A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 30 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Català_ Deutsch_ English_ Français_ Italiano_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ All_other_languages
{Info on A-Infos}

(fr) message en francais

From Dee or David <seahorse@odyssee.net>
Date Thu, 12 Feb 1998 10:42:28 -0500



________________________________________________
     A - I N F O S  N E W S  S E R V I C E
           http://www.ainfos.ca/
________________________________________________

Des 108 personnes arretees le 3 decembre dernier , 48 ont eu des dates de
comparution les 5 et 6 fevrier a la cour municipale. Environ 24 accuses
soutenus par des ami-e-s se sont rendus a la cour le 5 fevrier. Or, seuls
quelques noms (5 ou 6) apparaissaient sur les listes ce matin-la, a la
surprise generale, etant donne que PERSONNE n'avait ete averti de ce
changement. Il est vrai que la veille, la police avait declare a la radio
que seulement 17 personnes, qu'elle considere etre des leaders, seraient
accusees, mais ce n'etait qu'une simple declaration mediatique sans aucune
confirmation legale. De plus, 4 camarades de l'OCAP (Coalition Ontarienne
Contre la Pauvrete) etaient venus specialement de Toronto pour passer en
cour et leur noms ne figuraient pas sur les listes !!!

La strategie adoptee par les accuses etait de ne pas avoir d'avocat, pour
que les audiences trainent en longueur et de plaider non coupable. En
effet, le juge est alors oblige de lire les charges une par une et les
procedures "engorgent" ce le systeme "d'injustice". 

Tout s'est donc deroule comme prevu. Lorsque le juge a demande a la
quatrieme prevenue si elle plaidait coupable ou non, celle-ci lui a fait
remarque qu'il etait difficile pou elle de repondre, les chefs d'accusation
etant ecrits en 
francais, cette personne est en effet anglophone. Stipulons que les cours
de Montreal sont sensees etre bilingues, dans ce cas ci pourtant
l'intervention d'un interprete a ete necessaire. A la lecture des charges,
la prevenue s'est 
rendu compte qu'il y avait une nouvelle accusation : "participation a un
attroupement illegal" dont elle n'etait pas au courant. Celle-ci a donc
demande au juge de lui expliquer ce qu'etait un attroupement illegal. Le
juge a refuse de donner toute explication. L'accusee a donc declare au juge
qu'elle plaidait non coupable, car personne ne  pouvait lui dire exactement
de quoi elle etait accusee.

La comedie judiciaire a eclate lors de la comparution de la derniere
personne. Le jeune homme a demande a etre accompagne par un civil, lorsque
le procureur lui a dit qu'il fallait qu'il donne ses empruntes et sa photo,
parce qu'il 
avait peur d'y aller seul, depuis que Philippe Whitehead membre du COBP
(Citoyens-nes Opposes-es a la Brutalite Policiere)  avait ete brutalise par
la police au poste de police alors qu'il y etait pour identification
judiciaire et garde en prison une nuit. Le juge tres enerve a de nouveau
refuse et a ordonne au jeune homme d'obtemperer. Ce dernier a insiste et
trois flics l'ont traine hors de la salle de cour. L'audience composee
majoritairement de militants, a 
instantanement reagi a cet exces de force. Plusieurs se sont leves et ont
crie leur indignation, d'autres ont scande des slogans, toutes et tous ont
denonce cette cour d'injustice. Le juge a aussitot suspendu l'audience,
pour continuer un peu plus tard en huis clos. Le jeune homme n' a meme pas
eu l'occasion de plaider ...

C'est environ une heure plus tard  que l'on nous a dit que toutes les
autres comparutions avaient ete annulees. En resume, la situation etait des
plus confuse, nous nagions dans un brouillard epais qu'aucun responsable ne
voulait 
eclaircir, sans oublier que nos amis d'Ontario avaient fait 6 heures de
route pour leur comparution, que certaines personnes ont du perdre une
journee de travail, voire risquer de perdre leur emploi ...
Nous avons donc decide d'attendre le procureur en charge de l'affaire (M.
Laigue), seule personne pouvant repondre a nos questions, devant son
bureau. Lorsque celui-ci est enfin arrive (12h30), il a tout bonnement
declare :"je n'ai rien a vous dire" et s'est enferme dans son bureau avec
le renfort de gardes de securite.  Quand il en est ressorti toujours en
toure de ses gardes du corps, nous l'avons nous aussi accompagne et
assailli de questions. Laigue s'est defile n'hesitant pas a pousser
violemment certains camarades, pour se refugier derriere un cordon de flics
...
L'avis d'eviction nous a ete lu, nous avons donc quitte la cour municipale,
pour nous reunir sur ses marches, ou nous avons decide d'attendre 14h avant
d'aller a l'hotel de ville rencontrer Suzanne Jalbert, directrice du 
contentieux a la ville (chef des procureurs). L'anti emeute avait entre
temps investi les lieux et nous surveillait.

Arrives a l'hotel de ville, les portes se fermaient comme par enchantement.
Nous avons reussi de justesse a y penetrer, mais comme tout responsable
avait encore une fois disparu comme par miracle, nous avons du nous
resigner a deposer une lettre.

Puis nous nous sommes rendus au palais de justice pour tenter de rencontrer
le ministre de la justice. La aussi le chateau fort etait ferme a double
tour. L'appareil  judiciaire le plus important de Montreal etait completement 
bloque, a cause d'une quinzaine de personnes qui ne demandaient que des
reponses a des questions !!! Nous avons fait plusieurs fois le tour de
l'edifice en vain, toutes les entrees nous etaient strictement interdites.

Le lendemain, 6 fevrier, les comparutions se sont deroulees dans le calme.
Mais Yves Manseau, membre et porte-parole du COBP) s'est vu interdire
l'entree a la cour  municipale par les gardes de securite !!! Ce n'est
qu'avec l'aide 
de maitre St-Pierre, qui a fait remarquer avec insistance au chef de la
securite que cette decision etait tout a fait illegale, qu'Yves Manseau a
pu entrer dans la cour.

Plusieurs personnes vont de nouveau comparaitre le 24 mars, pour le reste
tout est tres vague. Il y aurait trois possibilites  : recevoir une
nouvelle date de comparution par la poste ou par un huissier, ou encore
l'abandon pur et 
simple des charges .. seul l'avenir nous le dira ...

Nous vous tiendrons au courant de nos prochaines peripeties.

Caroline, membre COBP






     ****** A-Infos News Service *****
  News about and of interest to anarchists

Subscribe -> email MAJORDOMO@TAO.CA
             with the message SUBSCRIBE A-INFOS
Info      -> http://www.ainfos.ca/
Reproduce -> please include this section


A-Infos
News