A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016 | of 2017 | of 2018

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) CGA Un Autre Future - Plus d'arrestations à Montpellier qu'à Nantes pour la mobilisation nationale contre la «casse sociale»

Date Tue, 17 Apr 2018 18:21:24 +0100


À lire sur Rapports de Force, un article à propos de la manifestation du 14 avril à Montpellier,
pour la convergence des luttes et pour dénoncer la répression. ---- Manifestation bloquée, tentative
d'interdire le centre-ville, dégradations de devantures de magasins et 51 personnes arrêtées. C'est
le bilan de la manifestation nationale du 14 avril à Montpellier, haut lieu depuis quelques semaines
de la contestation étudiante. ---- La manifestation n'a pas pu démarrer, sans pour autant qu'un
arrêté interdisant le défilé n'ait été pris par la préfecture de l'Hérault. Samedi 14 avril, une
douzaine de véhicules de police sont étrangement positionnés au début du parcours de la
«manifestation nationale contre la casse de nos droits sociaux et politiques» appelée par la
Coordination nationale des luttes et les comités de mobilisation des universités de Montpellier. Une
trentaine de membres des forces de l'ordre est déployée, harnachée, boucliers et armes aux
poings. Le cortège de tête s'avance encapuchonné, ouvrant le défilé, et fait face à une douzaine de
policiers barrant le boulevard.

Les manifestants sont bloqués par une poignée de policiers particulièrement nerveux. Une
quinquagénaire filmant la scène de trop près, autocollants de la France insoumise collés sur la
veste, est projetée au sol par un policier. Le cortège avance. De rares projectiles sont lancés,
auxquels répondent une pluie de grenades lacrymogènes. Un épais brouillard enveloppe le boulevard et
la plupart des manifestants refluent. Parmi les quelque 2000 personnes présentes, difficiles à
comptabiliser compte tenu du non-démarrage du défilé, des étudiants, des syndicalistes, des
personnels enseignants des universités. Mais aussi quelques cheminots, des migrants et un cortège de
la France insoumise réunis dans une convergence des luttes souhaitée pour cette manifestation.

Manifestation quand même!

Malgré le barrage policier sur le boulevard Ledru Rollin, la manifestation finit par repartir à
contre-courant. Direction la Place de la Comédie en passant sans encombre devant la préfecture, puis
en empruntant l'artère commerçante du centre-ville. Par contre, la place de la Comédie est bloquée
par un important dispositif policier comprenant des canons à eaux. Le défilé oblique pour rejoindre
le boulevard du Jeu de Paume et le point de départ de la manifestation. Là, des devantures de
banques, d'agences immobilières et d'opérateurs téléphoniques sont cassées ou repeintes sur le
parcours. Après avoir déambulé pendant plus d'une heure dans le coeur de ville, les manifestants
sont pris en tenaille, puis arrosés de lacrymogène de toute part. Fin de la manifestation.

Une heure plus tard, une cinquantaine de manifestants sont pris dans une nasse policière, gazés à
deux pas de l'université Paul-Valéry. Plusieurs d'entre eux sont blessés et emmenés à l'hôpital en
ambulance. La police procède à 51 interpellations, selon le ministère de l'Intérieur, et
réquisitionne des bus de ville pour les conduire au commissariat. Des arrestations dénoncées par la
Ligue des droits de l'Homme. «Ces interpellations ont eu lieu alors que les manifestants étaient
calmes et sans dégradations visibles aux alentours», énonce-t-elle dans un communiqué publié samedi
soir, avant de considérer que la mise en place de cette nasse «constitue une atteinte au libre droit
de manifester». A l'issue de 24h de garde à vue, les 51 devraient être relâchés dimanche après-midi
sans poursuites, les arrestations non ciblées ayant eu lieu presque deux heures après les
dégradations.

Une intervention policière qui pose bien des questions

Le choix de disposer des véhicules et des policiers, armes pointées, au contact du début de la
manifestation a créé une tension immédiate et prévisible. La suite de la stratégie de maintien de
l'ordre est encore plus étonnante. Une douzaine de policiers pour barrer la route à quelque 2000
manifestants! À coup sur, l'assurance qu'ils soient débordés, fassent usage de leur équipement
antiémeute et que la manifestation se transforme immédiatement en affrontement. L'officier en charge
des forces de police a affirmé devant les caméras de France 3 avoir eu pour consigne d'interdire
l'accès au centre-ville pour éviter des dégradations. Pourtant, malgré la tension provoquée par
cette première confrontation, aucun dispositif complémentaire n'était en place pour empêcher la
manifestation de prendre l'autre entrée vers les rues commerçantes située à quelques dizaines de
mètres.

Le défilé est reparti par la rue Foch et la rue de la Loge sans aucune pression policière jusqu'à la
Place de la Comédie bloquée. Aucune vitrine de ses rues commerçantes et riches n'a souffert du
passage de la manifestation. Ce n'est qu'en bifurquant en direction du lieu des premiers
affrontements que les dégradations ont eu lieu. Au total, les manifestants ont parcouru le
centre-ville sans voir l'ombre d'un policier aux abords du cortège. L'intervention finale de la
police pour les disperser s'est déroulée plus d'une heure plus tard, plongeant cette partie du
centre-ville sous un nuage de gaz lacrymogènes. Si le maire de Montpellier a rapidement communiqué
sur sa volonté de porter plainte contre X pour les dégradations, la préfecture a, elle, été
injoignable samedi.

Stéphane Ortega
originalement: https://rapportsdeforce.fr/societe/plus-darrestations-a-montpellier-qua-nantes-pour-la-mobilisation-nationale-contre-la-casse-sociale-04151781

http://unautrefutur.org/plus-darrestations-a-montpellier-qua-nantes-pour-la-mobilisation-nationale-contre-la-casse-sociale/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center