A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) ucl-saguenay: [livre] Ne renonçons à rien...pour se faire élire par Collectif Emma Goldman

Date Thu, 16 Mar 2017 14:46:39 +0200


Lorsqu'on a annoncé à l'automne 2016 que la tournée Faut qu'on se parle passerait par Chicoutimi, je me suis demandé si j'allais y assister. J'hésitais; tout d'abord le titre de la tournée me semblait prétentieux, au mieux, mal habile. Comme si on ne se parlait pas ou du moins qu'on n'essayait pas de se parler. Depuis 10 ans, à l'instar de bon nombres de personnes du Saguenay - Lac-Saint-Jean, j'ai participé ou donner un coup de main à l'organisation: de forums, d'assemblées publique, de conférences, d'ateliers et parfois jusqu'à plus soif. Évidemment, nous n'avions pas la même notoriété qu'un GND ou d'un Jean Martin Aussant. Mais cela nous a pas empêché d'avoir parfois un certain succès voire même un impact dans le débat public. Par la suite, je me suis questionné avec qui on allait parler et dans quel but. Pour redynamiser la social-démocratie? Pour «... développer une proposition indépendantiste qui nous emballe...» (p.75)? Ou tout simplement pour mousser la carrière politique de certainEs? Finalement, ce soir-là, d'autres obligations ont mis fin à mon hésitation et je suis demeuré à la maison. Mais je me suis tout de même promis de lire le genre de bilan ou manifeste qui en sortirait.

Sur la forme

Dans les jours qui ont suivi la sortie du bouquin, certaines critiques soulignaient le côté accessible, loin du langage militant ou de gauche. Pour ma part, la première chose qui m'a frappé en lisant ce livre, ce n'est pas son côté accessible, mais que tout ou presque se passe au masculin. Je ne sais pas si c'est Lux ou les neuf membres du collectif qui ont renoncé à la féminisation du texte, mais ce choix demeure très questionnable.

Toute l'opération Faut qu'on se parle peut sembler à première vue un exercice sain dans une démocratie libérale, peut-être même essentielle. D'ailleurs des centaines voir des milliers de personnes ont jugé l'initiative pertinente et ont invité des gens dans leur salon pour parler politique. C'est sans contexte la plus grande réussite de cette opération. Il semble évident qu'on a tous intérêt à créer, à ouvrir des canaux de discussion, pour être capable par la suite, de faire des bouts de chemins ensemble, peser dans le débat public et mettre fin aux différents systèmes d'oppression. Toutefois, la lecture de Ne renonçons à rien m'a donné l'impression que tout ceci était une «game» de communication et que les auteurEs avaient préparé une dictée trouée où il restait qu'à insérer les citations des participants et des participantes pour venir appuyer les propos des membres du collectif. C'est peut-être aussi que les buts finaux de cette tournée demeurent pour le moins mystérieux. On comprend que l'un des objectifs est de de secouer le cocotier et d'inviter les gens à s'engager. Toutefois, on ne sait pas si les intentions sont de canaliser les énergies dans un large mouvement social ou d'encarter les participants et les participantes dans un parti politique.

On est loin de la lutte des classes

La première conclusion de GND est que «le Québec peine à parler au nous» (p.210). Mais de quel nous parle-t-on? Est-ce que le nous dont fait référence GND est ancré dans une classe, une identité de genre, une appartenance à un groupe dominant, un groupe racialisé? De mémoire, les auteurEs font référence à la notion de classe qu'à deux reprises. Une fois pour affirmer que «L'éducation entretient un lien intime avec la démocratie- elle aussi essentielle à la santé de la classe moyenne.» Et par la suite, pour mentionner que les participants et participantes aux assemblées de cuisine provenaient de toutes les classes sociales. Par contre, l'utilisation du vocable «citoyen» est omniprésente dans le texte. Pour les auteurEs, les individus semblent avant tout être des «citoyens» et des «citoyennes» un peu abstrait. Le choix des mots n'est pas anodin, il montre une vision du monde, il délimite le sujet et le mode opératoire. Le citoyennisme repose sur la croyance en la démocratie comme pouvant s'opposer au capitalisme. Il a comme projet le renforcement de l'État pour mettre en place cette politique et les citoyens et citoyennes sont la base active de cette politique. Cette idéologie prend racine dans la dissolution du mouvement ouvrier et l'échec de son projet historique, soit la reprise du mode de production capitaliste par les masses laborieuses.

De plus, en balayant les distinctions de statut social en utilisant le concept de citoyenneté, on peut par la suite rapidement glisser vers le peuple, la nation et évidement sur le statut politique et constitutionnel du Québec. D'ailleurs, les auteurEs effectuent cette glissade: «Le moteur originel, c'est l'envie de faire société, de faire peuple, de faire pays ensemble» (p.74)

Ils et elles ont fait le deuil de la révolution

Les préoccupations et les propositions soumises à la suite de la tournée nous renseignent sur les conditions sociaux-économiques des participants et des participantes. Il nous démontre aussi ceux et celles qui étaient moins représenté. Car, ce n'est certainement pas en proposant une réforme du mode de scrutin qu'on va susciter de l'espoir pour les gens qui se sentent, avec raison, délaissés par les élites au pouvoir. Ce n'est pas en achetant à prix fort des aliments produits dans la région qu'on va régler le problème d'insécurité alimentaire. Ce n'est pas en ajoutant une semaine de congé qu'on éradiquera la précarité. Ce n'est pas en renégociant les traités de libre-échange qu'on éliminera les inégalités. Ce n'est pas en développant un capitalisme vert qu'on mettra fin au productivisme et on assurera la protection de l'environnement. Ce n'est pas en densifiant nos villes qu'on éliminera la spéculation immobilière et l'embourgeoisement des anciens quartiers ouvrier, etc. Finalement, ce n'est pas en renonçant à parler des classes sociales qu'on luttera efficacement contre le populisme de droite.

Je n'étais pas le public cible de la tournée, tout comme je ne suis pas le public cible du livre et ce, malgré que je m'identifie à une certaine gauche sociale. En aucun moment, les auteurEs envisagent un dépassement. Ils et elles veulent simplement réformer la démocratie libérale, humaniser le capitalisme et renforcer l'état. Pour eux et elles, les luttes et les mouvements sociaux existent au mieux pour contraindre les pouvoirs publics à changer de politique ou au pire pour servir les intérêts électoralistes d'un parti. D'ailleurs, «La fin complète de l'aventure Faut qu'on se parle » marqué par l'annonce de GND comme candidat de Québec solidaire est révélatrice. Maintenant, toute cette aventure apparait pour ce qu'elle est, une opération partisane et électoraliste.

Finalement, j'ai bien fait de rester chez nous.

Malgré cette sinistre opération, ne renonçons pas à rêver et ensemble, sans entendre de sauveurs providentiels, construisons un véritable Pouvoir populaire.

Ngalla, membre du collectif Emma Goldman

http://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2017/03/livre-ne-renoncons-rienpour-se-faire.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center