A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE - COMMUNIQUÉ SUR LA SITUATION EN CATALOGNE - OA-IAL

Date Mon, 27 Nov 2017 09:06:59 +0200


L'Organisation Anarchiste soucieuse de fournir des informations concernant les événements récents qui secouent la Catalogne vous propose un texte en catalan «appel à la grève générale du 3 octobre», texte émanant des organisations se réclamant de l'anarchosyndicalisme et/ou de l'anarchisme ---- la traduction de ce texte effectuée par nos soins (C. du groupe Puig Antich) ---- la traduction (réalisée par F. Melgar) d'un Communiqué commun de la CNT, de la CGT et de Solidaridad obrera, en date du 30 octobre 2017, sur la situation en Catalogne ---- 1 - Communiqué (en Catalan) des org ---- 2 - La traduction du dit communiqué en Français ---- Les syndicats, les organisations et les collectifs qui signent ce document voulons communiquer aux travailleurs et à l'ensemble des classes populaires notre position face aux différents évènements qui se produisent dans les rues de nos villes et villages.

Depuis quelques années on a vu comment l'escalade de tensions d'un conflit, déjà historique, pour entailler petit à petit les droits fondamentaux de la population. Nous venons d'une tradition syndicale et politique qui défend historiquement les droits et les libertés des classes opprimées et qui a pris la rue quand il a fallu lutter pour arracher au pouvoir tout ce qui nous permet d'être les protagonistes de notre présent et futur.
Comme libertaires et partie prenante des mouvements syndicaux, populaires et associatifs de catalogne, nous défendrons toujours le droit à l'autodétermination des peuples, à commencer par le nôtre. Nous comprenons comme principe basique du confédéralisme, pour rendre possible la connivence humaine de manière égalitaire. Nous avons clair que la pleine émancipation sera impossible sans le pas préalable de l'élimination économique qui la sustente, le capitalisme. Tant que cela n'arrivera pas, les conditions de vie de la classe travailleuse continueront à être écrasées par les oligarchies espagnole et catalane qui se tiennent toujours par la main pour imposer des contreréformes professionnelles et entailles dans les droits sociaux.
De la même manière, nous voulons dénoncer la militarisation et la répression que nous souffrons de la part de l'état espagnol, qui tout en montrant son visage le plus cruel et autoritaire, veut imposer sa volonté jusqu'aux dernières conséquences. Nous avons toujours été en contre de la militarisation de la catalogne, et de n'importe quel autre territoire, pour faire face aux grandes contestations populaires ou tout désir d'émancipation sociale.
Nous sommes opposés à la répression de l'état parce que nous en avons souffert de manière systématique et continue dans nos propres corps, dans la rue et dans les entreprises. Pour cela aussi nous voulons dénoncer la nature répressive de la propre Généralité de catalogne, laquelle ces dernières années, a poursuivi, frappé, arrêté et emprisonné tous ceux qui n'ont pas voulu regarder d'un autre côté chaque fois que les droits civils et humains du peuple ont été piétinés. Nous n'oublions comment les mossos d'esquadra ont délogé la place catalogne, emprisonné et dénoncé des syndicalistes, et les ont poursuivi pour avoir participé à la mobilisation qui entourait le parlement pendant les jours durant lesquels on entaillait dans nos droits sociaux, ou à travers des macros opérations policières , nous ont arrêté et emprisonné comme dans les récentes opérations Pandore, tuant et mutilant entre autre. Ainsi donc, nous ne permettrons à personne de nous critiquer pour porter le drapeau que nous portons.
Pour nous, l'autodétermination et l'émancipation de nos villes et nos villages, ne peut pas rester seulement sur la définition d'un espace territorial concret. La liberté collective ne sera possible sans l'action décidée du peuple et des travailleurs face à un état et des élites politiques qui maintiennent des structures antisociales, hétéropatriarcales et oppressives, qui sont aussi défendues par les acteurs du dénomme souverainisme catalan. L'autodétermination et l'émancipation ne sera possible qu'à travers l'action insoumise des opprimés, qui comprennent dans cette action la défense et l'amélioration de leurs conditions matérielles de vie. La socialisation des outils de production, de la richesse et l'élimination de toutes les formes d'oppression, comme l'hétéropatriarcat et ses différentes structures de pouvoir explicites comme implicites, une plus ample liberté de décision et de participation à travers l'action directe et l'autogestion sera ce qui nous rendra réellement libres.
Ainsi donc, nous pensons que c'est le peuple constitué comme sujet politique et de classe, qui doit servir de fondation à quelconque changement social important, et pour cela nous célébrons l'extension d'organisations populaires de base pour pratiquer la désobéissance et affronter le contexte autoritaire existant. Nous voulons que cette attitude de désobéissance affrontement à l'autorité aille au-delà de la conjoncture actuelle et s'adresse à toutes les injustices auxquelles nous sommes soumis.
Pour tout cela, nous faisons appel aux travailleurs de catalogne afin de participer aux mobilisations en défense de nos droits et libertés, et de manière très spéciale à participer massivement à la grève générale convoquée le 3 octobre. Parce que l'esprit combatif qui parcourt historiquement cette terre ne se pliera pas si facilement, parce que nous sommes la classe travailleuse et nous voulons décider tout, maintenant il est temps de prendre la rue, il est temps de lutter.

3 - Communiqué commun de la CNT, de la CGT et de Solidaridad obrera sur la situation en Catalogne (30 octobre 2017)
Les organisations signataires, agissant sur le territoire national, partagent une même inquiétude quant à la situation en Catalogne, la répression opérée par l'État, la perte de droits et de libertés que cela suppose et va supposer, et la montée d'un nationalisme rance qui apparaît à nouveau dans une grande partie de l'État. Nous défendons l'émancipation, en Catalogne et dans le monde entier, de toutes les personnes qui travaillent. Dans ce contexte, peut-être est-il nécessaire de rappeler que nous ne comprenons pas le droit à l'autodétermination comme l'entendent les partis et les organisations nationalistes, mais comme le droit à l'autogestion, pour notre classe, sur un territoire déterminé. Comprise de cette manière, l'autodétermination passe davantage par le contrôle de la production et de la consommation par les travailleurs et les travailleuses, et par une démocratie directe de bas en haut, organisée selon les principes fédéralistes, que par l'établissement d'une nouvelle frontière ou la création d'un nouvel État. En tant qu'internationalistes, nous pensons que la solidarité entre travailleurs ne doit pas être limitée aux frontières d'un État, raison pour laquelle il nous importe peu de savoir où ces frontières se situent. Ce qui nous paraît vraiment préoccupant, c'est la réaction vécue dans le reste de l'État, avec l'exaltation d'un «espagnolisme» rance, qui rappelle des temps passés, encouragé par les médias et en phase avec la dérive autoritaire du gouvernement, patente depuis l'emprisonnement de personnes ayant appelé à des actes de désobéissance ou avec l'application de l'article 155 de la Constitution. Il ne nous échappe pas que cette poussée nationaliste pose les bases pour de prochaines limitations de droits et de libertés, contre lesquelles nous devons nous prémunir. La honteuse unité des prétendues «forces démocratiques» dans la justification de la répression annonce un sombre panorama pour toutes les futures dissidences. Il semblerait que le régime post-franquiste qui nous gouverne depuis quarante ans resserre les rangs pour assurer sa continuité. Ce régime, qui a existé et qui existe encore, tant en Catalogne que dans le reste de l'État espagnol, sent que sa propre survie est en jeu. Grandement remis en question et soumis à une profonde crise de légitimité, il observe avec inquiétude l'accumulation des fronts de lutte ouverts. La menace sur l'intégrité territoriale de l'État s'ajoute aux scandales de corruption, au discrédit de la monarchie, à la remise en question des restrictions appliquées à la population, au mécontentement du à l'esclavagisme au travail qu'ont entraîné les dernières réformes, l'allongement de l'âge du départ à la retraite, la baisse du montant des pensions, etc. Les appels constants à défendre la Constitution doivent être compris comme une alerte pour mettre fin à cette véritable crise existentielle qui tenaille cet État. Le danger est que dans ce processus les comportements répressifs comme ceux auxquels on a assisté récemment dans plusieurs villes catalanes deviennent la norme. Ou pire. Nous ne savons évidemment pas quel sens vont prendre les évènements. Nos organisations resteront attentives à ce qui se passe, prêtes à défendre les intérêts des travailleurs. Nous nous opposerons de toutes nos forces à la répression et à la normalisation des comportements ultradroitiers, qui déjà se perçoivent. Nous ne nous laisserons évidemment pas non plus manipuler par les stratégies des partis politiques dont les objectifs nous sont étrangers. Dans le même temps, nous ne cesserons d'appuyer les mobilisations de la classe ouvrière quand celle-ci décidera que le moment est enfin venu de se défaire du diktat des élites politiques et économiques qui depuis trop longtemps gèrent le contrôle du territoire pour servir exclusivement leurs propres intérêts. En tant qu'organisations syndicales de classe, libertaires et combatives, nous serons présents dans la rue, dans les mobilisations, comme nous l'avons montré en de nombreuses occasions, contre la répression, les restrictions des droits et des libertés, et contre la corruption. Il est possible que la crise en Catalogne soit le coup de grâce pour un modèle d'État qui agonise. Que ce changement s'oriente dans un sens ou dans un autre dépendra de notre capacité, en tant que classe, à faire prendre à ce processus la direction opposée à la répression et à l'essor des nationalismes. Ayons confiance en l'obtention d'un résultat final qui aille vers plus de libertés et de droits, et non le contraire. Nous jouons gros.
Pour les droits et les libertés!
Contre la répression des classes laborieuses!

Confederación General del Trabajo,
Solidaridad Obrera,
Confederación Nacional del Trabajo.

(Traduction: Floreal Melgar)

http://infosetanalyseslibertaires.org/index.php/2017/11/23/appel-a-la-greve-generale-communique-sur-la-situation-en-catalogne/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center