(fr) Resistance a la xenophobie d'Etat

counter@francenet.fr
Wed, 24 Apr 1996 11:54:46 +0200


>R=C9SISTANCE =C0 LA XENOPHOBIE D'ETAT
>DES PAPIERS POUR TOUS LES SANS-PAPIERS
>
>Le 18 mars dernier, 300 e'trangers sans papier ont occupe' l'e'glise
>Saint-Ambroise pour revendiquer leur re'gularisation. Les premiers jours,
>des centaines d'autres ont spontane'ment rejoint l'occupation, mettant en
>lumie`re le caracte`re absurde et inhumain de lois qui, cense's re'gler un
>"proble`me de l'immigration", contribuent en fait a` produire la
>clandestinite'. D'emble'e, les organisations caritatives ont choisi de
>restreindre la lutte collective en refoulant ceux qui voulaient la
>rejoindre. Ces associations attache'es aux droits de l'homme sont certes
>oppose'es aux lois Pasqua a` cause de leur inhumanite', mais admettent le
>principe essentiel qui les fonde: la ne'cessite' du controle des flux
>migratoires.
>
>La question pose'e par les "sans-papiers" se re'sume alors a` une
>conjonction de cas individuels pour lesquels le gouvernement propose
>de'sormais une "application humaine de la loi". Cet accent, mis sur
>l'aspect humanitaire, est justifie' par le pragmatisme et le souci de ne
>pas exposer les "sans-papiers" de Saint-Ambroise. Mais, cette sollicitude
>ne pourra au mieux aboutir qu'a` la re'gularisation de quelques dossiers,
>rejetant dans la clandestinite' tous ceux dont le dossier n'aura pas e'te'
>retenu et les dizaines de milliers d'invisibles qui n'auront meme pas
>e'te' pre'sente's.
>
>Depuis vingt ans, la politique constante de l'Etat a consiste' a`
>renforcer sans cesse l'arsenal anti-immigre's. La situation faite a` des
>dizaines de milliers de personnes qui vivent ici est devenue impossible,
>au point que refusant d'etre a` chaque moment de leur vie sous la menace
>de l'expulsion, quelques centaines d'entre eux, s'appuyant sur leurs
>re'seaux communautaires et familiaux ont de'cide' de rendre visible le
>scandale des conditions qui leur sont impose'es en apparaissant
>publiquement.
>
>Au moment ou` l'Etat s'apprete a` aggraver encore la politique
>anti-immigre's (projets Toubon et Debre'), poser la question des
>"sans-papiers", c'est re'affirmer le droit de tous les individus a`
>circuler librement et a` s'installer ou` ils le veulent. Une campagne pour
>la re'gularisation des "sans-papiers" ne pourra se de'velopper qu'a`
>condition que tous les "sans-papiers" qui le de'sirent puissent rejoindre
>cette lutte . Ils sont la principale force a` meme de contester dans les
>faits ces lois racistes.
>
>Face aux attaques contre les immigre's, la lutte actuelle ne doit pas
>rester isole'e ! Aux possesseurs de papiers d'engager, partout ou` ils le
>peuvent, des batailles contre les pratiques discriminatoires et les
>rouages du dispositif de controle.
>
>Il ne tient qu'a` nous d'intervenir, personnellement et collectivement,
>dans les lieux publics et les administrations ou` les droits des
>e'trangers sont bafoue's. Le 5 avril, nous avons occupe' l'ANPE
>Denfert-Rochereau ou` il avait e'te' de'nonce' et arrete' par la police un
>"sans-papiers". Organiser des collectes pour recueillir des fonds afin de
>financer le retour des expulse's ? Ouvrir avec les "sans-papiers" qui
>souhaitent rejoindre la lutte un nouvel espace ? A nous d'imaginer tous
>les moyens de faire reculer l'emprise de la socie'te' de controle, a` nous
>de prendre l'initiative !"
>
>Collectif Des papiers pour tous,
>21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris
>Te'l: 48 07 82 54.
>
>