
risque de couter fort cher aux deux dirigeants qui risquent 3 ans de prison
et 500.000 F d'amende !

La communaute' internet franc,aise a re'agie tre`s vite a` cette action
unilate'rale de censure. Une tre`s grande partie des fournisseurs d'acce`s o=
nt
purement ferme' leur service de nouvelles en signe de protestation. Le group=
e
de nouvelle 'fr.network.internet' ne cesse de recevoir des articles de
protestation contre cette mesure. Bon nombres de Home Page se sont revetues
d'un habit noir avec un drapeau tricole en berne. Des service Web de
subtitution aux serveurs de nouvelles se sont mis en place un peu partout.
Et on ne compte plus les messages de protestation qui sont envoye's vers les
boite aux lettres e'lectroniques des autorite' franc,aise, ni les messages d=
e
soutients aux deux dirigeant.

Les premiers bilans de ce "lundi noir" ont commence' a` traverser les
frontie`res ...

A ce propos, toi qui est en train de lire ces lignes, conside`re ce message
comme "une autre source d'information", diffe'rente de celle propage'e par l=
es
me'dias classiques, propage le partout ou` tu peux dans la mesure de tes
possibilite's. Un message de Cybernautes et Citadins qui se soule`vent contr=
e
toutes les formes de censure, contre toutes les formes de contr=F4le de
l'information qui sont en trainde se mettre en place doucement mais surement
sur l'Internet. Cette histoire s'est de'ja` re'pe'te'e, hier aux Etats Unis =
et
aujourd'hui en France, demain ce sera peut etre le tour d'un autre pays
Europe'en ...

Et n'oublies pas, cette histoire peu aussi t'arriver. Mais si, mais si !

Giuseppe Salsa (giusal@worldnet.fr)
Philippe Buschini (philb@sct.fr)