(fr) Rouen : ce n'est qu'un...

counter@francenet.fr
Mon, 29 Jan 1996 18:50:39 +0100


_______________________________________________________
CONFLITS_L
--------------------------------------------------------------

ROUEN : CE N'EST QU'UN DEBUT...
-------------------------------

Tirer un premier bilan des e've'nements survenus dans l'agglome'ration
rouannaise n'est pas chose aise'e tant chaque amena son lot de difficulte's
et de richesses, tant les conditions de l'engagement furent diffe'rentes
selon que l'on soit du public ou du prive', de grosses boites ou de
petites. Ce re'cit sera donc a` la fois globalisant et subjectif.

Comme partout, sans doute, la colonne verte'brale du mouvement fut celui
des cheminot(e)s. Monde cheminot que plus de 20 ans de pratiques unitaires
et de'mocratiques ont profonde'ment marque's.

Rejetant les pratiques sectaires, un large courant pronant l'unite' a` la
base et la de'mocratie directe s'est forge' dans diffe'rentes luttes: il
s'est organise' pour durer et s'exprimer sous les formes successives de
comite' de mobilisation, d'amicale, de journaux pour aboutir en 86-87 a` la
mise en place d'AG, comite' de gre`ve, coordination locale inter-service et
coordination nationale.

Apre`s 86-87, une grande partie de ce courant investit la CFDT. C'est ce
courant qui va resurgir avec force en novembre et de'cembre dernier.

UNE EXPLOSION SOCIALE

Apre`s avoir de'localise' les produits a` faible valeur ajoute'e, dans sa
recherche effre'ne'e d'un taux de profit maximum, le capitalisme pouvait
de'localiser les produits a` forte valeur ajoute'e (vers l'Est) ou
s'attaquer prioritairement au =ABnon de'localisable=BB (transports, sante',
e'ducation...), c'est-a`-dire le plus souvent les services publics (voir
les diffe'rents rapports de l'OCDE, du FMI, de la Banque mondiale sur le
sujet).

En s'attaquant a` la protection sociale et a` la SNCF, le gouvernement s'en
prenait ouvertement aux instruments de solidarite', aux instruments
(imparfaits) de redistribution des richesses: l'explosion e'tait
ine'vitable.

Nous le savions, nous le sentions, mais comme pour tout mouvement, nous
n'en posse'dions ni le rythme, ni l'importance, ni meme la nature.
Allions-nous assister a` l'addition de luttes dures chez les cheminot(e)s
et de journe'es de protestation ailleurs, ou au contraire a` l'apparition
d'un mouvement social unifie' ?

L'appel de la CFDT cheminote a la gre`ve reconductible de`s le 24 novembre
nous a permis de`s les premie`res AG (une par service) de nous installer
dans la dure'e ? Mieux, la continuite' du 24 nous permit de de'passer le
strict cadre du contrat de plan et des retraites de fonctionnaires. Nous
de'noncions tous les plans Juppe'. Ainsi, la lutte des cheminot(e)s se
voulait-elle celle de tous les salarie's. (Quelle manque de modestie !...).

En ce sens, un premier tract d'appel a` la gre`ve ge'ne'rale e'tait
adopte'e en AG le 25. Il fut diffuse' de`s le week-end sur les marche's
puis au cours de la semaine dans diverses entreprises et lors des manifs a`
plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires.

De`s le lundi, une manif part d'un atelier, traverse le centre de tri,
passe au de'pot (agents de service et =ABpetit=BB entretien) rejoint la cote
135 (point d'occupation des voies) et poursuit en direction de la CRAM, y
provoquant une AG spontane'e. Le ton e'tait donne'. Puisqu'aucun syndicat
n'appelle a` la gre`ve ge'ne'rale, nous irons vers les autres entreprises.
Nous y pe'ne'trons le plus souvent a` la demande des de'le'gue's locaux
mais parfois, comme dans les transports urbains, a` leur encontre. Certains
matins, plus de 300 cheminot(e)s se re'partissaient les diffe'rentes
=ABde'le'gations=BB.

Ce n'est pas un hasard si le premier centre de tri en gre`ve fut celui de
Sotteville-les-Rouen, suivi de Caen et Evreux. Des instituteurs se mettent
en gre`ve sans mot d'ordre. Renault Cleon (80 % CGT) organise des AG (c'est
une grande premie`re pour eux) avec notre participation. La jonction avec
le mouvement e'tudiant se fait. Peu a` peu, les AG se multiplient, ainsi
que les appels a` la gre`ve. Enseignants et de'le'gue's CGT du b=E2timent de
la valle'e du Cailly multiplient les contacts avec d'autres entreprises de
la valle'e...

Ainsi, nous gagnions notre deuxie`me pari: celui de l'extension. Encore
fallait-il formaliser un lieu de rencontre: ce sera l'objet de la Fosse.
Des AG par services ou lieux ge'ographiques visent a` l'expression de la
de'mocratie directe. Le COU (Comite' d'organisation unitaire), compose' de
de'le'gue'(e)s mandate'(e)s par leurs AG et de repre'sentants syndicaux
(deux par syndicat) fait la synthe`se des AG, organise le boulot, cre'e des
commissions de travail.

Tous les apre`s-midi a lieu le meeting central, a` la Fosse. Une
plate-forme surplombe une immense fosse be'tonne'e, chemin habituel du
transbordeur de locomotives. Il s'exprime dans les discours qui
n'e'chappent pas toujours a` la de'magogie, et dans les mots d'ordre
scande's par des centaines de compagnons et compagnes, une combativite' qui
regonfle les plus he'sitant(e)s.

La parole y est donne'e aux =ABexte'rieurs=BB qui viennent de plus en plus
nombreux, e'bahis d'abord, enthousiastes ensuite. S'y cotoient bien s=FBr
fonction publique et assimile's, mais aussi du prive', en gre`ve ou pas. De
petites boites expliquant leur impossibilite' de faire gre`ve de fac,on
prolonge'e, des chomeur(euse)s (comite's CGT et AC !), des militant(e)s du
DAL, des e'tudiant(e)s, des militant(e)s de la Confe'de'ration paysanne...

Ce dispositif sera comple'te' par des re'unions inter-boites en fin de
mouvement. Enfin, AG ou COU ne sont pas ferme's. Y assister vaut souvent
tous les discours sur l'unite' a` la base et la de'mocratie directe. Outre
quelques initiatives traditionnelles (pe'ages autoroutiers gratuits,
barrages filtrants. ..), initiatives de plus en plus inter-professionnelles
,signalons l'organisation d'un bal sans alcool gratuit, l'ouverture de
trois garderies pour que chacun et chacune puisse lutter, le soutien a` une
re'quisition d'appartements et a` un relogement organise's par le DAL,
ope'ration dans une ANPE en direction des chomeurs, organisation d'un forum
=ABboites en lutte=BB. Signalons aussi l'organisation des cheminot(e)s en
corte`ge autonome lors des manifs.
Ce corte`ge, tre`s dynamique, avec son propre service d'ordre, s'imposera
en tete de manifs, allant meme jusqu'a` virer des responsables de l'UD-CGT
sous la banderole de tete.

COTE SYNDICAL

C'est un article entier qu'il faudrait consacrer au devenir du mouvement
syndical. Pour re'sumer, la CFDT est profonde'ment fracture'e. Nombre de
de'le'gue's de base ne veulent plus la repre'senter tant que subsistera la
direction confe'de'rale. C'est son existence meme qui est en cause.

A la CGT, la coupure entre ceux qui voulaient jouer le jeu de l'unite' sur
le terrain et ceux qui y ont pre'fe're' 1' unite' des appareils CGT-FO-FSU
n'est pas prete de se re'sorber. La timidite' de la CGT cheminote au de'but
du mouvement, son appel a` peine de'guise' a` la reprise, la non-volonte'
d'extension des structures interprofessionnelles CGT, enfin des pratiques
re'trogrades, ne lui permettront pas d'engranger ce qu'elle e'tait en droit
d'attendre. Cela dit, il est e'vident que sur le terrain, la CGT e'voluera.

Quant a` la FSU, cette gre`ve a montre' qu 'elle n'avait pas rompue avec
les pratiques ante'rieures, et bien des illusions sont tombe'es chez les
enseignant(e)s.

Victoire comple`te ? Non, puisque le plan Juppe' est reste', mais
certainement pas e'chec. Tous les ingre'dients existent pour que c,a
reparte. D'autant plus que la combativite' reste intacte.
Sur l'agglome'ration, une centaine de personnes, CGT, CFDT, SNU-IPP ou
inorganise's, repre'sentant une trentaine d'entreprises, ainsi que des
e'tudiant(e)s, des enseignant(e)s, des chomeurs(euses) ont de'cide' de
poursuivre les rencontres interprofessionnelles et proposent l'organisation
d'un forum, un appel a` une manifestation nationale, l'e'dition d'un
journal...
Ce n'est qu'un de'but...

Jean-Michel
Sotteville-les-Rouen, le 31/12195

(Extrait du mensuel "Alternative Libertaire", nume'ro 39, janvier 1996)

_______________________________________________________
EUROPEAN COUNTER NETWORK - PARIS / FRANCE
--------------------------------------------------------------
Ecn c/o Reflex - 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris (France)
--------------------------------------------------------------
eMail : counter@francenet.fr
Samizdat : http://www.anet.fr/~aris/
A-Infos : http://www.lglobal.com/TAO/ainfos.html
TAO: http://www.lglobal.com/TAO/
-------------------------------------------------------------
_______________________________________________________