A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018 | of 2019 | of 2020

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) UCL Saguenay -[Histoire]Sócrates, l'autogestion corinthiane et la démocratie contre la dictature

Date Wed, 6 May 2020 19:46:50 +0100


Mars 1964 au Brésil, au cœur de la Guerre froide entre les États-Unis et l’URSS, les militaires soutenus par les USA et la France prennent le pouvoir afin de « lutter contre le communisme présent à Cuba ». Commence alors un régime de répression avec la suppression des élections et des libertés dans le pays. Par peur de la torture, Raymondo Oliviera brûle ses livres (« Le capital » de Marx, par exemple) dans son jardin au nord de São Paulo. Cette scène marque à vie son fils Sócrates. Son prénom est un hommage au philosophe grec. Cette passion du père énervait profondément sa femme, qui choisit elle-même le prénom des derniers enfants, dont le demi-frère de Sócrates: Raí (futur champion du monde 1994 et grand joueur de l’histoire du PSG). ---- Malgré son talent footballistique, le géant Sócrates (1,93 m) poursuit ses études de médecine (il sera surnommé « le docteur ») à São Paulo avec succès. Malgré sa fainéantise, son talent est certain et il commence sa carrière à Botafogo où il sera meilleur buteur du championnat. Il est alors prêt à rejoindre un grand club de São Paulo.  ---- Il faut savoir que le football à São Paulo est marqué par la rivalité entre trois grands clubs:  ---- - le Palmeiras, le club des immigrés italiens  ---- - le São Paulo FC, celui de la bourgeoisie  ---- - le Corinthians, le club du peuple.  ---- Sócrates choisit le Corinthians en 1978 et découvre le mouvement de contestation contre la dictature des étudiants de São Paulo dirigé par le futur président Lula. ---- À cette époque, les footballeurs ne sont que des pions au Brésil. Les joueurs ne peuvent pas choisir leurs clubs et ils sont souvent traités selon la volonté du pouvoir. Sócrates déclare: « Quatre-vingt-dix pour cent des joueurs ont une condition de vie inhumaine. Soixante-dix pour cent gagnent moins que le salaire minimal. Si les joueurs l’acceptent,[les dirigeants]sont paternalistes. Sinon, ils sont autoritaires. »

Pour que cette histoire commence, il fallait l’intervention d’un heureux hasard. Alors que les Corinthians évoluent loin de leur lustre sportif, la présidence échoit en novembre 1981 à un sociologue de trente-cinq ans, Adilson Monteiro Alves, ancien leader universitaire qui a effectué quelques séjours en prison. Combattant contre la dictature, celui-ci transforme les Corinthians qui viennent de descendre en deuxième division. Il convoque alors les joueurs et leur demande ce qui ne va pas. La réunion dure toute la nuit et quatre joueurs sont particulièrement actifs: l’arrière-gauche Wladimir (joueur ayant disputé le plus de rencontres au Brésil), le champion du monde 1970 Zé Maria, l’attaquant fêtard et fan de rock Walter Casagrande, et Sócrates. Cette réunion débouche sur une révolution, la démocratie corinthiane.

Les joies de l’autogestion

Le principe? Chaque membre du club détient une voix et l’ensemble des décisions est votée. Les joueurs choisissent alors comment les matchs sont préparés (ils suppriment par exemple les mises au vert[1]), désignent l’entraîneur, les nouvelles recrues et les bénéfices du clubs sont répartis entre tous les membres du club. Ces mesures, ainsi que toutes les décisions concernant la gestion sportive de l’équipe, sont débattues et adoptées par les joueurs eux-mêmes. Cette révolution pour le football fait tâche d’huile dans la société brésilienne.

Les Corinthians enchaînent les victoires, et le Brésil connaît sa plus grande génération avec ces membres, en fondant la plus grande équipe de football de tous les temps. Le joga bonito est né et cette génération dorée fait rêver le monde avec ses génies: Sócrates (roi de la talonnade), Zico (le Pelé blanc) et Falcao.

Pendant ce temps au Brésil, la révolution est en marche. Le gouvernement doit céder et pour la première fois depuis 1964 des élections sont organisées à São Paulo en 1982. Les Corinthians ajoutent sur leur maillot le terme « démocratie » et des tâches rouges représentant le sang des opposants. Ils vont même jusqu’à ajouter sur leur chandail de match le texte « allez voter ». L’élection est un succès pour les opposants.

Casagrande (attaquant des Corinthians) dédie son but en finale du championnat à cette victoire. Les joueurs profitent de leur popularité pour éduquer le peuple à la démocratie.

« Gagner ou perdre, mais toujours en démocratie »

Ce petit miracle prend d’autant plus de sens que les résultats sportifs suivent, avec un jeu spectaculaire que ne compromet en rien le style de vie épicurien de cette joyeuse bande. « Tant que dura la démocratie, le Corinthians, gouverné par ses joueurs, offrit le football le plus audacieux et le plus éclatant de tout le pays, il attira les plus grandes foules dans les stades et remporta deux fois de suite le championnat » (Eduardo Galeano, Le Monde Diplomatique, août 2003). Fin 1983, le club dispute la finale du championnat pauliste contre São Paulo et les joueurs se présentent sur le terrain avec une banderole « Gagner ou perdre, mais toujours en démocratie ». Ils gagnent 1-0, but de Sócrates. « Nous exercions notre métier avec plus de liberté, de joie et de responsabilité. Nous étions une grande famille, avec les épouses et les enfants des joueurs. Chaque match se disputait dans un climat de fête (...) Sur le terrain, on luttait pour la liberté, pour changer le pays. Le climat qui s’est créé nous a donné plus de confiance pour exprimer notre art », raconte le buteur.

La dictature finit par tomber en 1985 après la participation aux manifestations des trois Corinthians, Sócrates promettant de rester jouer au pays si la démocratie au suffrage direct est votée. La dictature tombe, mais c’est le suffrage indirect qui est mis en place. Sócrates part alors en Italie (il va jouer pour le club florentin de l'AC Fiorentina), Casagrande se blesse et un nouveau président réimpose un fonctionnement classique au Corinthians. Une ultime manipulation des vieux dirigeants du club leur permet d’en reprendre les rênes lors des élections d’avril 1985 et d’écarter les contestataires. C’est la fin de l’époque dorée du club. Paradoxalement, l’aventure s’essouffla au moment où la bataille était en passe d’être gagnée sur le terrain politique national. Sócrates regrettera notamment que l’expérience autogestionnaire ne se soit pas étendue aux autres équipes.

Ce texte se base sur deux articles. L'un provenant du site web de l'US Cluny football et l'autre des Cahiers du football.

Notes:
[1]« La « mise au vert » correspond à la phase pré-compétitive. Elle débute généralement la veille du match. Sur le plan nutritionnel, il s’agit de veiller au maintien d’un état d’hydratation optimal et de maximiser les réserves en glycogène musculaire et hépatique. L’objectif de la mise au vert est d’éviter l’épuisement précoce de ces réserves particulièrement déplétées sous l’effet de 90 minutes d’effort intensif caractérisés par des sprints répétés. »

Source: Institut de recherche et du bien-être de la médecine et du sport santé.

http://ucl-saguenay.blogspot.com/2020/04/histoire-socrates-lautogestion.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center