(Fr)SEARCHLIGHT(Eng)

neil birrell (neil@lds.co.uk)
Thu, 9 Nov 1995 14:44:16 +0100


SEARCHLIGHT
scanned article

CERTAINS camarades en France, adeptes de
la lutte antifasciste, ont pour principal
modele de re'fe'rence le groupe antifasciste anglais
SearchlighL Il faut dire qu'apres un examen du tra-
vail de ce groupe, il y a de quoi rever: infiltration
au plus haut niveau du British National Party
(BNP), connaissance exactes des membres com-
posant le groupe terroriste nazi Combat 18, fichiers
de militants d'extreme droite conse'quents, etc.
Searchlight me'rite pourtant, a plus d'un titre, un
regard tout autre.
Searchlight appara=EEt donc comme la meilleure
organisation Antifa d'Europe, la parfaite machine
de guelre, nimbe'e d'une aura de mystere, bref le
groupe dont reve nombre d'antifascistes. Le pro-
bleme est que Searchlight n'est pas aussi parfaite,
aussi limpide que l'on pourrait l'espe'rer.
Politiquement, Searchlight est on ne peut plus
attache'e au systeme =AB de'mocratique =BB comme le
prouvent plusieurs de ses couvertures invitant le
lecteur a aller voter contre le BNP ou le National
Front (NE@). Le vote est-il une arme contre la mon-
te'e de l'extreme droite ? Nous pourrions laisser ce
de'bat aux intellos, qui y re'fle'chissent depuis des
lustres, comme le tres fade Pierre-Andre' Taguiev.
Dire que c'est un scandale que Searchlight appelle
a voter contre l'extreme droite semble, malheu-
reusement, etre un peu de'passe' pour les adeptes
spe'cifiques de la lutte antifa, meme si le de'bat
est des plus capital si l'on prend en compte les mai-
ries tombe'es de'mocratiquement dans l'escarcelle
du FN au mois de juin.
Abordons plut=F4t les relations qu'entrelient
Searchlight avec la police britannique. Searchlight
annonce re'gulierement que plusieurs de ses
membres ont travaille' conjointement avec la police
aidant a l'arrestation de militants fascistes ou bien
encore ont donne' des informations permettant
aux policiers anglais de re'actualiser leur fichier ou,
ont participe a des travaux de certaines commis-
sions d'enquete britannique sur les liens entre
l'extrcmc droite et les services secrets. On croit
rever... Searchlight lutterait-elle contre l'extreme
droite uniquement dans un cadre donne' ? Soit
une lutte conjoncturelle et bien cible'e qui oublie
(comme par hasard) la ve'ritable cause du pro-
bleme: le capitalisme. Il est pourtant e'vident que
la lutte antifasciste passe par une lutte anticapi-
taliste et que la police est un des multiples chiens
de garde de ce systeme.
Autre zone d'ombre qui me'rite d'etre eclaire'e
pour les militants francais: I'affaire Tim Hepple.
Tim Hepple, =E2ge' aujourd'hui de 28 ans, est mili-
tant d'extreme droite depuis son adolescence, il est
membre du National Front puis du British Natio-
nal Party, et il participe aux activite's d'autres
groupuscules ne'o-nazis' partisans de la violence;
il participe a celtaines actions violentes dans la ville
de Sheffield. En 1991, Hepple est touche' =AB par
la gr=E2ce =BB, alors qu'il est un cadre important du
BNP. Il de'cide de basculer dans 1' autre camp et de
travailler pour Searchlight il le fera pendant plus
de trois ans.
Le probleme est que Hepple militait e'gale-
ment dans des groupes libertaires tels que Green
Anarchist, et cela entra=EEna, a la grande tristesse de
Searchlight, la de'couverte de la taupe. Evidem-
ment, les groupes libertaires n'e'taient au courant
de rien, et Heeple joua, pendant cette e'poque, un
curieux r=F4le de... provocateur. Il n'he'sitait pas a
pousscr les militants anarchistes ou e'cologistes
radicaux a passer a un activisme plus violent. Et
Searchlight de penser que la mouvance libertaire
anglaise avait balance' Heeple au =AB fameux =BB
groupe terroriste nazi Combat 18 et donc mis fin
a cette formidable infiltration@.
Bref, le he'ros re'digea un livre: At War with
Society, et l'extreme droite, surtout le BNP, fut
ridiculise'e. La double infiltration simultane'e de
Hepple dans l'extreme droite et dans la mouvance
libertaire n'a pas e'te' du go=FBt de tout le monde, car
il semblerait que Searchlight ait allegrement uti-
lise' l'engagement de Hepple dans les groupes
anarchistes pour se renseigner sur leur re'seau
militant. Pourquoi ? Uniquement parce que Sear-
chlight entend e'galement faire un travail de sur-
veillance des activite's d'extreme gauche, d'etre des
=AB left watchers =BB. Il est vrai, comme dit le vieil
adage de'mocrate, que les extremes se rejoignent. . .
Pour finir sur le chapitre Hepple@, une grande
partie du mouvement libertaire anglais le soup-
conne d'etre fortement lie' aux services secrets
anglais (MI5), tout comme le directeur de Sear-
chlight, Gerry Gable. Ces soup,cons sont e'taye's par
un nombre e'trange de taits et de relations parfois
ambigus avec la police. De plus, Searchlight n'ad-
met pas la critique et entame des campagnes de
discrimination contre un certain nombre de mili-
tants d'extreme gauche et tout particulierement
contre la mouvance libertaire. Bref, ils n'he'sitent
pas a jeter le trouble sur les activite's de certains
militants ou de certains groupes. Le Direct Action
Mouvement 4 (DAM) a e'te' victime de ses suspi-
cions, ou encore Tim Scargill, membre de Class
War Organisation@ qui a e'te' attaque' par Sear-
chlight. Il es@ des plus dommage que le mouvement
libertaire en France ne se soit jamais penclle' sur
le probleme qu'entra=EEne la diffusion de Sear-
chlight. Seule l'extreme droite (comme Nouvelle
Re'sistance avec leur torchon Lut@e du peuple)
s'est fait l'e'cho d'une collaboration entrc des anti-
fascistes et/ou anarchistes en Francc et Sear-
chlight. Nous ne nous e'tendrons pas sur les
atlaqucs entre individus qui, tout comme en
France, ont parfois des ramifications extra-poli-
tiques. Searchligllt est une organisation prot`on-
de'ment antire'volutionnaire et an@ilibertaire qui
ne mene une action antifasciste que dans une
optique de de'tense dcs institutions de'mocratiques
face a une menace tasciste. Alors que dire ?
Premicre solution: Searchlight t`ait un travail
remarquablc contre l'extreme droite et le reste
n'a pas d'importance.
Deuxieme solution: Searchlight, quel que soit
son travail et ses re'sultats, par ses positions et ses
- attaques contre nos camarades anglais est un
ennemi politique et il est navrant que des libertaires
et/ou des antifascistes diftusent le travail d'une
organisation dont les objectifs politiques n'ont
t rien a voir avec les n=F4tres.
Quant a Searchlight, comme le font les liber-
a taires anglais, je vous invite tout simplement a
boycotter leurs parutions.
=B7 Mandrin

FREEDOM PRESS
http://www.lglobal.com/TAO/Freedom