A - I n f o s

a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **
News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts Our archives of old posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Catalan_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_
First few lines of all posts of last 24 hours

Links to indexes of first few lines of all posts of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014 | of 2015 | of 2016 | of 2017

Syndication Of A-Infos - including RDF - How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups

(fr) France, Alternative Libertaire AL #269 - international, Économie coopérative: La voie du Rojava (en, it, pt)

Date Sun, 12 Mar 2017 13:06:31 +0200


Encerclé par des forces hostiles, sous-équipé en infrastructures, le Kurdistan syrien doit pourtant relever un défi de taille: produire pour nourrir sa population. Loin des utopies étatistes et de la collectivisation forcée des staliniens de jadis, l'Auto-administration du Rojava encourage la libre association des productrices et producteurs. ---- L'administration autogérée leur a attribué la terre. Ils produisent sans engrais chimiques et vendent des légumes, du maïs et du lait aux sociétaires de la coopérative à un prix plus bas que celui du marché. Chaque part sociale vaut cent dollars. Celui qui n'a pas cette somme peut offrir sa force de travail ou s'unir à d'autres. Quand il y a besoin, les sociétaires s'entraident en passant une journée ensemble dans les champs. «Nous planterons aussi un bois et quand le projet sera terminé nous nous lancerons dans l'agrotourisme. Nous sommes en train de réaliser notre rêve», raconte Azad, visiblement ému.

Il fait partie d'une coopérative agricole avec 5.000 autres sociétaires dans le canton de la Cizîrê au Rojava. Il y a trois ans, dans ces contrées, les coopératives n'existaient pas. Puis, une révolution a commencé au nord de la Syrie, à seulement 400 km ­d'Alep; improbable. Et pourtant elle existe, elle grandit et alimente depuis l'espoir dans le monde entier en portant loin son horizon grâce au fait qu'elle a fait de la coexistence la clé pour rendre la communauté plus forte. La voie inexplorée du Rojava est parcourue par beaucoup de personnes diverses et disposées à apprendre et à corriger le tir chaque jour.

En trois ans, plus de 100 coopératives ont vu le jour rien que dans le canton de la Cizîrê.

«Quand la révolution a commencé en 2011, nous savions que le conflit allait se transformer en une guerre entre chiites et sunnites. Nous autres avons choisi une troisième voie, celle du vivre-ensemble, raconte Haval Jalil, coprésident de Tev-Dem[1]. Notre voie est celle d'une révolution culturelle qui passe avant tout par le renforcement de la communauté.» Nous sommes à Qamislo, 200.000 habitants, capitale du canton de la Cizîrê, non loin de la Turquie.

La région du Rojava s'est déclarée autonome en 2012 et, depuis, elle expérimente une forme d'autogouvernement inspiré des principes du confédéralisme démocratique, la théorie politico-sociale qui représente l'aboutissement de trente années de luttes du mouvement de libération kurde. Le confédéralisme démocratique préconise le dépassement du modèle de ­l'État-nation par des communautés organisées sur un modèle de démocratie directe, et poursuit le projet d'une société fondée sur la coexistence des cultures et des religions diverses, l'écologie, le féminisme, l'économie sociale et l'autodéfense populaire.

Des fonds
pour la révolution!

«Kurdistan: Liberté, autogestion, révolution.»
Achetez le tee-shirt de soutien édité par AL (14 euros, dessin original par Pierre Bunk).
Les bénéfices seront reversés à un projet autogestionnaire au Kurdistan.

Une révolution est en cours

Une expérience unique au monde, au coeur d'un Proche-Orient meurtri par la guerre, la répression brutale et les fondamentalismes. Une expérience qui peut paraître incroyable si on ne la voit pas de ses propres yeux, surtout dans le contexte de l'atroce conflit syrien.

Je n'y suis pas resté longtemps mais je peux témoigner qu'une véritable révolution est en cours. Durant les trois dernières années, l'auto-administration portée par le Tev-Dem, l'organisation qui sert de lien entre les partis kurdes syriens et les mouvements sociaux, a été impliquée dans la réorganisation des institutions et l'élaboration de nouvelles lois.

L'unité organisationnelle et décisionnelle de base de la communauté est le komin (commune). Les komin sont organisés principalement sur une base territoriale, mais il y en a aussi sur des bases féminines et ethno-confessionnelles spécifiques. Dans chaque quartier, Il y a sept ou huit komin qui élisent des représentants dans les conseils de quartiers, puis dans les conseils de ville. Dans les komin on élabore les propositions, les demandes, et on répond collectivement aux besoins de la communauté. Dans les conseils de villes, les propositions de lois de l'Auto-administration démocratique (DSA) circulent pour être améliorées. Chacun des trois cantons du Rojava - Cizîrê, Kobanê et Efrîn - a aujourd'hui une administration séparée.

Fondée à l'été 2016, la coopérative Kasrik produit légumes, maïs et lait de chèvre.

Il y a juste un an, une bonne partie de ces territoires était contrôlée par Daech. Les milices YPG (mixtes) et YPJ (féminines) ont récupéré une grande partie du territoire au travers de batailles très dures. Aujourd'hui, seul le canton d'Efrîn est encore séparé du reste du Rojava par une étroite zone occupée par l'armée turque, à laquelle Daech a cédé du terrain sans opposer de résistance. Malgré cette discontinuité territoriale, l'élection du premier «gouvernement confédéral du Rojava-Syrie du nord-est» est prévue pour l'an prochain, à travers le système de démocratie directe construit ces trois dernières années.

Mais le coeur battant de la révolution kurde, c'est la stratégie de transition du modèle économique capitaliste vers un nouveau paradigme: l'économie sociale. «Nous voulons une économie constituée à 80 % de coopératives. Nous ne croyons pas à un modèle socialiste qui interdirait l'initiative privée. ­Notre idée est que chaque personne ait un rôle économique actif dans la société et que le changement arrive graduellement à travers la participation des gens», explique Haval Rachid, coprésident du département Économie. Au Kurdistan, chaque charge publique est toujours attribuée à deux représentants, un homme et une femme, qui ont la fonction de coprésidents.

Lire le dossier Kurdistan sur Alternativelibertaire.org

Il y a trois ans de cela, les coopératives n'existaient pas dans cette partie de la Syrie à l'exception de quelques unes, isolées et mal vues car liées au régime d'Assad. Aujourd'hui, dans le canton de Cizîrê, elles sont plus de 100 et elles se multiplient à une vitesse impressionnante. Kasrik est une coopérative agricole fondée il y a quatre mois à 120 kilomètres de Qamislo dans la direction d'Alep. Aujourd'hui, elle compte plus de 5.000 sociétaires et consommateurs ou consommatrices habitant près des villes de Girê Xurma[2]et de Dirbesye. «La DSA nous a attribué 5.000 hectares de terre. Notre projet est de long terme. Dans huit ans, nous prévoyons d'arriver à produire et à transformer la majeure partie des produits agricoles et d'élevage. Déjà, nous vendons des légumes, du maïs et du lait d'un troupeau de 1.250 chèvres. Environ 8% de ce qui est produit va aux travailleurs, le reste est réinvesti dans notre projet jusqu'à ce qu'il soit abouti», nous explique Azad, un des habitants et habitantes qui se sont uni.es pour donner vie à cet ambitieux projet.

Autosuffisance alimentaire

«Nous produisons sans intrants chimiques et vendons les produits à nos sociétaires à un prix plus bas que celui du marché. Chaque part sociale vaut 100 dollars. Celui qui n'a pas l'argent peut devenir sociétaire en offrant sa force de travail en échange, ou en se joignant à d'autres personnes. Quand nous en avons besoin, les sociétaires viennent nous aider par groupes sur une journée dans les champs. Nous comptons planter aussi un bois et, quand le projet sera fini, nous nous lancerons dans l'agrotourisme. Nous sommes en train de réaliser notre rêve», poursuit Azad, visiblement ému.

Les coopératives agricoles sont les seules qui ont un soutien direct de la DSA. À cause de l'embargo et des très faibles ressources économiques, les contributions sont minimes mais symboliquement nécessaires pour marquer l'importance de l'autosuffisance alimentaire. Beaucoup de coopératives sont encouragées par le mouvement des femmes Kongra Star, qui en a déjà formé une cinquantaine. Il s'agit pour la plupart de coopératives à petite échelle: agriculture, élevage, artisanat, restauration, transformation alimentaire.

Lorin est une coopérative qui prépare des conserves en utilisant des produits de saison. «Nous avons commencé il y a six mois. Nous préparons des conserves pour les vendre dans la communauté et au marché. Au début, nos maris n'approuvaient pas mais après ils ont compris. ­L'unique capital que nous avons est celui qui est entre nos mains et nous voulons l'utiliser pour participer», explique Sozda, une des nouvelles travailleuses sociétaires. «Nous avons aussi pour projet de créer une coopérative agricole pour cultiver directement les légumes que nous transformons.»

Havgartin, 26.000 sociétaires

Les coopératives naissent de différentes façons: à l'initiative des mouvements sociaux, des gens, des komin (à qui il est demandé d'en former au moins une), ou par transmission. Dans ce domaine, le rôle le plus actif est joué par Havgartin, la plus grande coopérative de la région qui compte 26.000 sociétaires.

Le village de Zargan, dans le canton de la Cizîrê.

«L'idée est née il y a un an dans le village de Zargan, pendant la crise du sucre. Nous étions sous embargo et les commerçants capitalistes spéculaient sur les prix des produits de base. C'est alors qu'est née l'idée de former une coopérative pour acheter du sucre et le revendre à un prix inférieur à celui du marché. Du sucre, nous sommes passés à beaucoup d'autres produits de première nécessité en proposant à tous les komin d'adhérer, dans chaque ville du canton. Au début, la coopérative agissait seulement comme grossiste, maintenant nous distribuons aussi les produits des autres coopératives et nous investissons 5% des profits dans la création de nouvelles coopératives. Huit coopératives supplémentaires sont nées dans le sillage de Havgartin», explique Zafer, membre du conseil d'administration. «Notre objectif final est de soustraire le marché au contrôle des commerçants et des grossistes qui ne socialisent pas les profits pour la communauté. Pour y parvenir, nous voulons aussi créer une banque pour promouvoir la constitution de nouvelles coopératives.»

Deux choses retiennent fortement notre attention dans ce processus absolument unique: la vitesse avec laquelle la société est en train de se réorganiser à partir d'un modèle jusqu'ici inexploré, et la capacité des gens à apprendre, à échanger et à corriger le tir si besoin. «Nous sommes en train d'expérimenter un nouveau chemin, nous cherchons à apprendre des erreurs que nous faisons chaque jour. Nous n'avons pas les réponses à toutes les demandes. Nous voudrions par exemple connaître davantage les expériences de coopératives dans d'autres pays et les bonnes idées qui peuvent être utiles à notre processus», conclut Zafer tout en nous servant un autre thé, pendant qu'à la télévision défilent, sans interruption, les images de la guerre, avec son atroce brutalité et ses inextricables contradictions.

X. Haval (Dinamopress.it, décembre 2016), traduit par Rémi (AL Lorient)

[1]Le Mouvement de la société démocratique (Tev-Dem, pour Tevgera Civaka Demokratîk), impulsé en 2011, orchestre les nombreux comités et conseils locaux qui structurent l'autogouvernement du Rojava.

[2]Tell Tamer, en arabe.

http://www.alternativelibertaire.org/?Economie-cooperative-La-voie-du
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center