A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) ucl-saguenay: [Pologne]Manifestations et grève pour le droit à l'avortement.

Date Sun, 9 Oct 2016 15:36:50 +0300


Samedi dernier (1er octobre), des milliers de personnes ont manifesté devant le Parlement polonais contre une proposition de loi bannissant l'avortement[1]. Rappelons que dans ce pays dirigé par la droite conservatrice catholique, la législation sur l'avortement est l'une des plus restrictives d'Europe[2]. La version du projet débattu au Parlement prévoit une peine de prison pouvant aller jusqu'à 5 ans pour les médecins et autres personnes participant à l'IVG. La patiente est aussi passible d'un emprisonnement. Le projet de loi citoyen du collectif Sauvons les femmes visant à libéraliser l'avortement dans le pays a été rejeté par les parlementaires. Beaucoup critique l'influence de l'Église sur la vie politique polonaise. En avril dernier, l'épiscopat avait appelé à durcir la législation actuelle.

Pour Kinga Jurga: «Nous ne voulons pas de cette loi barbare, qui enlève aux femmes la possibilité de choix». Julia Sznajwajs ajoute: «Je crains que les choses aillent dans la mauvaise direction, et que la prochaine étape pourrait être l'interdiction de la contraception. On voit déjà des mouvements dans ce sens. Ce serait un retour au Moyen Âge!» Pour Zofia Waslicka: «C'est un mélange de colère et de peur que nous ressentons. Cette loi est vraiment sadique, elle provoquera beaucoup de souffrances. Les femmes ayant des grosses extra-utérines mourront. Des mineures violées par leur père seront forcées à accoucher. Vous imaginez le cauchemar!» Finalement, Ewa (nom fictif pour garder l'anonymat) raconte: «Ce qui se passe avec cette loi n'est qu'une partie d'un contexte plus général, où les libertés citoyennes sont chaque jour grignotées par un pouvoir autoritaire. Je suis enseignante à l'école primaire. Si je dévoile ma participation à cette manifestation, je n'ai aucune chance de garder mon travail».

Plus de 22 000 personnes (selon la mairie) dans les rues de Varsovie le 3 octobre dernier.
Lundi 3 octobre, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont pris la rue un peu partout dans le pays pour manifester contre le projet de loi visant à bannir l'avortement. Parmi les slogans: "On veut des médecins, pas des flics", "Faites l'amour, pas des lois" ou encore "Il nous faut des soins médicaux, pas les souhaits du Vatican". Comme le rappel Agnieszka Dziemianowicz, figure de l'opposition à ce projet de loi, le mouvement ne s'arrêtera pas là: «Les députés nous ont déclaré la guerre! Ils ont déclaré la guerre à toutes les femmes polonaises. Nous sommes là pour leur dire qu'ils ne gagneront pas, et qu'ils ne nous imposeront pas de nouveaux interdits.» À Paris, la communauté polonaise s'est rassemblée devant l'ambassade de Pologne en soutien aux manifestations contre le projet de loi bannissant l'avortement.

[1]C'est le comité citoyen «Stop Avortement» qui a déposé cette proposition qui vise à bannir l'avortement à une exception extrême près, lorsque la vie de la femme enceinte est en danger immédiat. La proposition est admise aux travaux parlementaires après un vote à forte majorité des députés.

[2]En Pologne, une loi votée en 1993 limite déjà l'interruption volontaire de grossesse (IVG). À l'époque, cette loi était vue comme un «compromis» passé entre l'Église et l'État. Depuis cette loi, encore en vigueur aujourd'hui, seules trois conditions permettent à une femme polonaise d'y avoir recours. Il faut que celle-ci soit tombée enceinte à la suite d'un viol ou d'un inceste, que la grossesse fasse planer un risque sur sa santé ou que l'embryon présente une pathologie grave.
Publié il y a Yesterday par Collectif Emma Goldman

http://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2016/10/pologne-manifestations-et-greve-pour-le.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center