(fr) L'avenir s'invente

counter@francenet.fr
Tue, 9 Jan 1996 09:53:05 +0100


_______________________________________________________
CONFLITS_L
---------------------------------------------------------------

RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT
-----------------------------

Apre`s trente deux jours de gre`ve, des ne'gociations houleuses et une
intervention policie`re, le centre de tri de Caen a de'cide' de la reprise
du travail sans pour autant en rester la`. Retour sur cette lutte avec
Jean-Marc Delafosse, secre'taire de'partemental de SUD.

Comment le mouvement a-t-il de'bute' ?

- La mobilisation contre le plan Juppe' est le point de de'part du conflit.
Ceci dit, il existe un proble`me de fond a` La Poste qui explique que le
mouvement ait continue' apre`s la reprise des cheminots. En 1991, une
convention collective a permis d'embaucher des salarie's de droit prive'.
Or, le droit prive' n'est pas respecte' a` La Poste. Depuis cette date,
elle pratique une politique de remplacement des emplois titulaires
(mutations, de'parts en retraite) par des salarie's de droit prive'. Mais,
ce qui est beaucoup plus grave, c'est que La Poste use et abuse du contrat
a` dure'e de'termine'e (CDD) renouvelable au jour le jour. Sur le centre de
tri de Caen, une employe'e a eu en quatre ans deux cent soixante-sept
contrats dont quatre-vingt-sept d'un jour. C'est donc une situation
catastrophique qui touche prioritairement les jeunes, mais e'galement les
femmes, dont certaines e'le`vent seules leurs enfants, ce qui pose des
proble`mes conside'rables de vie quotidienne. Le temps est ainsi suspendu
dans l'attente d'un coup de fil qui dira si demain est un Jour travaille'
ou un jour chome'.

Parmi vos revendications figurait la conversion des quinze
agents contractuels en CDI...

- Il faut savoir qu'en re'alite' c'est beaucoup plus. Nous avons retenu ce
chiffre car, au de'part de la gre`ve, ces quinze agents contractuels de
droit prive' sont partis avec nous; les autres n'e'tant plus sous contrat
ont tout de meme participe' a` l'action en tant que chomeurs. Au centre de
tri de Caen, il y a ainsi quatre-vingts ch=F4meurs qui travaillent de temps
en temps sur une trentaine d'emplois du centre, c'est leur notion de
partage du travail ! La Poste, qui ne cotise pas a` l'UNEDIC, paye le
ch=F4mage aux agents en CDI dans la mesure o=F9 ils ont effectue' cent
vingt-deux jours de travail l'anne'e pre'ce'dente, ce qui repre'sente une
enveloppe budge'taire importante. On sait qu'il y a des directions
de'partementales tre`s vigilantes qui, lorsqu'un salarie' approche les cent
vingt-deux jours, e'vitent de renouveler leur contrat.

Leur objectif e'tant, bien sur, celui d'une flexibilite' de l'emploi, ils
privile'gient donc les CDI intermittents (CDII). Ces contrats ont e'te'
abroge's, mais La Poste a signe' avant leur suppression. Avec ce type de
contrat, c'est la flexibilite' de l'emploi, le temps partiel impose', les
horaires variables d'une semaine a` l'autre, et La Poste n'a plus a` payer
le ch=F4mage a` ces agents.

Nous condamnons bien sur ces CDII, les CDD, et l'objectif est d'obtenir des
CDI a` temps plein pour repre'sentant de la de'le'gation Ouest (La Poste
est organise'e en grandes re'gions) et le repre'sentant des ressources
humaines de la direction de'partementale, permettant des ne'gociations plus
sereines.
Avant il y avait, pour les emplois de droit prive', cinq CDI a` temps
plein, quatre CDII et soixante-dix agents sous CDD qui travaillaient au
jour le jour au centre de tri de Caen. Nous avons obtenu dix CDI a` temps
partiel. Ceci est insuffisant puisque nous estimons a` trente le nombre
d'emplois comble's par ces salarie's au jour le Jour, mais c'est un premier
pas.

Lors de l'AG, vendredi soir, l'ambiance e'tait plut=F4t morose. Nous
espe'rions qu'un mouvement reprenne au sein des centres de tri suite a`
l'intervention des CRS mais malgre' les nombreuses motions de soutien, nous
avons bien senti que la lutte ne reprendrait pas comme =E7a. Les gens avaien=
t
le couteau sous la gorge par rapport aux retenues de gre`ve.

Une directive de la direction ge'ne'rale pre'conisait une comptabilisation
extensive des jours de gre`ve comprenant No=EBl, les jours fe'rie's, les
samedis et dimanches. Avec la privatisation imminente de France Te'le'com,
il s'agissait d'e'viter que les postiers soient solidaires des agents de
=46rance Te'le'com si un grand mouvement de gre`ve devait se de'clencher, et
cela en retirant le plus possible sur nos salaires.

Comment envisagez-vous la suite et quel est le climat aujourd 'hui ?

- Nous avons re'ussi a` pre'server l'intersyndicale CGT-SUD-FO. Notre
objectif est maintenant d'organiser fin janvier un de'bat public auquel
nous inviterons des associations d'usagers le personnel, la direction
de'partementale de La Poste, si elle le souhaite, les chefs d'entreprise et
les collectivite's locales pour de'battre des re'elles missions de La Poste
en tant que service public, mais e'galement du proble`me de l'emploi sur le
bassin caennais.

De notre c=F4te', a` SUD, nous allons user de notre compe'tence en matie`re
de droit prive' et nous avons d'ores et de'ja` signale' a` La Poste que
nous allions les emmener aux prud'hommes durant toute l'anne'e 1996.
L'unite' syndicale a e'te' extraordinaire durant ce mois de de'cembre, tout
le monde a fonctionne' ensemble, et =E7a ne va surement pas s'arreter la`.
Il existe une certaine fierte', et la solidarite' qu'on a connue entre les
agents contractuels et les titulaires est de'terminante pour toutes les
actions a` venir. Il y a eu une prise de conscience de la ne'cessite'
d'agir ensemble, e'tant donne' qu'a` pre'sent ces deux statuts coexistent
dans des proportions similaires. Il est sur que plus rien ne se passera
comme avant. A titre d'exemple, hier, il manquait une personne au
transbordement, eh bien tout s'est arrete' jusqu'a` ce qu'ils trouvent
quelqu'un pour occuper le poste.

Propos recueillis par Louise Titti

(Extrait de "Rouge", nume'ro 1665, 4 janvier 1996)

_______________________________________________________
EUROPEAN COUNTER NETWORK - PARIS / FRANCE
---------------------------------------------------------------
Ecn c/o Reflex - 21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris (France)
---------------------------------------------------------------
eMail : counter@francenet.fr
Samizdat : http://www.anet.fr/~aris/
A-Infos : http://www.lglobal.com/TAO/ainfos.html
--------------------------------------------------------------
_______________________________________________________